Bruce Willis nie avoir vendu sa peinture pour en faire une copie numérique

Photo of author

Rédactrice passionnée qui a vécu dans plus de 25 pays toujours à la recherche de la dernière information.

Vendredi, le quotidien britannique The Telegraph rapportait que le comédien avait confié son image à la société américaine Deepcake pour qu’elle puisse le faire revivre à l’écran grâce au deepfake.

Non, Bruce Willis n’a pas vendu les droits de son visage pour créer un deepfake. Vendredi, le quotidien anglais The Telegraph rapportait que l’acteur, qui a mis fin à sa carrière en mars dernier après avoir révélé qu’il souffrait d’aphasie, avait confié son image à la société américaine Deepcake et devenait ainsi la première star hollywoodienne à autoriser la création d’un double numérique pour une utilisation dans les films et les publicités.

Mais ce samedi des représentants de l’acteur ont pris la parole pour démentir cette information. Comme le précise l’un d’entre eux dans le média américain The Hollywood Reporter, Bruce Willis n’a conclu « aucun partenariat ou accord avec la société Deepcake ».

Deepfake pour une pub russe

Dans la foulée, la société Deepcake est également revenue sur ces déclarations où elle précisait que les droits à l’image de Bruce Willis ne pouvaient être cédés. « Les mots sur les droits sont faux… Bruce ne pouvait vendre aucun droit à qui que ce soit parce qu’ils sont les siens par défaut », a déclaré un porte-parole de la société à la BBC.

Ce dernier ajoute que le seul contrat qui existait entre l’entreprise et Bruce Willis date de 2021, lorsqu’un deepfake de l’humoriste a été créé pour faire une publicité pour MegaFon, une société de télécommunications russe. Cependant, la société précise que l’utilisation future de ce double numérique ne dépend désormais que de Bruce Willis.

À Lire  In'Cube : un programme pour encourager la création d'entreprise chez les jeunes

Dark Vador recréé numériquement

Hollywood s’intéresse de plus en plus au deepfake. Lucasfilm a récemment embauché un YouTuber spécialisé dans cette technologie qui s’est démarqué grâce à une vidéo où il a amélioré un effet spécial de rajeunissement de Mark Hamill alias Luke Skywalker dans la série The Mandalorian.

La semaine dernière, James Earl Jones, la voix historique de Dark Vador, a annoncé qu’il renonçait à jouer le personnage. L’acteur de 91 ans a confié les archives du son de sa voix à Disney et Lucasfilm afin que le célèbre méchant de la saga Star Wars puisse poursuivre ses aventures sans lui.

Le comédien a précédemment travaillé sur la série Obi-Wan Kenobi avec un spécialiste de la voix synthétique, qui a utilisé ses archives sonores et son logiciel d’intelligence artificielle pour réorganiser la voix du comédien et la faire sonner comme 45 il y a un an.

Article original publié sur BFMTV.com

VIDÉO – Bruce Willis : ce qu’il faut savoir

Indépendants : ce qui change la séparation du patrimoine personnel et professionnel
Voir l’article :
Cadre juridique pourentrepreneur indépendant Une frontière floue entre les patrimoines changements avec…