Budget : combien ça coûte de démarrer sur une moto ?

Photo of author

Rédactrice passionnée qui a vécu dans plus de 25 pays toujours à la recherche de la dernière information.

Le budget nécessaire du passage du permis à l’achat de la moto

et de tout ce qui va avec, de l’équipement à l’assurance en passant par l’entretien

Vous rêvez de faire de la moto depuis votre enfance. Le vélo est à vous, c’est sûr. Mais combien cela coûte-t-il et au total combien vous coûtera ce rêve, de l’obtention du permis de conduire à l’achat de la moto et tout ce qui va avec, de l’équipement à l’assurance en passant par l’entretien. Nous faisons un état des lieux avec vous.

L’obtention du permis moto est le premier pas vers un nouveau monde. Mais avant d’entrer dans ce club, vous devrez payer quelques « frais » auxquels vous n’avez pas toujours pensé. Pour savoir à quoi s’attendre et éviter toute mauvaise surprise, nous nous sommes penchés sur le coût des nouveaux permis A2 pour vous donner une idée du vrai coût d’une moto.

Ce dossier est long ET demande à être complété par la lecture de plusieurs articles – listés à la fin – reprenant chaque point de manière plus détaillée.

Le permis moto : à partir de 900 euros

Ce n’est pas une surprise, mais avant de commencer à conduire une moto, vous devez apprendre à le faire. Et pour cela, il faut passer au moins 20 heures en selle sur une moto scolaire. Les prix varient en fonction de votre zone géographique et du contexte économique. Le prix des heures de conduite peut augmenter à mesure que les coûts augmentent – généralement l’essence.

Si les 20 heures de cours (8 heures hors circulation, 12 heures dans la circulation) sont suffisantes quand on a déjà une expérience de la conduite d’un deux-roues motorisé à grande vitesse, on estime qu’il faut compter entre 30 et 40 heures pour se former correctement à être, en utilisant les excellentes vidéos sur la licence entre chaque leçon. Un coût supplémentaire si vous n’avez pas prévu que vous devrez travailler plus d’heures que prévu. Les femmes (rien de sexiste ici en raison de la différence de longueur et de taille des jambes) sont également susceptibles d’être moins susceptibles de sortir de la circulation que les hommes et devront donc prendre plus d’heures pour atteindre un plateau (50 heures ne sont pas rares). En effet, une fois le premier test passé (si vous ne revenez pas au code de la route), cela se passe généralement mieux et sans incident.

La solution des stages accélérés est parfois plus avantageuse. Le produit d’appel des écoles de moto qui proposent le permis de conduire intensif semble moins cher. D’un autre côté, les heures supplémentaires peuvent rapidement faire grimper la facture, et certaines écoles de motos en dépendent pour faire des bénéfices. Surtout si le prix initial est bas. Pensez-y.

Coût du permis moto : en moyenne à partir de 900 €. Prévoyez un peu plus au cas où, notamment en région parisienne (voir article sur le choix de la bonne moto scolaire).

Oui mais. Pour obtenir le permis moto, il faut du matériel. Si seuls le casque et les gants sont obligatoires pour conduire une moto, une veste, un pantalon et des chaussures de protection sont également obligatoires dès le permis de conduire. Et de préférence un bon équipement. Pourquoi ?

L’équipement : compter à partir de 500 euros

Même si vous débutez et pensez investir dans du matériel plus tard, la sécurité et surtout le confort n’ont pas de prix. Contrairement aux éléments à revêtir, pourrait-on dire. Certes, mais :

– un bon casque dure plus longtemps

– une bonne paire de gants s’use moins vite et donne de meilleures sensations

– Les équipements de protection individuelle (EPI) deviennent de plus en plus performants et moins chers. Ils peuvent être efficaces contre la chaleur et les intempéries

– Lors de la prise de cours moto, il faut tenir compte des conditions climatiques

– Investir une fois, c’est éviter de payer plusieurs fois pour des matériaux différents (usure précoce, mauvaise qualité, fonctionnalités manquantes, etc.). Et donc faire des économies, avec du matériel polyvalent et durable quand on a des moyens limités.

Heureusement, il existe des périodes de soldes et de promotions avec de vraies affaires pour environ 50%, y compris sur les marques. Si vous le faites à l’avance vous pouvez vraiment économiser, sans oublier les marques distributeurs Cardy, Dafy, Louis, Maxxess, Moto-Axxe, Motoblouz… qui proposent souvent des produits abordables et dont la qualité s’est nettement améliorée ces dernières années.

