A Marseille, marre des paquebots géants des mers

Photo of author

Rédactrice passionnée qui a vécu dans plus de 25 pays toujours à la recherche de la dernière information.

Face à des paquebots géants très polluants et gros consommateurs d’énergie, la ville de Marseille gagne. Les habitants des quartiers nord, qui vivent avec les mastodontes amarrés sous leurs fenêtres, organisent la résistance.

« Stealth » n’est pas timide. Il n’a pas non plus peur de se jeter à l’eau. Le 14 juin, ce jeune militant, qui préfère se présenter sous son pseudonyme, son « nom de combat » plutôt que sa véritable identité, accompagné d’une quinzaine de compagnons du mouvement écologiste Extinction Rebellion et du collectif Stop Cruises, a réussi. refuser l’entrée dans le port de Marseille au plus grand navire touristique du monde « Miracle of the Seas ». Ce mastodonte de 362 mètres de long, qui représente près de la moitié du bassin du Vieux Port, a la taille d’un immeuble de 20 étages et peut accueillir jusqu’à 9 300 personnes (7 000 passagers et 2 300 membres d’équipage), l’équivalent d’une commune comme Bandol. Évian ou Honfleur.

« La Merveille des mers », en bon français, est une folle ville flottante avec 20 restaurants, 14 bars, 2 casinos, 4 piscines, 10 bains à remous, toboggans, théâtre, murs d’escalade, simulateurs de surf, mini golf, tyrolienne. et même… une patinoire. Le dernier-né de Royal Caribbean, un paquebot géant construit dans les chantiers navals de Saint-Nazaire, a beau faire la fierté de son propriétaire, il n’en demeure pas moins une anomalie écologique avec une consommation de carburant aussi disproportionnée que sa taille.

Mi-juin, les militants préparent un blocus du port de Marseille sous forme d’opération commando. « Nous nous sommes rencontrés secrètement à 6h du matin près des plages de la côte nord

À Lire  Hôtel Club Med Le Riad à Marrakech, avis d'expert Le Figaro

Cet article est réservé aux abonnés. Pour en savoir plus, profitez de nos offres à partir de 1€

En choisissant ce chemin d’abonnement à la remise, vous acceptez le paiement du cookie d’analyse de Google.