Disney achète un paquebot géant inachevé, stocké pendant…

Photo of author

Rédactrice passionnée qui a vécu dans plus de 25 pays toujours à la recherche de la dernière information.

« Global Dream » est l’un des plus grands navires de croisière au monde. Inachevé, son sort était incertain puisque le groupe asiatique qui l’avait commandé a fait faillite.

La division croisières du géant américain Disney a annoncé l’achat du « Global Dream », l’un des plus grands paquebots de croisière au monde, encore inachevé, qui attend depuis plusieurs mois un nouveau propriétaire dans un hangar en Allemagne. Le groupe asiatique de loisirs et de voyages Genting HK avait initialement commandé le bateau à sa filiale allemande MV Werften. Mais les deux compagnies ont fait faillite, victimes de la pandémie de Covid-19, qui a mis les croisières entre parenthèses. Le sort de la chaîne de montagnes de la mer, aux trois quarts complète, est depuis incertain.

Sa construction sera achevée à l’ancien chantier naval MV Werften à Wismar sous la supervision de la direction de Meyer Werft », un chantier naval basé à Papenburg en Basse-Saxe, qui a déjà construit trois autres navires de croisière du groupe, précise Disney Cruise Line. dans un communiqué de presse publié dans la nuit de mercredi à jeudi. Le prix d’achat n’a pas été communiqué. En juin, la direction de MV Werften avait précisé que le bateau, d’un coût total estimé à 1,5 milliard d’euros, avait encore besoin de 600 millions d’euros pour être achevé.

Le « Global Dream » sera renommé, son extérieur restylé avec des « couleurs inspirées de Mickey Mouse » et basé aux États-Unis. D’une capacité d’environ 6 000 passagers et d’un équipage de 2 300 personnes, le bâtiment, qui utilise du méthanol vert comme carburant, doit être mis en service à partir de 2025.

À Lire  VIDEO - Croisières : avec leurs prix attractifs, elles repartent à la hausse

6000 passagers

« Tout le monde est soulagé de voir que le bateau, avec un nouveau design et une motorisation respectueuse de l’environnement, sillonnera les mers au lieu d’être démoli », a réagi le représentant local du syndicat IG Metall, Daniel Friedrich. , pour qui la vente devrait également contribuer à préserver les emplois dans les chantiers navals.

Environ 2 000 employés étaient employés dans les chantiers navals MV Werften, qui avaient déposé leur bilan en janvier. Ils étaient répartis entre les ports de Stralsund, Rostock et Wismar, tous situés en Poméranie occidentale, une région de l’ex-RDA communiste. Ils ne sont plus qu’environ 900 sous la responsabilité d’une société de transfert, qui jusqu’en janvier 2023 est chargée de s’occuper de leur restructuration, a déclaré jeudi le ministre de l’Economie de ce pays, Reinhard Meyer. « Des perspectives se sont entre-temps ouvertes pour les trois places », a-t-il souligné.

En juin, le constructeur Thyssenkrupp Marine System a annoncé le rachat des chantiers navals de Wismar (nord), où il veut fabriquer des sous-marins. Le site de Rostock est passé aux mains de la marine allemande, tandis qu’à Stralsund il devient un parc d’activités industrielles et commerciales pour les entreprises actives dans le secteur maritime.

A voir aussi :
Où est le quai de l’oubli ? Qui a acheté le paquebot…