Barrick Gold et l’impérialisme canadien – Un partenariat prédateur

Photo of author

Rédactrice passionnée qui a vécu dans plus de 25 pays toujours à la recherche de la dernière information.

Les développements récents liés à Barrick Gold, qui, selon certains, est la plus grande société minière aurifère au monde, illustrent à quel point les sociétés minières canadiennes dépendent de la brutalité impérialiste de l’État canadien pour gérer leurs entreprises et augmenter leurs profits.

En avril, le Globe & Mail a révélé que Barrick avait reçu l’ordre de produire pas moins de 120 000 documents pour se défendre devant un tribunal britannique à Londres. La société est poursuivie par des plaignants tanzaniens pour les meurtres et les blessures de villageois locaux par la police et les forces de sécurité tanzaniennes – payées, nourries et entretenues par la société – dans sa mine de North Mara. « Les plaignants », rapporte RAID, une ONG qui lutte contre les abus des entreprises, « comprennent la famille d’une fillette de neuf ans tuée par un véhicule minier conduit par la police, et quatre femmes qui ont été abattues alors qu’elles se rassemblaient autour de son corps. Les affiliés de Barrick déclinent toute responsabilité. »

Au fil des ans, des dizaines de villageois ont été tués ou blessés, mais des documents divulgués révèlent que l’État canadien a accepté les dénégations de Barrick au pied de la lettre, craignant seulement de dissimuler la violence afin d’éviter que la résolution des énormes problèmes fiscaux et d’exportation de Barrick ne soit entravée.

Le mois suivant, le Globe a rapporté certains des détails sanglants du différend fiscal et d’exportation de 190 milliards de dollars de Barrick avec les autorités tanzaniennes, qui ont révélé l’implication intime de fonctionnaires et de diplomates canadiens dans les relations de Barrick avec le gouvernement tanzanien. Le Globe, en tant que principal porte-parole de la classe dirigeante capitaliste du Canada, était déterminé à cacher le contexte politique et historique de ses propres reportages.

La vérité est que les opérations rentables de Barrick en Tanzanie n’existent que grâce à des décennies de pression incessante exercée sur la Tanzanie par l’État canadien, qui a pleinement profité de la faillite politique et de la cupidité des gouvernements nationalistes bourgeois tanzaniens successifs.

L’Agence canadienne de développement international (ACDI) a menacé pour la première fois de suspendre l’aide alimentaire en 1985 lorsque la Tanzanie a refusé d’ouvrir son économie aux investissements miniers canadiens. La pression de l’État canadien a joué un rôle majeur pour détourner la Tanzanie de sa politique d’Ujamaa ou de « socialisme africain » agraire. En réalité, l’Ujamaa n’avait absolument rien à voir avec le socialisme. C’était une politique de développement réactionnaire, nationaliste et rétrograde, menée de manière désastreuse par l’Union nationale africaine du Tanganyika (TANU), puis par son successeur politique, le Chama Chai Mapinduzi (Parti de la Révolution), après l’indépendance du colonialisme britannique en 1961. .

Les « réformes du marché » exigées et imposées par l’impérialisme, combinées au colonialisme et au développement capitaliste national post-colonial dirigé par l’État, ont par la suite limité la Tanzanie à un niveau de développement économique très bas. Le PIB annuel par habitant est de 2 200 dollars et la moitié de la population vit avec moins de 1,90 dollar américain par jour.

L’investissement minier est présenté par l’impérialisme canadien comme une « solution » au problème du développement africain. Mais les problèmes de développement de l’Afrique sont entièrement dus au capitalisme et à l’impérialisme. Bien que les investisseurs des pays impérialistes deviennent incroyablement riches, l’ensemble du secteur minier de la Tanzanie ne représentait que 6 % de son modeste PIB de 62 milliards de dollars américains en 2020, y compris les investissements, les impôts et les salaires. En comparaison, les 40 plus grandes sociétés minières du Canada ont généré des revenus de 124 milliards de dollars américains en 2020, ce qui équivaut à 7,5 % du PIB du Canada, la plupart de ces revenus provenant d’opérations minières étrangères.

Le Canada est le plus grand investisseur étranger en Tanzanie, concentré sur l’extraction de milliards de dollars par an en richesses minérales du pays, pour lesquelles l’État tanzanien a historiquement reçu une somme dérisoire en redevances. Semblables à bien des égards aux dirigeants politiques des anciennes républiques soviétiques staliniennes, les responsables du parti CCM président aujourd’hui un État gangster corrompu, avec des factions se disputant le contrôle de divers programmes de recherche de rente et de corruption.