Le choix du casque

Choisissez un modèle de casque à partir de 100 € et d’une marque connue. HJC, Scorpion offrent un excellent rapport qualité/prix. Casques d’une durée de vie d’au moins 3 ans, avec garantie.

Si vous le pouvez, choisissez un modèle avec un écran antibuée : le fameux écran Pinlock. Plus chères, bien sûr, elles sont surtout appréciées les jours de froid ou de pluie. Ce dispositif empêche le casque de s’embuer lorsque vous roulez avec le protège-tête fermé. Généralement, les casques d’entrée de gamme en accueilleront un (écran Pinlock pré-équipé), mais pour des raisons économiques et un prix de surface attractif, celui-ci n’est pas fourni avec le casque. Il s’agit d’une dépense supplémentaire qui peut coûter entre 25 et 35 €. Autant savoir.

Budget casque : à partir de 100 €

Pinlock Budget : à partir de 25 €

Le choix des gants

Les gants homologués représentent bien sûr une dépense importante : le gant tous temps ultime n’existe pas vraiment. Idéalement, une paire de gants raisonnablement fine et protectrice peut être complétée par des sous-gants ou des sur-gants. Si on recommande souvent de ne pas changer de gants pendant les entraînements pour ne pas changer de marque, on peut alors investir dans une paire de gants été, une paire de gants mi-saison et si on a froid (yeux compris) ou sans poignées chauffantes, un paire de gants d’hiver.

Plus les températures sont basses, plus le prix des gants est élevé. Vous trouverez une paire de gants d’été à partir de 35 euros, une paire de gants de qualité pour la mi-saison aux alentours de 70 euros et une bonne paire de gants d’hiver aux alentours de 100 euros, le double ou le triple. Une paire de gants de piste ou assimilés (GT ou sport) est un bon investissement : résistants, ils sont aussi très polyvalents, mais là encore onéreux : à partir de 75 €

Budget gants : à partir de 35€, plus probablement 50€

Sous-gants pas chers : à partir de 10€ les gants en soie (contre le froid)

Budget sur les gants : à partir de 15e pour les surgants (contre le froid et la pluie)

Le choix du haut : blouson et veste

Une bonne veste ou un blouson, avec une doublure amovible et une ventilation par temps chaud. Le cuir est généralement plus cher, le textile sèche plus vite mais n’est pas toujours plus facile à entretenir (voir article sur l’entretien du matériel textile). Protection épaules et coudes, étanchéité ou étanchéité, il est également important de considérer la présence d’une protection dorsale de niveau 1 ou 2 (rare), ou du moins la possibilité d’intégrer une protection dorsale. La protection dorsale est importante et investir dès le départ, c’est avoir de bonnes notes et épargner au maximum ses os et ses articulations. Comptez à partir de 150$ pour un bon manteau, 180$ pour un bon manteau, mais à ce prix ils ne seront pas forcément hyper polyvalents. En général, il faut compter 250 à 300 € pour un top de qualité.

Budget manteaux/vestes : à partir de 150 €

Budget dos manteau/veste : environ 30€ à 75€

La dorsale autonome

Plus protecteur, plus couvrant, il est aussi plus cher. Surtout si c’est le niveau 2, le plus élevé à ce jour. L’élément indispensable pour économiser votre dos. Il peut prendre la forme d’un gilet sans manche, serré à la taille et maintenu sur les épaules. Idéalement, on préfèrera un backbone autonome à ce qui peut déjà être inclus dans la veste vendue « avec backbone ».

Budget dorsal : à partir de 75 €

Le gilet air bag

De plus en plus populaire et abordable, le gilet airbag est une option à considérer pour ses nombreux avantages. D’une part pour sa fonction première : réduire significativement le risque de blessure, d’autre part pour un avantage financier : il peut être sponsorisé par certaines compagnies d’assurance moto, qui peuvent d’ailleurs le prendre en compte dans leur tarification. Pour les insensibles au câblage (environ 150 € par extrémité), il existe des solutions « électroniques » autonomes, avec ou sans abonnement, à porter sur ou sous leur EPI. Le prix varie entre 300 et plus de 1 000 €.

Dans le cas d’un abonnement, le prix peut débuter aux alentours de 120 € par an (in&motion). L’option d’achat est intéressante si l’on est convaincu du matériel, qui est conçu pour durer. Attention.

En cas de déploiement, certains airbags sont très coûteux à remettre en service (révision complète, retour chez le constructeur) et peuvent ne pas être disponibles pendant « un certain temps », celui du contrôle et de la réparation (Dainese et Alpinestars). Pour les modèles les plus pratiques, il suffit de faire l’appoint en gaz à l’aide d’une cartouche ou d’un système pyrotechnique adapté. Frais ? Entre 35 € et presque 100 €, selon l’appareil.

