France, Québec : le même combat ! – Etourisme.info

Photo of author
Written By Sophie Ledont

Rédactrice passionnée qui a vécu dans plus de 25 pays toujours à la recherche de la dernière information.

Au cours de la dernière année, j’ai eu le plaisir d’accompagner et de former pour la durabilité sociale en France et au Québec. Et s’il y a bien sûr quelques différences entre la réalité des petites et moyennes entreprises (PME) touristiques opérant dans les Hautes Pyrénées et celles de leurs cousines québécoises des Cantons-de-l’Est, de la Montégerie ou de Mont-Tremblant, on s’étonne de trouver. quelques points en général. Cela est particulièrement vrai en ce qui concerne le marketing numérique et ses défis inhérents pour les PME.

Je peux vous assurer que ces enjeux sont également partagés par les très petites entreprises, des deux côtés de l’Atlantique. Voici un exemple de sept difficultés bien légitimes, et leurs solutions possibles.

1. On n’a pas le temps

C’est certainement la plainte la plus fréquente, notamment pour les chambres d’hôtes où le propriétaire répond au téléphone, nettoie les chambres, prépare le petit déjeuner et doit, à ses heures perdues, raconter une histoire ou une courte vidéo (reel) publier super-méga-original- avec-Dua-Lipa-dernier-tube-et-hashtags-tendance ! Ou non!

Le manque de temps, cependant, ne peut être une excuse pour ne rien faire. Les solutions possibles incluent :

Ceci pourrez vous intéresser :
Les équipements technologiques représentent un budget important pour toutes les entreprises. En…

2. On n’a pas les ressources

Cette nostalgie est étroitement liée à la précédente, mais pas toujours. Certains propriétaires ou responsables marketing savent trouver le temps qu’il faut pour alimenter correctement les médias sociaux et refuser la proposition de valeur sur le Web… mais ont du mal avec les outils ou les ressources qui se révèlent plus efficaces dans ce processus !

Cependant, il existe des ressources. Vous pouvez en trouver ici sur ce blog, sous l’onglet Ressources. Sinon, voici quelques sites à consulter régulièrement ou sur lesquels vous voudrez peut-être vous inscrire à leur newsletter :

3. Facebook change tout le temps!

Pas plus tard que ce matin, j’étais sur Zoom avec une cliente qui se plaignait de ne plus avoir accès aux statistiques pour analyser les résultats des publications Facebook récentes. Hier, une autre femme m’a demandé si on pouvait publier dans différentes langues sur Facebook – une fonctionnalité pratique qui a disparu… puis il semblerait qu’elle soit désormais disponible, pour certaines Pages, dans Creator Studio. La semaine dernière, un autre client avait du mal à publier sur son compte Instagram car celui-ci était « signalé et temporairement désactivé »… depuis plusieurs mois maintenant.

Avec Facebook – ou la grande famille Meta, car Instagram a aussi des bugs – la vie n’est pas facile !

Sans vous proposer de solutions concrètes, je vous offre cependant toutes mes condoléances. Car vraiment, c’est devenu pénible d’obtenir de bons résultats avec une base d’utilisateurs mature, voire un peu en retrait. Cela dit, voici quelques éléments utiles à considérer :

4. J’aime pas écrire ou me voir en photo

Il existe une variété de formats pour publier du contenu sur le Web et les médias sociaux. A vous de choisir celle qui vous convient le mieux et surtout celle avec laquelle vous êtes le plus à l’aise. Un client m’a dit ce matin : « Frédéric, je n’aime pas me voir à l’écran, c’est comme une torture ! »

Mais alors pourquoi ne pas désactiver la voix, avec une formule plus adaptée à l’audio comme les podcasts ? Ou en rédigeant des textes, courts (réseaux sociaux) ou longs (blog), qui contribuent au référencement naturel de votre site internet dans l’écosystème digital ? Autre option : la vidéo ou la photo peut toujours être envisagée mais sans être au milieu du sujet qui vous attire. Vous pouvez déléguer à un partenaire, un collègue ou un employé. Sans oublier tous les contenus générés par les utilisateurs, ces voyageurs qui passent par votre établissement et partagent leurs expériences sur les réseaux sociaux.

La curation de contenu nécessitera certainement du travail, moins exigeant que la création de contenu. Cependant, nous aurons l’avantage d’avoir d’autres qui parlent pour nous, ce qui est souvent considéré comme plus crédible et authentique.

