A Marseille, la première station hydrogène verte au monde pour …

Photo of author
Written By Sophie Ledont

Rédactrice passionnée qui a vécu dans plus de 25 pays toujours à la recherche de la dernière information.

En s’alliant à Ephyra, inventeur du premier écosystème nautique à hydrogène vert au monde, l’entreprise ciotadenne Hynova prend une dimension internationale. Ensemble, ils développent les premières stations à hydrogène vert sous forme de concessions écoresponsables. Un projet pilote pourrait voir le jour à Marseille.

« Mais vous êtes la Tesla des mers. » Cette petite phrase prononcée par un visiteur du Monaco Yacht Show fin septembre est ancrée dans l’esprit de Chloé Zaïed. Il y a quelques années, la jeune femme entreprenait de révolutionner le monde des yachts.

Le 26 mai 2020, le capitaine Chloé Zaïed, sous la direction de la société ciotatoise Hynova, a conçu et mis à l’eau le premier bateau de plaisance électro-hydrogène au monde baptisé New Era. « Nous avons prouvé que l’hydrogène fonctionne, qu’il est mature. Nous avons montré aux autorités portuaires que nous pouvions transporter un navire à hydrogène et l’hydrogène pour approvisionner les ports en toute sécurité », explique Chloé.

« Mais comment je fais le plein ? »

Quel résultat deux ans plus tard ? Après cette démonstration, Hynova entre dans la phase de commercialisation dans les mois qui suivent en participant à des salons nautiques prestigieux, où l’accueil est toujours chaleureux et l’expérience utilisateur convaincante. « Quand les gens montent à bord, je n’ai plus besoin de parler, c’est le plus fort qu’ils ressentent vraiment. Il n’y a pas d’odeur, pas de bruit, pas de vibration, et ça va vite », raconte le capitaine.

Deux ans et demi, la question « l’hydrogène n’est-il pas dangereux ? » à « mais comment le remplir ? ». Le problème central est que l’hydrogène n’a pas été considéré comme la principale source de propulsion. « Pendant la phase où nous étions avec Hynova, j’ai été pris au dépourvu parce que je me suis dit, où est le modèle ? A qui vais-je vendre les bateaux si je ne peux pas apporter de solution d’approvisionnement ? « , confie-t-il.

D’autre part, la navigation à hydrogène rencontre de multiples obstacles à sa généralisation, en raison des coûts de transport et de stockage du carburant vert et de la législation en la matière. Sans oublier que la molécule provient toujours de combustibles fossiles. « Je suis la seule marque au monde qui veut lancer des bateaux à hydrogène en série, bien qu’il y ait des projets de navettes, ce n’est pas encore une réalité, ajoute Chloé. Quel opérateur mettra une gare dans le port si ce n’est pas rentable pendant dix ans ? De même, quel port assurera une représentation de service public, car nous sommes dans le domaine public maritime, il ne faut pas l’oublier. C’est très complexe. »

La solution globale, autonome et vertueuse d’Ephyra

Face à ce constat, Hynova décide de rejoindre Ephyra. L’entreprise suisse, qui fait partie du groupe ZE Holdings et propriétaire à 51% du chantier naval Hynova, a développé une solution qualifiée de « révolutionnaire » au problème de l’approvisionnement en hydrogène, notamment des navires zéro émission, tout en remédiant au manque d’infrastructures. .

L’entreprise s’est inspirée du secteur automobile et notamment Tesla a créé ses propres équipements et développé un réseau de superchargeurs pour ses voitures électriques afin de recharger rapidement les batteries. Ainsi, Ephyra produit son hydrogène par électrolyse de l’eau de mer et a trouvé le moyen de le distribuer pour alimenter le carburant. En France, où la réglementation des gaz comprimés haute pression est très stricte, Ephyra raccorde la production d’hydrogène directement au ponton où se trouve le distributeur, pour permettre la compression directement à bord.

L’hydrogène vert produit sur la station elle-même est stocké sous pression dans les réservoirs en fibre de carbone du navire, puis converti en électricité par une pile à combustible. L’énergie alimente les moteurs des bateaux et charge simultanément les batteries. « Cette solution mixte respecte les règles de sécurité des navires en établissant une solution de redondance, et présente un intérêt technique : le navire fonctionne en utilisant uniquement des piles à combustible (en vitesse de croisière), ou en utilisant simultanément des piles à combustible et des batteries (nécessitant une vitesse maximale ). Et lorsque les batteries sont déchargées, la pile à combustible sert de super-chargeur », explique l’entreprise.

Faire le plein d’hydrogène prend une quinzaine de minutes contre plusieurs heures pour un bateau électrique à batterie. Léger et propre, l’hydrogène autoproduit sur place est libéré des contraintes de son transport.

Efficacité énergétique, car 1 kg d’hydrogène produit 2,8 fois plus d’énergie qu’1 kg d’essence. L’effluent est converti en chaleur et en eau propre, qui est ensuite utilisée pour les services à bord ou pour continuer à alimenter le processus d’électrolyse. « Ephyra est une pionnière. Nous avons développé une stratégie disruptive, forte de valeurs positives et d’un modèle économique véritablement durable », déclare son président, David Mouquet.

