Coûts, PEB exigeant, fin de bonus… A quoi s’attendre sur le…

Photo of author
Written By Sophie Ledont

Rédactrice passionnée qui a vécu dans plus de 25 pays toujours à la recherche de la dernière information.

Le marché immobilier a été agité l’an dernier en raison de la crise. Mais qu’en est-il de 2023 ? Fiscalité, charges, réforme notariale… Le secteur a déjà annoncé de nombreux changements importants. De quoi mettre une brique dans le ventre du Belge ?

L’immobilier est sans doute le secteur le plus faible en 2022. Avec une hausse des prix de 5,6 %, combinée à un environnement économique difficile et à la hausse des taux de crédit et des prix de l’immobilier, les Belges ont décliné leur envie d’acheter et de les construire. En 2023, l’inflation se poursuit et des changements ont déjà été annoncés. Mais permettront-ils de redémarrer la machine ?

Les changements déjà connus…

Premier changement, et non des moindres : le secteur notarial a bénéficié d’une profonde refonte, notamment pour favoriser la modernisation de la profession. Mais sérieusement, qu’est-ce que cela change pour l’acheteur potentiel ? L’un des points de la réforme est la réforme des tarifs qui entraînera une baisse des coûts pour 98% de l’achat de maisons d’ici 2023.

Ainsi, les frais de notaire lors de l’achat d’une maison sont désormais tarifés à 750 euros et 550 euros respectivement pour l’acte de vente et l’hypothèque, alors qu’ils atteignent facilement les 2000 euros en général. Dans la loi sur le crédit, un escompte fixe de 20 % a été fixé sur tous les frais d’écriture.

Pour une maison moyenne de 232 500 euros, cela signifie une réduction de près de 1 100 euros de nos frais de notaire.

Le solde du revenu cadastral en 2023 augmente la taxe foncière de 9,6 %.

La taxe foncière est une taxe d’État que vous devez payer chaque année sur les biens immobiliers. Le calcul de la taxe foncière se fait sur la base du revenu cadastral (RC). Cependant, ce RC est indexé annuellement en fonction de l’indice des prix à la consommation. En 2022, il a augmenté de 2,44% mais après inflation, il explosera de près de 10% cette année.

Et pour certains, le texte sera encore plus salé. Certaines municipalités ont d’ailleurs annoncé qu’elles augmenteront, dans le budget 2023, leurs cents supplémentaires sur les taxes foncières. C’est le cas, entre autres, d’Ixelles, de Watermael-Boitsfort, de Gand et même de la forêt. Si une partie de la taxe foncière est envoyée aux États, une autre est prélevée sur les États, et enfin, mais non des moindres, elle est envoyée aux gouvernements locaux, qui reçoivent la part du lion.

Pour lutter contre la crise énergétique, le gouvernement flamand a désormais imposé une obligation de rénovation des bâtiments anciens. Ainsi, toute personne qui devient propriétaire d’un bâtiment d’habitation à haute énergie (label PEB E ou F) doit réaliser des travaux d’amélioration des performances énergétiques dudit bien. Il doit donc s’assurer d’obtenir au moins un niveau de performance énergétique D, dans les cinq ans suivant l’achat. Cela s’applique aux maisons unifamiliales ainsi qu’aux appartements, studios et appartements.

A Bruxelles, les autorités ont également décidé de donner de l’importance à ce certificat. Mais prévoyez du temps supplémentaire pour faire n’importe quel travail. D’ici 2025, tous les hébergements sans exception devront disposer d’un certificat PEB. Cette attestation obligatoire produira, en plus des points énergétiques, une liste de cinq priorités à faire pour améliorer lesdits points. L’État souhaite que tous les bâtiments atteignent une note C d’ici 2050. Pour ce faire, ces travaux doivent commencer d’ici 2030.

A partir du 1er janvier 2023, la subvention bruxelloise pour le chauffage au gaz est supprimée au profit des subventions pour les pompes à chaleur et les raccordements au réseau de chauffage. Il n’y a donc pas de primes pour les manches Bruxelles 2023.

Les aides fiscales destinées à faciliter l’acquisition d’un logement familial seront majorées, sous certaines conditions. L’allégement fiscal permet au contribuable de réduire l’assiette fiscale, c’est-à-dire le montant de l’impôt à calculer.

Dès le 1er avril, en Région de Bruxelles-Capitale, l’acquéreur pourra bénéficier d’une prime de 200.000 euros (auparavant 175.000) si l’assiette fiscale de la résidence ne dépasse pas 600.000 euros. Jusqu’à présent, ce dernier montant était de 500 000 euros.

