Covid-19 : Avec la vague Omicron, les croisières partent en enfer

Photo of author
Written By Sophie Ledont

Rédactrice passionnée qui a vécu dans plus de 25 pays toujours à la recherche de la dernière information.

« La sirène leur dit quand ils peuvent sortir prendre l’air. Ils se sentent complètement livrés à eux-mêmes. « Carla, une ancienne passagère italienne du Virtuosa, n’est pas folle : en route vers le Qatar, son bateau de croisière affrété par MSC a été stoppé net à Dubaï le 31 décembre, à cause du Covid. Les passagers testés positifs ont ensuite été transférés sur le Queen Elizabeth, un navire-hôtel reconverti en quarantaine, où ils doivent passer dix jours avant d’être à nouveau testés avant de pouvoir quitter le navire.

→ LIRE ENCORE. Les croisières reprennent la mer au milieu des vagues de Covid

Négativement, Carla et son mari ont été renvoyés chez eux, tandis que leur enfant et leurs grands-parents, infectés, ont été envoyés à la reine Elizabeth. Bloqués dans leurs cabines, ils ne peuvent respirer de l’air que 30 minutes par jour (un quart d’heure le matin et un quart d’heure l’après-midi). Lorsqu’elle arrive chez elle en Italie, Carla insiste sur le sort des voyageurs qui se font soigner et ne peuvent plus se procurer leurs médicaments.

150 passagers bloqués dans le port de Gênes

150 passagers bloqués dans le port de Gênes

Les cas se multiplient. Lundi 3 janvier, un groupe de 150 passagers a été testé positif sur le navire Grandiose (groupe MSC) à son arrivée dans le port de Gênes en provenance de Marseille. Selon les premières informations fournies par l’entreprise, tous les cas étaient asymptomatiques. Le Grandiose ne pourra quitter Gênes qu’après une opération complète de désinfection.

Selon les règles fixées par la compagnie de croisière, tous les passagers âgés de 12 ans et plus (et même de 8 ans pour les croisières en mer Rouge) doivent présenter un cycle complet de vaccinations pour pouvoir embarquer. Et tous les passagers âgés de 2 ans et plus doivent soumettre un test négatif avant l’embarquement. Pendant le voyage, la température des passagers est mesurée quotidiennement. Le test antigénique est effectué à mi-chemin et le dernier avant le débarquement.

À Lire  Des trains uniques, un luxe qui fait encore rêver

Sur les autres navires de la compagnie, toutes les activités ont été annulées, comme l’explique le capitaine Francesco di Palma dans un communiqué daté du 3 janvier : « En relation avec notre protocole de santé et de sécurité (…) et afin de protéger et protéger la santé des tout le monde à bord, nous avons décidé de suspendre temporairement toutes les activités qui incluent de grands rassemblements, des danses, en particulier dans les espaces fermés où la distance n’est pas possible. Nous vous informons que vous pouvez participer à des représentations théâtrales, écouter de la musique dans des salons et autres activités similaires. »

Sur les réseaux sociaux, de nombreux passagers se plaignent d’être enfermés dans leurs cabines sans eau, sans nourriture et sans explication claire. Même les représentations théâtrales et autres activités ont finalement été annulées.

Troisième. Conseil municipal : une réunion technique
Voir l’article :
Connectez-vous à votre espace personnel sur http://www.pmu.fr/turf/ Sélectionnez la course qui vous…

Fin de croisière

Fin de croisière

D’autres revêtements sont concernés. En route vers les îles Canaries, près de 3 000 passagers de l’AIDAnova ont été débarqués lundi 3 janvier à Lisbonne après la découverte de plusieurs cas positifs parmi les passagers et l’équipage. Après des tentatives infructueuses pour remplacer les membres du personnel positifs, Aida Cruises a décidé d’interrompre la croisière.

Selon le quotidien italien La Repubblica, au moins 20 cas positifs ont été découverts sur le navire transatlantique Precious dans le port de Buzios (Brésil), non loin de Rio de Janeiro. Tous les patients, ainsi que quarante cas contacts, ont été acheminés vers le navire.

L’Association brésilienne des croisières maritimes, qui représente Costa et MSC Croisières sur place, a annoncé lundi 3 janvier la suspension des voyages jusqu’au 21 janvier, en raison de « différences » dans l’application du protocole Covid. Les navires actuellement en mer termineront leur voyage avant de rester à quai.