Automatisation informatique : perspectives de l’informatique et des processus métier

Photo of author
Written By Sophie Ledont

Rédactrice passionnée qui a vécu dans plus de 25 pays toujours à la recherche de la dernière information.

« Automatisation informatique : événements et perspectives pour l’automatisation des processus informatiques et métiers » était le thème de la matinée CIO du 5 juillet 2022.

Depuis le début de la révolution industrielle, le principe a toujours été utilisé : l’automatisation permet d’augmenter l’efficacité commerciale. Il s’agit de réduire le travail humain pour produire des produits meilleurs, plus rapides et moins chers. Dans le cas des services informatiques ou informatiques, cela inclut de nombreuses formes d’automatisation, et même l’utilisation de l’intelligence artificielle. Pour tirer les meilleures pratiques en la matière, le DSI a organisé la conférence « Automatisations informatiques : événements et perspectives de l’automatisation des processus informatiques et métiers » le 5 juillet 2022 au Centre d’Affaires Paris Trocadéro. Ce matin a été développé en collaboration avec Cegid, Darktrace, IBM, Matrix42, Microfocus et SS&C Blue Prism. Retrouvez ici la vidéo complète de la matinée « Automatisation informatique : expériences et perspectives sur l’automatisation des processus informatiques et métiers ».

Le principal témoin de la matinée était David Quantin, directeur général adjoint, Systèmes d’information et innovation de la Matmut. En tant que témoin important, il a longuement parlé du sujet Comment obtenir de la valeur avec l’IA et les technologies d’automatisation ?. Ils ont également apporté leur témoignage : Alice Guehennec (CDIO du groupe Saur), Vincent Kerebel (directeur du système de gestion d’entreprise au groupe militaire), Carole Millereux (directrice adjointe du bureau des salaires et traitements à la DGAFP) et Mathieu Sagot (responsable de l’information. , Colas Digital Solutions). En collaboration avec MyFrenchStartUp, Olivier Exbrayat, fondateur de Factory 456, a présenté cette startup.

« Comment gérer vos processus comptables et financiers ? explique Stéphane Gaboriaud, spécialiste de la traduction comptable & financière chez Cegid.

Les départements financiers traitent de nombreux sujets, de la gestion de la performance aux dépenses d’investissement, en passant par la croissance d’une entreprise, la gestion des risques et même la recherche de nouveaux talents. Le processus de restructuration reste également un enjeu important, a déclaré Stéphane Gaboriaud. Il a ensuite souligné deux choses importantes pour bien ajuster le processus financier. Tout d’abord, trouvez-les, cartographiez-les et écrivez-les pour les corriger. Ensuite, assurez un suivi des données de bout en bout, notamment pour assurer la conformité. Pour relever ces défis et mettre en œuvre des projets financiers, notamment tous ceux liés aux changements de politiques, la collaboration entre DAF et DSI est essentielle, a également rappelé Stéphane Gaboriaud.

Publicité Retrouvez l’intervention de Stéphane Gaboriaud dans la vidéo intégrale de la matinée.

Le « Hyperautomation Case in Practice » a été présenté par Florina Andonie, Solutions Director France chez SS&C Blue Prism (à droite), et Benoît Cayla, Technology Partnerships Director EMEA chez SS&C Blue Prism (à gauche).

L’automatisation est très attrayante pour les entreprises, car les résultats sont rapidement reconnus. Mais quand les militants sont nombreux, la transition vers l’industrialisation est rare. « Nous n’allons pas très loin du PoC à la réalité car les entreprises n’ont pas de boussole, de connaissance du processus », a déclaré Benoît Cayla, directeur technique EMEA chez SS&C Blue Prism, qui s’est entretenu avec Florina Andonie, directrice des solutions France chez SS&C ; C Prisme bleu. Contrairement à ce que certains craignent, les utilisateurs ne sont pas hostiles à l’automatisation dès lors qu’ils comprennent que leur expérience va gagner en valeur et en intérêt. Mais, pour obtenir une véritable automatisation, vous devez commencer par la partie minière afin de comprendre le processus, puis le corriger avant de pouvoir automatiser. Une erreur à éviter est de vouloir tout réparer de manière agressive ou au moins d’automatiser certaines tâches du processus. Florina Andonie et Benoît Cayla ont utilisé, pour illustrer leur propos, l’exemple d’un fabricant de parfums qui est passé d’une automatisation partielle traditionnelle à une hyper-automatisation issue de l’exploitation minière.

