Bordeaux : le CHU en guerre contre les violences faites aux soignants

Photo of author

Rédactrice passionnée qui a vécu dans plus de 25 pays toujours à la recherche de la dernière information.

Par Isabelle Castéra – i.castera@sudouest.fr Publié le 29/09/2022 à 15h55.

800 dénonciations de violences physiques ou verbales doivent être déplorées au CHU de Bordeaux pour l’année 2021. Un constat qui progresse. Le bureau de santé publique mène une campagne « Zéro violence ». Explications

Les histoires des soignants sont effrayantes. La brutalité des mots, la cruauté des menaces, la barbarie des mots. La scène se déroule dans une salle d’urgence, au CHU Pellegrin, de nos jours : « Un homme s’est mis à nous insulter brutalement, sans raison apparente, alors que nous apportions le petit déjeuner : ‘Tu vas faire quelque chose…  »,  »grosse pute »,  »va t’occuper du cul de ta mère »… Il a passé plusieurs appels avec son portable demandant à l’appelant de venir aux urgences  »tuer », il a filmé les soignants présenter avec son téléphone portable pour envoyer chercher…

Les histoires des soignants sont effrayantes. La brutalité des mots, la cruauté des menaces, la barbarie des mots. La scène se déroule dans une salle d’urgence, au CHU Pellegrin, de nos jours : « Un homme s’est mis à nous insulter brutalement, sans raison apparente, alors que nous apportions le petit déjeuner : ‘Tu vas faire quelque chose…  »,  »grosse pute »,  »va t’occuper du cul de ta mère »… Il a passé plusieurs appels avec son portable demandant à l’appelant de venir aux urgences  »pour les tuer », il a filmé le soignants présents avec son téléphone portable pour reposter les réseaux sociaux » Intervention des agents de sécurité Fin de l’histoire.

Ce n’est pas tout à fait la fin, d’ailleurs, car les soignants qui ont fait face à cet homme étaient très agités. « On traite moins bien quand on est agressé », explique le Dr. Olivier Richer, pédiatre à l’hôpital des enfants. « Lorsque vous pratiquez un geste technique et que vous êtes tellement secoué, votre cœur s’emballe et votre main peut trembler. Ce n’est bon pour personne. Lucie, puéricultrice, ajoute : « Lors d’une prise de sang, par exemple, avant d’insérer l’aiguille, le parent qui dit nonchalamment à l’enfant : ‘Si elle te fait mal, je vais être méchant. « Les témoignages de violences physiques ou verbales subies par les soignants se multiplient : 800 en 2021, une centaine de plus que l’année précédente. Le Covid et la fracture sociale ont accentué le phénomène.

« Je vais tout casser »

Menaces, nombreuses, régulières. Dans chaque service d’urgence, il y a un système d’alarme anti-agression, un bouton poussoir, caché sous un bureau. Permet à tous les collègues disponibles de se précipiter à la réception pour soutenir un soignant en danger. « C’est opéré très régulièrement », explique Cécile Ramage, responsable de santé aux urgences adultes de Pellegrin. Il permet également aux agents de sécurité d’intervenir rapidement. À la maison, nous avons tous eu des cicatrices lorsqu’une infirmière a été bousculée et battue alors qu’elle s’occupait d’un patient chassé par la police. Face aux insultes et aux menaces, si vous avez un peu d’expérience, vous pouvez prendre du recul, mais pas la violence physique. »

La multiplication des menaces (« Je vais tout casser, on va revenir à plusieurs », « Je te reconnais, on va te faire plaisir »), explique Lucie, en pédiatrie depuis quatorze ans. : « C’est une manifestation d’inquiétude, les menaces physiques sont toujours liées au fait que les parents ou grands-parents n’arrivent pas à se rassurer, il faut prendre le temps de leur expliquer. Je me souviens d’un parent inquiet qui criait à deux centimètres de mon visage pour m’intimider : « je vais tout casser ici ! » qu’on a toujours peur d’agir. . Ces gens qui balayent la pièce avec leurs portables, pour tout balancer sur les réseaux… Il y a plus que jamais une intolérance à la frustration , c’est la société Google : tout, tout de suite. Très perturbant pour nous. »

Le CHU a décidé de mener une campagne pour lutter contre ces violences récurrentes. En interne, des formations sont organisées pour le personnel sur le traitement des incivilités. Les salles d’attente sont déjà équipées pour anticiper ces violences, avec des affiches explicatives : « parce que si j’arrive en premier, on verra quelqu’un d’autre », « pourquoi on ne voit pas mon fils tout de suite »… La post-prise en charge des agressions est assurées par des psychologues du travail et le service juridique du CHU. Aurore Gonzalez, psychologue au service de santé au travail du CHU, est ainsi la copilote de ce projet « violences institutionnelles ».

