Examens : comment encourager les étudiants à relire ce qu’ils écrivent

Photo of author
Written By Sophie Ledont

Rédactrice passionnée qui a vécu dans plus de 25 pays toujours à la recherche de la dernière information.

Malgré les avantages évidents de la relecture, les étudiants sont généralement réticents à revenir aux premières ébauches de leur travail, équilibrant l’effort supplémentaire requis. Ou, s’ils le sont, ils précipitent cette période d’examen.

La maîtrise de l’écriture est démontrée par une orthographe et une grammaire correctes, une présentation logique des idées et une utilisation appropriée des détails et des preuves. Cependant, trop d’élèves du secondaire ont un niveau insuffisant de ce point de vue.

Apprendre à relire est une compétence qui servira les élèves de diverses façons. La recherche montre que bien que l’écriture soit un moyen efficace d’aider les élèves à conserver leurs connaissances dans différents domaines, l’étape de révision les aide à développer une compréhension conceptuelle plus approfondie du sujet sur lequel ils écrivent.

Différences de motivation

La relecture est également un élément essentiel des tests d’entrée dans l’enseignement supérieur, lorsque la rédaction comporte un essai ou un mémoire. Mais au-delà du domaine scolaire et étudiant, l’écriture joue également un rôle important dans le domaine professionnel. Les formes numériques de communication sont utilisées dans 80 % des emplois de cols bleus et 93 % des emplois de cols blancs. La relecture est essentielle pour être à l’aise avec les compétences requises dans un monde où le travail virtuel est de plus en plus courant.

Compte tenu de tous ces avantages, comment motivez-vous les étudiants à investir le temps et les efforts nécessaires à une bonne relecture ? En tant que chercheur spécialisé dans les questions de motivation, j’ai réalisé une étude avec des collègues en 2021 qui montre que tout se rapporte aux raisons pour lesquelles un élève écrit bien ;

Certains élèves veulent améliorer leurs compétences en écriture tandis que d’autres sont principalement préoccupés par leurs performances par rapport à leurs pairs. En gardant à l’esprit ces différences de motivation, voici quelques pistes pour créer les conditions qui encouragent les élèves à se relire et à se corriger.

TVA intracommunautaire et entrepreneurs automatisés : quelles règles ?
Lire aussi :
Où trouver le numéro de TVA pour une entreprise ? Pour obtenir…

Donner confiance aux élèves

La réduction de l’anxiété est le premier paramètre sur lequel on peut jouer. Cette émotion s’accompagne de pensées négatives et d’inconfort physique, ce qui peut réduire la capacité de concentration des élèves lors de l’écriture. Cela peut également rendre les étudiants réticents à relire ce qu’ils écrivent. Il est important que les élèves acceptent que l’écriture demande un effort qui peut créer une certaine anxiété, que ressentir cela n’a rien d’anormal. Créer un environnement de classe qui encourage les élèves à demander de l’aide peut les rassurer et les amener à améliorer leur écriture.

À Lire  Assurance professionnelle : assurance de l'activité

Si les élèves ne voient pas l’écriture comme une activité personnelle significative, ils peuvent ne pas se sentir motivés pour relire leur travail. On peut donc privilégier des genres d’écriture qui l’amènent à explorer ses intérêts si on veut l’inciter à bien écrire. La recherche montre que les expériences d’écriture agréables en classe rendent les élèves plus susceptibles de remarquer leurs textes.

Les croyances des élèves quant à leur capacité à bien écrire peuvent également influer sur leur propension à relire. L’un des moyens les plus efficaces de donner confiance aux élèves dans leurs compétences dans ce domaine est de leur donner des chances de réussir. Les élèves peuvent ressentir ces succès lorsqu’ils atteignent leurs objectifs, surmontent leurs réticences personnelles et reçoivent des commentaires positifs.

Les tâches d’écriture qui nécessitent plus de compétences que celles qu’un élève possède actuellement peuvent le faire douter de lui-même. Mais si ces exercices difficiles sont conçus pour s’appuyer sur des compétences déjà maîtrisées, ils peuvent au contraire lui donner plus de confiance.

Des évaluations précises

La recherche montre que les étudiants qui se concentrent sur l’acquisition de connaissances et l’amélioration de leurs compétences en écriture ont tendance à relire plus que les étudiants qui se comparent aux autres. Le fait de se focaliser sur l’un ou l’autre objectif est influencé par les messages directs ou indirects que leur envoient les enseignants. Les efforts des enseignants pour favoriser les apprentissages sont particulièrement importants dans un contexte scolaire compétitif où les comparaisons sociales sont inévitables.

Les pratiques de notation qui vont au-delà de la simple notation sont efficaces pour réduire l’anxiété et encourager la relecture. Lorsque les étudiants reçoivent des commentaires évaluatifs ciblés, cela peut les aider à comprendre comment relire afin d’atteindre leurs objectifs académiques.

Dans le cas d’exercices complexes, la division de la tâche en petites tâches permet aux enseignants de donner une rétroaction aux étudiants à chaque étape avant que les étudiants ne soumettent le devoir pour l’évaluation finale.

> Article initialement publié sur The Conversation.