La pression canadienne n’a fait qu’intensifier cette corruption

En 1996, à la suite des « réformes d’ajustement structurel » du Fonds monétaire international (FMI) et de la menace de retrait de centaines de millions de dollars de prêts au développement, une société canadienne, Sutton Resources, a commencé l’« exploration » de ce qui est aujourd’hui la propriété de Barrick. Mine d’or de Bulyanhulu. Cependant, cette « exploration » n’était pas vraiment nécessaire, car la zone était déjà exploitée par plus de cent mille petits mineurs tanzaniens encouragés par l’ancienne politique Ujamaa.

Verona Edelstein, alors haut-commissaire du Canada en Tanzanie, a fait pression sur le gouvernement tanzanien par voie diplomatique, à la télévision tanzanienne et dans la presse pour expulser les mineurs artisanaux de la région pour construire la mine. Lors des violentes expulsions qui ont suivi, pas moins de 60 mineurs artisanaux ont été enterrés vivants alors que les bulldozers remplissaient leurs fosses.[1] Barrick a ensuite acquis Sutton Resources et Bulyanhulu en 1999.

Depuis, Barrick bénéficie du soutien constant de l’État canadien. Le Premier ministre canadien Stephen Harper a notamment profité d’un voyage en Tanzanie en 2007 pour visiter les opérations de Barrick, lorsque cette dernière a utilisé des briseurs de grève pour briser une grève de plus d’un millier de travailleurs à la mine de Bulyanhulu.

Plus récemment, les profits de l’industrie minière canadienne ont été dopés par l’abandon par le gouvernement tanzanien de toute lutte contre la pandémie de COVID. Il est illégal de signaler tout cas ou test de COVID en Tanzanie. L’ancien président Magufuli a déclaré que la pandémie avait été vaincue en juin 2020, grâce à la « prière », mais il est lui-même mort de Covid au début de 2021, avec des dizaines de milliers de Tanzaniens qui ne travaillent pas. Comptes.

En 2020, alors que la pandémie faisait rage, les importations canadiennes de minéraux et de produits miniers ont augmenté de 2,5 %, tandis que la valeur de toutes les autres importations, à l’exception de l’agriculture, a diminué de façon spectaculaire. La valeur des actifs miniers canadiens à l’étranger a augmenté de 3,5 % en 2020. Le bénéfice par once des mineurs d’or a atteint un niveau record de 828 dollars en 2020.

Selon un sous-secrétaire d’un ministère latino-américain, « l’ambassadeur du Canada ici est un représentant des sociétés minières canadiennes ». [2]

Saulxures-sur-Moselotte. Maxime Gérardin vient de créer sa société
Sur le même sujet :
&#xD ; Par Vosges Matin – &#xD ; 30 juillet 2022 à 19…

L’impérialisme canadien et l’exploitation minière

Le Canada représente 0,48 % de la population mondiale, mais abrite 80 % des sociétés minières du monde. La valeur totale des investissements miniers étrangers canadiens était de 273 milliards de dollars en 2020, selon Ressources naturelles Canada. L’Amérique latine est la principale destination des investissements miniers canadiens, suivie des États-Unis, puis de l’Afrique.

Cependant, la valeur monétaire de ces investissements en capital est trompeuse. Les investissements extraient 50 % de leur valeur et de leurs revenus annuels (143 milliards de dollars en 2021), dont une grande partie provient de pays structurellement pauvres dotés de grandes richesses minérales. Il a été estimé qu’entre 1990 et 2015, les pays impérialistes se sont appropriés 242 billions de dollars des anciens pays coloniaux et d’autres pays historiquement opprimés. [3]

Si les investissements miniers étrangers au Canada sont souvent plus rentables que de nombreux autres secteurs de l’économie, ils le sont en raison des structures de soutien financier aux sociétés minières créées par l’État impérialiste canadien et des pressions que ce dernier exerce sur divers gouvernements bourgeois compradores. réprimer leurs travailleurs.

Les règles laxistes pour l’inscription des sociétés minières aux bourses de Toronto et de Vancouver exigent que les sociétés cotées n’aient ni revenus ni bénéfices. [4] Il y a un dicton parmi les investisseurs miniers selon lequel « une mine d’or n’est qu’un trou avec un menteur dessus ». 43 % des sociétés minières mondiales sont cotées à la Bourse de Toronto (TSX).

