Avec Green River Cruises l’écologie entre en Seine

Photo of author
Written By Sophie Ledont

Rédactrice passionnée qui a vécu dans plus de 25 pays toujours à la recherche de la dernière information.

Publié le 3 janvier 2023 à 15h25. Mis à jour le 3 janvier 2023 à 15h26.

Lancé en 2014, Green River Cruises a inauguré le concept d’apéritifs flottants sur la Seine, ainsi que sur la Marne depuis son déploiement à Nogent-sur-Marne en 2019. Des croisières d’une à trois heures sur « pontons » ou pontons, pour deux à douze personnes qui profitent de ces salons flottants au-dessus de l’eau, alliant confort, maniabilité, robustesse et dont la modularité permet aussi de les affecter à d’autres usages, événements et autres tournages… Les prototypes ont été entièrement conçus par Green River en collaboration avec un Fabricant français et sont désormais fabriqués en Italie. « Le concept est simple et personnalisable. Nous offrons deux bouteilles de vin ou de soda, et les passagers ramènent à bord ce qu’ils veulent, leurs boissons, leur pique-nique, sans droit de bouchon. Cependant, si vous souhaitez que nous nous occupions de la restauration, nous travaillons avec différents prestataires et fournisseurs, si possible locaux et en tout cas français », explique Evrard de La Hamayde, co-fondateur de l’entreprise.

Evrard de La Hamayde, co-fondateur et directeur de Green River Cruises© Green River Cruises

L’idée a germé en 2012 lorsque, lors de son stage de fin d’études, après sa sortie d’école de commerce, il a répondu à la demande du propriétaire d’un petit ponton qui souhaitait rentabiliser son bien en créant une activité, en l’occurrence l’apéro avec de l’eau. Une dizaine d’années plus tard, Green River est leader sur ce créneau premium et offre une position unique en devenant le premier opérateur de croisières fluviales avec des bateaux à propulsion électrique, qui permettent non seulement de glisser en silence sur la Seine, mais aussi d’économiser 7 000 litres de carburant par bateau. « Aujourd’hui, nous avons une flotte d’une dizaine de bateaux dont quatre sont 100 % électriques, voire électro-solaires pour deux d’entre eux. Notre objectif est d’avoir une dizaine de bateaux de ce type pour les JO de Paris en 2024. Ce sera pour nous une belle vitrine, un booster, et nous faisons tout pour être prêts. Passé ce délai, Green River embarquera également dans le bateau à hydrogène et travaille déjà à la conception d’un premier modèle, mais pour l’instant Evrard de La Hamayde finalise son prochain gros projet, l’ouverture d’une base nautique sur un ancien porte-conteneurs. . , à partir de l’été 2023. « Nous avons acheté et réhabilité une péniche Veolia que nous transformons en établissement flottant avec piscine. En tout, nous transformons 180 mètres linéaires en port de plaisance, au niveau de la passerelle De l’Avre longeant le Bois de Boulogne. C’est un projet ambitieux qui nécessite un prêt important et pour lequel Bpifrance nous soutient financièrement », précise le dirigeant, qui est également membre de la Communauté Bpifrance Green Rooster (qui regroupe des entreprises qui proposent des solutions innovantes durables et des ‘alternatives écologiques’). , également soutenu par la région Ile-de-France et la ville de Paris.

À Lire  Maxus 35, montez en gamme pour un yacht de croisière moderne et lumineux

Evrard de La Hamayde étudie également d’autres pistes de diversification, dont un déploiement dans les grandes villes fluviales comme Nantes, ainsi qu’un projet logistique pour optimiser l’exploitation des bateaux. « Ils travaillent de midi à minuit, mais très peu le matin. Compte tenu de sa modularité, nous pouvons facilement organiser la livraison du dernier kilomètre par voie d’eau vers les nombreuses péniches qui restent à quai. L’idée serait de s’approvisionner sur la jetée de Seine, en un point unique, avant d’expédier les vivres et les produits par bateau. Nous avons remporté un appel à manifestation d’intérêt et nous espérons pouvoir livrer les premières commandes d’ici un an. »