Certains vêtements ont un airbag intégré. Une fausse bonne idée si vous voulez rester économe : si la veste se détache pour une raison quelconque, plus d’airbags !

Budget airbag filaire : à partir de 300 €

Budget airbag autonome : à partir de 400 € hors abonnement

Budget recharge (essence ou équivalent) : à partir de 35 € par trajet

Le bas du corps ; le pantalon

Le pantalon de moto est un plus indéniable. Technique, résistante, elle limite les ulcères des genoux, des hanches et surtout les risques de brûlures et de coupures. Rarement étanche sinon de type GT (Grand Touring), il peut être complété par un pantalon de pluie ou un collant (appelé aussi caleçon) en cas de froid et de manque de doublure hivernale.

Jeans, cuir, pantalon moto technique, sur pantalon incluant protection et, par exemple, à porter par-dessus un jean classique, l’investissement est ici aussi recommandé : outre le fait que les jambes en cas de chute à plus de 80 %. Dans certains cas, ils offrent un confort indéniable pouvant supporter même la chaleur produite par le moteur de votre moto.

Jean moto budget : à partir de 80 €

Pantalon moto budget : à partir de 20 €

Pantalon imperméable économique : à partir de 45 €

Budget sur pantalon de protection (genou, hanche, pluie) : à partir de 100 €

Budget pantalon moto GT : à partir de 150€

Pantalon moto cuir budget : à partir de 200 €

Les chaussants : chaussures ou bottes

Pour le permis moto nous demandons simplement des chaussures hautes et solides. La protection des chevilles et des pieds est essentielle et les chaussures, bottes et bottes de moto sont essentielles. Anti-renversement du pied, antidérapants, ils doivent également comporter une protection contre la malléole pour être pertinents. Si le tableau est complet et que la résistance est bonne, on leur décerne le titre d’EPI, gage de leur qualité. Contrairement aux idées reçues, les chaussures de moto peuvent être portées au quotidien, avec de plus en plus de modèles au look urbain. Tous les styles imaginables sont là. Si l’équipement n’est pas naturellement étanche, il peut être complété par une paire de surbottes pour lutter également contre le froid.

À Lire  Qui peut conduire une moto 125cc ? | furets

Chaussures moto budget : à partir de 75 € la paire d’EPI

Budget bottes : à partir de 25€

Conclusion équipement

Pour un kit complet qui vous permettra de rouler toute l’année, quitte à enlever quelques chaussons et ouvrir quelques aérations l’été, comptez plus de 500 € pour un modèle d’entrée de gamme de bonne qualité. C’est à peine le prix d’un casque haut de gamme en fibre de verre. Il suffit de mettre les choses en perspective. Avec des soins appropriés, l’équipement peut durer au moins 3 ans. Avec une garantie légale la première année et bien sûr sans aucune chute.

Pour le milieu de gamme très polyvalent, il coûte plus du double, soit au moins 1 000 €. Le casque est en polycarbonate, garanti 5 ans, la veste 3 en 1 ou 4 en 1 et le bas du corps bien protégé. Pour les cyclistes toutes saisons, par exemple.

Enfin du haut de gamme. Pas de prix ici. Un bon vêtement de moto peut être un casque sportif à plus de 1 000 €, des gants à plus de 450 €, le haut du corps en combinaison à plus de 1 500 €, la selle confortable à plus de 1 000 € et des chaussures à plus de 400 €. Sans forcer, mais avec une polyvalence et un confort rares. Le prix d’une moto de moyenne cylindrée à l’arrière, mais un équipement qui peut s’amortir avec le temps. Par exemple, plus de 5 à 10 ans.

La moto

Le budget d’achat du moteur (le véhicule lui-même) est important. C’est le poste de dépense essentiel, mais il est ponctuel. Par exemple, celle des assurances est mensuelle ou annuelle et si on se lance, c’est une dépense à envisager tout de suite. Même si vous avez une expérience de conduite, même si vous avez un bonus voiture élevé, même si vous êtes une femme, les différences sont énormes. Logiquement, plus le prix du moteur est élevé, plus la prime est élevée. On peut donc passer de 1500€ par an à plus du double voire du triple si on ne remplit pas les bonnes cases. Cependant, pour un roadster de 35 kW, vous payez toujours moins cher chez la plupart des assureurs que pour une voiture de sport de même puissance. Bien qu’il s’agisse principalement de carénage et non de performances.