Le portefeuille de prêts miniers d’Exportation et développement Canada, un crédit garanti par le gouvernement, totalisant 6,5 milliards de dollars en 2021. Le Régime de pensions du Canada, qui investit les cotisations gouvernementales dans les régimes qui sont déduites de chaque salaire par la loi, détient des investissements importants et Arnico Eagle, Barrick Gold , Fortis, ARC Resources, Ivanhoe Mines, Kinross Gold Corp, Lundin Mining, Nutrien (anciennement Potash Corp) Tek Resources et Wheaton Precious Metals Corp. Son portefeuille d’actions comprend plus de sociétés minières que tout autre secteur de l’économie canadienne.

Le gouvernement canadien maintient 160 délégués commerciaux dans le monde dont le travail consiste à traduire les demandes du capital canadien en politiques économiques locales qui contribuent à maximiser les profits des capitalistes canadiens. Le ministère fédéral des Affaires mondiales applique les revendications des entreprises avec toute la force de l’État canadien, exigeant de tout pays dans lequel les entreprises canadiennes souhaitent investir qu’il ajuste ses lois pour permettre l’extraction maximale de profits.

L’histoire récente de Barrick Gold en Tanzanie illustre ces relations en détail.

Des profits qui dépendent de l’État canadien

Lorsque le gouvernement tanzanien a inspecté les expéditions de « concentré d’or » de Barrick (un minerai semi-traité qui nécessite des techniques de raffinage spéciales) exportées au port de Dar Es Salam au début de 2017, il a signalé que la quantité d’or et d’autres minéraux dans le concentré était beaucoup plus que ce que les responsables de l’entreprise avaient dit. [5]

La filiale tanzanienne de Barrick, Acacia Mining, a déclaré que chaque conteneur d’expédition de concentré d’or contenait 3 kg d’or. Mais l’audit du gouvernement tanzanien a révélé que la teneur en or était de 7,3 kg par conteneur.

Étant donné que l’accord du gouvernement tanzanien avec Barrick et d’autres mineurs d’or stipulait une redevance de 4 % de la valeur de l’or exporté, la sous-déclaration à long terme de la teneur en or des « concentrés » signifierait que le gouvernement tanzanien était menacé de manière significative. Redevances pendant des décennies ; « significatif » du moins par rapport aux sommes dérisoires qui lui étaient offertes via son précédent contrat avec Barrick.

L’audit tanzanien a révélé que la valeur totale de l’or concentré effectivement exporté du pays par Barrick dépassait 1,8 milliard de dollars par an, par rapport aux 1,045 milliard de dollars déclarés par la société, et que le gouvernement tanzanien avait reçu environ 72 millions de dollars, au lieu des 42 millions de dollars qu’il avait réellement reçus. . reçu Cela s’ajoute aux différends fiscaux en cours depuis 2000 et avec 500 millions de dollars. Acacia avait prétendu être « non-résidente » en Tanzanie à des fins fiscales parce qu’elle était constituée au Royaume-Uni et n’était donc pas tenue de payer des impôts en vertu de la législation tanzanienne.

En réponse aux résultats de l’audit, le gouvernement tanzanien a émis une interdiction d’exportation de concentrés d’or et de cuivre pour faire pression sur les sociétés minières pour qu’elles établissent des fonderies d’or en Tanzanie. Il n’y avait alors qu’une seule fonderie d’or capable d’affiner l’or pur .999 sur tout le continent africain, et c’était en Afrique du Sud.

Le gouvernement tanzanien a ensuite giflé Acacia avec une facture de 190 milliards de dollars d’arriérés d’impôts, de redevances et de sanctions, ce qui a fait chuter la valeur des actions de Barrick. Cette crise pour les actionnaires de Barrick est immédiatement devenue l’affaire de l’État canadien. Des courriels de représentants du gouvernement canadien obtenus par le chercheur basé à Ottawa Ken Rubin, dont beaucoup sont fortement expurgés, documentent la pression incessante du gouvernement canadien pour contraindre le gouvernement tanzanien.

À Lire  Pourquoi créer un site web gratuit pour votre entreprise ?

