Choisir une formation dans le domaine de l’assurance

Photo of author
Written By Sophie Ledont

Rédactrice passionnée qui a vécu dans plus de 25 pays toujours à la recherche de la dernière information.

Les formations après le bac dans l’assurance

Les formations après le bac dans l’assurance

Dans l’enseignement supérieur, diverses voies de formation en assurance peuvent être proposées aux diplômés intéressés par les carrières du secteur.

Le BTS : des études courtes pour un bac+2

Les BTS (Brevets de Technicien Supérieur) sont des formations de niveau BA+2, associant cours théoriques et stage de 12 à 14 semaines, également disponibles en alternance. Ils préparent en deux ans après un bagage général, technologique (STMG) ou professionnel, dans des lycées ou dans des entreprises publiques ou privées.

Pourquoi opter pour un BTS ?

Les profils BTS sont très demandés en assurance, notamment pour les métiers du commerce. La voie la plus directe, le BTS Assurance, débouche sur des emplois de techniciens en assurance de biens ou de personnes. Mais d’autres BTS peuvent être d’excellents tremplins vers l’emploi dans le monde de l’assurance. Par exemple, le BTS Management commercial opérationnel (MCO) ou Négociation et digitalisation de la relation client (NDRC).

Assurance : les diplômes qui mènent à un bac+3

Préparé par l’université, le BUT (Bachelor of University Technology) est une formation plus généraliste que le BTS, qui peut conduire à des postes d’encadrement intermédiaire en assurance. L’ACH comprend entre 22 et 26 semaines de stage et peut également se préparer en alternance. Les diplômes les plus populaires pour entrer dans le secteur de l’assurance sont ACH Legal Careers (CJ), Marketing Techniques (TC) et Business Management and Administration (GEA).

Avec un bac+3 à l’université, il est possible de passer par une licence professionnelle en assurance, banque et finance. Il y en a près de 90. Certaines de la cinquantaine d’écoles privées spécialisées en assurances en proposent également, comme le consultant pro-permis, le souscripteur, le responsable assurance de l’IFPASS (Institut de formation de la profession de l’assurance). Mais la plupart débouchent sur un Bachelor, par exemple Chargé d’Affaires en Assurance et Banque, à l’ESA (Ecole Supérieure d’Assurance), à ​​Paris. Passer par un Bachelor en commerce peut également être une option pertinente.

Les formations supérieures après un bac+2 ou bac+3

Les formations supérieures après un bac+2 ou bac+3

Pourquoi faire un Master à l’université ?

Parce que l’offre est large et spécialisée. De nombreux masters (bac+5) sont ouverts dans les universités dans le domaine de l’assurance, avec deux années d’études supérieures, pour se spécialiser en droit des assurances, en actuariat ou en gestion des risques, par exemple. Il y a le Master MBFA (monnaie-banque-finance-assurance), qui est notamment délivré par les IAE (Instituts d’Administration des Entreprises) dans différentes villes de France. Autre exemple, l’Institut des Risques Industriels, de l’Assurance et de la Finance de Poitiers propose trois Masters. A noter qu’après un M1 en droit, économie ou AES, il est possible d’intégrer l’un des quatre Instituts d’assurance (à Lyon 3, Aix-Marseille 3, Paris 1 et Paris-Dauphine).

Comment devenir assureur en passant par une école spécialisée ?

L’IFPASS propose deux parcours de Master MBFA : Insurance Risk Management and Innovation et Professional Client Advisor. L’ESA propose également plusieurs certifications barrière+5 susceptibles d’intéresser les assureurs (Insurance Manager, Wealth Engineering Specialist, etc.). Quant à l’École nationale des assurances, elle propose plusieurs formations, dont un Master en alternance en gestion des assurances. Les diplômes des écoles de commerce et des instituts d’études politiques (IEP) sont également très appréciés des recruteurs des compagnies d’assurance.

Quels métiers choisir dans le domaine de l’assurance ?

Quels métiers choisir dans le domaine de l’assurance ?

Portail d’information pour tout savoir !

À Lire  Entreprises automobiles : êtes-vous obligé d'être assuré ?