L’intervention de Florina Andonie et Benoît Cayla n’est pas reprise dans la vidéo intégrale de la matinée.

Carole Millereux, adjointe au chef du service des traitements et salaires à domicile, DGAFP, a été témoin de la mise en place d’un guichet unique à la DGAFP pour faire face aux changements.

La DGAFP est le « DRH du Monde », a expliqué Carole Millereux. Elle accompagne la réforme RH de tous les employeurs de la fonction publique, et crée donc notamment de nombreuses normes et documents juridiques. « Nous recevons des documents que nous devons examiner et suivre pour fournir ces recommandations RH », a-t-il déclaré. En 2021, la DGAFP a reçu par exemple un peu plus de 500 articles. Il était nécessaire d’automatiser et de réduire le processus de traitement de ces documents, de la réception à la réponse. Cela a abouti à un seul magasin. « Tous les projets sont évalués en deux, car ils ont une partie RH et une partie financière », explique Carole Mirereux. Le portail interactif semblait être la solution parfaite. La DGAFP a choisi la solution Damaaas, qui a permis une mise en place et une construction rapides avec les utilisateurs métiers.

Retrouvez le témoignage de Carole Millereux dans la vidéo intégrale de la matinée.

« ESM, une nouvelle expérience pour les salariés, l’IT et les métiers », déclare Brendan L’Héréec, account manager France chez Matrix42.

L’ITSM (IT service management) et l’ESM (Enterprise access management) reposent sur la gestion des « tickets », c’est-à-dire demandes à traiter dans le workflow. L’adoption d’ESM permet de synchroniser et de standardiser les tickets afin de simplifier leur processus de traitement. « L’objectif d’ESM est d’unifier les processus quotidiens, de briser les silos, tout en automatisant l’intégration avec d’autres outils du SI », a déclaré Brendan L’Héréec, responsable de compte France chez Matrix42. Un bon ESM peut générer des rapports sur les problèmes récurrents et, ainsi, aider la direction à prendre les décisions appropriées pour prévenir la récurrence des mêmes problèmes. Si, aujourd’hui, 70% du budget informatique est dédié à l’exploitation et à la maintenance, 30% aux projets, l’objectif est de réduire les coûts d’exploitation afin de libérer de l’espace pour la construction.

L’intervention de Brendan L’Héréec n’a pas été incluse dans la vidéo complète de la matinée.

Mathieu Sagot, responsable de l’information chez Colas Digital Solutions, a fourni un chatbot et une IA pour le support des utilisateurs.

Il y a quelques années, le support informatique du groupe de BTP Colas a décidé de changer d’outil ITSM en choisissant ServiceNow. A cette occasion, le périmètre informatique couvert par cette démarche a également été élargi, de la France à l’ensemble des pays où le groupe est présent. Colas Digital Solutions a ensuite complété la solution avec un chatbot, dans le but d’offrir un nouveau canal aux utilisateurs. « Côté informatique, il s’agissait de prendre plus de responsabilités », explique Mathieu Sagot. L’entreprise a choisi Konverso car il permettait effectivement de passer le relais à un conseiller humain lorsque le bot ne pouvait pas répondre, un facteur clé pour l’expérience utilisateur dans les projets d’automatisation. Actuellement, Colas Digital Solutions travaille sur l’automatisation en s’appuyant sur le catalogue de services inclus dans ServiceNow.

Retrouvez le témoignage de Mathieu Sagot dans la vidéo intégrale de la matinée.

« Comment l’IA renforce les équipes humaines grâce à l’automatisation » a souligné Hippolyte Fouque, expert en cybersécurité chez Darktrace.