Neuf ou occasion ?

La voiture d’occasion coûte moins cher en assurance, du fait de la moindre valeur de la moto si elle n’est pas trop récente (une moto perd en moyenne 25% de sa valeur lorsqu’elle quitte le concessionnaire). En revanche, une moto d’occasion doit avoir un programme d’entretien et disposer de consommables à jour pour ne pas engendrer de frais supplémentaires. Si vous voulez faire des économies, choisissez un deux-roues qui vient d’être chez le concessionnaire, avec des pneus peu usés et des plaquettes de frein en bon état. On ne se pose pas la question avec un nouveau moteur. Ou pour savoir quel sera le type d’achat.

LOA, crédit ou cash ?

Selon la formule choisie, vous serez plus ou moins gagnants. La LOA est attractive. Kilométrage fixe, incluant éventuellement l’entretien, vous gérez votre budget du début à la fin. Reste à savoir si nous atterrirons sur nos pieds, en fonction de ce que cela aurait coûté si nous avions eu le vélo. Tout est question de budget à gérer. Comptez bien sur 3 000 km par an, même si vous ne roulez « pas » ou peu (mais vous roulerez, surtout en A2 #Discoverelavieamoto), car c’est la valeur moyenne retenue par le gouvernement. A ce rythme, deux ans de non-classement, le premier, celui de 1000 à inclure, on pourrait être gagnant. Pensez à bien estimer la distance que vous parcourez ou parcourrez par an pour votre base de calcul. Et y augmenter. Un peu. Selon la planche avec laquelle vous signez, les kilomètres supplémentaires seront plus ou moins chers. Dernier point concernant la LOA : en cas de détérioration de la moto, cette durée pourra être réduite. Et quand tu commences, tu fais des erreurs. Et quand on fait des erreurs à moto, on se retrouve souvent au sol. Même à l’arrêt. Sans parler des dommages corporels ou autres. Soyez donc prudent et choisissez les bonnes options, ce qui augmentera rapidement le score final. Gardez également à l’esprit que l’assurance moto en LOA peut être à votre charge. A voir ensuite. Mais rappelez-vous : à la fin du bail, on revient… et quand on achète, cela coûte souvent plus cher qu’un prêt court de même durée.

Le crédit affecté est une solution intéressante si vous souhaitez faire de la moto. Outre le coût de la moto, cela peut concerner celui de l’équipement de la moto et le vôtre, mais aussi celui de l’assurance pour la première ou la première année. Pensez-y. Les coopératives de crédit adorent les motards. Surtout ceux qui remboursent rapidement. A cause de sa soi-disant courte espérance de vie ? Sur sa supposée tendance à aimer la vitesse ? Non, juste pour encourager plus d’achats et payer peu ou pas d’intérêts. De nombreux constructeurs ont des structures de crédit qui leur permettent de baisser ou d’annuler un taux en « parrainant » le crédit, plutôt que de baisser le prix de leurs véhicules. Très intéressant si vous avez une contribution et de l’argent. Sinon, vous devrez à nouveau sortir la calculatrice du portefeuille. Par contre, on garde le vélo et on peut le revendre en récupérant un peu le prix. Un peu. Surtout si vous avez choisi un modèle convoité.

De l’argent alors ? Si l’argent n’est pas cher et que vous gagnez plus en étant placé qu’il ne vous en coûte en empruntant, autant contracter un emprunt. Maintenant, le choix vous appartient, mais avec l’argent, vous pouvez autrement investir dans des aspects essentiels de la moto. Les fameuses révisions si vous roulez beaucoup, les consommables qui s’usent (blocs et pneus), sans oublier les petits plaisirs qu’on n’imagine pas tout de suite. Tels que le stockage des bagages en option ou autre, qui peut être pris par la suite.

En fonction de votre mode de conduite, de votre kilométrage, de vos trajets et de vos ambitions, il existe une solution de financement. Reste à savoir ce que vous voulez faire avec votre moto, combien de temps et combien vous êtes prêt à consacrer à cet exercice.

La bagagerie

Une fois la moto achetée, il faut également prévoir un budget pour équiper soi-même la moto, surtout si vous prévoyez de partir en week-end avec et même sans road trip. Entre sacoche de selle, sacoche de réservoir, éventuellement top case, l’addition peut partir de quelques dizaines d’euros à plus de 1 000 euros pour les valises latérales et top case set.

L’assurance

C’est le premier critère de sélection de votre future moto et un budget à ne pas négliger.