À Lire  Pierre Gattaz demande aux chefs d'entreprise "d'arrêter de baisser la tête !"

5. C’est mon agence qui s’occupe de Google et mon site web

J’ai perdu le compte du nombre de fois où j’ai entendu cette réponse lorsque j’ai demandé, par exemple, « pouvons-nous aller voir votre Google Analytics ensemble ? » »

Trop souvent, les PME du tourisme laissent les clés de la voiture entre les mains de leur agence, alors qu’il ne s’agit pas d’un indépendant dont on a oublié le nom. Cependant, l’accès à un CMS (Content Management System – ou système de gestion de contenu, tel que WordPress) de votre site web doit être une priorité. Même si vous n’y allez pas souvent, voire jamais. Il en va de même pour l’accès à votre compte Google Analytics. Il contient des données qui fournissent une intelligence économique pour votre entreprise. Pour savoir qui vient sur votre site, sur quelle page, pendant combien de temps, sur quel canal et sur quel type d’appareil…

Quelques conseils à cet égard :

6. Est-ce que je devrais être sur TikTok?

Plus tôt cette année, je vous ai dit que TikTok serait l’une des tendances incontournables en 2022. C’est définitivement le cas, notamment pour les destinations qui veulent toucher un public plus large (et plus jeune). Bref, pour un DMO – destination management organization – la question et la réponse vont presque de soi puisque cette plateforme compte désormais 1,5 milliard d’utilisateurs actifs dans le monde. Plusieurs territoires et destinations français, canadiens et internationaux ont également pris ce virage en 2022.

Mais pour la PME, la question revient toujours. Si nous avons déjà du mal à publier régulièrement sur Facebook, ou même sur Instagram… comment diable pourrons-nous libérer des ressources pour publier sur TikTok maintenant ???

Mon conseil reste le même après un peu plus de 18 mois : prenez au moins le temps de télécharger l’application sur votre téléphone. Vérifiez le type de contenu. Apprivoisez la bête, tranquillement. Après quelques semaines voire quelques mois, vous serez en mesure d’évaluer le potentiel de cette plateforme pour votre organisation ou votre entreprise.

Vous pourriez ne pas y aller après tout. Mais au moins vous comprendrez un peu mieux le phénomène et le contenu qu’on y trouve. Quitte à s’inspirer de lui pour vos contenus sur Instagram et Facebook… 😉

7. SEO, CRM et tous ces acronymes chinois

Lors d’un récent atelier en tête-à-tête, lors d’une pause, une femme s’est approchée de moi et m’a dit : « C’est pas toujours facile, hein, de se retrouver parmi tous ces termes techniques ? Parfois ça sonne comme du chinois. » Nous venions d’aborder une partie plus technique de la formation, où il s’agissait d’une question sur les dark posts, l’alt-text à insérer sur une photo pour un meilleur référencement SEO, ou encore comment assurer les systèmes de données CRM sont conformes à la législation sur la protection de la vie privée, tant en Europe qu’en Amérique du Nord…

Je suis d’accord, ce n’est pas toujours facile, surtout quand on a 25 personnes dans une salle, avec des niveaux d’expertise différents compte tenu de la réalité du web et des réseaux sociaux. Mais comme l’a dit Einstein, « Si vous ne pouvez pas expliquer un concept à un enfant de 6 ans, vous ne le comprenez pas vous-même. »

La solution, alors ? Il s’agit avant tout d’un défi communautaire qui n’a pas encore été résolu. En plus de suivre la marche et de ne rien manquer sur l’évolution de ce champ d’expertise que représente le marketing digital. D’autant que la responsabilité et le devoir incombent aux formateurs, responsables de territoire et travailleurs sociaux de rester à l’affût… et n’hésitez pas à lever la main quand vous ne comprenez pas ! 😊

Remarque 1 : SEO = optimisation des moteurs de recherche. Ou comment s’assurer que notre site Web est optimisé pour sortir le plus haut possible parmi les résultats de recherche dans un moteur de recherche comme Google.

Remarque 2 : CRM = gestion de la relation client. Ou la gestion de la relation client, c’est-à-dire. bases de données de nos clients passés, présents ou potentiels par le biais de divers points de contact de l’entreprise.