Canada : Comment démarrer une entreprise en Colombie-Britannique

Photo of author
Written By Sophie Ledont

Rédactrice passionnée qui a vécu dans plus de 25 pays toujours à la recherche de la dernière information.

DESCRIPTIF – Des commerçants indépendants aux filiales de grandes entreprises et PME, la province est largement ouverte aux investisseurs étrangers, surtout à l’extérieur de Vancouver.

Cet article est extrait du hors-série du Figaro « D’Est en Ouest – Vivre au Canada, pourquoi pas vous ? » Ce numéro vous propose des réponses aux questions que vous vous posez le plus simplement possible. Ceci à l’aide de textes pratiques, de cartes et de témoignages de Français vivant au Canada.

Les entrepreneurs ou les entrepreneurs potentiels qui souhaitent s’établir en Colombie-Britannique doivent faire une demande d’immigration par le biais du BC Provincial Nominee Program (BC PNP) dans la catégorie « Entrepreneur Immigration ». Les candidats qui peuvent « contribuer à la croissance économique et à l’innovation » en investissant dans la province sont activement recherchés.

Lire aussi Le Canada, la nouvelle destination du rêve américain

Le hic, c’est que le gouvernement provincial a récemment suspendu son programme phare d’immigration en entrepreneuriat pendant que les priorités sont examinées. Toutefois, les candidatures peuvent toujours être déposées dans le volet « projets stratégiques » d’appui à l’implantation d’entreprises étrangères et dans la catégorie « Pilote Régional ».

Trouver le salut hors de Vancouver

Trouver le salut hors de Vancouver

Attirer des travailleurs urbains, en particulier des immigrants, n’est jamais facile. Attirer des entrepreneurs étrangers ne l’est pas moins ! Pour améliorer la situation, le ministère des Services publics a lancé un projet pilote en 2019 – le projet pilote régional d’immigration des entrepreneurs BC PNP – qui se poursuivra jusqu’en 2024.

« 65 municipalités ont répondu à l’appel en clarifiant avec les organismes locaux quel type d’entreprises elles souhaitent faire sur leur territoire. Actuellement, nous aidons 50 d’entre eux avec moins de 75 000 habitants à attirer des entrepreneurs étrangers par le biais de bureaux de représentation sur les marchés européens, asiatiques ou américains », a déclaré Aireen Luney, directrice du programme de développement de la promotion de l’immigration du ministère municipal provincial. Du côté français, « nous travaillons en étroite collaboration avec l’ambassade du Canada à Paris ».

Lire aussi le déclin inéluctable de la langue française au Canada

Par exemple, huit communautés de l’île de Vancouver se sont regroupées sous la bannière de TechIsland pour encourager les investissements dans le secteur technologique. Situé au centre de la province, Salmon Arm est à la recherche d’agriculteurs, d’industries agroalimentaires et de services technologiques. Fort St John, une ville minière du nord-est de la Colombie-Britannique, souhaiterait de nouveaux services de proximité (restaurants, boutiques, fleuriste, etc.).

Lancer sa marque de vêtements en Belgique : trucs et astuces
A voir aussi :
Récolter toutes les informations nécessaires pour lancer le projet Lancer une marque…

Les PME à l’avant-plan

Les PME à l'avant-plan

Il y a près de 400 000 PME en Colombie-Britannique, employant 1,1 million de personnes. Le gouvernement essaie de faciliter la création de petites entreprises. Son service Small Business BC (smallbusinessbc.ca) fournit de la documentation pour démarrer une entreprise, y compris un guide très complet : « Starting a Small Business ». Il organise également des séminaires, des webinaires et des consultations individuelles pour créer votre propre entreprise.

Se lancer en affaires en français ?

La Société de développement économique de la Colombie-Britannique (SDECB) est l’un des meilleurs alliés des francophones qui souhaitent y démarrer une entreprise. Que vous souhaitiez devenir indépendant, démarrer une TPE ou une PME, elle vous propose un accompagnement personnalisé pour réussir votre projet, des ateliers mensuels de développement, du mentorat et des rencontres virtuelles, des conseils marketing et plus encore.

Témoignages

Témoignages

Arnaud Rouillot, ingénieur indépendant

Arnaud Rouillot, 28 ans, ne regrette pas le choix de vie qu’il a entamé en 2012. Il travaillait comme ingénieur en informatique à Paris lorsqu’il s’est rendu au forum Destination Canada. « Je cherchais autre chose dans un climat pas trop froid, une grande ville avec des montagnes à proximité. » BAT en main, il s’envole pour Vancouver, prend un emploi dans une petite entreprise informatique, obtient une prolongation de visa « jeune professionnel », puis la résidence permanente, travaillant pour une grande entreprise spécialisée dans les logiciels financiers.

« Après 14 ans, j’ai senti le goût de la liberté et j’ai décidé de devenir entrepreneur. » En 2021, il devient consultant auprès d’entreprises améliorant la qualité de leurs logiciels, et se retrouve avec un seul client majeur : Matador Network, basé à San Francisco et travaillant dans l’industrie du voyage et du divertissement. « Je travaille à distance quatre jours par semaine ; Je gagne plus et je profite de la vie, de la nature, des restaurants… » Que lui manque-t-il ? « Bonne petite raclette. » Son conseil : « prenez n’importe quel travail ». Même sous-qualifiée, cette première expérience ouvre de nombreuses portes.