À Lire  AVAVE : Conseils de prudence du ministère de la Santé

Santé. Cinq conseils pour faire face à la dépression saisonnière
Voir l’article :
Qu’est-ce que la dépression saisonnière ? La dépression saisonnière ou trouble affectif…

Restrictions Covid

« Clairement, ce phénomène a avancé avec la pandémie de Covid, assure-t-il. Tout comme il est lié à la situation sociale des utilisateurs. 10% des réclamations de l’an dernier font référence aux mesures barrières imposées par le Covid : manque d’accompagnement, vérification du carnet de santé à l’entrée, conflits sur l’utilisation des ascenseurs… Nous sommes au cœur de la société, de ses difficultés et, comme tout comme plus il y a de souffrance sociale, plus l’hôpital craque. Nous avons remarqué que les difficultés d’accès, de stationnement, le fait de payer étaient des facteurs d’irritabilité, de colère et d’incompréhension. »

Selon l’Observatoire des violences en milieu de santé, en France, 49 % des agressions envers les soignants renvoient à des violences physiques, 31 % à des injures et injures. 47% des « victimes » sont des infirmiers, suivis de 45% des infirmiers et 8% des médecins. Le médecin. Richer rappelle que « la violence n’accélère jamais les soins et que le soignant est un agent public. Le frapper est un facteur aggravant aux yeux de la justice. »

Qui compose l’équipe soignante ?

pour la sécurité des patients L’équipe de santé peut comprendre des infirmières, une sage-femme, un obstétricien, un endocrinologue et un pneumologue, en plus de la femme enceinte elle-même.

Quel est le rôle du soignant ?

Comment définir un soignant ? Personne qui prend soin de quelqu’un.

Quelles sont les qualités d’un soignant ? Doté d’un sens aigu de l’observation et d’une grande capacité d’écoute, il mobilise ses qualités humaines et relationnelles (empathie, discrétion, respect, honnêteté) pour construire avec le patient une relation de confiance qui favorise le diagnostic infirmier et le processus de guérison. se soucier.

Quel est le rôle de l’aidant face à un patient en fin de vie ? Nous avons la responsabilité d’offrir au patient un haut niveau de soutien quelle que soit sa décision. Ainsi, l’infirmière évalue la douleur et l’anxiété réfractaires du patient, prodigue les soins et traitements nécessaires, surveille le tableau clinique et accompagne le patient et sa famille jusqu’au décès.

Quel est le rôle d’un soignant ?

L’aide-soignant prodigue des soins quotidiens ou des soins aigus pour préserver la continuité de la vie, rétablir le bien-être et l’autonomie en étroite collaboration avec son équipe, comprenant le médecin et l’infirmière.

Quel est le rôle du soignant ? LE RÔLE DE L’AIDANT Aider l’être humain malade ou sain à vivre en harmonie avec lui-même et son environnement, en apportant des réponses de soins personnalisées adaptées à ses besoins et ses attentes, en tenant compte de ses ressources.

Est-ce que le médecin est un soignant ?

Par convention tacite, les médecins ne sont pas des soignants, même si leur quotidien est de soigner au mieux leurs patients. Tout soignant doit être titulaire d’un diplôme lui permettant d’exercer son activité professionnelle.

Qui est considéré comme soignant ? Les personnels infirmiers non médicaux (infirmiers, aides-soignants, rééducateurs, psychologues, etc.) représentent 69 % du personnel non médical total, soit 764 000 emplois. Ils sont largement présents dans les hôpitaux publics, qui représentent 72 % de ces emplois.

Quand le patient est-il soignant ? Il y a un regard réciproque entre le « soignant traité », soucieux de la compétence du collègue qui le soigne et de la qualité des soins qu’il reçoit, et le collègue qui s’occupe de lui, qui se sait observé, et qui sait que il ne peut pas se comporter comme n’importe quel autre patient.

Quels sont les métiers infirmiers ? Découvrir les métiers paramédicaux

  • Aide-soignante/aide-soignante.
  • Ambulancier.
  • Assistante dentiste.
  • Audioprothésiste.
  • Assistante maternelle.
  • Diététicienne / Diététicienne.
  • Ergothérapeute.
  • Infirmière / Infirmière.

Quel est le rôle d’un soignant ?

L’aide-soignant prodigue des soins quotidiens ou des soins aigus pour préserver la continuité de la vie, rétablir le bien-être et l’autonomie en étroite collaboration avec son équipe, comprenant le médecin et l’infirmière.

Quel est le rôle du soignant ? LE RÔLE DE L’AIDANT Aider l’être humain malade ou sain à vivre en harmonie avec lui-même et son environnement, en apportant des réponses de soins personnalisées adaptées à ses besoins et ses attentes, en tenant compte de ses ressources.

Qu’est-ce qu’un soignant Selon l’OMS ?

Définition de la profession L’OMS définit le rôle de l’infirmière comme suit :  » aider les individus, les familles et les groupes à identifier et à réaliser leur plein potentiel physique, mental et social…