Découverte de « la plus ancienne langue du monde » en…

Photo of author

Rédactrice passionnée qui a vécu dans plus de 25 pays toujours à la recherche de la dernière information.

⇧ [VIDEO] Vous aimerez aussi les infos partenaires (après les publicités)

L’art pictural est né sur les parois des grottes il y a environ 37 000 ans. Les animaux sont les sujets principaux. Ces images, selon de nombreux scientifiques, ont permis la transmission des savoirs entre les générations. Récemment, des chercheurs ont présenté l’idée que les signes non photographiques (lignes, points) seraient la forme la plus ancienne de protocoles modernes, fournissant des informations sur le comportement saisonnier des animaux – accouplement, accouchement.

Il y a environ 37 000 ans, les humains ont transformé des marques d’images abstraites telles que des dessins à la main, des points et des rectangles sur les murs des grottes en dessin, peinture et sculpture en art pictural.

Ces images, qu’elles soient réalisées sur des surfaces de pierre brute, des grottes ou des gravures et gravures sur des objets, sont proches des animaux, principalement du gibier-pâturage nécessaire à la survie dans les steppes du Pléistocène eurasien. Dans la plupart des cas, il est facile d’identifier les espèces qui sont présentées et la plupart des caractéristiques qu’elles présentent à certaines périodes de l’année.

Parallèlement à ces images, des symboles abstraits, en particulier des séries de lignes et de points verticaux, des formes en « Y », et divers autres symboles, sont courants dans toute l’Europe du Paléolithique supérieur, apparaissant seuls ou attachés et au-dessus de la représentation de l’animal, comme tant qu’il est. identifiés.

Depuis leur découverte il y a environ 150 ans, le but ou la signification de ces symboles non symboliques de l’Europe du Paléolithique supérieur a échappé aux chercheurs. Malgré cela, les chercheurs pensent qu’ils étaient en quelque sorte populaires.

Récemment, un groupe de chercheurs indépendants et l’Université de Duhram affirment avoir déchiffré la signification des symboles vus dans les peintures de la période glaciaire et, ce faisant, trouvé des preuves d’une écriture ancienne qui remonte à au moins 14 000 ans plus tôt qu’on ne le pensait auparavant. . Leurs découvertes ont été publiées dans le Cambridge Archaeological Journal.

Signes précoces de la transmission des connaissances

L’étude a révélé que les chasseurs de l’ère glaciaire utilisaient des symboles tels que des lignes et des points, ainsi que des images de leurs proies pour enregistrer et partager des informations à jour sur le comportement.Cet animal a moins de 20 000 ans.

Comme mentionné, jusqu’à présent, les archéologues savaient que ces séries de lignes, de points et d’autres symboles – trouvés sur les parois des grottes et les vêtements de la dernière période glaciaire – stockent une sorte d’informations, mais ils ne le savaient pas.

Bacon, chercheur indépendant, a expliqué dans un article de la BBC : « La signification des signes sur ces images m’a toujours intéressé, alors j’ai commencé à essayer de les distinguer, en utilisant la même méthode que ce que font les autres. textes grecs ».

Il a ajouté : « En utilisant des informations sur l’art rupestre et des images disponibles à la British Library et sur Internet, j’ai rassemblé autant d’informations que possible et j’ai commencé à rechercher des motifs récurrents. »

En utilisant des données photographiques sur le Paléolithique supérieur et en utilisant les cycles de naissance des animaux qui correspondent à aujourd’hui comme point de référence, l’équipe a pu déterminer que le nombre de symboles associés aux animaux de l’ère glaciaire s’écrit, mois lunaire, quand ils se tiennent autre.

L’équipe a également montré que le symbole « Y », l’un des symboles les plus célèbres de l’art paléolithique sans signification, signifie « naissance ». Attaché à une série de symboles, ce symbole indique le mois de l’accouchement.

Étant donné que les signes ont été trouvés dans plus de 600 peintures de l’ère glaciaire – murs de grottes (comme Lascaux, Chauvet et Altimara) ainsi que des objets trouvés dans toute l’Europe – « enregistrer » des informations numériquement et se référer à un horaire au lieu d’enregistrer la parole , ne peut pas être appelé une « écriture » au sens pictural et cunéiforme, à l’image de l’ancienne écriture apparue à Sumer à partir de 3400 av. J.-C.

Au lieu de cela, l’équipe, dans un communiqué, prouve qu’elle comprend un système de « proto-écriture », qui précède d’au moins 10 000 ans les autres systèmes basés sur les signes qui ont émergé. Au Néolithique au Proche-Orient.

Sur le même sujet :
L’entreprise Poolstar se développe Poolstar, société spécialisée dans les équipements de natation…

Une plongée dans la paléopsychologie

Le professeur Pettitt et Kentridge ont travaillé ensemble pour développer le domaine de la paléopsychologie visuelle. Il faut savoir que la paléopsychologie est l’étude de la psychologie des hommes paléolithiques sous l’angle de l’analyse de l’inconscient. Dans cette étude, l’étude de la psychologie souligne le premier développement de la culture visuelle humaine.

