Dans les services de santé en Mayenne, « l’été est stressé »

Photo of author

Rédactrice passionnée qui a vécu dans plus de 25 pays toujours à la recherche de la dernière information.

« Les établissements sanitaires et médico-sociaux ont des problèmes qui ont un impact sur l’organisation », explique Valérietoy, directeur régional de l’Agence régionale de santé (ARS) de la Mayenne. D’autant plus que les professionnels se sentent « trop ​​fatigués » et ont besoin de temps libre. Elle nécessite donc un « réflexe de résident » : les patients devront davantage faire appel à des médecins qui gèrent par téléphone, au lieu de se rendre aux urgences de manière organisée.

Une régulation par le 15 et le 116 117

A partir de ce vendredi, en cas de problème de santé urgent, de 8h à 20h, du lundi au vendredi, vous devrez contacter votre médecin ou votre cabinet médical. En l’absence de réponse, « __il faudra appeler le 15 pour faire au mieux, peut-être avec la migration de Smur [lStructure mobile d’urgence et de réanimation, ndlr] en cas d’urgence importante ». A partir de 20h à 8h en semaine, week-end et jours fériés, vous devez contacter directement le 116 117 ou le 15 en cas d’urgence vitale.

Pour les urgences dentaires, les dimanches et jours fériés, vous devrez également appeler le 116 117, entre 8h00 et 8h00. et pendant la journée, pour obtenir des conseils, une ordonnance contre la douleur ou une référence chez le dentiste. « Le nouveau dispositif est prévu pour durer un an, pour que le dentiste au travail ne se retrouve plus avec une salle d’attente pleine de patients qui ne présentent pas d’urgence dentaire, insiste Valérie Toy. Des personnes qui n’ont pas vu de dentiste pendant la la semaine. »

Ces 5 conseils vous aideront à guérir d'une gueule de bois
A voir aussi :
N’oubliez pas que l’abus d’alcool est dangereux pour la santé. Après une…

Des infirmiers libéraux d’astreinte pour les Ehpad

Des infirmières libérales seront de garde, de 20 h à minuit, en juillet et août, pour répondre aux besoins des résidences pour personnes âgées. « Le dispositif de test utilisé dans les régions de Mayenne et de Laval, pour que le citoyen ne soit pas systématiquement envoyé aux services d’urgence quand ce n’est pas nécessaire », explique Valérietoy.

À Lire  Désertification médicale en Lot-et-Garonne

Concernant le transport ambulancier, « nous aurons nos sept unités d’opération durant la nuit et le week-end cette fois », explique Alexandre Pleurmeau, président de l’Association des transports sanitaires rapides. Ils permettront de transporter les patients aux urgences, mais aussi de les déplacer d’un bâtiment à l’autre, en fonction des surfaces disponibles dans les hôpitaux. « L’idée est aussi de pouvoir couvrir les urgences en rentrant chez soi si possible », ajoute-t-il. En semaine, en journée, des coordonnateurs ambulanciers seront mobilisés pour fluidifier ces trajets en acheminant des ambulances.

Des « nuits régulées » dans les services d’urgences

Les trois services d’urgence de Mayenne, les hôpitaux de Laval, Château-Gontier et Nord-Mayenne, seront « sous tension » cet été. Les autres nuits seront « déchargées »: « à partir de 20 heures, il y aura un médecin pour Smur, mais pas aux urgences », explique Sébastien Treguenard, directeur de l’hôpital de Laval. À l’Hôpital Laval, il y aura 7 nuits contrôlées en juillet et 13 en août. « Il y aura toujours la possibilité de recevoir une urgence importante avec une équipe d’assistance médicale et de médecins spécialisés à l’appel, des renforts éventuels de la réserve sanitaire et des intérimaires. Mais l’urgence pourra être transférée vers un autre service. L’urgence sera ouverte à C’est pourquoi il faut appeler les numéros du système avant de se rendre aux urgences », insiste-t-il.

Aux urgences du centre hospitalier de Laval, il manque 10 et 12 médecins à temps plein.« On ne s’attend pas à une augmentation des entrées aux urgences, à moins que l’épidémie de Covid ne démarre », a déclaré Sébastien Trequenard. Son unité de réanimation, de 10 à 14 lits, accueille déjà deux patients atteints du Covid, alors que le nombre de cas a augmenté de 47 % en une semaine en Mayenne (taux de 477 pour 100 000 habitants). « C’est difficile à prévoir, car si la propagation de ce type de virus entraîne des dommages plus importants aux poumons et donc plus de rééducation, ce sera plus difficile, précise le directeur du Collecte du Covid. »