8 livres recommandés par l’éditeur

Photo of author
Written By Sophie Ledont

Rédactrice passionnée qui a vécu dans plus de 25 pays toujours à la recherche de la dernière information.

Il en va de même pour les livres de la mer, comme les papillotes, qui fleurissent dans les vitrines à Noël. Encore faut-il séparer le bon du moins bon et ne pas s’engager au hasard dans une quelconque voie littéraire. Une sélection iodée est là pour vous aider !

CARENES, ACTE II

ERWAN LEBOURDAIS, L’ODYSSÉE, 169 PAGES, 39 €

Cette nouvelle « Carène » est plus qu’un joli livre grand format à laisser sur la table basse après un bon repas. C’est un véritable livre de photographie et de marine qui se feuillette comme la visite d’une exposition et ravira tout lecteur un peu amoureux des belles coques et de l’eau salée. Comme à chaque exposition, les textes, savamment conçus par Christophe Agnus, sont courts mais bien sentis et indispensables à la compréhension des images dans leur contexte.

Différents chapitres correspondent aux modes de prise de vue ou aux sujets. Bateaux pris à fleur d’eau, mi-air mi-eau aussi, coques cuirassées aux formes immenses de Brest, poésie et vie marine, chacun aura de quoi rêver. Ils sont nombreux et, après tout, Erwan Y compris les amateurs de la « montagne d’acier diplomatique », paraphrase amusante qui fait ici référence aux bateaux gris de la marine nationale… Ils sont nombreux, et après tout, Erwan Lebourdais est à la fois de Brest et peintre officiel du port de plaisance ! Très bel ouvrage, ambitieux dans sa photographie et son édition.

la Corse. Les îles Lavezzi, petites Seychelles en Méditerranée
Ceci pourrez vous intéresser :
Où aller en Corse en couple ? Où aller en Corse à…

L’Endurance

SIR ERNEST SCHACKLETON, FRANK HURLEY, PAULSEN,

304 PAGES, 39,90 €

VOILIERS MYTHIQUES

Une importante réédition d’un classique incontournable, voire d’un véritable mythe de la littérature polaire ! Sauf que l’histoire d’Endurance est tout à fait crédible. L’expédition tourne vite mal, le bateau, sûr d’être coincé dans les glaces de la mer de Weddel, est abandonné par l’équipage sur des chaloupes qui servent de traîneaux… A la fin de celle-ci

Si vous vous retirez en bon état, Shackleton ne perdra pas un seul homme et ira seul en Géorgie du Sud chercher de l’aide dans un bateau décoré d’une bâche misérable au milieu de l’océan Austral. Fou, lunaire, mais vrai quand même. Et pas moins absurde que la conclusion que la plupart des hommes d’Ernest Shackleton se sont retrouvés dans la boue des tranchées de la Somme après leur retour. Un livre indispensable.

La frénésie du windsurf

COLLECTIF, ÉDITÉ PAR CASA, 199 PAGES, 36,95 €

Une critique de livre par les rédacteurs du magazine Voile est pour le moins délicate, mais nous n’avons personne d’autre sous la main ! L’idée de départ était simplement de proposer un tour d’horizon des plus beaux bateaux du monde, avec tout dans cette anthologie franchement subjective. Les bateaux sont devenus « mythiques », mais l’idée est la même. Intitulé Gilles Martin-Raget, dont la photothèque couvre

LE PASSEPORT DE MONSIEUR NANSEN

la plus large gamme de la planète voile, en plus des clichés de nos photographes habituels, nous ne manquerons certainement aucun rendez-vous, ni avec les Maxis, ni avec les bateaux de course, encore moins les yachts classiques. Côté auteurs, en plus de la rédaction, nous avons recruté des journalistes avertis comme Christophe Varène pour les classiques ou Olivier Péretié pour la course. L’idée est que les connaisseurs sont contents d’apprendre de nouvelles anecdotes, et elles sont nombreuses, sans que les débutants se perdent dans un livre trop spécifique. Faites-nous savoir si nous avons réussi! En tout cas, on s’est bien amusé à le faire.

PANTALON VIRGINIA, TRANSBORÉAL, 89 PAGES, 8 €

Attention, petit bijou littéraire ! Les deux témoignages de véliplanchistes

Des courses et des phares

Ce petit livre inclassable, discrètement publié par Transboréal, suscité puis dévoré par une passion pour la planche, est un essai philosophique et sensuel, un atlas de spots et de vents, une chronique d’un sport vécu comme une ascèse nomade. Écrit dans un langage littéraire, mais jamais pédant, vous pouvez le goûter

il dévore plus que lui-même pour le voyage sans retour au pays des vents. C’est une question d’énergie vitale et de transgression de la gravité, d’une camionnette sale et de mains douloureuses, et nous en apprenons aussi beaucoup sur l’histoire de ce sport qui a ouvert les plans d’eau aux nouvelles générations de marins en combinaison. Un vrai coup de coeur !

ALEXIS JENNI, PAULSEN, 200 PAGES, 21 €

L’escadre du bout du monde

Alexis Jenni, lauréat du prix Goncourt 2011 de l’art français de la guerre, n’hésite pas à monter sur scène et à rechercher l’explorateur polaire norvégien Fridtjof Nansen avec son voisin, un peu comme Philippe Jaénad. Ce faisant, il nous fait découvrir un aspect méconnu de sa longue carrière, lorsque, à la tête d’une mission humanitaire à la Société des Nations, il a sauvé

des dizaines de milliers d’Arméniens apatrides, notamment en leur fournissant le fameux « passeport Nansen », qui leur a donné un statut et leur a permis d’entrer en Europe.

Les grandes expéditions de Nansen, surtout les expéditions franques, ne sont pas pour autant négligées. Et d’une aventure à l’autre, se dessine en filigrane le portrait d’une créature sérieuse mais fantasque, surhumaine et fragile à la fois. Une époque qui vénérait ses explorateurs polaires, des héros prêts à tout sacrifier pour anéantir les dernières zones blanches de la planète. Ecrite avec beaucoup d’humour et de sensibilité, cette biographie d’Alexis Jenni se lit comme un roman. D’une certaine manière, il est l’un des meilleurs.

La grande pêche

JEAN-BENOIT HERON ET PATRICK BENOITON,

GLACE, 140 PAGES, 30 €

Des courses en mer narrées par des phares qui balisent leur parcours, l’idée est claire ! Encore fallait-il l’avoir, le suivre et surtout le réaliser avec le talent nécessaire. Les œuvres de Jean-Benoît Héron font merveille en matière d’illustration, avec de grands panneaux aériens spectaculaires, des bâtiments parfois grattés pour révéler des détails cachés, et des dizaines de phares au niveau de la mer. Tous n’ont pas forcément été conçus pour ce livre, mais peu importe : le résultat est là

À Lire  Découvertes estivales au camp d'été Banlieues Bleues