À chaque étape, les responsables canadiens ont traduit les demandes de Barrick dans leurs rencontres avec les responsables tanzaniens. Les dirigeants de Barrick Gold ont pointé du doigt les responsables commerciaux canadiens de l’aide étrangère du gouvernement canadien à la Tanzanie, y compris 2,9 millions de dollars à la Mineral Audit Agency qui a contesté les affirmations de Barrick. « Les responsables fédéraux semblent disposés à citer ce financement dans leurs discussions avec le gouvernement tanzanien, bien que les détails soient expurgés des e-mails publiés », a rapporté le Globe. Le verbe « citer » est plus probablement un euphémisme poli pour « menace de couper l’approvisionnement ».

Le délégué commercial canadien a rencontré à ce sujet le ministre tanzanien des Minéraux Sospeter Muhongo, lui-même limogé quelques semaines plus tard, accusé d’avoir participé à un stratagème d’évasion fiscale beaucoup plus vaste, avec Domenik Rwekaza, le directeur de Tanzania Minerals Verification. Agence [6]. Muhongo avait déjà été limogé en 2015 en lien avec le détournement de près de 800 millions de dollars de la Banque centrale de Tanzanie dans le « scandale de la mise sous séquestre de Tegeta ».

« Les points de discussion pour la réunion, préparés par un délégué commercial canadien, suggéraient que le haut-commissaire pourrait tenter de résoudre les différends fiscaux en faisant la promotion de l’offre d’Acacia de payer une étude sur une éventuelle fonderie de cuivre [7] en Tanzanie, et le ministre de envisager d’utiliser un centre d’aide juridique financé par le Canada pour résoudre le problème fiscal », selon le Globe. Il s’agit d’une convention fiscale de 1997 qui favorise les investisseurs canadiens.

Sachant que l’héritage de la violence de l’État et de la répression contre la population locale à la mine d’or North Mara de Barrick risque d’être évoqué, le délégué commercial a également affirmé de manière ridicule que la situation s’était « normalisée ».

Le président de Barrick, Kevin Dushinsky, a également rencontré le sous-ministre canadien du Commerce, Timothy Sargent, pour planifier une stratégie conjointe. Alors que le Globe & Mail dit: « Des responsables canadiens ont déclaré que M. Sargent pourrait suggérer à Barrick » d’expliquer à la Tanzanie « que le différend pourrait entraîner une perte d’emplois et de revenus et nuire à la réputation de la Tanzanie en tant que destination de voyage. investissement », ce qui est un autre euphémisme. Ce à quoi ils faisaient en réalité référence, c’était aux menaces du gouvernement canadien d’une grève des investissements contre la Tanzanie et de réductions de l’aide gouvernementale. » Des détails précis sur la « plaidoirie » officielle du gouvernement canadien ont été supprimés des documents publiés.

Il a fallu près de quatre ans pour résoudre le différend, Barrick acceptant de payer 300 millions de dollars sur la créance fiscale de 190 milliards de dollars (0,15%) et de restructurer ses opérations en une coentreprise à 50-50 avec le gouvernement tanzanien. , qui exploite désormais les trois tanzaniens de Barrick. Mines sous le nom de « Twiga Minerals ».

Alors que la presse capitaliste canadienne a présenté la demande tanzanienne pour une fonderie d’or comme une simple question d’emplois et de « développement économique », c’est une autre dissimulation.

La pratique consistant à exporter des concentrés d’or non raffinés pour les raffiner à l’étranger permet à tous les mineurs d’or en Afrique – pas seulement à Barrick – de réduire leurs taxes et redevances sur ces exportations. Affiner tout l’or dans le pays où il a été extrait rendrait ces pratiques beaucoup plus difficiles, voire impossibles. Cependant, les responsables du gouvernement tanzanien ne se sont probablement pas concentrés sur ce point car la plupart des concentrés d’or sont raffinés par des fonderies de cuivre, et non par des fonderies d’or.