Le même principe de construction foncière. A partir du 1er avril 2023, l’acquéreur pourra bénéficier d’une prime de 100 000 euros, contre 87 500 euros actuellement, avec une assiette fiscale maximale de 300 000 euros. L’acquéreur peut également bénéficier d’une prime supplémentaire s’il entreprend des travaux pour améliorer la performance énergétique du bâtiment acquis.

Le gouvernement wallon a décidé de doubler l’allocation à 40.000 euros, à condition que le prix de la maison ne dépasse pas 350.000 euros et ce dès l’été 2023. L’allocation prévue se situera entre 350.000 et 500.000 euros. Hormis 500 000 euros, le bonus sera limité à 20 000 euros.

De la même taille que le bâtiment au sol. La subvention sera de 40 000 euros pour les terrains de moins de 175 000 euros.

L’aide au loyer est entrée en vigueur en Wallonie le 1er janvier. Il permet aux familles aux revenus précaires, inscrites sur liste d’attente pour accéder à un logement social depuis plus de 18 mois et contraintes de louer un bien sur le marché privé, de percevoir une prime de 125 euros.

Ce montant sera majoré de 20 euros pour chaque enfant à charge, doublé pour les enfants handicapés/à charge, jusqu’à un maximum de 185 euros par mois.

Le coût social de l’électricité et du gaz a augmenté respectivement de 7,8% et 9,7%, selon les données de l’Administration fédérale de l’énergie (Creg).

Le prix de l’électricité publique pour une heure atteindra, au premier trimestre 2023, 28,579 cents le KWh (26,510 cents au quatrième trimestre 2022), TVA comprise. Pour le gaz, le montant sera de 3,729 centimes le KWh (3,400 centimes), TVA incluse. Environ 2 millions de personnes ont droit à ce tarif réduit qui est le même chez tous les fournisseurs d’énergie.

En région bruxelloise, le système de soutien à la photographie par certificats verts permet un retour sur investissement de sept ans pour ceux qui installent les lunettes. Ce système est ajusté chaque année en fonction de l’évolution du coût des énergies renouvelables.

En 2023, la subvention accordée aux propriétaires de lunettes photographiques est réduite. « Après analyse et prise en compte de la forte hausse du prix de l’électricité, qui entraîne un gros bénéfice, Brugel considère que la réduction du taux de soutien de 19% à 30% est suffisante, selon les secteurs électriques. » , a conseillé le régulateur du marché bruxellois de l’énergie

Sur le même sujet :
Du 26 au 27 janvier, Somfy organisait son congrès avec ses clients…

…et les tendances qui se dessinent

Tantôt on dit que c’est une baisse, tantôt on annonce qu’il augmente… Le prix des matériaux de construction fluctue depuis quelques mois, sans parvenir à le stabiliser. Selon le secteur de la construction, le pic d’inflation est désormais derrière nous, mais la hausse des prix des constructions neuves est en cours.

Peut-on s’attendre à un peu de lumière dans les mois à venir ? Rien n’est sûr… Les vendeurs de matériaux de construction ont annoncé de nouveaux prix pour 2023. Depuis le 1er janvier, on a vu des hausses de prix allant de 10% pour le ciment à 20% pour les produits en béton. Seuls les produits qui ne sont pas liés à la hausse des prix de l’énergie, comme les produits du bois (-18 %) et de l’aluminium (-10 %), ont baissé cette année.

Bref, pour l’instant, tout porte à croire que l’évolution des prix restera instable dans les premiers mois de 2023.

Le taux d’intérêt belge à dix ans est reparti à la hausse, fin 2022, à 3,19%. Cependant, les taux d’intérêt élevés à long terme rendent les emprunts plus coûteux, en particulier pour les prêts hypothécaires. Le taux hypothécaire moyen à 20 ans est ainsi passé de 1,4 % début 2022 à 3,4 % début 2023. Koen De Leus, le chef économiste de BNP Paribas Fortis, s’attend également à un accès plus difficile au crédit immobilier.

Cependant, bien que les prix des biens et de l’énergie soient encore élevés, une baisse des prix des logements est attendue dans les mois à venir. La Banque BNP Paribas Fortis s’attend à une baisse des prix de 3% en 2023. ING, ce sera plutôt autour de 0,5%, avec une baisse significative pour les biens énergivores.

