Bordeaux : Paroles de manifestants contre la réforme des retraites

Photo of author
Written By Sophie Ledont

Rédactrice passionnée qui a vécu dans plus de 25 pays toujours à la recherche de la dernière information.

« J’ai travaillé pendant vingt-trois ans comme institutrice publique au Haillan. Je prendrai ma retraite à 66 ans si la réforme passe, alors que l’espérance de vie en bonne santé pour un homme est de 62 ans. Je manifeste aujourd’hui parce que je veux profiter d’une retraite et…

« J’ai travaillé pendant vingt-trois ans comme institutrice publique au Haillan. Je prendrai ma retraite à 66 ans si la réforme passe, alors que l’espérance de vie en bonne santé pour un homme est de 62 ans. Je manifeste aujourd’hui parce que je veux profiter d’une retraite et surtout ne veux pas que mes trois enfants travaillent plus que moi. Si le système est déficitaire, c’est à la finance et non aux travailleurs, qui ont toujours souffert, de payer. »

Pierre, 25 ans, étudiant, Bordeaux

« Je suis étudiant et je suis militant du MJCF (Mouvement des Jeunes Communistes de France). Cette réforme, comme le reste de la politique gouvernementale, est une injustice totale qui laissera des gens fauchés ou tués au travail. Il est absurde de vouloir casser un système par répartition qui fonctionne. Malgré leur travail, les ouvriers n’auront même plus la possibilité de vivre. »

A voir aussi :
Quelle est la suspension météo?L’étanchéité, un concept innovantSelon l’endroit où vous habitez,…

Isabelle, salariée du privé, 57 ans, Le Haillan

« Je suis maintenant gestionnaire de paie dans le secteur privé. J’ai dû arrêter de travailler pour élever mes enfants et j’ai été licenciée deux fois pour des raisons économiques. J’aurai très peu de retraite. Cette réforme est injuste, il faut le dire. C’est la première fois que je manifeste ! Alors que les cotisations patronales ont baissé, on nous dit qu’il va falloir travailler plus longtemps. J’en ai marre d’être pris pour le mouton de Panurge ! »

À Lire  Marché mondial de la micro-assurance : analyse du secteur, acteurs clés, facteurs, segmentation et perspectives d'ici 2027 - Androidfun.fr

Olivier, fonctionnaire, 56 ans, Mios

« Je suis employé dans la fonction publique territoriale et je ne veux pas travailler toute ma vie. Il en va de même pour mes enfants. Il y a une baisse du pouvoir d’achat, une hausse de l’inflation et le nombre de petites pensions augmente. On n’en sort plus. Je suis élue dans l’état-major de Force Ouvrière et je manifeste avant tout pour montrer mon mécontentement général. Cette réforme est un retour en arrière sur nos acquis sociaux. »

Chantal, 68 ans, retraitée, Bordeaux

« J’ai 68 ans et je suis artiste visuel. J’ai travaillé jusqu’à 67 ans. Retraité depuis un an, je touche 325 euros par mois. Je trouve ça honteux. Que cette réforme passe ou non, je n’ai rien à gagner. C’est par solidarité que je manifeste. Pour mes enfants, pour tous ceux qui souffrent, comme ces femmes de ménage ou ces ouvrières qui se lèvent tôt et à qui on dit qu’il faut travailler plus pour gagner moins. »

Isabelle, 52 ans, Sainte-Eulalie

« Je suis professeur de français au Collège de Sainte-Eulalie. J’ai 52 ans et j’ai commencé à travailler tard à cause de mes études. Avec cette réforme, je ne prendrai ma retraite qu’à 67 ans. Si je veux partir avant, je subirai une décote. Manifester avec mes collègues est important pour montrer ma solidarité avec toutes les professions et montrer qu’il est nécessaire de financer équitablement les retraites. »

Jocelyne, 60 ans, salariée à la CPAM, Le Haillan