Dans les coulisses : la catastrophe aérienne de Hindenburg en…

Photo of author
Written By Sophie Ledont

Rédactrice passionnée qui a vécu dans plus de 25 pays toujours à la recherche de la dernière information.

Dans la série Under the Pictures, nous souhaitons raconter l’histoire derrière certaines photos ou images iconiques, connues ou moins connues, qui ont marqué notre société ou notre vision du monde.

La photographie de LZ 129 Hindenburg en flammes, signée par Sam Shere en 1937, est une image emblématique de l’histoire de la photographie. Cet article se concentre sur sa genèse et l’histoire qu’elle raconte, tant sur le photographe que sur la société de l’époque.

Retour sur les débuts de l’Hindenburg: un faire-valoir de l’Allemagne nazie

Le LZ 129 Hindenburg, construit par la société allemande Luftschiffbau Zeppelin entre 1933 et 1936, était un dirigeable civil et commercial affecté au service régulier Europe-États-Unis.

Dans les années 1910-1920. Luftschiffbau Zeppelin a produit un certain nombre de dirigeables à usage civil et militaire. À partir de 1933, avec la montée du nazisme, les dirigeables sont utilisés à des fins de propagande.

Le LZ 129 Hindenburg est le plus grand dirigeable de son époque, et son moteur Daimler-Benz est très puissant. L’avion couvre la liaison transatlantique d’une manière inédite. En l’exposant aux yeux du monde, notamment par le biais des médias, la société Luftschiffbau Zeppelin vise à promouvoir le progrès technologique de l’Allemagne nazie d’Adolf Hitler. Le zeppelin a également été largement utilisé lors des Jeux olympiques de Berlin en 1936.

L’avion fut baptisé Hindenburg en l’honneur du chancelier allemand qui fut le prédécesseur d’Hitler, mais il fut aussi appelé « Air Titanic » car il mesurait 250 mètres de long (l’équivalent de trois Boeing 747 alignés).

A l’instar du paquebot britannique dont le naufrage dans l’Atlantique Nord en 1912 a marqué la conscience des peuples, le Hindenburg connaîtra à la fois une période de grands succès et une fin tragique. Cependant, contrairement au premier, dont le naufrage n’a pas scellé le sort des traversées transatlantiques, la saisie du LZ 129 Hindenburg mettra fin à la période des vols dirigeables.

Sur le même sujet :
De Sudouest.fr avec AFP Publié le 14/10/2022 à 9h48Navires bloqués à leur…

Le grand crash

Le vol inaugural du LZ 129 Hindenburg a eu lieu le 4 mars 1936 à Friedrichshafen, en Allemagne. Il fonctionne depuis 14 mois sans incident et compte plusieurs vols promotionnels.

Le dirigeable a été initialement conçu pour être gonflé à l’hélium. Mais ce gaz était principalement produit aux États-Unis, ce qui limite les ventes à l’Allemagne. La société Zeppelin a donc décidé de travailler avec de l’hydrogène, plus économique, mais aussi plus dangereux.

Lorsqu’il atterrit à Lakehurst, dans le New Jersey, le 6 mai 1937, l’irréparable se produit : après avoir été retardé par une tempête, l’atterrissage est empêché par un incendie qui se déclare à l’arrière du dirigeable. L’incendie, qui a englouti les réserves de carburant, a enflammé l’avion, qui s’est écrasé au sol. À ce moment-là, 35 des 97 passagers étaient morts et beaucoup étaient blessés.

Cet accident semble annoncer l’apocalypse dans laquelle l’Europe va entrer. Les passagers morts sont les premiers martyrs de la propagande nazie dévastatrice qui conduira le vieux continent dans le pire abîme.

L’Allemagne nazie, affaiblie par cet échec, utilisera l’événement et l’absence d’explication scientifique pour alimenter ses pires théories du complot et alimenter l’antisémitisme dans le pays, sous l’instigation d’Hitler.

Immortaliser l’irréparable

La destruction du LZ 129 Hindenburg est un événement couvert par les médias du monde entier. L’appareil qui parvenait à voler à travers l’Atlantique, à une vitesse de 100 à 150 km/h selon les vents et une durée de trajet d’environ trois jours, était un moyen de transport réservé aux riches et célèbres.

À Lire  Que pouvez-vous attendre d'une croisière de luxe ?

Les journalistes étaient donc présents en masse lors de sa chute, et les images ont volé, mais le cliché resté à jamais dans les archives est celui du photojournaliste Sam Shere. Le soir du 6 mai 1937, il patiente sous la pluie pendant plusieurs heures avec une vingtaine d’autres journalistes et photographes, chargés de réaliser des portraits de l’élite débarquant du dirigeable. Mais ce dernier redescendra de l’épave brûlée quelques heures plus tard. Sur les 97 passagers, 2/3 survivent à l’accident.

Publiée en première page du New York Times, l’image choquante de Sam Shere incarne ce moment historique qui mettra fin à l’ère du transport transatlantique en zeppelin. Sam Shere a ensuite travaillé pour International News Photo et a suivi des événements au contenu souvent géopolitique, comme l’invasion de la Sicile pendant la Seconde Guerre mondiale. L’image de l’accident de Hindenburg allait révolutionner sa carrière et lui a valu le prix de la rédaction de la meilleure photo de journal en 1937, l’année où il a eu 33 ans.

La puissance de l’image réside dans son aspect irréel. Cela fait le même effet que les clichés sur la collusion des tours jumelles du World Trade Center à New York, qui ont été touchées par deux des quatre avions détournés par al-Qaïda près de 60 ans plus tard, le 11 septembre 2001.

De même, bien qu’il s’agisse d’un accident, le crash du LZ 129 Hindenburg apparaît comme une vision illusoire d’horreur. Aujourd’hui, cette tragédie représente la première véritable catastrophe aérienne de l’histoire. La présence de nombreux photographes et caméras crée une situation paradoxale, lui conférant une importance non négligeable, voire démesurée par rapport aux pertes humaines d’autres catastrophes où moins d’images sont produites.

De l’Histoire au 45 tours

En 1969, la photographie quitte les archives historiques et médiatiques et devient un tout autre symbole. Cette année-là, le groupe de rock Led Zeppelin, signé par le label Atlantic et faisant suite au groupe New Yarbirds, invite le graphiste George Hardie pour la pochette de leur premier album Led Zeppelin. Ce dernier utilisera la technique du pointillisme pour recréer les formes de la photographie originale à travers ses ombres et ses reflets. La photo iconique deviendra ainsi, malgré la polémique, l’identité visuelle des débuts de Led Zeppelin.

Sam Shere, à propos de sa photographie, a déclaré au magazine Art Voices/South en 1980 : « Il me restait deux clichés dans mon appareil photo Speed ​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​. Je me suis brûlé à la taille. Tout s’est passé si vite que c’était la seule chose à faire. » L’auteur a ajouté qu’il était « au bon endroit au bon moment », parmi de nombreux autres photographes et même des sociétés cinématographiques (Pathé, Universal, Paramount) qui ont pris des photos qui, selon lui, étaient similaires aux siennes.

Et pourtant, par ce geste spontané, presque inconscient et automatique, l’Histoire demeure, grâce à une image parmi tant d’autres. La couverture médiatique de l’accident de Hindenburg et les images qui s’y rapportent dépassent de loin l’étendue des dégâts matériels et humains que l’événement a causés.

Cet aspect intemporel de la photographie permet sa redécouverte et sa réécriture artistique, comme dans le cas des membres de Led Zeppelin qui, entre les mains de George Hardie, ont décidé de donner un nouveau contenu à une image surmédiatisée.