Étudier à l’étranger : préparer votre départ

Photo of author
Written By Sophie Ledont

Rédactrice passionnée qui a vécu dans plus de 25 pays toujours à la recherche de la dernière information.

Par Expat.com, partenaire de l’Etudiant, publié le 18 novembre 2021

Partir étudier à l’étranger est souvent l’une des premières aventures internationales dans la vie d’un étudiant. Bien que les candidats à la mobilité internationale soient jeunes, on attend d’eux une parfaite autonomie et rigueur pour mener à bien leur expérience, sans embuche.

Le maître mot tout au long de votre démarche sera « anticipation ». En effet, les inscriptions en mobilité internationale intervenant en moyenne un an avant le départ vers le pays d’accueil, vous comprendrez que pour vous inscrire vous devrez en être préalablement informé. Des salons étudiants spécialisés sont organisés pour vous informer et vous guider dans vos recherches, alors n’hésitez pas à profiter de tous les moyens à votre disposition.

Bien que les salons manquent du moyen le plus interactif pour s’informer sur le sujet, gardez à l’esprit que chaque établissement qui ouvre ses portes aux étudiants internationaux fournit les informations nécessaires sur son site internet. Il peut également être utile pour vous de contacter l’administration de votre école si vous étudiez et souhaitez participer à un échange d’étudiants. Il n’est pas rare que les universités organisent chaque année une réunion d’information pour ceux qui souhaitent connaître les conditions de sortie.

Une enquête préliminaire bien menée vous évitera un stress inutile lors de la constitution de votre dossier administratif.

Préparer son départ à l’étranger : l’administratif

Le plus important, et certainement à ne pas sous-estimer, est évidemment le dossier administratif qui sera constitué pour réclamer le départ tant attendu. Que vous partiez dans le cadre d’un échange universitaire ou en tant que candidat indépendant, vous serez confronté à des procédures inhabituelles.

Sur le même sujet :
Mutuelle : la complémentaire santé a le vent en poupe, découvrez qui…

Les visas

Les visas

En cas de départ vers un pays qui nécessite un visa ou un permis d’études ou de travail pour y séjourner, votre interlocuteur privilégié sera l’ambassade du pays d’accueil dans la capitale de votre pays de résidence.

Attention, il existe des arnaques connues dans des pays considérés comme prisés par les expatriés et les étudiants en échange, de fausses agences censées s’occuper de vos papiers peuvent vous approcher, surtout ne cédez pas aux sirènes des visas et des documents faciles à obtenir, courir le risque de dépenser beaucoup d’argent sans jamais rien recevoir en retour.

Les démarches pour changer de pays peuvent sembler effrayantes, mais elles ne sont en aucun cas insurmontables, avec un peu de rigueur vous avez toutes les cartes en main pour y arriver par vos propres moyens.

Chaque pays d’accueil a ses propres règles et exigera des documents différents pour vous fournir un permis de séjour. Il vous appartient de fournir un dossier administratif complet, suffisamment à l’avance pour tenir compte des délais de traitement sur lesquels vous n’aurez aucune influence.

Une erreur courante est de ne pas prêter attention à l’expiration de vos documents d’identité officiels. La plupart des destinations exigent même un passeport valide plus de 6 mois après la date de départ pour vous accueillir.

A titre d’exemple de pièces administratives, il peut vous être demandé de fournir : casier judiciaire, justificatif de ressources nécessaires à votre subsistance pendant une durée déterminée, justificatif d’identité, visa, lettre d’acceptation de votre université…

Les exigences sanitaires

Les exigences sanitaires

Ne sous-estimez pas non plus l’aspect sanitaire de votre voyage, certains pays exigeront un passeport de vaccination à jour et un justificatif de certaines vaccinations spécifiques afin de vous accueillir, cette étape sera non négociable.

Etre étudiant à l’étranger va aussi de pair avec une assurance maladie. Certains établissements exigent des étudiants qu’ils souscrivent à une assurance maladie gérée par l’université afin de contrôler la couverture des candidats à la mobilité et d’éviter les situations fâcheuses.

Dans tous les cas, si vous sortez des frontières européennes, la sécurité sociale ne couvrira pas vos frais médicaux et il sera plus que conseillé (si certains établissements ou pays ne l’exigent pas) de souscrire une assurance médicale privée pour couvrir d’éventuels frais.

