A Saint-Renan, le Salon Toutes Collections fait la part belle aux moulins à café

Photo of author

Rédactrice passionnée qui a vécu dans plus de 25 pays toujours à la recherche de la dernière information.

Le Salon toutes collections de Saint-Renan a attiré plus de vingt collectionneurs de tous bords, dimanche. Parmi eux, Marie-José Prioux, qui collectionne les moulins à café. Une passion dévorante.

Le Musée du Ponant a organisé, le dimanche 16 octobre 2022, le Salon Toutes Collections à l’Espace culturel de Saint-Renan. Pour cette 20ème édition, le public a pu chiner, s’informer et acheter auprès des 24 exposants, particuliers et professionnels de la région, venus présenter leur gamme de cartes postales, timbres, billets de banque, minéraux de livres anciens, fournitures militaires, etc. . « Après trois ans d’interruption due à la crise sanitaire, c’est avec plaisir que nous accueillons à nouveau ce salon où se retrouvent collectionneurs ou passionnés, qui voyagent parfois de loin pour aller à la rencontre du public », explique Anne-Marie Derville, du musée Ponant. Des représentants du Centre Généalogique du Finistère étaient également présents pour renseigner sur les démarches de recherche nécessaires à l’établissement d’un arbre généalogique.

Ceci pourrez vous intéresser :
EManon C. Photo deManon C. Publié le 17 octobre 2022 à 14h20Acquérir…

La mylokaphéphilie, l’art de collectionner… les moulins à café

Marie-José Prioux, présidente de l’Association Internationale des Collectionneurs de Moulins à Café (AICMC), a exposé sa collection de moulins à café. « Ce sont de véritables œuvres d’art qui rappellent nos souvenirs d’enfance », dit-elle. En déménageant ma tante, mon mari Bernard a récupéré un vieux moulin à café; c’est alors que la passion a commencé. Nous collectionnons ces objets depuis 50 ans, plus de 500, et nous sommes devenus mylokasefefs ». Le couple possède également cinq moulins à sarrasin plus rares. « Le sarrasin, contrairement aux autres céréales, échappait aux impôts et taxes mais était mal stocké. Pour les agriculteurs bretons et normands, il était important de pouvoir en broyer chaque jour une petite quantité grâce à un moulin à sarrasin placé dans le grenier, fixé sur la charpente ou sur l’escalier.

À Lire  Fête des mères : 5 idées cadeaux originales à offrir