Conception d’une start-up fintech internationale : défis et opportunités

Photo of author
Written By Sophie Ledont

Rédactrice passionnée qui a vécu dans plus de 25 pays toujours à la recherche de la dernière information.

Tout entrepreneur (starter pour ceux qui s’intéressent à l’écosystème technologique) qui crée et planifie la croissance de son entreprise doit, à un moment donné, envisager une éventuelle internationalisation. En effet, la seule évolution à l’intérieur des frontières nationales deviendra bientôt un frein à la croissance des entreprises. Dès lors, la conquête de nouveaux marchés est souvent considérée comme souhaitable, voire nécessaire. L’internationalisation doit donc être envisagée dès la création d’une entreprise.

A l’heure d’internet, de la mondialisation, des réseaux sociaux, de la formation à distance et du e-commerce, les externalités sont plus que favorables à l’internationalisation des entreprises, notamment dans le numérique. Des différences subsistent entre les marchés nationaux, mais, en particulier au sein de l’Union européenne, ce sont des barrières qui peuvent être surmontées.

Le “cas fintech” : quelles spécificités ?

Le “cas fintech” : quelles spécificités ?

Les seuls véritables obstacles sont souvent linguistiques (tout doit être traduit), réglementaires (comment les directives européennes sont appliquées dans chaque pays ainsi que les réglementations nationales), et culturels (s’adapter à la culture entrepreneuriale de chaque pays, au travail et à l’achat) .

De nombreuses startups fintech planifient leur internationalisation en prenant comme modèles des entreprises qui ont certes réussi leur internationalisation, mais dans des secteurs différents. Il s’agit d’une approche potentiellement trompeuse car les clients peuvent avoir des besoins et des processus d’achat complètement différents d’un secteur à l’autre.

Il est possible de démarrer une entreprise à partir de zéro
Ceci pourrez vous intéresser :
Créer sa propre entreprise : ce projet de vie attire de nombreuses…

L’environnement réglementaire

L’environnement réglementaire

Par exemple, une entreprise qui recherche la bonne solution technique pour simplifier ses dépenses et une entreprise qui a besoin d’une technologie de pointe pour se développer dans l’industrie automobile, n’auront pas la même approche « acheteur », et (souvent) ne seront pas . doivent respecter les mêmes règles.

Les défis de l’internationalisation

Les défis de l’internationalisation

L’environnement réglementaire européen reste très fragmenté pour les mintechs. Chaque pays a sa propre autorité de surveillance, comme l’Autorité de gestion prudentielle et de résolution, en abrégé ACPR, et la Banque de France, dans notre pays, qui a pour mission de surveiller les secteurs de la banque et de l’assurance, et de préserver la stabilité du système financier . et la protection des clients.

Le défi consiste à traduire les exigences réglementaires nationales en une technologie adaptée à une échelle internationale. Cette étape comporte des risques que nous découvrons en cours de route.

Lors du processus d’internationalisation de la technologie fin, il est nécessaire d’évaluer ses ressources pour accompagner l’adaptation et l’évolution d’une offre, conformément à la réglementation en vigueur. Cela stimule un budget marketing, éventuellement une intégration avec des partenaires locaux, des efforts d’adaptation technologique, ce qui entraînera des retards dans la négociation des contrats, avec des délais et des coûts imprévus.

Concevoir l’entreprise pour l’international dès sa création

Concevoir l’entreprise pour l’international dès sa création

De plus, les débutants ont tendance à faire une autre erreur de calcul, qui consiste à imaginer que la stratégie d’acquisition de clients sera la même sur tous les marchés. Rien de moins vrai en B2B !

En B2B, les pratiques administratives locales ont la vie dure, en termes de gestion, de processus, de gouvernance d’entreprise et culturellement. Une stratégie marketing et commerciale efficace en France ne le sera pas forcément en Allemagne, etc. De plus, les parts de marché qui peuvent être adressées varient fortement selon la maturité entrepreneuriale du pays : la sophistication d’un produit et la capacité de ses clients potentiels à comprendre ses avantages limiteront son volume.

Il faut donc se poser la question suivante : « Les canaux de vente et de communication actuels sont-ils adaptés au nouveau marché sur lequel je développe mon activité ? Lors de la définition du budget d’internationalisation, il faudra s’interroger sur ce qui a fonctionné sur le marché domestique, y compris un budget d’expérimentation. Cette dernière permettra d’identifier des méthodes et filières nationales plus performantes qu’initialement envisagées.

C’est quoi une entreprise Licorne ?

C'est quoi une entreprise Licorne ?

