Comment créer une entreprise en France

Photo of author
Written By Sophie Ledont

Rédactrice passionnée qui a vécu dans plus de 25 pays toujours à la recherche de la dernière information.

Photo : Romain Dancre / Unsplash.

Selon les chiffres fournis par l’INSEE, 995 900 créations d’entreprise ont été enregistrées en France en 2021, soit une augmentation de 17 % par rapport à 2020. Or, la création d’entreprise en France implique le remplissage de certains formulaires. Ces démarches sont obligatoires, selon le droit des sociétés et la nature de votre activité.

Le choix de la dénomination sociale de l’entreprise

Le choix de la dénomination sociale de l’entreprise

Votre futur nom commercial s’appelle votre « raison sociale ». Cela doit figurer dans les statuts de la société en cours de création, car c’est ainsi qu’elle sera nommée en tant que personne morale. Le nom de l’entreprise peut être associé à votre activité ou simplement appuyer sur un enregistrement fictif. Cependant, une attestation de l’Institut National de la Propriété Intellectuelle (INPI) est nécessaire. Ce processus vous permet de vous assurer que le nom de l’entreprise choisi n’est pas déjà utilisé et qu’il n’est pas protégé par quelqu’un d’autre.

Pierre Ippolito : « Œuvrer à la création d'une place financière pour les Alpes Maritimes »
A voir aussi :
Home EconomistPierre Ippolito : « Œuvrer à la création d’une place financière…

Où et comment domicilier votre entreprise ?

Où et comment domicilier votre entreprise ?

Votre exercice et votre lieu d’affaires peuvent être effectués à différents endroits. Il peut s’agir d’un bâtiment loué ou acheté, d’un local commercial, d’une maison de fonction ou de votre propre logement, mais il y a certaines conditions. Cependant, il est important de savoir que le site d’entreprise peut se faire, sans support, et sans argent. Cependant, un support professionnel peut s’avérer être un gain de temps considérable.

Constitution du capital social de l’entreprise

Constitution du capital social de l’entreprise

L’octroi de dividendes est une condition indispensable à la création de votre entreprise. Cela nécessite la contribution de vos partenaires et de vous-même. Le montant total que chaque partenaire contribue est une contribution en espèces. Le dépôt qu’ils déposent sur un compte séquestre intervient lors de la phase de constitution de la société. Bien entendu, ces dépôts doivent être mentionnés dans les statuts. Un élément matériel qu’un partenaire peut apporter est un apport en nature. Il s’agit précisément de tous vos apports non financiers tels que marques, revendications, brevets, fonds de commerce, voitures, ordinateurs, etc.

Lorsqu’un partenaire paie pour effectuer son expertise, son service ou ses travaux, cette contribution est considérée comme une contribution à l’industrie. La description de ces apports doit être faite conformément aux statuts de la société.

Comment nommer le dirigeant de votre entreprise ?

Comment nommer le dirigeant de votre entreprise ?

La nomination du gérant de la SARL se fait lors de la phase de préparation des statuts ou de l’acte spécial. Dans SAS, les règles nomment le premier président. Toutefois, la publication de cette nomination au journal des annonces légales est une pratique obligatoire. Fournir au CFE toutes les informations utiles au gestionnaire est une autre obligation. Cela doit se faire pendant la période d’enregistrement de la société.

À Lire  Le quotidien des utilisateurs d'ordinateurs en entreprise

Procédure d’élaboration des statuts de votre entreprise

Procédure d’élaboration des statuts de votre entreprise

La base de votre entreprise est d’établir ses propres règles. Après avoir terminé le processus correspondant, il doit être soumis aux statuts de la CFE afin que la société puisse être immatriculée dans l’entreprise et que les sociétés puissent s’immatriculer. C’est ce processus qui permet à l’organisation d’obtenir le statut de personne morale.

La rédaction des statuts est une étape essentielle dans la création de votre entreprise. La charte est un contrat qui précise les caractéristiques de l’entreprise à créer. Parmi ceux-ci, les objectifs de l’entreprise et ses opérations vis-à-vis des tiers et vis-à-vis des partenaires sont clairement visibles. L’utilisation de règles standard est possible.

Cependant, les spécialistes recommandent vivement de demander l’avis d’un ou plusieurs professionnels du droit, en raison de l’importance juridique de cet acte. La personnalité juridique ne peut être attribuée à une société qui n’est pas immatriculée au Registre des Sociétés et des Sociétés (RCS).

Quelques précautions à prendre au moment de fonder votre entreprise

Si l’entreprise est dans un secteur professionnel ou commercial, cela signifie un accès public. Par conséquent, des mesures de sécurité doivent être prises. Aussi, vous devez vous assurer que des équipements adaptés sont disponibles pour faciliter l’accès aux personnes handicapées ou à mobilité réduite. Ce processus doit être fait au moins deux semaines avant le début de vos activités. Une demande de permis d’ouverture auprès de la mairie est indispensable.

Si vous travaillez dans une industrie réglementée, un audit est nécessaire pour s’assurer que vous avez les compétences requises pour démarrer cette activité. Il peut s’agir d’un diplôme, d’une expérience de travail ou de compétences en gestion. Accomplissement de certaines démarches telles que carte professionnelle, enregistrement d’une commande ou d’une liste, autorisation spéciale, etc. Cela peut même être une obligation légale.

Quelques actes à établir

Parmi les actions à entreprendre lors de la constitution de votre société, il y a la liste des bénéficiaires et la nomination d’un commissaire aux comptes. Certaines personnes possèdent ou gèrent directement ou indirectement l’entreprise. Ce sont ces personnes que nous appelons les « bénéficiaires effectifs ». Dresser la liste de toutes ces personnes et la mettre à disposition du CFE est une démarche obligatoire.

En outre, la nomination du commissaire aux comptes doit intervenir, si nécessaire. L’obligation de nommer un commissaire aux comptes est fondée sur les raisons suivantes.

– A la clôture de l’exercice, la société présente un solde positif de plus de 4 millions d’euros.

– Son chiffre d’affaires hors taxes est supérieur à 8 millions d’euros