Aussi, une fois sur place, n’hésitez pas à vous inscrire au registre des étrangers de votre pays d’accueil, en cas de problème majeur il est important que votre ambassade sache que vous êtes dans le pays et qu’elle puisse vous contacter, notamment pour vous aider si nécessaire. .

Préparer son départ à l’étranger : la préparation personnelle

Préparer son départ à l'étranger : la préparation personnelle

La langue

Vous auriez tort d’imaginer que la préparation administrative est la seule à envisager. Voyager à l’étranger n’est certes pas anodin pour un particulier et nécessite une préparation personnelle pour une expérience optimisée.

Ne sous-estimez pas l’avantage de parler couramment la langue de votre pays d’accueil, surtout s’il s’agit d’une langue rare ou d’une partie du monde où les habitants ne parlent pas beaucoup l’anglais. Il existe de nombreux pays où l’anglais n’est pas évident et s’y limiter vous exclura de bien des facettes de la vie à l’étranger tout en vous exposant à des arnaques ciblées ou en tout cas à des personnes souhaitant profiter de votre statut.

Puisque les démarches initiales doivent être entamées bien en amont, rien ne vous empêche de consacrer un peu de votre temps à la maîtrise d’une langue, l’effort n’est pas minime mais il vous permettra une intégration plus réussie, plus rapide et donc une aventure plus enrichissante. une fois dans votre pays d’accueil.

Le budget

L’une des clés de la réussite d’un séjour étudiant à l’étranger est, sans aucun doute, un budget bien préparé et bien géré. Attention, si vous êtes dans un pays dont la monnaie monétaire est différente de celle que vous connaissez, il peut arriver rapidement que vous perdiez le contact avec la valeur de ce que vous dépensez. Il serait dommage de devoir écourter une si belle aventure à cause d’un trou dans votre compte bancaire. Il ne sera jamais trop prudent de planifier à l’avance un plan de route avec un budget par catégorie de dépenses : hébergement, nourriture, sorties, transports…

Garder la tête sur les épaules

Partir est excitant, on se projette, on rêve d’une nouvelle vie et on s’imagine en héros d’un film… Cette euphorie est merveilleuse, mais il serait sage de ne pas perdre de vue la réalité et d’en savourer cependant l’exaltation. Idéaliser son aventure avant de partir est dangereux et peut entraîner une grande déception voire un sentiment de dépression qui pousse certains élèves à rentrer chez eux plus tôt que prévu. La mobilité internationale est une formidable opportunité, vous y vivrez sûrement des moments de joie très forts, mais le fait est qu’il s’agit toujours du quotidien et que tout ne se passe peut-être pas parfaitement ou que vous ayez à faire face à des situations délicates. .

Il ne s’agit pas de tomber dans la paranoïa mais d’être prévenu et réaliste. Il est toujours intéressant de rencontrer des étudiants qui ont passé un an ou plus dans le pays d’accueil afin de pouvoir échanger plus en détail sur leurs expériences personnelles. Chaque aventure est unique et chacun peut vous donner des conseils spécifiques.

S’INSTALLER EN FRANCE Si vous êtes de nationalité suisse, vous n’avez plus besoin de titre de séjour pour vivre en France. Vous devez cependant vous inscrire auprès de la commune française de résidence et déclarer ce déplacement au contrôle de l’habitant du canton d’origine.

Quel est le meilleur pays pour faire ses etudes ?

Avec certaines des universités les plus prestigieuses au monde, vous pourriez deviner que notre liste des meilleurs pays pour les étudiants internationaux ne serait pas complète sans le Royaume-Uni. Le Royaume-Uni récupère même cette année la première position dans le classement de la qualité de l’éducation.

Quelles sont les études les plus difficiles ? Les écoles d’architecture sont les plus difficiles d’accès. Avec 2/3 de bac, le BTS est la formation la plus optionnelle avec une moyenne de trente places. Amenez ensuite les DUT et les classes préparatoires.

Quel est le meilleur pays pour étudier ?

Le Royaume-Uni récupère même cette année la première position dans le classement de la qualité de l’éducation.

Quel pays université gratuite ?

Le coût : l’université ne coûte rien aux étudiants suédois, mais aussi à ceux de l’Union européenne et des pays hors UE comme la Norvège, le Liechtenstein et l’Islande.

