Site icon bip-perpignan

Dépenses de santé : les Belges dépendent des assurances privées

Avec un choc économique comme celui que nous vivons, de nombreuses familles doivent décider de sacrifier diverses dépenses afin d’équilibrer le budget. Ainsi, l’explosion des prix de l’énergie et l’inflation, née en 2022, vont probablement pousser de plus en plus de ménages à faire des choix.

& # xD;

& # xD;

Malheureusement, la santé, dont les coûts sont limités mais indispensables, fait parfois partie de l’arbitrage. Selon le baromètre « DKV 2020 », qui a été réalisé pendant la crise du Covid, 2 Belges sur 3 pensaient déjà que leur assurance obligatoire ne suffisait pas à couvrir leurs frais de santé.

& # xD;

& # xD;

Cette préoccupation était particulièrement importante en ce qui concerne les hospitalisations. Environ 50% des personnes interrogées ont peur d’être hospitalisées à cause du virus, et 62% estiment que leurs moyens financiers ne leur permettraient pas de payer les soins nécessaires. Il y a encore deux ans, et donc avant la forte hausse des prix, une large majorité partageait l’inquiétude d’une hausse des prix des soins.

>> LIRE : Comparez les SCPI du marché

Les soins dentaires font partie des premières dépenses de soins que les particuliers engagent. Environ 70% des Belges envisageraient de déduire un dentiste du budget. Cependant, si la pose d’une couronne attend parfois un peu, certaines pathologies nécessitent une prise en charge rapide et des soins adaptés.

Quitter la version mobile