Brets, frites fabriquées en Bretagne

Photo of author
Written By Sophie Ledont

Rédactrice passionnée qui a vécu dans plus de 25 pays toujours à la recherche de la dernière information.

L’essor de la PME bretonne Brets témoigne du fait que l’on peut produire n’importe quoi et réussir en France tout en important encore la moitié de nos frites.

A l’origine il y avait une idée : développer une filière pomme de terre dédiée à la fabrication de frites, et pas n’importe où en Bretagne. Alain Glon et ses deux frères, Noël et André.

Ils constatent que leur activité de production d’aliments pour bétail souffre de la reconversion de certains de leurs clients qui décident de se lancer dans la production maraîchère. L’idée germe de leur proposer de passer à la culture de pommes de terre made in Bretagne, mais au lieu de les revendre à Flodor, Lay’s, etc., sur d’autres territoires, le projet est bien plus ambitieux, le but est de créer de toutes pièces une filière aval avec la construction d’une usine de transformation sur place.

Ce projet apporte également un complément de revenus aux agriculteurs du bassin agricole de Pontivy, tout en créant de nouvelles filières et de nouveaux emplois. La véritable aventure commence en 1991 avec la sélection des bonnes variétés, les plantations, les premières récoltes. Quatre ans plus tard, non seulement les féculents sont sortis de terre, mais aussi la première usine bretonne de chips du groupe Altho. Le nom de la marque a déjà été choisi, ce sera Brets.

Porte-drapeau des chips à la bretonne

Pour que le secteur soit rentable, encore faut-il créer du volume. L’entreprise se lance donc naturellement dans la fourniture de chips de pommes de terre de marque distributeur (MDD). Ce choix stratégique entraîne le développement rapide du chiffre d’affaires, et donne les moyens d’investir et d’innover. Sur le point de devenir un leader dans la fabrication de snacks de marque.

Une base solide pour aller plus loin, en France comme à l’international. L’ambition d’Alain Glon et de Laurent Cavard, son gendre, gérant de la friterie depuis 2009, est de faire de Brets le porte-drapeau des frites à la bretonne. Quand on sait la difficulté de créer une marque sur le marché alimentaire français, qui fait aussi face à de gros concurrents étrangers, on peut dire qu’il y a un peu de folie dans ce challenge, et c’est tant mieux. Parce qu’en matière de compétition il y a du beau monde. Les principales marques rencontrées par la PME bretonne sont en effet Lay’s du groupe Pepsico, Pringles du groupe Kellogg’s et Tyrrells/Vico du groupe Intersnack.

Ceci pourrez vous intéresser :
Le phénomène de la contribution des entreprises reste flou. La loi Hoguet…

Un marché alléchant

Non seulement les petits consommateurs européens français sont donc une cible attractive, mais en plus ce sont les moins de 25 ans qui sont les plus gros consommateurs, ce qui semble de bon augure pour l’avenir, du moins pour les industriels.

A partir de là, pour que la petite marque Brets puisse s’imposer sur ce marché hyperconcurrentiel, il y a eu un pas que l’entreprise n’a pas hésité à franchir en entrant sur le segment premium du marché, avec des chips aromatisées et de nouvelles gammes, en proposant Chips Millésime au sel de Guérande, à la truffe d’été ou au poivre de Timut. Pour répondre à une énième demande, une nouveauté a été créée qui ouvre de belles perspectives à ceux qui ne sont pas très friands de friture. La nouvelle gamme « So Crack » se compose de snacks croustillants réalisés sans friture, à base de pommes de terre et de légumineuses.

Un groupe 100 % familial

Alain Glon n’a fréquenté l’école que jusqu’à l’âge de 14 ans, mais son esprit vif et créatif le nomme naturellement à un rôle de leadership. Ses idées sont très claires et son expérience personnelle l’a convaincu de certaines vérités. Ainsi, comme il le dit, « le bonheur n’est pas proportionnel à la taille ».

Lui qui présidait le fameux club des 30 créé en 1973 à l’initiative d’Yves Rocher travailla naturellement comme d’autres dirigeants bretons dans des actions de lobbying qui permettaient aux entreprises de financer leur croissance dans de meilleures conditions qu’à l’époque. Au total, Alain Glon a permis l’existence d’une centaine d’entreprises, majoritairement des PME, le territoire lui paraissant parfaitement adapté aux PME de moins de 200 personnes. Pour quelles raisons ? La première, « le manager connaît chacun de ses collaborateurs », créant ainsi une réelle proximité.

La seconde, plus originale, est qu’un cadre qui voit son niveau de carrière face à un entrepreneur encore jeune cherchera à s’épanouir, notamment par la création de sa propre activité, renforçant le tissu économique territorial. Né en 1941, ce multi-entrepreneur a toujours mis le territoire et l’innovation au premier plan. Très favorable aux circuits courts, il veut que l’on sache jusqu’où aller, pour « grouiller au lieu d’accumuler », car « le bonheur ce n’est pas d’être grand, mais de grandir ». Brets grandit et réussit. Aujourd’hui, alors que l’ultraleader Lay’s perd des parts de marché, comme Vico, Altho Brets gagne 1,7% depuis le début de l’année et chute à la deuxième place, Intersnack.

