Chaleur : risques, conseils, droits… quels sont vos droits au travail quand les températures sont élevées

Photo of author
Written By Sophie Ledont

Rédactrice passionnée qui a vécu dans plus de 25 pays toujours à la recherche de la dernière information.

c’est important

L’été 2022 est marqué par des périodes de températures élevées et de canicules persistantes. Si vous souffrez sur votre lieu de travail, sachez que vous avez des droits.

Que doit faire l’employeur ? 

Vous avez peut-être souffert de températures anormalement élevées sur votre lieu de travail pendant la semaine. Sachez que cela peut – dans certains cas – présenter un risque pour votre santé physique et mentale. Mais vous en avez le droit et le Code du travail prévoit des dispositions particulières en la matière. Voici ce que vous devez savoir.

Comme le rappelle le ministère du Travail, en cas de fortes chaleurs, un employeur doit mettre certaines mesures pour ses salariés. Il doit par exemple « introduire de l’air afin d’éviter une élévation excessive de la température dans les lieux de travail clos », « doter les travailleurs d’équipements de protection contre les fortes chaleurs et/ou le refroidissement » ou encore « transcrire dans un ‘document unique d’évaluation des risques’ les risques associés avec environnement thermique ».

Télétravail : 5 conseils pour être plus efficace
A voir aussi :
Le travail à domicile est le rêve de nombreuses personnes, et grâce…

Le cas particulier du BTP 

Le cas particulier du BTP 

Mais qu’entend-on vraiment par « élévation excessive » de la température ? Selon le portail juridique sur le droit du travail, le « confort thermique » se traduit par les seuils suivants : « au bureau : 20 à 22°C ; à l’atelier pour une activité physique moyenne : 16 à 18°C ​​; à l’atelier pour une activité physique soutenue activité physique : 14. à 16°C ». A noter également qu’au dessus de 33°C, le travail peut présenter un réel « danger », bien qu’il n’y ait pas de limite de température sur le lieu de travail définie par la loi.

À Lire  3 conseils simples pour garder votre peau en bonne santé

Que faire en cas de « vigilance rouge » ? 

Si vous travaillez dans le BTP, d’autres aménagements, encore plus spécifiques, peuvent vous être accordés en cas de températures élevées. Le chantier où vous travaillez doit être aménagé de manière à « permettre à l’organisation de se reposer dans les mêmes conditions de sécurité », note le site du ministère du Travail (des salles de repos adaptées aux conditions climatiques peuvent par exemple être aménagées. jusqu’à un carré). Parallèlement à tout cela, trois litres d’eau potable et fraîche doivent être fournis au minimum par jour et par salarié.

Conseils aux salariés 

Conseils aux salariés 

Si Météo France signale une alerte rouge sur votre lieu de travail, l’employeur doit alors procéder à une réévaluation quotidienne du risque auquel chaque salarié est exposé. Cela peut dépendre de l’âge ou de l’état de santé des travailleurs ainsi que de la nature du travail effectué. Si, après évaluation, les mesures prises sont insuffisantes, l’employeur doit décider de mettre fin à l’emploi. C’est notamment le cas de ceux « menés à très haute température et impliquant des charges physiques importantes, par exemple des travaux de couverture ou d’isolation de toiture, des manipulations répétées de charges lourdes », précise le ministère.

En travaillant dans une chaleur extrême, vous risquez de vous exposer à des rougeurs, des douleurs, des gonflements, des furoncles, de la fièvre, des maux de tête ou dans les cas les plus sévères, une perte de connaissance et/ou une défaillance de la thermorégulation. Il est donc fortement recommandé de boire de l’eau régulièrement, de porter des vêtements légers, de faire des repas légers et de partager ou d’adapter votre rythme de travail selon votre tolérance à la chaleur.