En Allemagne – Le plus grand paquebot du monde verra-t-il la mer ?

Photo of author
Written By Sophie Ledont

Rédactrice passionnée qui a vécu dans plus de 25 pays toujours à la recherche de la dernière information.

En Allemagne : Le plus grand paquebot du monde verra-t-il la mer ?

En Allemagne: Le plus gros paquebot du monde verra-t-il la mer?

Le Global Dream était censé être le premier navire au monde pouvant accueillir plus de 10 000 passagers et membres d’équipage, mais sa construction a été arrêtée.

L’un des plus grands navires de croisière du monde attend, inachevé, dans un hangar balayé par les vents. Il ne verra jamais la mer si les chantiers navals de Wismar, emblème de l’Allemagne du Nord, ne trouvent pas preneur. « Nous sommes des victimes classiques du Covid », déplore Carsten Haake, PDG du chantier naval MV Werften, qui a déposé son bilan début janvier.

Conséquence : la construction du « Global Dream », un mastodonte qui veut devenir le premier navire au monde pouvant accueillir plus de 10 000 passagers et membres d’équipage, a été stoppée net. Et toute la ville portuaire des bords de la Baltique s’interroge sur son avenir.

Le destin de l’entreprise s’est joué à des milliers de kilomètres de là, en Asie, dans les bureaux de Genting HK, qui possède à la fois quatre chantiers navals en Allemagne – dont celui de Wismar – et le navire des croisières de la société « Dream Croisières », pour lesquelles le bateau était destiné.

Spécialisé dans les casinos et les voyages, le groupe en faillite, submergé par l’impact de la pandémie et délaissé par sa maison mère, le malaisien Genting. L’Etat allemand, faute de garanties, a coupé les aides publiques. Depuis, le grand paquebot blanc de 342 mètres de long – un peu plus long que la tour Eiffel – décoré de dessins colorés d’astronautes et de sirènes, espère un sauveur.

À Lire  Dublin, Actualités, VACANCES - Precious Summer Camps | lepetitjournal.com

Le projet, d’un coût total estimé à 1,5 milliard d’euros, est « achevé à 75% », selon la direction, mais a besoin de 600 millions d’euros pour continuer. L’incertitude grandit parmi les 2 000 travailleurs des chantiers navals MV Werften dans les villes de Stralsund, Rostock et Wismar, toutes situées en Poméranie occidentale, une ancienne région est-allemande.

A voir aussi :
L’association Paris Place de Droit est heureuse de lancer la première édition…