La fonte de lingots d’or « dorés » partiellement raffinés, produits par les raffineries minières, en lingots de 0,999 est jalousement gardée par le capital financier. La Suisse détient 70 % de la capacité mondiale de raffinage de l’or, suivie de l’Allemagne, du Japon et de l’Afrique du Sud. La Suisse est le centre mondial du secteur de la banque privée et la plupart des « bonnes barres de livraison » qui peuvent soutenir les contrats à terme sur les métaux sur le LME sont produites par seulement sept grands raffineurs, dont quatre sont suisses. Les contrôles sur l’origine de l’or arrivant en Suisse sont très laxistes. [8]

En outre, la quasi-totalité des banques d’investissement aurifères qui composent la London Bullion Market Association et achètent une grande partie de l’or mondial, notamment Credit Suisse, BNP Paribas, Citibank, Goldman Sachs, HSBC, ICBC, JPMorgan Chase et Merrill Lynch, ont été condamnées. . multiples fraudes fiscales, pots-de-vin et blanchiment d’argent impliquant des milliards de dollars. Bon nombre de ces escroqueries sont liées à des projets dans des pays en développement. C’est dans ce contexte que la demande de la Tanzanie pour une fonderie d’or fin .999 doit être considérée. Les responsables du gouvernement tanzanien ont peut-être fait une offre pour être « exclus » d’un autre aspect lucratif du commerce mondial de l’or.

Une joint-venture entre la Tanzanie et des investisseurs de Singapour et de Dubaï établira éventuellement une fonderie d’or .999 en 2021 en réponse au scandale Barrick, mais elle acceptera principalement les lingots d’or des petits mineurs et exportera de l’or raffiné vers le Moyen-Orient. La joint-venture Twiga de Barrick continue d’exporter ses concentrés d’or pour le raffinage à l’étranger [9].

Les profits miniers canadiens reposent sur une répression politique sauvage

L’extraction intense de super profits en Tanzanie et la concurrence brutale pour une part de l’épargne au sommet de l’État créent un climat de répression et de violence à tous les niveaux de la société, de l’opposition politique et des journalistes aux villages touchés par les ‘Opérations sont déplacées.

La violence dans le nord de Mara résulte de punitions périodiques dans la mine de villageois locaux appauvris et désespérés essayant de trouver des pièces d’or, ainsi que de protestations sociales. Le bassin de résidus miniers a empoisonné un approvisionnement en eau local.

Mining Watch Canada a documenté 22 meurtres et 69 blessés de résidents locaux à la mine North Mara entre 2014 et 2016, et Acacia a reconnu 28 autres «décès d’intrus» de 2014 à 2017. En 2016, la commission d’enquête parlementaire tanzanienne a signalé 270 blessés. Dans les courriels publiés, les responsables canadiens ont simplement répété qu’Acacia « avait fait une déclaration réfutant complètement les allégations rapportées ».

Les allégations continuent. Le groupe d’aide britannique RAID (Rights and Responsibilities in Development) a documenté quatre autres décès et deux blessés depuis 2019 : « Trois des personnes tuées ont soit tenté de quitter le site minier, soit ont été chassées. Deux ont été abattues à balles réelles, tandis que la troisième a été touché par une grosse balle, probablement une cartouche de gaz lacrymogène ou une bombe assourdissante, à l’arrière de la tête.

Selon le Globe, « un ancien agent de sécurité de North Mara qui a travaillé à la mine pendant de nombreuses années a déclaré avoir été témoin d’abus fréquents de la part de la police tanzanienne contre des intrus sur le site minier. Régulièrement, ils ont été vus attaquer les intrus avec de gros coups de bâton. « Il dit avoir été témoin de dizaines d’incidents au cours desquels la police a tiré à balles réelles sur des intrus, dont trois fusillades ayant entraîné la mort. Ces incidents ont toujours été dirigés par le Grouf », a déclaré l’ancien officier. , qui craint maintenant pour sa propre vie.

Ceux qui dénoncent les activités des sociétés minières canadiennes en Tanzanie ont souvent des raisons de craindre pour leur vie. Le Toronto Star a rapporté en 2019 que des journalistes enquêtant sur de nombreuses accusations de fraude liées aux opérations tanzaniennes de Barrick avaient reçu des menaces anonymes.

En juillet 2017, le journal tanzanien Mawio a été interdit par le gouvernement au lendemain de la publication d’un article suggérant que les anciens présidents tanzaniens Benjamin Mkapa et Jaya Kikwete étaient impliqués dans des fraudes liées à divers accords miniers avec des sociétés étrangères datant des années 1990. L’interdiction du journal n’a été levée qu’en février 2022, après la mort de Magufuli et son remplacement par la présidente Samia Suluhu Hassan.] Les contrats miniers en Tanzanie signés avant janvier 2021 ont été traités comme secrets par les gouvernements tanzaniens successifs et souvent même pas par le parlement.