« La cybersécurité fait partie des problèmes qui ne sont pas à l’échelle humaine », a commencé Hippolyte Fouque en introduction. Non seulement les entreprises voient leurs attaques se multiplier, mais les menaces deviennent de plus en plus imprévisibles, complexes et en évolution rapide. De plus, le déficit de compétences en cybersécurité se traduit par une surcharge de travail pour les équipes existantes, entraînant une réponse tardive. « L’IA prend le problème à l’envers », disait Hippolyte Fouque. En surveillant en temps réel les données d’utilisation des sites numériques, il apprend quel est le fonctionnement normal et est capable de détecter avec précision les premiers signes de cyberattaques. Il augmente également la productivité grâce à la création de rapports d’événements en langage naturel, ce qui permet aux équipes de sécurité de gagner un temps précieux.

Découvrez l’intervention d’Hippolyte Fouque dans la vidéo complète de la matinée.

Le principal témoin de la matinée, David Quantin, directeur général adjoint de l’organisation, des systèmes d’information et de la technologie à la Matmut, a décrit les nouvelles évolutions de la gestion de la relation client.

Historiquement, la Matmut proposait des assurances auto et habitation. « Depuis 2015, nous nous sommes engagés à rendre nos produits différents », a déclaré David Quantin. Parallèlement, l’assureur a créé un moteur de recherche de start-up, qui a également permis de travailler avec elles. « L’InsurTech en est venue à se moquer de nous, notamment en termes d’expérience client et de nouveaux usages », a expliqué la DGA. La Matmut a donc décidé d’appeler les débutants pour accélérer son changement. Parmi ceux-ci se trouve Zelros, qui utilise l’IA pour augmenter et soutenir les agents d’assurance, afin de fournir le meilleur produit aux clients au bon moment. « L’IA apporte des conseils dans Salesforce, ainsi que des explications. Et surtout, elle inclut des retours, le consultant montre si l’IA l’a aidé », a publié David Quantin. La DGA a alors créé son mantra de management,  » testez comment utiliser avant d’adopter la technologie ».

Retrouvez le témoignage de David Quantin dans la vidéo intégrale de la matinée.

« Concevoir le processus, c’est une exigence importante » a plaidé Yannis Nakos, responsable des ventes mines et RPA EMEA de BMM.

À Lire  Assurance internet : toujours plus chère pour moins de garantie

« Ce n’est pas la plus forte de l’espèce qui survit, mais c’est la plus capable de s’adapter au changement. » Cette célèbre citation de Charles Darwin a permis à Yannis Nakos, responsable des ventes IBM Process Mining et RPA EMEA, d’introduire son discours. Selon lui, quelle que soit sa taille, aucune entreprise n’est au front prête à affronter le gros problème, elle doit s’adapter. Par conséquent, au lieu de s’engager à changer l’environnement technologique ou à injecter l’IA partout, ils doivent maîtriser le processus et déployer une IA formée et ciblée là où elle apporte vraiment de la valeur. Pour Yannis Nakos, « ce sont les processus au cœur, pas les applications ». De plus, savoir automatiser les activités connexes permet d’éliminer les tâches répétitives et de proposer des emplois qui ont tendance à attirer les meilleurs, un bonus important dans le contexte de la bataille des talents. Mais pour ce faire, vous devez commencer par cartographier le processus afin d’identifier les causes d’inefficacité et de prendre des mesures pour corriger le processus. « Vous ne pouvez pas créer ce que vous ne connaissez pas », a rappelé Yannis Nakos.

L’intervention de Yannis Nakos n’est pas incluse dans la vidéo complète du matin.

Vincent Kerebel, directeur du système de gestion d’entreprise chez Naval Group, a expliqué comment Naval Group a mis en place des centaines de processus.

