Documents à rassembler pour démarrer une micro-entreprise

Photo of author
Written By Sophie Ledont

Rédactrice passionnée qui a vécu dans plus de 25 pays toujours à la recherche de la dernière information.

Le processus de création d’une micro-entreprise, au sens où « une entreprise individuelle a choisi le système micro-BIC ou micro-BNC », est très léger. Très peu de documents sont en effet exigés et les formalités à accomplir sont très limitées. Ce sont tous les documents à remplir ainsi que les pièces justificatives à fournir pour s’inscrire en tant que micro-entrepreneur.

Pas de statuts à rédiger, ni d’annonce légale à publier

Pas de statuts à rédiger, ni d’annonce légale à publier

Contrairement aux sociétés, les micro-entreprises n’ont pas à rédiger de statuts ou d’avis de constitution à publier sur un support d’annonces légales. Ils ne doivent pas non plus bloquer le capital social dans un compte temporaire, car ils n’en ont pas.

En effet, une entreprise individuelle soumise au régime de la micro-entreprise n’a pas d’existence juridique propre, en tant que société par exemple. Ici, l’entreprise ne fait qu’un avec l’entrepreneur et les deux héritages, à l’exception d’une option pour l’EIRL, se mélangent.

Cela dit, pour immatriculer une micro-entreprise, il faut remplir une déclaration de démarrage d’activité, rédiger et signer deux attestations, et fournir quelques pièces justificatives. Une fois constitué, le dossier peut être déposé par voie postale (à la Chambre de Commerce, à la Chambre de Commerce ou à l’URSSAF) ou sur le site Guichet-Entreprises.fr.

Ceci pourrez vous intéresser :
Avec l’expansion de la location de trottinettes électriques, les accidents et les…

La déclaration de début d’activité d’une micro-entreprise

La déclaration de début d’activité d’une micro-entreprise

Le seul document à remplir est la déclaration de début d’activité. Le formulaire utilisé dépend de la nature de l’activité entreprise. Ainsi, les micro-entrepreneurs exerçant une activité commerciale ou artisanale doivent remplir le formulaire micro-entrepreneur P0 CMB (Cerva n° 15253). Pour les professions libérales, il s’agit du formulaire micro-entrepreneur P0 PL (Cerva n° 13821).

Ces formulaires ne présentent pas de difficultés particulières. Il faut renseigner le mode d’exercice « Entrepreneur individuel (IE) » puis renseigner les informations relatives à l’entrepreneur (nom, prénom, domicile, etc.), à l’activité (lieu d’exercice, date de lancement, nature, principal activité). Un cadre spécifique est dédié au volet « social ». Enfin, l’option éventuelle de paiement intégral doit y être exercée.

Les justificatifs à fournir à l’appui de la demande d’immatriculation

Les justificatifs à fournir à l’appui de la demande d’immatriculation

Plusieurs documents doivent accompagner la demande d’immatriculation de la micro-entreprise. Il faut tout d’abord justifier de l’identité de l’entrepreneur (carte nationale d’identité ou passeport). Un justificatif de domicile doit également être joint au dossier.

Ensuite, l’entrepreneur doit rédiger et signer une déclaration de non-condamnation et de filiation. Des modèles personnalisables peuvent être téléchargés sur Internet. Ce dernier doit également attester qu’il a dûment informé son conjoint des conséquences des dettes professionnelles sur les biens communs.

Enfin, le conjoint – ou partenaire pacsé – du micro-entrepreneur qui choisit le statut de conjoint coopérateur ou de conjoint salarié doit fournir une attestation sur l’honneur. Cette obligation est entrée en vigueur le 1er septembre 2021.

Pierre Facon Pierre Facon est directeur associé de F.C.I.C, société spécialisée dans l’édition de médias en ligne sur la création, la gestion et la propriété d’entreprises. Il a notamment créé et lancé le site internet l … Voir ses contributions

Ce texte est publié sous la responsabilité de son auteur. Son contenu n’engage en aucune manière la rédaction des Echos Solutions.

Quels sont les différents types d’entreprises ?

Quels sont les différents types d'entreprises ?

En tant qu’entrepreneur individuel, vous êtes soumis au régime des travailleurs indépendants (non-salariés).

  • Entreprise individuelle à responsabilité limitée (EURL)…
  • Société à Responsabilité Limitée (SARL)…
  • Une simple société par actions unipersonnelle (SASU)…
  • Une société par actions simplifiée (SAS)…
  • Société Anonyme (PLC)
À Lire  Ils vivent dans une colocation XXL de 21 pièces

Quels sont les 2 types d’entreprises ? Il existe deux principaux types d’entreprises : les sociétés (personnes morales) et les entreprises individuelles (personnes physiques).