Supposons que si A2, même avec des actifs limités, l’assurance (voir l’article complet sur le prix de l’assurance avec des exemples) sera une dépense importante, obligatoire et essentielle.

Plus votre moto est récente, plus il est difficile de l’assurer. Et plus votre moto vieillit, plus l’assistance 0 km devient intéressante. Blague à part, un moteur moins neuf est moins cher. Ensuite, c’est à vous de décider. De nombreux débutants sont tentés de souscrire une assurance bon marché (garanties de facto faibles incluses). Attention à ne pas vous lancer dans une couverture au tiers, même si cela représente déjà une facture de 1 500 $ par année. Il n’est pas rare que des personnes de moins de 25 ans achètent la moto de leurs rêves et déboursent en tous risques entre 2 et 3 000 € d’assurance moto par an. En ce sens, les assurances que proposent les constructeurs peuvent être intéressantes.

Budget assurance : à partir de 150 € par mois

Conclusion : un coût au kilomètre élevé

Si on fait la comptabilité, la moto demande un budget colossal ! Entre le permis de conduire (on évite d’avoir à le repasser), les équipements indispensables, l’assurance qui n’est pas donnée (surtout au démarrage), l’entretien plus fréquent qu’avec les voitures (entre 6 000 et 15 000 km d’intervalle d’entretien), les consommables à haute les prix (plaquettes de freins, liquides en tous genres, huiles, etc.), les pneus qui s’usent régulièrement, sans oublier le coût de l’essence bien sûr.

Le coût de l’entretien courant

Peu de motos consomment moins de 4 l/100 km, la moyenne tourne autour de 6 l/100 km et peut descendre jusqu’à 5 litres avec les modèles récents de moyenne cylindrée.

Un train de pneus sport, ou du moins un pneu arrière, peut être remplacé tous les 4 000 km, même sur une moto A2. Un pneu route arrière tous les 25 000 km ou plus. Sans forcément perdre de l’adhérence, vu la puissance limitée.

La moindre révision d’une moto coûte environ 120 €… avec une main d’oeuvre autour de 70 € de l’heure (au moins, plus à Paris) et quelques opérations courantes. La facture s’additionne vite, même avec une simple moto à la mécanique accessible. Le réseau routier dégradé nécessite le remplacement des bagues d’étanchéité des fourches. On vous colle entre 150 et 220 €, livraison comprise (joints spi et joints spi plus racleurs). Normal, mais autant le savoir.

Le prix du kilomètre parcouru pour une moto est estimé entre 50 et 75 centimes d’euro. A titre de comparaison : une voiture coûte entre 15 et 20 centimes. Et on ne parle pas des transports en commun ou « propres » qui sont désormais vantés dans les publicités automobiles #LespetitstrajetsapiedsLesmoyensenveloLesgrandsenbus

Budget kilométrique : à partir de 50 centimes du km, tout compris (assurance, entretien, usure et essence)

En effet, rouler à moto, amortissement de votre matériel compris, achat ou location de la moto compris, vous coûtera au moins 300 € par mois la première année, bien plus si vous roulez beaucoup… et vu le prix de les essentiels . Et encore une fois, ce budget peut faire grimper considérablement la note. De manière générale, il est possible de trouver des solutions pour rouler pas cher. Moto de 5 à 10 ans, pas cher à l’achat, économique à entretenir avec des révisions espacées de 10 à 12 000 km, peut devenir endémique par la suite pour aller au-delà du permis A2 de 2 ans sans trop en rajouter (une immatriculation, une commande mécanique ou logicielle), un trail ou un roadster à la place d’une voiture de sport, le temps de s’entraîner et de laisser son portefeuille tirer l’assurance, qui peut faire baisser le prix au fil des années (on peut y penser…) les dépenses » peuvent toujours être disponibles pour la vie de tous les jours Pensez aussi à renégocier régulièrement votre contrat d’assurance, à réclamer, à voir ce qui se fait ailleurs à des conditions équivalentes. plaisir Plus qu’un loisir, plus la moto est plus qu’un moyen de locomotion un objet qui a des effets désirables sur vous, même si cela peut avoir des effets indésirables sur vos finances… Temporairement.

Conclusion

Mais conduire une moto est un rêve et une merveilleuse communauté. Et cela n’a pas de prix. Le cœur a ses raisons que la raison ignore. Alors passez votre permis de conduire, rejoignez la grande communauté des motards, posez vos questions sur le forum et partagez, entraidez-vous.

Plus d’infos sur le coût d’une moto

Ceci pourrez vous intéresser :
Instaurée progressivement en 2019, la Politique 100% Santé se traduit par un…