Naval Group fournit des navires, des systèmes d’attaque et des navires de défense aux armées nationales de 20 pays. En 2010-2015, l’organisation était très stable, avec des informations bien documentées, mais difficiles à trouver. Le groupe a pris la décision de passer à une opération horizontale, en alignant plus efficacement ses processus et en les intégrant. Ce changement culturel est venu du développement du BMS, la gestion du groupe. Cet ajustement a permis de travailler sur des contrats, « pour comprendre les attentes du processus suivant, l’erreur des données d’entrée », ce qui a créé beaucoup de valeur ajoutée selon Vincent Kerebel. L’équipe s’est appuyée sur la plate-forme de gestion de documents d’Alfresco et l’outil de modélisation de processus Mega Hopex pour alimenter le portail des employés. Ils peuvent y trouver toutes les cartes et documents liés aux différents processus. « Le BMS a permis de mettre en avant certaines fonctions importantes mais méconnues, comme la gestion de projet », souligne Vincent Kerebel.

Regardez le témoignage de Vincent Kerebel dans la vidéo complète de la matinée.

« Comment faciliter la gestion des applications métiers ? » », a demandé Isabelle Roth, responsable avant-vente ESM Europe chez Micro Focus.

En ESM, gestion des services aux entreprises, on retrouve l’informatique, mais aussi les services RH, les services généraux, la finance et le juridique. « Avec nos clients, nous obtenons également beaucoup de leurs affaires. Dans la banque, par exemple, il s’agit de l’accompagnement des services bancaires, là où l’on voit l’analyse », publiait Isabelle Roth, avant d’affronter les problèmes de mise en œuvre. Même si les entreprises choisissent parfois des solutions différentes selon la transaction qui s’opère, les l’intérêt est le même d’avoir un autre portail pour Isabelle Roth.Elle a aussi insisté sur l’importance, lors de la construction du catalogue de services, de « donner envie d’en manger » et de « savoir le faire changer ». de traitement des demandes, d’automatisation, ou uniquement sur le transfert des demandes ou l’ordre de confirmation, permet de fixer rapidement le délai et le suivi – une manière aussi de redorer l’image d’une informatique et d’un métier orientés vers Isabelle Roth.

Retrouvez l’intervention d’Isabelle Roth dans la vidéo intégrale de la matinée.

Alice Guehennec, CDIO du groupe Saur, a expliqué comment Saur gère les ressources en eau grâce à l’IoT et à l’IA.

« Nous avons décidé de redonner de la valeur à l’eau », a commencé Alice Guehennec, expliquant les travaux du groupe Saur, dédié à la transformation de l’eau. Pour protéger cette précieuse ressource, le groupe poursuit trois objectifs : continuer à fournir une eau de qualité en quantité suffisante aux générations actuelles et futures ; réduire l’empreinte environnementale de l’industrie de l’eau, en optimisant la consommation d’énergie et en luttant contre les pertes et la pollution ; et enfin, changer le comportement des consommateurs. Avec plus de 30 000 installations et un réseau de centaines de milliers de kilomètres connectés, Saur dispose de données collectées depuis 15 ans. « Grâce à la technologie, notamment l’IA et le ML, on peut passer d’un processus à un processus tangible, voire imaginatif, pour mieux gérer les événements », explique Alice Guehennec, qui donne ensuite trois exemples qui montrent comment cela peut être utilisé.

Retrouvez le témoignage d’Alice Guehennec dans la vidéo intégrale de la matinée.

En collaboration avec MyFrenchStartUp, Olivier Exbrayat, fondateur de Factory 456, a présenté le véritable processus RPA pour cette startup.

« Factory 456 propose un service numérique pour le travail humain », résume Olivier Exbrayat pour présenter son entreprise. Il s’agit de libérer les employés des tâches chronophages et répétitives grâce à la RPA. Les robots Factory 456 sont également améliorés avec l’IA, en particulier la compréhension du langage naturel.

Découvrez l’intervention d’Olivier Exbrayat dans la vidéo intégrale de la matinée.

Les moments de convivialité (petit-déjeuner, pause et cocktail déjeunatoire) ont été autant d’occasions d’échanges intensifs entre les participants.

Pourquoi automatiser son entreprise ?

Pourquoi automatiser son entreprise ?