L’énergie coûte de l’argent, un constat qui est sur toutes les lèvres depuis un an… et pourrait bien indiquer le marché immobilier en 2023. Absence de subventions au gaz à Bruxelles, travaux obligatoires en Flandre pour améliorer le PEB On peut bien voir le vrai rush vers des logements économes en énergie et vers les énergies renouvelables. « Dans quelques mois, nous assisterons à la transition du gaz vers les pompes à chaleur », a déclaré Johan Krijgsman, PDG d’ERA. « Géothermie, panneaux solaires, pompes à eau, etc. Maisons efficaces, nous pouvons donc affirmer avec certitude que l’efficacité énergétique apportera une nette amélioration sur le marché immobilier en 2023. Le score EPC de la maison est désormais plus important que jamais. quand vendre ou acheter. »

À Lire  Hospitalité Zakaria El Ouati a été nommé à la tête du Hilton Taghazout Bay Beach Resort & Spa

L’immobilier est sans doute le secteur le plus faible en 2022. Avec une hausse des prix de 5,6 %, combinée à un environnement économique difficile et à la hausse des taux de crédit et des prix de l’immobilier, les Belges ont décliné leur envie d’acheter et de les construire. En 2023, l’inflation se poursuit et des changements ont déjà été annoncés. Mais permettront-ils de relancer la machine ?Premier changement, et non des moindres : le secteur notarial a bénéficié d’une profonde refonte, notamment pour favoriser la modernisation de la profession. Mais sérieusement, qu’est-ce que cela change pour l’acheteur potentiel ? L’un des points de la réforme est l’ajustement des tarifs qui conduira à une réduction de 98% de l’achat de maisons en 2023. Ainsi, les honoraires de notre notaire lors de l’achat de maisons sont désormais fixés respectivement à 750 euros et 550 euros. respectivement l’acte de vente et la lettre de crédit, quand ils atteignaient facilement 2000 euros au total. Dans la loi sur le crédit, un escompte fixe de 20 % a été fixé sur tous les frais d’écriture. Pour une maison moyenne de 232 500 euros, cela signifie une réduction de près de 1 100 euros de nos frais de notaire. La taxe foncière est une taxe d’État que vous devez payer chaque année sur les biens immobiliers. Le calcul de la taxe foncière se fait sur la base du revenu cadastral (RC). Cependant, ce RC est indexé annuellement en fonction de l’indice des prix à la consommation. En 2022, il a augmenté de 2,44% mais après inflation, il explosera de près de 10% cette année. Certaines municipalités ont d’ailleurs annoncé qu’elles augmenteront, dans le budget 2023, leurs cents supplémentaires sur les taxes foncières. C’est le cas, entre autres, à Ixelles, à Watermael-Boitsfo rt, à partir de Gand ou encore en forêt. Si une partie de la taxe foncière va aux États, une autre est perçue Dans les régions, le dernier, mais non le moindre, est remis aux collectivités locales, qui se taillent la part du lion. Pour lutter contre la crise énergétique, le gouvernement flamand a désormais imposé une obligation de rénovation des bâtiments anciens. Ainsi, toute personne qui devient propriétaire d’un bâtiment d’habitation à haute énergie (label PEB E ou F) doit réaliser des travaux d’amélioration des performances énergétiques dudit bien. Il doit donc s’assurer d’obtenir au moins le niveau de performance énergétique D, dans les cinq ans suivant l’achat. Cela s’applique aux maisons unifamiliales ainsi qu’aux appartements, studios et appartements. A Bruxelles, les autorités ont également décidé de donner de l’importance à ce certificat. Mais prévoyez du temps supplémentaire pour faire n’importe quel travail. D’ici 2025, tous les refuges sans exception devront être certifiés PEB. Cette attestation obligatoire produira, en plus des points énergétiques, une liste de cinq priorités à faire pour améliorer lesdits points. La région souhaite que toutes les maisons atteignent les points C d’ici 2050. Pour ce faire, ces travaux doivent débuter au plus tard d’ici 2030. Jusqu’au 1er janvier 2023, la subvention bruxelloise pour le chauffage au gaz a été supprimée au profit des redevances de chauffage et du raccordement au chauffage. réseau. Il n’y a donc pas d’abattements pour les chaudières bruxelloises en 2023. La bonification fiscale destinée à faciliter l’acquisition de logements familiaux sera majorée, sous certaines conditions. L’allégement fiscal permet au contribuable de réduire l’assiette fiscale, c’est-à-dire