Quel est le meilleur diplôme au monde ?

IntervalleÉcoleScore
1oxford95,7
deuxcaltech95
deuxHarvard95
4Stanford94,9

Comment partir plusieurs mois à l’étranger ?

Le Corps Européen de Solidarité : volontariat, stages ou emploi. Comme son nom l’indique, ce programme de l’Union européenne vous permet de voyager uniquement dans les pays européens. Diverses options sont possibles. Les projets de volontariat ou de solidarité (groupe) ont une durée de deux à douze mois.

Comment partir travailler à l’étranger ? Si vous allez vivre dans un autre pays européen, vous devez remplir certaines conditions, mais vous n’avez pas besoin de titre de séjour. Si vous déménagez à l’étranger, vous devez demander un visa d’immigration et, si nécessaire, un permis de séjour et un permis de travail.

Comment partir à l’étranger gratuitement ?

Le Service Volontaire Européen, programme volontaire de l’Union Européenne, vous permet de partir gratuitement à l’étranger pendant un an grâce à la prise en charge totale de votre séjour : transport, logement, repas et cours de langue sont pris en charge par le programme en totalité et en poche argent. est remis au volontaire.

Comment faire pour partir vivre à l’étranger quand on est jeune ?

Comment partir à l’étranger quand on est jeune

  • Faites un voyage linguistique. Que ce soit avec EF (Education First) ou Explore, les jeunes ont la possibilité de vivre une immersion linguistique intensive. …
  • Partez en échange étudiant. …
  • Faire un séjour au pair. …
  • Devenez assistant français. …
  • Se porter volontaire. …
  • Ouah.

Quel est le diplôme le plus difficile ?

Dans cette liste des carrières les plus difficiles au monde est l’architecture, suivre des cours d’architecture n’est pas aussi facile qu’il n’y paraît, même si vous choisissez d’étudier l’architecture en ligne dans un pays comme l’Allemagne, où l’éducation est de premier ordre.

Quelle est l’école la plus difficile ? Ne laissons pas de place au suspense : les écoles d’architecture sont les plus difficiles à intégrer en France, avec 32% de chances d’être admises. Pour les élèves qui souhaitent passer les 2/3 du bac, les BTS sont les plus sélectifs car ils proposent peu de places : une trentaine en moyenne.

Quel est le diplôme le plus dur ?

Le doctorat est le diplôme universitaire le plus élevé ! Alors que la grande majorité des étudiants décrochent en master, une minorité d’étudiants préfèrent poursuivre leurs études pour s’orienter vers la recherche ou l’enseignement.

Quel est le diplôme le plus facile à obtenir ?

Quel est le diplôme le plus rapide et le plus facile à obtenir ? Administration des affaires. L’administration des affaires n’est pas seulement l’un des diplômes de licence les plus faciles à obtenir en ligne, mais c’est aussi l’un des plus populaires.

Quelle moyenne pour partir en Erasmus ?

Traduit en termes de notes, cela signifie, selon Eve Hilairet, qu’une moyenne de 12/20 suffit : « en dessous, il faudra compenser par d’autres qualités ».

Quelles notes pour partir en Erasmus ? Critères de sélection L’un des critères les plus importants est celui des qualifications. Vous devez avoir validé vos dernières années d’études (avoir obtenu 10/20) mais aussi l’année en cours.

Quel niveau pour partir en Erasmus ?

quel est le meilleur moment pour partir ? Les séjours d’études Erasmus ne sont possibles qu’après une première année de licence. De nombreuses universités donnent cependant la priorité aux étudiants de Master 1, pour qui c’est la dernière chance de sortir, puis aux étudiants de troisième année.

Comment être sûr d’être pris en Erasmus ?

Pour participer au programme Erasmus, vous devez être inscrit dans un établissement d’enseignement supérieur. Votre inscription dans cet établissement doit conduire à l’obtention d’un diplôme reconnu ou d’une autre qualification reconnue de niveau tertiaire (y compris une maîtrise ou un doctorat).

Quel niveau d’anglais pour faire un Erasmus ?

En effet, pour pouvoir participer à un séjour Erasmus, vous devrez justifier du niveau B2 du CECR.

À Lire  Trouvez une assurance décennale quand vous êtes inexpérimenté