La publication par Wikileaks de câbles diplomatiques américains révèle également que le procureur général de la Tanzanie, Edward Hoseah, a reçu des menaces de mort après que ses enquêtes sur la corruption officielle aient commencé à rencontrer de hauts responsables de l’ancien cercle restreint. président Kikwete, tandis que les hautes sphères du CCM étaient « intouchables ». [11] Le Serious Fraud Office du Royaume-Uni a enquêté sur Acacia en 2017 en réponse à des lanceurs d’alerte qui accusaient les employés d’Acacia d’avoir soudoyé des représentants du gouvernement tanzanien.

En septembre 2017, des assaillants inconnus ont tiré sur le chef de l’opposition tanzanienne Tundu Lissu avec plus de 32 balles de mitrailleuse. Lissu, qui a mené plusieurs campagnes contre Barrick Gold et d’autres sociétés minières étrangères au cours des 25 dernières années, a survécu mais seulement après de nombreuses opérations. Lissu est contraint à l’exil en Belgique. Les politiciens et les militants de l’opposition sont régulièrement la cible de passages à tabac, de meurtres purs et simples, d’accusations falsifiées et d’emprisonnement.

Les courriels des responsables canadiens impliqués dans le différend fiscal de Barrick s’inquiètent de la meilleure façon de tout couvrir : « Si la marque Canada doit accompagner ce projet, ainsi que tout autre travail que nous effectuons au nom de Barrick, nous devrons faire une sérieuse travailler sur le front de la RSE [responsabilité sociale].

Regardons ce travail sérieux : « Barrick Gold s’est engagé à dépenser 6 dollars pour chaque once d’or produite à North Mara et Bulyanhulu pour améliorer les soins de santé, l’éducation, les infrastructures et l’accès à l’eau potable dans les communautés. Il a alloué 70 millions de dollars à des projets, y compris la formation des mineurs dans les universités tanzaniennes [12] Barrick a gagné 488 millions de dollars au deuxième trimestre 2022, contre 411 millions de dollars au premier trimestre 2021.

En 2018, tout en défendant les profits tanzaniens de Barrick, le gouvernement Trudeau s’est engagé à créer un nouveau chien de garde ayant le pouvoir d’enquêter sur les activités des sociétés minières canadiennes à l’étranger, sous la forme d’un « ombudsman canadien pour les entreprises responsables ». Après avoir reçu « un assaut de lobbying de la part de l’industrie minière », le gouvernement Trudeau a tranquillement laissé tenir ce bureau, qui n’a aucun pouvoir d’exécution. Créée en 2019, elle a reçu 15 plaintes, qui restent toutes au premier stade de l’enquête.

[1] https://miningwatch.ca/blog/2002/4/15/bulyanhulu-special-investigative-report-men-who-moil-gold

[2] Tel que cité dans Yves Engler, « Stephen Harper’s Endless Campaign for Mining Profits », The Tyee, 22 novembre 2012.

[3] Jason Hickel et al. « Appropriation impérialiste dans l’économie mondiale : drainer le Sud mondial par des échanges inégaux, 1990-2015 », Changement environnemental mondial, volume 73, mars 2022.

[4] https://www.bennettjones.com/Blogs-Section/Canadas-Stock-Exchanges-Favour-Natural-Resource-Issuers

[5] https://www.theeastafrican.co.ke/tea/business/just-how-much-gold-does-tanzania-have–1366954

[6] https://www.mining.com/tanzania-outs-mining-minister-alleged-collusion-companies-evade-taxes/

[7] Notez que puisque les concentrés d’or sont souvent liés au cuivre, de nombreux concentrés d’or, mais pas tous, sont en fait raffinés dans des fonderies de cuivre qui disposent de la technologie pour traiter ce type de minerai.

[8] https://www.swissinfo.ch/eng/business/multinationals_the-shady-origins-of-gold-refined-in-switzerland/44621040

[9] https://www.tanzaniainvest.com/mining/mwanza-gold-refinery-inauguration

[10] https://www.theeastafrican.co.ke/tea/news/east-africa/tanzania-slaps-2-year-ban-on-newspaper-for-linking-kikwete-mkapa-to-mining-row -1367604

[11] https://www.theguardian.com/world/us-embassy-cables-documents/116436

[12] https://www.barrick.com/English/news/news-details/2022/q2-2022-results/default.aspx

(Article publié en anglais le 10 octobre 2022)