À Lire  Pour saisie : le plus gros navire du monde est à vendre pour 1,5 milliard d'euros

Un écosystème de navigateurs engagés avec des stations à travers le monde

Avec cette innovation présentée en première mondiale au Monaco Yacht Show, l’intention est de développer un réseau international de stations d’hydrogène vert avec Hynova Shipyard. « Nous voulons créer un écosystème mondial avec des navires, une station hydrogène qui produit son propre hydrogène et uniquement ce dont nous avons besoin. Notre objectif est de créer un club de marins engagés avec un service complet. Nous changeons complètement de modèle », explique Chloé Zaïed, PDG d’Ephyra et Présidente d’Hynova.

Le propriétaire d’un navire Ephyra devient membre d’une communauté et dispose d’un service clé en main. Que vous choisissiez une station-service privée ou partagée, le programme propose un concierge, la location et l’entretien d’un skipper, la possibilité de louer leur yacht à d’autres membres de la communauté ou d’en choisir un de n’importe où dans le monde. « Par exemple, un propriétaire possède un bateau à Marseille et décide de passer ses vacances aux Bahamas. S’il y a une station là-bas, tant qu’elle est dans la communauté, elle a un accès direct sur place. Tout cela est géré depuis votre téléphone via une application. L’intention est d’avoir des bases partout dans le monde, en négociant également des places pour des navires zéro émission dans les ports ».

A partir de janvier 2022, les marinas de plus de 100 places doivent réserver 1% de leurs places aux bateaux électriques. C’est un défi d’engager une transition écologique dans le bateau, comme dans l’automobile. « Avec le nombre de ventouses que l’on voit dans les ports, il est temps de s’organiser pour voir arriver la nouvelle génération de bateaux », souligne le capitaine.

Marseille, premier projet pilote ?

Ephyra-Hynova finance ses stations, qui remplacent deux conteneurs d’environ 20 pieds, « ou nous vendons une concession. Il faut entrer sur le marché, montrer que c’est possible, avec pour objectif de commencer à créer 10 stations en Europe. Mais ça ne veut pas dire qu’on ne se lancera pas dans d’autres pays en même temps, car on a une demande de concessions », a ajouté Chloé.

La Suisse est très intéressée par ce système, notamment pour la navigation sur les lacs. « Là, il y a la culture, la mentalité et les taxes quand ils sont au spa. La réglementation internationale va jouer un grand rôle », poursuit tristement le capitaine. Que la première station ne voit pas la lumière là où tout a commencé.

La Ciotat, Cannes, Nice, Saint-Tropez, Marseille… Cette installation peut revendiquer, « face aux grands enjeux environnementaux. Il ne faut pas perdre cela de vue, c’est le cœur du projet ».

Cependant, de premiers échanges ont eu lieu dans le but de créer un premier écosystème à Marseille. La Mairie et la Métropole Aix-Marseille-Provence portent un intérêt particulier au projet Hynova, qui peut faire partie du dispositif « 100 villes neutres en carbone », dont Marseille est lauréate. « Dans le cadre des commissions que nous réalisons avec la Région et la Métropole, nous avons une ligne dédiée à la décarbonation des navires à passagers. Les réflexions portent sur l’électricité, le bioéthanol et l’hydrogène », souligne l’adjoint côtier Hervé Menchon. « C’est un projet qui peut relever ces défis mais qui a encore des freins. » Le coût de l’hydrogène en est un. Les infrastructures aussi.

« D’ici à deux ans, il y a aura des bateaux à hydrogène dans la région »

Didier Réault partage le même constat. Vice-président métropolitain, délégué à la mer, au littoral et au cycle de l’eau, la question de la rentabilité économique entre également en jeu. Pour ces questions liées à la décarbonation des yachts, les élus se sont également tournés vers la Direction territoriale. et la mer (DDTM). Plus qu’un emplacement dans le Vieux-Port, les deux élus aimeraient voir une telle gare côté Mucem. « Même au sein du Grand Port Maritime de Marseille. Mais il faut qu’il y ait un intérêt commercial à un point d’approvisionnement », a ajouté Didier Réault.

En attendant qu’un projet pilote voie le jour dans la ville de Marseille, en ce début d’année, la première série de 4 bateaux Hynova sera mise à l’eau. 48 pieds (14 mètres) premier prix : 1,9 million d’euros. L’entreprise a également obtenu une subvention de l’Adème, permettant aux professionnels de Provence-Alpes-Côte d’Azur d’exploiter 8 bateaux : « C’est super, ça veut dire que dans deux ans, il y aura des bateaux à hydrogène dans la région ». Chloé a conclu.

"On paye le voyage, on se retrouve dans une prison dorée" : le covid l'invite au rayon croisières de Ma
Sur le même sujet :
Au moins 45 passagers du MSC Grandiosa, parti dimanche de Marseille à…