Qui détient Pringles ?

Pourquoi Pringles a-t-il changé de logo ? « M. P et nos canettes apportent un style dynamique à notre mascotte et reflètent le fun de notre marque. Ce nouveau look incarne parfaitement l’identité Pringles et le caractère emblématique de nos carreaux qui conservent les saveurs que nos consommateurs connaissent et aiment tant. »

À Lire  Financer la création de votre entreprise : les solutions

Pourquoi les frites Pringles ne sont-elles pas ? Pour justifier sa décision, le tribunal constate que les Pringles sont fabriqués avec de l’amidon de pomme de terre, de maïs et de riz, de l’amidon de blé, de la matière grasse, des émulsifiants, du sel et des assaisonnements et qu’en fait, ils ne contiennent que 42 % de pomme de terre, rapporte The Scotsman.

Pourquoi Pringles s’appelle Pringles ?

L’histoire derrière M. Pringles… Quant au nom, l’entreprise l’a emprunté à l’annuaire téléphonique de Cincinnati. En fait, il y avait une « Pringle Avenue » et le nom « Pringle » sonnait comme une excellente idée. M. Pringle est devenu un symbole du produit.

Comment s’appelait Pringles avant ? Pringles a été créé en 1967 sous le nom de Pringle’s avant d’adopter son nom actuel.

Qui a inventé la boîte Pringles originale ? Fredric John Baur, né le 14 juin 1918 à Toledo (Ohio) et mort le 4 mai 2008 à Cincinnati (Ohio), était un chimiste américain, spécialiste des emballages alimentaires, connu pour avoir conçu et breveté les emballages empilables de la marque Pringles frites.

Quelle pays à inventer les chips ?

Les chips ont été inventées le 28 août 1853 au restaurant Lake House à Saratoga Springs, New York.

Quelle est l’origine du mot chips ? Chip anglais proprement dit « chip, chip of wood » (à ajouter à chip « coupé en éclats »), attesté au sens de « pommes de terre frites coupées en fines tranches » dep. 1916 dans les syntages Batata Fri et Batata Fri avec subst.

Quel pays a inventé les frites ? Cette friandise est devenue assez populaire dans les années 1920, avec la naissance d’une demande nationale qui correspond à l’invention de la machine à chips, mise au point par Herman Lay, un voyageur de commerce du sud des États-Unis.

Où sont fabriqués les chips ?

Les produits commercialisés en Europe de l’Ouest sont fabriqués dans l’usine PepsiCo de Furnes (Flandre occidentale, Belgique), seule entité du groupe à produire des frites Lay’s sur le continent.

Où sont fabriquées les frites Bret’s ? Nous sommes une entreprise 100% familiale, à taille humaine, basée à Pontivy dans le Morbihan. Notre credo depuis 1995 : être le fabricant de frites, valorisant la qualité de la pomme de terre bretonne.

Qui a inventé les chips au vinaigre ?

Les chips au sel et au vinaigre ont été déployées à travers le Royaume-Uni une décennie plus tard, en 1967, alors que Miller avait 16 ans. De son vivant, une transformation s’opère dans les rayons des supermarchés.

Comment la première chips de pomme de terre a-t-elle été créée ? Une légende urbaine raconte que le 24 août 1853, un client se serait plaint que les frites de Crum’s étaient « trop ​​épaisses ». Le cuisinier, très irrité par cette observation, décida de couper ses pommes de terre en tranches très fines, de les faire frire jusqu’à ce qu’elles soient croustillantes et de les saler abondamment.

Comment sont faites les chips industrielles ?

Une calibreuse optique, équipée de caméras, élimine les pommes de terre trop vertes ou présentant des défauts. Les pommes de terre tombent alors dans un anneau aux lames acérées comme des rasoirs… et ressortent en lanières. Ils sont agités pour éliminer l’amidon et l’eau de surface.

Comment sont fabriquées les puces ? Sortir une grosse poignée de rondelles de pommes de terre du four et les tremper dans le bain de friture. Cuire 3 à 4 minutes en remuant de temps en temps avec une écumoire. Les frites sont prêtes lorsqu’elles sont bien dorées.

Comment sont faites les postures ? Nos pommes de terre 100% bio et notre huile de tournesol ont été sélectionnées pour produire cela… En 2019, grâce à son savoir-faire reconnu, Lay’s lance la gamme de frites 100% bio.

Qui A-t-il dans les chips ?

Ils sont généralement fabriqués à partir de pommes de terre, mais ils peuvent également être fabriqués à partir de légumes (manioc, patates douces, betteraves, choux, etc.) ou de fruits (pomme, banane, durian, etc.). Il existe également des chips reconstituées à base de pommes de terre déshydratées.

Comment sont fabriquées les puces ? Les tranches de pommes de terre lavées passent par un tapis roulant et sont envoyées dans une gigantesque friteuse. Une fois cuites, la trieuse élimine celles qui présentent des taches brunes. Ceci est fait par une caméra qui analyse soigneusement les tranches une par une.