Faire un bon tour : horaire et conseils

Photo of author
Written By Sophie Ledont

Rédactrice passionnée qui a vécu dans plus de 25 pays toujours à la recherche de la dernière information.

Le virement de bord est une des premières manoeuvres qu’on apprend à faire en voilier. Bien qu’on l’aborde dès le début de notre apprentissage, on peut toujours réussir à les peaufiner pour perdre le moins de temps et de vitesse dans le virement ! Voici quelques bases et des conseils pour tous !

Qu’est-ce que le virement de bord ?

L’amure est une méthode de rotation des voiles d’un côté à l’autre contre le vent. Notre bateau ne peut pas avancer contre le vent, il faut souvent rester dans le bord, c’est-à-dire au vent.

Il est impossible de préciser l’heure exacte qui convient à tous les bateaux, car ils sont différents. Ici, nous nous présenterons sur un monocoque ou un voilier similaire, en expliquant certaines des principales caractéristiques.

La chronologie du virement de bord

Le marin se positionnera en l’air pour commencer son virement. Il utilisera son esprit et tout son possible pour s’assurer qu’il est le vent. Son objectif principal est de maintenir une vitesse constante. Une voiture ne roule pas sans vitesse, un bateau aussi !

Étape 2 : introduire le tack

Le navigateur annoncera à son équipe qu’il est sur le point d’amorcer le virement. Ils peuvent alors faire les écoutes de changement de voile. Outre la performance, une bonne communication est importante pour la sécurité des employés. Une personne non qualifiée peut rapidement devenir instable ou prendre un boum en cas de perte ! Avant votre tour, assurez-vous que tous vos coéquipiers ont bien répondu !

Étape 3 : Fournissez un angle de récupération

L’opérateur dira qu’il prend des mesures et activera la barre. L’angle de barre ne doit pas être trop grand, au risque de lancer trop vite et de ne pas laisser le temps aux équipiers de suivre le rythme. Il ne faut cependant pas qu’il soit trop faible, au risque de rester trop longtemps face au vent, de perdre de la vitesse et de ne pas tourner assez… Le navire aura « manqué de tourner ».

Le barreur continue de tenir pour maintenir un bon angle de barre. Quand on passe à un autre bord, l’équipage secoue le chapeau de foc pour le mettre dans la drisse afin de passer la voile sous le vent.

Étape 5 : Venir au vent sur un autre bord

Une fois passé dans le vent, le marin doit remonter au vent jusqu’à un autre bord pour reprendre de la vitesse. L’équipage peut alors couper les voiles, mettre en place le bateau et le pont sera réussi !

Pour aller plus loin

Des techniques de méditation sont disponibles pour améliorer encore vos pistes. Voici quelques-uns:

Prendre une histoire de plus sur des bateaux comme les Imocas ou les Ultims, mais ce sera pour une autre fois !

Ceci pourrez vous intéresser :
Actuellement en travaux au port de commerce de Brest, le paquebot Renaissance…

À Lire  Un été inoubliable pour vos enfants au Kids' Summer Camp