L’étude détermine non seulement quelles informations ont été enregistrées pour la première fois il y a des milliers d’années, mais montre également que les chasseurs-cueilleurs de la période glaciaire ont été les premiers à utiliser un calendrier systématique et des marqueurs pour enregistrer des informations sur les événements environnementaux majeurs de ce calendrier.

En effet, en examinant le nombre total de signes – points ou lignes – trouvés dans la série de centaines de trous, les chercheurs ont constaté qu’aucune des séries ne contenait plus de 13 signes, ce qui correspond aux 13 mois de l’année chacun.

Kentridge a déclaré à la BBC: « L’implication est que les chasseurs-cueilleurs de l’ère glaciaire ne vivaient pas simplement dans le présent, mais enregistraient des souvenirs d’événements passés et les utilisaient pour prédire quand des événements similaires se produiraient. sera à l’avenir, le pouvoir de la mémoire chercheurs. appelez cela « voyage dans le temps mental ».

Des résultats qui ne font pas l’unanimité

Mais certains chercheurs ne sont pas satisfaits de l’interprétation de l’étude de ces signes artificiels. En effet, Melanie Chang, une anthropologue de l’Université de Portland qui n’a pas participé à l’étude, a déclaré à Live Science qu’elle était d’accord avec l’évaluation des chercheurs selon laquelle « les gens du Paléolithique supérieur étaient capables d’écrire et de conserver des enregistrements du temps. Cependant, il avertit que « les chercheurs n’ont probablement pas bien étayé leurs conclusions et ne discutent pas d’autres interprétations des espèces qu’ils ont analysées ».

De plus, Avril Nowell, archéologue paléolithique à l’Université de Victoria au Canada, qui n’a pas participé à cette étude, a déclaré à Live Science : « Toute étude qui explore en détail les signes qui ne sont pas des exemples est la bienvenue, mais je pense qu’il y a sont un certain nombre d’hypothèses faites ici qui doivent encore être prouvées. »

À Lire  Envie de motoriser vos volets roulants ? Contactez Répar'stores ! 100€ offerts par rubrique - Toute l'actualité gratuite en 1 clic

En fait, comme elle l’a souligné, elle a supervisé il y a dix ans la thèse de Geneviève von Petzinger, dans laquelle ils ont créé ensemble une base de données de dizaines de signes et de motifs répétitifs provenant de plus de 200 grottes du sud de la France et de l’Espagne. Elle a expliqué : « Il y a au moins 32 symptômes récurrents. Les auteurs ont choisi d’en étudier trois séparément. Cela laisse 90% des symptômes sans signification connue.

Cependant, ayant montré qu’ils pouvaient déchiffrer la signification d’au moins certains de ces signes, l’équipe espère poursuivre ses travaux pour tenter de mieux comprendre les signes, leurs bases cognitives et les informations valorisées par les chasseurs de la Vieillesse.

Source : Cambridge Archeological Journal

Quels sont les 9 arts ?

Quels sont les 10 arts ? Les dix arts

  • Art 1 : architecture.
  • Art 2 : art.
  • 3ème art : « arts visuels », comprenant la peinture, la photographie, le dessin, la bande dessinée, la cinématographie, la sculpture, la gravure, la sculpture, le webdesign, et bien d’autres listés ici.
  • 4e art : la musique.

Qu’est-ce que le 9ème art ? Comédie : 9e art.

Quelle est la différence entre l’art pariétal et l’art rupestre ?

L’art rupestre est souvent confondu avec l’art pariétal qui est en réalité le produit de roches extérieures. En revanche, l’art pariétal a été découvert sur les parois des grottes.

Pourquoi a-t-on créé l’art pariétal ? Le cortex pariétal dicte probablement le besoin impératif de communication. Il véhicule des messages symboliques difficiles à interpréter pour les premiers historiens. Les peintures sur les murs de la grotte resteront cachées pour toujours.

Comment appelle-t-on la peinture préhistorique ? L’art pariétal regroupe toutes les oeuvres que l’homme a réalisées sur les parois des grottes ou des abris sous roche, elles peuvent être sculptées, dessinées ou peintes.

Qu’est-ce que l’art pariétal ? Il a mentionné la décoration (peinture, sculpture, etc.) sur le mur. (En préhistoire, synonyme : art art.) Les tableaux et gravures, exécutés sur les murs de pierre, qui constituent l’art rupestre, ou art pariétal, n’ont suscité l’intérêt des érudits qu’au XIXe siècle.

Comment se nomme la première forme d’art de la préhistoire ?

Le mégalithisme est la structure la plus ancienne de l’histoire humaine. A ce titre, il fait aussi partie de l’art préhistorique. Même si sa fonction première n’est pas directement « l’art », mais la religion, le mégalithe est parfois le support privilégié de l’art de son temps.

