Citroën, Dacia, Renault, Peugeot : les marques s’étirent pour plaire

Photo of author
Written By Sophie Ledont

Rédactrice passionnée qui a vécu dans plus de 25 pays toujours à la recherche de la dernière information.

Au Mondial de Paris, le lion de Peugeot rugit désormais à plat : Les nouveaux modèles, de la berline 408 à la 9X8 hypersportive, arborent tous un logo rétro et très plat.

Adieu chromes et logos 3D : il fallait « moderniser le contour de la tête de lion » pour « plus de lisibilité et de visibilité », explique Matthias Hossann, responsable du design chez Peugeot.

Remplaçant le lion chromé installé en 2010, ce 11e logo de l’histoire de Peugeot avait été testé et homologué sur un concept, la E-Legend, une sorte de Peugeot 504 électrique présentée au précédent Mondial de l’Automobile de Paris en 2018.

Dans le pavillon voisin, une dizaine de modèles Dacia arborent le nouvel emblème de la marque : non plus un emblème classique avec son nom, mais un logo énigmatique avec un D et un C réunis. Un « symbole du lien de confiance entre Dacia et ses clients », selon la marque financière du groupe Renault.

Peugeot a également inspiré sa marque sœur du groupe Stellantis. Peu avant le salon, Citroën a présenté ses nouveaux chevrons sur un concept baptisé « Oli ». Minimaliste, inspiré du logo de 1919, il sera étendu aux prochains modèles à partir de 2023.

Tous ces badges ont un point commun : ils sont en « flat design ».

Tout plat&# xD ;

« C’est une tendance de fond depuis quinze ans », explique Jérémie Barry, directeur créatif de Landor & Fitch. « Ce n’est pas une question de style, mais une limitation. Toutes les marques de voitures (Hyundai-Kia, BMW-Mini, Toyota) mais aussi +Tech+ (Apple, Google), sont passées au +flat+. Tout bouge, on a moins d’espace et le temps de communiquer, nous devons simplifier.

À Lire  Quand le passé d'une entrepreneure la pousse à créer sa propre entreprise

« Nous passons tous de plus en plus de temps dans un monde numérique. Avec ce logo, nous obtenons l’expérience la plus fluide dans tous les points de contact avec la marque », souligne Matthias Hossann chez Peugeot.

De plus, « il y a dix ans tous les logos étaient chromés, ils vendaient des voitures, donc du chrome. Maintenant ils vendent une expérience, de la mobilité », explique M. Barry. Et le logo est crucial : le premier support dans la voiture est la voiture elle-même, souligne l’expert.

De plus, le logo est devenu un support de communication « polymorphe » qui doit pouvoir s’adapter au message : en nuances de gris si nécessaire pour favoriser l’élégance de la marque, ou avec des plumes si l’on parle de confort. .

Skoda, la marque tchèque du groupe Volkswagen, a abandonné à juste titre sa « flèche ailée » presque centenaire.

Le nouveau logo reprend simplement les lettres de la marque : il « n’utilise plus de graphismes 3D sculptés pour répondre à la transition croissante des activités marketing de l’imprimé (la presse papier) vers le web », a expliqué Skoda.

Au Mondial de l’Automobile de Paris, Renault change également de logo. Le diamant, arrivé sur le capot de la Renault 40CV en 1925, retouché par l’artiste Vasarely et son fils Yvaral en 1972, avait finalement peu évolué depuis 30 ans, toujours en 3D et chrome.

Sur la Mégane électrique comme sur le nouveau SUV Austral, le nouveau losange est constitué de seulement deux lignes formant un losange.