Des trains uniques, un luxe qui fait encore rêver

Photo of author
Written By Sophie Ledont

Rédactrice passionnée qui a vécu dans plus de 25 pays toujours à la recherche de la dernière information.

Publié

le 24/04/2022 à 10:00, Mis à jour le 24/04/2022 à 10:00

DÉCRYPTAGE – Héritières de la légende Orient-Express, les croisières ferroviaires continuent de se remplir. En attendant l’arrivée de nouveaux joueurs, obtenir une place à bord d’un de ces palaces sur les pistes demande toujours plus de patience.

Orient-Express, Royal Scotsman, Trans-Siberian… La simple référence de ces noms suffit à nous transporter dans l’imaginaire des grands voyages en train. Locomotives à vapeur pérennes, wagons de service et wagons-lits raffinés aux embellissements ornés de boiseries, dorures et tissus précieux. A l’échelle d’une région, d’un pays ou d’un continent, pour une nuit, quelques jours ou même une semaine, plusieurs dizaines de trains d’exception à travers le monde perpétuent cette mythologie ferroviaire, comme le Rovos Rail en Afrique.Down, East & amp; Oriental Express entre la Thaïlande et Singapour ou Venice Simplon-Orient-Express entre Paris et Venise.

Si les préoccupations environnementales incitent de plus en plus de personnes à privilégier le train à l’avion, « l’écologie n’est pas la principale préoccupation des clients qui réservent une croisière ferroviaire, estime Laure Jacquet, directrice de Discovery Trains, spécialiste français. Toutefois, la tendance au slow travel pourrait attirer de nouveaux voyageurs en quête d’un tourisme plus contemplatif. Pour une clientèle, majoritairement retraitée, une telle escapade ferroviaire est l’occasion de « vivre une expérience unique, hors du temps, qui ne devrait ressembler à aucun autre voyage ».

Un marché ultraconfidentiel

Un marché ultraconfidentiel

Lire aussi Partez, polluez moins : neuf voyages sympas pour jouer la carte du slow touriste

Pour emprunter ces trains mythiques, il faut en payer le prix. Pour une nuit sur le Venice Simplon-Orient-Express ou une croisière d’une semaine à bord de l’Al Ándalus (en Andalousie, Espagne), il faut compter au moins 5 000 € par personne. Les tarifs varient en fonction du confort de la cabine ou du nombre d’étapes. « Gardons à l’esprit que le train de luxe est un marché ultra-confidentiel, par opposition aux croisières maritimes et fluviales qui offrent une plus grande diversité en termes de prix, de confort et d’itinéraires », explique Lionel Rabiet, directeur de Voyages d’exception (anciennement Croisières d’exception).

Les places sont donc chères, dans les deux sens du terme. Les trains prestigieux n’accueillent qu’une cinquantaine de passagers avec seulement quelques départs par mois, se remplissent rapidement et nécessitent d’anticiper au moins un an à l’avance. Et les billets disponibles se font encore plus rares après deux ans de pandémie. Les deux agences observent en effet un phénomène de report massif de séjours qui n’a pu avoir lieu en 2020 et 2021. « L’envie de voyager est plus forte que jamais, et avec les économies réalisées pendant la pandémie, certains voyageurs n’hésiteront pas à se le permettre en s’offrant des voyages de luxe en train », précise Lionel Rabiet. « Si vous prévoyez une croisière en train en 2023, quelle que soit la destination, c’est le moment de réserver », recommande Laure Jacquet.

Parmi les itinéraires traditionnellement les plus populaires d’Europe, le Transsibérien a connu un taux de réservation « remarquable » en 2021 à 2022, selon Discovery Train, qui comprend désormais le spécialiste russe Tsar Voyages. Mais le contexte géopolitique en Russie rend ce circuit impraticable… L’Orient Silk Road Express, un train qui emprunte la route de la soie en Asie centrale (Kazakhstan, Ouzbékistan…), est une alternative au transsibérien, de longueur équivalente. et le temps de trajet. Un circuit que Voyages d’exception vient d’ajouter à son catalogue (« La légendaire route de la soie », départ en octobre 2022).

Le retour des croisières à Concarneau
Sur le même sujet :
Le MS Europa, un navire de luxe long de 199 m, immatriculé à…

De nouveaux acteurs en embuscade

De nouveaux acteurs en embuscade

Lire aussi De Berlin à Madrid, ces 15 destinations européennes sont accessibles en train

Malgré l’arrivée attendue de nouveaux acteurs, « l’offre reste et reste toujours demandée », prévient Lionel Rabiet. En 2023, le Puy du Fou entend lancer « Le Grand Tour », un itinéraire de 6 jours et 4000 km « pour découvrir les splendeurs de la France », avec des expositions à bord. Prix ​​du billet : 4900 € par personne. Toujours en 2023, le groupe hôtelier Accor, en partenariat avec la société nationale italienne Trenitalia, veut faire revivre la légende de l’Orient-Express en lançant la Dolce Vita sur les pistes italiennes (tarif non communiqué). « Un concept innovant dans la mesure où il rompt avec le thème des années 20, prégnant dans la plupart des trains de luxe, au profit de l’art de vivre à l’italienne des années 60 », souligne Laure Jacquet.

De son côté, Midnight Trains ambitionne d’exploiter ses « hôtels dans le train » à partir de 2024 vers une dizaine de destinations au départ de Paris. Si la jeune entreprise française se pose avant tout en concurrent d’avions plutôt qu’en opérateur de trains de luxe, elle reprendra le code en développant une voiture-restaurant, un bar à cocktails et des cabines avec différentes catégories de confort. Les liaisons Paris-Venise et Paris-Barcelone sont prévues pour 2024, avant que le réseau ne s’étende à d’autres destinations européennes telles qu’Edimbourg, Rome et Copenhague.

À Lire  Tourisme : Maurice, Cap-Vert, Seychelles,... Les îles africaines se réveillent avec un record de 3,3 milliards d'euros en 2019