Bateau en location-gérance : Comprendre le revenu garanti et ses nuances

Photo of author

Rédactrice passionnée qui a vécu dans plus de 25 pays toujours à la recherche de la dernière information.

De nombreux plaisanciers achètent leur bateau en programme de gestion location. Plusieurs types de rémunérations existent, loin d’être toutes équivalentes. Zoom sur le revenu garanti avec Navigare Yachting.

De nombreux plaisanciers achètent leur bateau en programme de gestion location. Plusieurs types de rémunérations existent, loin d'être toutes équivalentes. Zoom sur le revenu garanti avec Navigare Yachting.

Financement d’un bateau en gestion location

Pour financer l’achat de leur bateau, de nombreux plaisanciers choisissent de passer par des programmes de location-gérance. En mettant le bateau, le plus souvent un voilier, à la disposition d’un loueur, ce dernier lui assure un revenu régulier lié à la location du bateau. Mais des subtilités existent sur le calcul de ces revenus.

« Peu d’entreprises sont en mesure d’offrir un vrai revenu garanti. Nous sommes 3 ou 4 sur le marché en puissance, car pour cela nous avons besoin d’une activité locative importante et internationale, avec une régularité tout au long de l’année pour pouvoir garantir un revenu tous les mois, y compris . hiver » explique Clément Daël de Navigare Yachting.

Des taux de revenus liés à la rentabilté du bateau

Dans le cas de Navigare Yachting, les taux de revenus sont optimisés pour mieux correspondre aux caractéristiques du bateau et assurer la rémunération la plus juste au propriétaire. « Nous avons des tarifs adaptés par modèle et par zone de navigation. Par exemple, un Bali Catspace aura un taux de 8% en Croatie, contre 9,4% aux Seychelles, car il peut y être loué plus de semaines. Il peut atteindre 10 à 10,5 % du revenu garanti », précise le directeur de Navigare France.

Pour optimiser la rentabilité, Navigare Yachting répare l’équipement du bateau s’il veut être éligible au revenu garanti. A titre de comparaison, les personnes souhaitant des options spécifiques en dehors de ce cadre peuvent bénéficier d’un programme de revenu variable à 65% du revenu actuel du bateau. « Dans ce cas, au contraire, c’est le client qui prend le risque. Il peut gagner plus si le bateau est très bien loué ou moins sinon », explique Clément Daël.

À Lire  10 conseils pour des vacances à la voile réussies

Un calcul du revenu clair et anticipable

La méthode de calcul du revenu garanti est simple. Le propriétaire perçoit chaque année le pourcentage fixé au contrat sur la base du prix d’achat HTVA du bateau équipé de ses options, livré à la base d’exploitation. Un versement annuel est prévu pour rembourser les mensualités de financement par crédit-bail habituellement contractées.

Il est important de noter que le lieu d’exploitation et les options connexes peuvent avoir une incidence importante sur les montants. Pour prendre notre exemple de Bali Catspace. Livraison en Croatie, le montant est de 492 k€ HT, alors qu’il est de 586 k€ HT aux Seychelles, pour lesquelles les équipements, notamment la climatisation, et le prix de livraison sont plus élevés. En échange, le taux de 9,4% aux Seychelles offre un revenu mensuel de 4 590 € contre 3 284 € en Méditerranée. « Les lieux exotiques sont plus rentables, mais certains propriétaires qui souhaitent récupérer le bateau en fin de programme préféreront peut-être l’avoir plus près » justifie le dirigeant français de Navigare Yachting.

Il ne faut pas s’attendre à des frais supplémentaires dans un programme de revenu garanti. La location, l’entretien et l’assurance sont à la charge du locataire. « Il y a une facture zéro pour notre armateur Navigare Yachting. De plus, il a la sécurité de connaître le résultat de l’opération 5 ans et demi après la signature », conclut Clément Daël.

Sur le même sujet :
Fin août, l’UCPA de Sanary, en bord de mer, accueillera le premier…