À Lire  Culture - Exposition "Vision Individuelle / Vision Collective"

Ingrid Broussillon, griotte polyglotte

Ingrid ne s’attendait pas à ce que quelqu’un démarre sa propre petite entreprise à Vancouver. Le diplômé en informatique a postulé à la gestion d’entreprise à Toulouse. Ce Guadeloupéen a travaillé pour la Société Générale à Paris de 2005 à 2016. Parallèlement, il prend des cours de théâtre et devient conteur pour son association Les Griottes voyageuses. En 2017, il a postulé au BAT pour améliorer son anglais à Vancouver. Son premier emploi dans une startup le frustre. « Mon niveau d’anglais n’était pas assez bon. »

Après être devenue travailleuse autonome, elle a signé des contrats pour raconter des histoires dans les garderies et les écoles francophones de la province. « J’ai créé des histoires participatives interactives pour jeunes et adultes, puis des façons d’apprendre le français par le jeu théâtral et l’improvisation. En 2020, elle remporte le concours SDECB Small Business BC, qui est un tremplin pour se faire connaître ! En plus des contrats en Des écoles francophones, elle organise aujourd’hui des ateliers collectifs pour avocats et fonctionnaires gouvernementaux et à d’autres particuliers sur Internet partout dans le monde A 40 ans, il rêve encore de bonnes saucisses à Vancouver, mais plus sérieusement de son propre théâtre pour développer des ateliers d’improvisation.

« D’Est en Ouest – Vivre au Canada, pourquoi pas vous ? », 8,90 €, disponible en kiosque et au Figaro.

Quel business lancer avec peu d’argent ?

Quel business lancer avec peu d'argent ?

Voici cinq idées d’affaires pour démarrer avec peu d’argent.

  • Sous-location. On parle de sous-location lorsque vous louez votre appartement à quelqu’un d’autre. …
  • Encadrement. …
  • Promotion des services et des produits d’autres personnes. …
  • Créer un site e-commerce. …
  • Vendre vos services et produits en ligne.

Quelle affaire faire avec 1000 euros ? Commerce électronique. Avec un budget inférieur à 1 000 $, vous pouvez facilement acheter tous les outils et systèmes dont vous avez besoin pour tirer un profit réel et significatif de votre entreprise de commerce électronique. Essentiellement, le commerce électronique signifie gagner de l’argent en vendant des produits en ligne.

Quel business faire sans argent ?

Créer de petites applications ou des plugins pour des sites comme WordPress ou Shopify est tout à fait possible si vous souhaitez démarrer une activité en ligne sans argent. De même, si c’est un domaine que vous aimez, vous pouvez très bien démarrer une agence en ligne pour créer des sites de personnes.

Comment travailler en Alberta ?

Titulaires de titres de compétences étrangers Les étudiants internationaux qui ont obtenu un diplôme d’un programme postsecondaire étranger peuvent présenter une demande pour démarrer une entreprise et s’établir de façon permanente en Alberta.

Comment immigrer en Alberta? Possibilités d’immigration. Il existe des programmes d’immigration fédéraux (gouvernement du Canada) et provinciaux (gouvernement de l’Alberta). En Alberta, le programme provincial s’appelle Alberta Immigrant Nominee Program (AINP).

Pourquoi aller en Alberta ?

De nombreux sites incontournables de l’Alberta témoignent de la puissance de la nature, des anciens glaciers qui recouvrent encore les sommets des Rocheuses aux canyons, cascades et lacs formés par des glaciers aujourd’hui disparus.

Pourquoi créer une filiale à l’étranger ?

Avantages de l’établissement d’une filiale à l’étranger L’établissement d’une filiale à l’étranger signifie l’établissement d’une entité juridique dans un autre pays. Les personnes morales peuvent commercialiser leurs produits et services auprès de la population locale. Ils peuvent également importer et exporter des marchandises.

Quelle est la différence entre une filiale et une succursale ? Une succursale est une extension de sa société mère. Elle n’a pas de personnalité juridique propre et dispose d’une autonomie limitée. Une filiale, en revanche, est une société à part entière dotée de sa propre personnalité juridique.

Quelles sont les avantages et les inconvénients des succursales et des filiales ?

C’est une option économique. Un autre avantage est l’absence de soumission des comptes annuels et des commissaires aux comptes. En effet, la succursale n’est pas une société de droit français, elle n’a donc pas à déposer de comptes annuels au Greffe du Tribunal de Commerce.

Quel est le meilleur pays pour créer son entreprise ?

La Nouvelle-Zélande, premier pays favorable aux entreprises. L’agence publie ce rapport chaque année en collaboration avec la Société financière internationale, qui classe 190 économies en fonction de la facilité d’y faire des affaires.

Pourquoi faire une filiale ?

La création de filiales permet de structurer le groupe, c’est-à-dire de gérer la croissance et le développement des activités de l’entreprise. Cette approche assure une certaine sectorisation des activités réalisées. En d’autres termes, il consiste à attribuer une activité bien précise à chaque filiale.