Enfin, un commentaire doit être fait sur la traduction dans les langues locales. Comme pour les canaux de marketing et de vente, l’adaptation de ses messages clés se heurtera également à la traduction des concepts dans différentes langues, qui, selon les pays, pourrait devenir moins efficace (par exemple, dans les pays anglo-saxons, la langue utilisée. informelle et directe , en France ça a tendance à être continu, en Italie ça doit être informel dans l’interface client, mais continu dans la communication…)

À Lire  Xaintrie sèche : les Corréziens s'organisent pour faire face au manque d'eau

Or, la communication sous toutes ses formes est critique pour les fintechs, car elle relève leurs enjeux en termes de génération de leads, de relations investisseurs, de notoriété et de visibilité. L’aspect linguistique cache un automatisme culturel plus ancré, qui perdure même à l’ère de la mondialisation.

Qu’est-ce qu’une licorne en affaire ?

La connaissance des différences entre les marchés est donc nécessaire pour planifier une stratégie d’internationalisation efficace. Il permet de fixer des budgets réalistes et apporte de la robustesse aux attentes proposées lors de la recherche de capitaux.

Comment une entreprise devient une licorne ?

Être conscient des enjeux et défis identifiés lors de la création d’entreprise permet d’anticiper sur le long terme. En choisissant dès le départ de créer une structure et une offre susceptibles de s’adapter aux différents contextes commerciaux nationaux, après avoir clairement défini le marché européen comme cœur de cible, une entreprise se construit un avantage concurrentiel dans la durée.

Qu’est-ce qu’une licorne aujourd’hui ?

Il faut donc identifier quels sont les besoins les plus réguliers et les plus homogènes à l’international, puis dans un second temps, vérifier leur utilité, leurs conditions d’utilisation « sur le terrain », dans chaque marché national.

Comment créer un Start-up en Afrique ?

L’aspect réglementaire est d’une importance capitale car il conditionne les choix de développement de nouvelles fonctions et la feuille de route de leur création. De plus, il faut s’appuyer sur un capital humain : des individus experts de leur marché national, capables de s’engager dans les relations avec les clients et prospects, et d’atteindre in fine des objectifs qui seraient voués à l’échec sans cette compréhension culturelle.

Malgré tout cela, gérer une nouvelle entreprise avec un ADN international est un défi quotidien qui demande du temps et des ressources internes.

  • Une création d’entreprise est une structure agile, elle doit avoir la capacité de s’adapter très rapidement à son environnement puis à ses évolutions. Généralement, ces entreprises évoluent dans des marchés émergents où les règles ne sont pas encore définies. L’agilité est un facteur clé de succès.
  • Le terme unicorn était initialement réservé aux entreprises américaines, mais a ensuite été élargi pour désigner toute entreprise innovante réunissant les caractéristiques suivantes : Une activité caractérisée par l’innovation. Une proposition disruptive. Croissance extrêmement rapide financée par des fonds externes.
  • Comment définir une licorne ? Un animal fantastique avec le corps d’un cheval, la tête d’une chèvre, une longue corne au milieu du front et des pieds souvent griffus. (fille avec la licorne.)
  • Quand on dit qu’une startup est une licorne, cela signifie que l’entreprise vaut plus d’un milliard de dollars. Le terme tarification n’a rien à voir avec le chiffre d’affaires, qui est l’argent qui entre dans les coffres.
  • Le terme licorne (en anglais : unicorn) est utilisé pour désigner une start-up, principalement issue de la Silicon Valley, qui vaut plus d’un milliard de dollars, non cotée en bourse et non filiale d’un grand groupe. Cette expression a été inventée par Aileen Lee en 2013.
  • Aujourd’hui, le terme licorne désigne plus généralement une startup de nouvelles technologies dont la valorisation atteint au moins un milliard de dollars et qui dispose d’un potentiel de croissance très important.
  • Créer une nouvelle entreprise en Afrique est synonyme de création d’entreprise, et cela tisse un business model. Car après avoir validé l’idée centrale dès le départ, il faut maintenant s’assurer que l’entreprise sera viable, rentable et générera des revenus suffisants.
  • Quel business ouvrir avec un petit budget en Afrique ? Quel business ouvrir avec un petit budget en Afrique ?

Quels sont les business les plus rentables en Afrique ?

Vente de vêtements et cosmétiques. …

Quel est le meilleur secteur pour investir en Afrique ?

Restauration à domicile. …

Quand une entreprise n’est plus Start-up ?

Jus et beignets. …

Créer des épices. …

Quel est le rôle d’une Start-up ?

Revente en ligne. …

Quand une entreprise n’est plus une Start-up ?

Couture …