le montant de l’impôt qui est calculé. A partir du 1er avril, Région de Bruxelles-Capitale, acquéreur. r pourra bénéficier d’un abattement de 200 000 euros (auparavant 175 000) si l’assiette fiscale de la résidence n’excède pas 600 000 euros. Jusqu’à présent, ce dernier paiement a un garder 500 000 euros. Le même principe de construction foncière. A partir du 1er avril 2023, l’acquéreur pourra bénéficier d’une prime de 100 000 euros, contre 87 500 euros actuellement, avec une assiette fiscale maximale de 300 000 euros. L’acquéreur peut également bénéficier d’une prime supplémentaire s’il réalise des travaux visant à améliorer la performance énergétique du bâtiment qu’il reçoit.Le gouvernement wallon a décidé de doubler la prime à 40.000 euros si le prix de la maison ne dépasse pas 350.000 euros et ceci à partir de l’été 2023. La réduction projetée se situera entre 350 000 et 500 000 euros. Hormis 500 000 euros, le bonus sera limité à 20 000 euros. De la même taille que le bâtiment au sol. La remise sera de 40 000 euros pour un terrain en dessous de 175 000 euros. L’indemnité de loyer est entrée en vigueur en Wallonie le 1er janvier. Il permet aux familles modestes, inscrites sur liste d’attente pour un logement social depuis plus de 18 mois et contraintes de louer un bien sur le marché privé, de percevoir une allocation de 125 euros. Ce montant sera majoré de 20 euros par enfant, doublé pour les enfants handicapés/à charge, jusqu’à un maximum de 185 euros par mois. Le coût de l’électricité publique pour l’électricité et le gaz a augmenté respectivement de 7,8% et 9,7%, selon les données de l’Administration fédérale de l’énergie (Creg) Le tarif public pour une heure d’électricité atteindra, au premier trimestre 2023, 28,579 centimes par KWh (26,510 centimes au quatrième trimestre 2022), taxes comprises. Pour le gaz, le montant sera de 3,729 centimes de KWh (3,400 centimes), TVA comprise. Pour 2 millions de Bruxellois, le système de soutien à la photographie par certificats verts permet un retour sur investissement de sept ans pour ceux qui installent les lunettes. Ce système est ajusté chaque année en fonction de l’évolution le coût des énergies renouvelables. En 2023, la subvention accordée aux propriétaires de lunettes photographiques est réduite. « Après analyse et prise en compte de la forte hausse du prix de l’électricité, qui entraîne un gros bénéfice, Brugel considère que la réduction du taux de soutien de 19% à 30% est suffisante, selon les secteurs électriques. » « , a conseillé le directeur du marché de l’énergie à Bruxelles. Parfois on dit qu’ils sont en baisse, parfois on annonce qu’ils sont en hausse. En cours. » Peut-on s’attendre à un peu de lumière dans les mois à venir ? Rien n’est sûr… Les vendeurs de matériaux de construction ont annoncé de nouveaux prix pour 2023. Depuis le 1er janvier, on a vu des hausses de prix allant de 10% pour le ciment à 20% pour les produits en béton. Seuls les produits non liés à la hausse des prix de l’énergie, comme le bois (-18%) et l’aluminium (-10%), ont baissé cette année. Le taux d’intérêt a de nouveau augmenté, fin 2022, à 3,19 %. Cependant, les taux d’intérêt élevés à long terme rendent les emprunts plus coûteux, en particulier pour les prêts hypothécaires. Le taux hypothécaire moyen sur 20 ans est que Koen De Leus, l’économiste en chef de BNP Paribas Fortis, s’attend également à ce qu’il soit plus difficile d’obtenir un prêt hypothécaire, même si les prix des biens et de l’énergie se maintiennent. , la baisse des prix de l’immobilier est attendue dans les mois à venir. La banque BNP Paribas Fortis s’attend à une baisse des prix de 3% en 2023. ING, ce sera plus de 0,5%, avec une baisse importante pour les biens énergivores. an… ce qui pourrait bien indiquer le marché immobilier en 2023. En l’absence de subventions au gaz à Bruxelles, travaux obligatoires en Flandre pour améliorer le PEB des énergies renouvelables peut donner. « Dans quelques mois, nous assisterons à la transition du gaz vers les pompes à chaleur », a déclaré Johan Krijgsman, PDG d’ERA. « Géothermie, panneaux solaires, pompes à eau, etc. Maisons efficaces, nous pouvons donc affirmer avec certitude que l’efficacité énergétique apportera une nette amélioration sur le marché immobilier en 2023. Le score EPC de la maison est désormais plus important que jamais. quand vendre ou acheter. »