Quel type d’entreprise créer ?

Pour démarrer une activité, il peut être préférable de se tourner vers des sociétés à responsabilité limitée (SARL, appelée EURL si elle n’a qu’un seul associé) ou des sociétés par actions simplifiées (SAS, appelée SASU dans le cas d’un seul associé).

Qu’est-ce que le type d’entreprise SA ?

La Société anonyme (SA) est une société de capitaux dont le mode de gouvernance correspond au fonctionnement des grands comptes et des sociétés souhaitant s’introduire en Bourse. La SA doit avoir au moins 2 actionnaires, ou 7 si elle est cotée en bourse, pour un capital social minimum de 37 000 euros.

C’est quoi le statut de l’entreprise ?

C'est quoi le statut de l'entreprise ?

Par définition, le statut juridique ou la forme juridique d’une entreprise indique le cadre juridique imposé à l’activité économique. Les règles applicables régissant l’activité de la société dépendent de ce statut. Le choix du statut a diverses conséquences, notamment juridiques, au sein d’une entreprise.

Comment étendre un statut de société ? Les statuts de la société peuvent être définis comme la carte d’identité de la société. C’est un document qui contient des informations essentielles : A propos de l’entreprise. Par exemple : adresse du siège social, forme juridique, objet social, dénomination, raison sociale, montant du capital social, etc.

Comment trouver le CFE compétent ?

Comment est déterminé le CFE sur lequel vous vous appuyez ? Votre CFE dépend de la nature de votre activité (commerciale, artisanale, agricole ou libérale), du statut juridique et du lieu choisi pour l’exercice de cette activité. Chaque CFE est responsable des entreprises relevant de sa compétence.

Où puis-je trouver une déclaration d’activité au centre de formalités des entreprises ? Pour connaître votre CFE éligible, rendez-vous sur le site Guichet-Entreprises.fr.

Comment connaître son CFE compétent ?

Chaque CFE est responsable des entreprises dont le siège social, l’établissement principal ou l’établissement secondaire se trouve dans son ressort. Aussi, par exemple, si le siège social de votre entreprise est situé à Paris, les formalités liées à sa création devront être effectuées auprès de CFE Paris.

Quel CFE pour le service à la personne ?

pour les activités artisanales, la CFE compétente est la Chambre des Arts et Métiers (CMA) ; pour les activités commerciales, il s’agit de la Chambre de Commerce et d’Industrie (CCI) ; pour l’exercice d’une activité libérale, la CFE applicable est l’Urssaf.

Comment savoir de quel CFE on dépend Auto-entrepreneur ?

Pour savoir sur quel CFE vous vous appuyez, déterminez la nature de vos activités. Dès que vous exercez au moins une activité artisanale, vous comptez sur le CFE du CMA. Si vous avez au moins une activité commerciale mais pas d’activité artisanale, votre CFE sera la CCI.

Qui est exonéré de la cotisation foncière des entreprises ?

Entreprises concernées Et ce quels que soient leur statut juridique, la nature de leur activité, leur régime fiscal et leur nationalité. les entreprises dont le chiffre d’affaires ou le chiffre d’affaires est inférieur ou égal à 5 ​​000 € sont exonérées de CFE.

Comment savoir si je suis exonéré de la CFE ? Les entreprises réalisant moins de 5 000 € de chiffre d’affaires en 2019 seront exonérées de CFE en 2021. Autrement dit : Si vous avez réalisé moins de 5 000 € de chiffre d’affaires en 2019, vous serez exonéré(e) en 2021. Si vous avez réalisé moins de 5 000 € de chiffre d’affaires en 2020, vous en serez exonéré en 2022.

Comment savoir si je dois payer la CFE ?

Qui doit payer la CFE ? La contribution foncière des entreprises (CFE) est due par les entreprises et les personnes physiques exerçant une activité professionnelle non salariée généralement au 1er janvier de l’année d’imposition, quels que soient leur statut juridique, leur activité ou leur régime fiscal.

Comment ne pas payer la CFE ?

Pour ne pas payer la CFE lorsque vous en êtes exonéré, vous devez retourner vos déclarations avant le 31 décembre de l’année de création en les déclarant le plus précisément possible. Pour vous faciliter la tâche, votre comptable peut effectuer ces formalités à votre place.