Quelle est la première forme d’art ? Les premiers artefacts humains remontent à 42 000 ans et ont été découverts en Espagne. Six peintures rupestres représentant des phoques ont été récemment découvertes dans les chambres rupestres de Nerja, connues depuis 1959.

Quels sont les premiers types d’apparence visuelle de l’homme précédemment connu ? Les premiers exemples connus sont indonésiens : il s’agit des peintures pariétales de la grotte Leang Bulu Sipong 4, datées d’il y a 43 900 ans, sur l’île de Sulawesi, 2019.

Qu’est-ce que l’art préhistorique ? « L’art pariétal », dans le cadre de l’étude de l’art ancien, (du latin parietalis, « lié aux murs » au sens du mur), sont des figures artistiques au sens large (sans appréciation de l’esthétique). ) parois de grottes artificielles et abris sous roche.

Quelle est la plus ancienne forme d’art ?

Il s’agit, selon les chercheurs, de la plus ancienne œuvre d’art pictural connue : une scène de chasse noire réalisée sur la paroi calcaire d’une grotte indonésienne. Elle aura 44 000 ans et prouve la capacité des hommes anciens à imaginer des créatures qui n’existent pas dans la nature.

Qu’est-ce que l’art ancien ? Le terme art classique fait référence à toutes les formes d’art qui sont apparues avant l’art moderne, y compris l’art égyptien ancien, grec ancien ou médiéval. L’une des plus célèbres est une œuvre d’art classique sortie d’Europe aux XVIIe et XVIIIe siècles, précisément entre 1660 et 1715.

Quel est le premier art du monde ?

Quel est le plus vieux tableau du monde ?

Le plus vieux tableau du monde La première description peinte serait la Vierge à l’Enfant avec un ange de Jean Malouel. Datant de 1410 et actuellement exposée à la Gemäldegalerie de Berlin, cette œuvre est la plus ancienne peinture sur toile connue. Cette année, elle fêtera ses 611 ans !

Quel est le plus petit tableau du monde ? 1. Salvatore Mundi, Léonard de Vinci (vers 1500) – 450 millions de dollars. L’œuvre d’art la plus chère jamais vendue est une peinture à l’huile sur bois de noyer de 65x45cm du Christ Rédempteur, attribuée à Léonard de Vinci.

Quel est le tableau le plus regardé au monde ? La Joconde, ou portrait de Mona Lisa, sans doute le tableau le plus célèbre au monde, est placée derrière un panneau de verre pare-balles, protégé par une console en noyer. La jeune fille souriante garde son secret.

Qui est le père de l’art ?

Cézanne occupe une place à part dans l’histoire de l’art moderne. Bien que critiqué au début, il a eu une grande influence sur de nombreux peintres. Moquées de son vivant, ses œuvres comptent parmi les plus célèbres de notre époque.

Où est né l’art ? En Afrique, le gisement d’Homo sapiens sapiens pendant 200 000 ans, il y a eu un petit mouvement d’art, très sporadique depuis 75 000 ans, mais le grand art rupestre n’apparaît qu’à l’Holocène.

Qui est le premier artiste ? « Art premier » est le nom donné par le philosophe Hegel à l’architecture. Elle est considérée comme nécessitant une grande technique car c’est l’art de construire et d’agencer les bâtiments selon plusieurs critères (esthétiques, économiques, culturels, etc.).

Comment s’appelle l’art premier ?

Qui est le fondateur de l’art ?

Les historiens ont longtemps comparé la naissance de l’art à ces grottes ornées, dont l’apparition correspond à l’arrivée sur le continent européen des premiers humains modernes (Homo sapiens sapiens), il y a 35 000 à 40 000 ans.

Qui est le fondateur de l’histoire de l’art ? Systématiquement, l’histoire de l’art telle qu’elle est tirée de la Renaissance – de Giorgio Vasari et ses Vies d’artistes célèbres (Le Vite), en passant par Johann Joachim Winckelmann du XVIIIe siècle au XIXe siècle hégélien – est l’histoire du développement de l’art.

Qui a inventé le mot art ? Cimabué (1240-1302).

Comment Appelle-t-on l’art du néolithique ?

Cette expression fait référence à l’expression artistique de l’âge néolithique. Ces figures sont toujours à la lumière du jour, et à cette époque le fond des fosses a perdu tout attrait.

Qu’est-ce que l’art néolithique ? L’art néolithique offre une grande variété d’expressions : en témoignent notamment les nombreuses figures féminines en terre cuite retrouvées au Proche-Orient et en Europe, les gravures pariétales du Levant espagnol, mais aussi des produits nobles, destinés à quelques privilégiés.

Comment Peut-on définir la peinture pariétale ?

nf Sculpture, une des premières peintures sur un mur de grotte ; peintures d’hommes préhistoriques sur les parois rocheuses des grottes.