BÉNÉFICES AUTOMATIQUEMENT Gagnez des clients. Facilité de charge mentale. Trouver la paix. Taux d’erreur réduit.

Quels sont les avantages et les inconvénients de l’automatisation ? L’automatisation d’un poste de travail présente plusieurs avantages.

  • 1- Réduction ou suppression de certains prix. …
  • 2- Augmentation de la productivité…
  • 3- Fiabilité et flexibilité…
  • 4- Garantie de sécurité…
  • 1- Coût d’installation élevé. …
  • 2- Limites de la technologie.

Pourquoi automatiser une entreprise ?

Mais encore, pourquoi devriez-vous améliorer votre entreprise ? La fonction principale de l’automatisation est d’augmenter ces indicateurs (en augmentant ainsi votre efficacité et vos revenus). Souvent, cela peut aussi faire la différence entre la croissance, la stagnation, la rentabilité ou la rareté.

Quelles sont les raisons qui poussent les organisations à automatiser leurs productions de biens ou services ?

Les avantages de l’automatisation des processus métier sont considérables. Ces choses combinées apportent deux grands changements : vous économisez beaucoup de temps et d’argent. L’automatisation peut même vous aider à gérer un véritable inventaire.

Sur le même sujet :
La rédaction du Parisien n’a pas participé à la réalisation de cet…

Quelles sont deux fonctions de l’automatisation ?

Quelles sont deux fonctions de l'automatisation ?

Fonctions de la technologie d’automatisation Les systèmes d’automatisation remplissent diverses fonctions importantes. Ce sont, d’autre part, la mesure et le contrôle. Les autres fonctions organisationnelles comprennent la gestion et la communication.

Quelles sont les trois parties d’un système d’automatisation ? Le système automatique peut, pour faciliter l’analyse, être représenté sous la forme d’un schéma montrant les trois parties (PO ; PC ; P.P) du système et montrant leur relation (Informations, Commandes, Rapports, Instructions).

Quels sont deux exemples de l’automatisation ?

Des exemples d’utilisation de l’automatisation incluent la capture électronique d’informations contenues dans des documents via l’automatisation robotique des processus (RPA) et l’automatisation des communications avec les clients (c’est-à-dire l’automatisation de la réception d’e-mails).

Quelles sont deux fonctions de l’automatisation citez en deux ?

Les buts (ou objectifs) de l’automatisation sont donc : Éliminer les tâches répétitives, • Simplifier le travail des personnes, • Augmenter la sécurité (charge), • Augmenter la productivité.

Qu’est-ce que l’automatisation des processus de traitement de l’information pour une organisation et quel est son intérêt ?

Qu'est-ce que l'automatisation des processus de traitement de l'information pour une organisation et quel est son intérêt ?

L’automatisation augmente la productivité des équipes informatiques, réduit le nombre d’erreurs, collabore mieux et libère plus de temps pour les tâches stratégiques.

Qu’est-ce que l’automatisation du travail ? Ce niveau d’automatisation comprend la numérisation du travail en utilisant des outils pour rationaliser et centraliser les tâches, comme l’utilisation d’un système de messagerie partagé au lieu d’avoir des informations dans des silos isolés.

Quel est le but de l’automatisation ?

L’objectif de la technologie d’automatisation est d’automatiser les machines et les installations de manière à ce qu’elles fonctionnent de manière autonome avec efficacité et un faible taux d’erreur. Selon la complexité de l’installation, il est possible d’atteindre différents degrés d’automatisation.

C’est quoi l’automatisation en informatique ?

L’automatisation informatique est le processus de conception de logiciels et de systèmes permettant de réduire les interventions manuelles et de gérer les processus répétitifs.

Comment automatiser une recherche sur Internet ?

Comment automatiser une recherche sur Internet ?

Wildfire est un outil gratuit, disponible en tant qu’extension pour Chrome et Firefox. Le principe est simple : vous lancez l’enregistrement, vous effectuez des actions sur le web, vous arrêtez l’enregistrement. Chaque fois que vous le souhaitez, vous pouvez cliquer sur « Jouer » pour que les actions enregistrées soient exécutées.