8 Times a coupé les ponts avec une célébrité controversée

Photo of author

Rédactrice passionnée qui a vécu dans plus de 25 pays toujours à la recherche de la dernière information.

Avant Kanye West, avec qui Adidas a mis fin mardi à son partenariat commercial à cause de ses propos antisémites, plusieurs stars ont vu leur contrat résilié par une marque en raison de leurs propos ou de leur comportement.

• Lisez aussi : Adidas rompt son partenariat avec Kanye West après des propos antisémites

Oscar Pistorius 

Surnommé le « Blade Runner », l’athlète paralympique sud-africain, sextuple médaillé d’or olympique, est accusé du meurtre prémédité en février 2013 de sa petite amie, la top model Reeva Steenkamp. Il soutient la thèse d’un accident.

Il perd aussitôt ses principaux partenaires (Nike, Clarins, Thierry Mugler, Oakley…). L’athlète sera condamné en appel à 15 ans de prison.

Sur le même sujet :
D’un montant d’environ 77 millions de dollars, l’accord avec Aboubakar Hima, dit…

Lance Armstrong 

Le cycliste américain, septuple vainqueur du Tour de France, a été libéré en 2012 par son équipementier de toujours Nike après le rapport accablant de l’Agence américaine antidopage.

Dans la foulée, il a perdu ses contrats avec la marque de vélos Trek et la brasserie américaine Anheuser-Busch. Un manque à gagner total estimé à près de 30 millions de dollars.

Avant de se séparer d’Armstrong, après plus de 10 ans de collaboration, Nike a été accusé par la presse américaine d’avoir couvert les agissements du champion, ce que la marque a démenti.

Tiger Woods 

Ses problèmes conjugaux et ses mauvais résultats sur le green ont coûté cher au champion de golf américain.

Une à une, les marques ont mis fin à leurs contrats avec lui (Tag Heuer, Gillette, AT&T, PepsiCo ou encore Accenture).

Le « Tigre » a cependant maintenu le soutien de certains sponsors, comme Nike, ce qui lui a permis de continuer à être le sportif le mieux payé du monde à l’époque.

À Lire  Tim Sweeney d'Epic dit qu'il "n'interdira certainement pas" les NFT

Michael Phelps 

Après la publication en février 2009 de photos le montrant en train de fumer de la marijuana, le champion de natation américain a immédiatement perdu, malgré ses excuses, le soutien d’un de ses sponsors, Kellogg’s.

Le céréalier a estimé que l’image du médaillé olympique n’était plus en phase avec celle de la marque.

Sharon Stone 

Egérie de Dior, l’actrice américaine Sharon Stone a provoqué la colère de Pékin en 2008 en laissant entendre que le tremblement de terre dévastateur du Sichuan pourrait être une conséquence de la politique chinoise au Tibet. « Je pense que c’est du karma », dit-elle.

La marque de luxe française fait son mea culpa avec la Chine en dénonçant les « commentaires coupe-biscuits ». Dior-Chine décide même d’annuler dans le pays toute publicité associant l’actrice.

L’héroïne de Basic Instinct s’excusera à son tour.

Kate Moss 

En 2005, des photos montrant le top model britannique sniffer de la poudre blanche lui ont coûté cher.

Une à une, les marques sous contrat avec « La Brindille » mettent fin à leur collaboration (H&M, Burberry, Chanel, Rimmel…).

Cependant, Kate Moss re-signera, quelques années plus tard, de nombreux autres contrats publicitaires.

Whoopi Goldberg 

Connue pour son franc-parler, l’actrice américaine s’est moquée du président républicain George W. Bush en 2004 lors d’une soirée de financement pour les démocrates.

La plaisanterie irrite le groupe alimentaire anglo-néerlandais Unilever, qui annule sa campagne publicitaire pour le produit diététique Slim-Fast, dont il est la vedette.

Madonna 

La chanteuse américaine, adepte de la transgression, mêle, en 1989, dans le clip de son tube Like a Prayer, érotisme et religion en embrassant un Christ noir.

Cela provoque un énorme scandale, même au Vatican. Face aux menaces de boycott des groupes religieux, le géant des boissons gazeuses Pepsi renonce à Madonna et annule son contrat publicitaire.