Granville : Les urgences misent sur les médecines douces, mais « tiens bon »

Photo of author

Rédactrice passionnée qui a vécu dans plus de 25 pays toujours à la recherche de la dernière information.

Les travaux des urgences de l’hôpital de Granville (Manche) touchent à leur fin. Une position sans interrompre le service, qui « tient », mais l’équilibre est très fragile.

Depuis une dizaine de jours, l’accueil des urgences de l’hôpital de Granville (Manche) a été rénové.

« Nous appliquons la marche à suivre, a expliqué Christine Brault, cadre de santé. Les patients arrivent d’un côté et, finalement, sortent par une autre porte, sans croiser ceux qui entrent ».

Une pratique de bonne qualité lancée par l’organisation il y a deux ans.

La confidentialité, mieux respectée

La confidentialité est mieux respectée. Une cloche permet la prise en charge par un agent administratif.

Une infirmière animatrice reçoit le patient dans une chambre dédiée. De là, il est redirigé ou pris en charge et vu par le médecin dans l’une des quatre chambres également refaites.

Sur le même sujet :
Depuis 2019, la métropole bordelaise n’avait plus de service d’accueil de nuit…

Des travaux jusqu’à fin 2023

Travaux reportés cet été. Ils reprendront mi-septembre avec des feux tricolores dans les couloirs, puis salle de soins par salle de soins.

« Ils devraient être terminés fin 2023, si nous ne rencontrons pas de nouveaux dangers sur le site », a déclaré Joanny Allombert, directeur du Groupe hospitalier du Mont-Saint-Michel – Normandie.

Ces travaux sont financés avec le soutien de l’Agence Régionale de Santé, à partir de crédits obtenus fin 2020 dans le cadre du plan de financement d’urgence.

Les urgences, ce n’est pas automatique

« Quand on arrive aux urgences, il n’y a pas forcément de prise en charge immédiate », explique le médecin urgentiste référent des hôpitaux d’Avranches et de Granville.

La redirection est possible.

« Nos travaux n’ont pas augmenté la capacité d’accueil. Il est important que seules les personnes qui ont vraiment besoin de venir. Dans le cas contraire, nous pouvons les rediriger en leur proposant une consultation médicale sous 48h.

Premier réflexe : le médecin traitant et le 15

Dans tous les cas, le médecin traitant et sa secrétaire médicale restent la première ligne de responsabilité. Nous demandons d’appeler le 15, où un médecin régulateur pourra leur dire quoi faire.

À Lire  Ségur de la santé : La troisième réunion du Comité Régional d'Investissement Santé

Si l’entrée n’est pas systématique, la sortie non plus.

« La prescription médicale du rapatriement n’est pas automatique », précise Joanny Allobert. S’il y en a un, encore une fois, l’attente peut être longue car il n’est pas toujours facile de trouver une ambulance ou un taxi. Si les soins ne sont pas prodigués, il appartient au patient de faire en sorte qu’il revienne ».

30 % d’activité en plus l’été

Compte tenu de sa situation en station balnéaire, l’hôpital de Granville a enregistré une hausse d’activité de 30 % durant la période estivale. Mais le nombre de médecins n’atteint pas le niveau théorique de bon fonctionnement, malgré l’embauche d’intérimaires à la journée ou à la semaine, ce qui engendre un surcoût de deux millions d’euros.

17 médecins manquent

« A Granville, nous avons 6 médecins actuels sur 13, pour une opération idéale », précise le Dr Arnaud Joly.

« A Avranches, ils sont 4,5 sur 15. L’équilibre est très fragile. Pour l’instant, ça tient, mais on craint un échec de l’un ou de l’autre ou une absence maladie. Nous n’avons pas de fonds de réserve. Ce sont les nouveaux médecins qui nous permettent de tenir ».

Et le directeur souligne que « trois stagiaires à Granville et sept à Avranches sont précieux et constituent un vrai soutien, même s’ils ne sont pas pleinement opérationnels car ils sont encore en formation ».

A cette pénurie de médecins s’ajoute la réduction du nombre de lits. Et pourtant, assure le Dr Joly : « Il est important de maintenir la qualité du service sur notre territoire ».

Le bon réflexe, s’invitent ces professionnels de santé, est d’appeler votre médecin ou le numéro d’urgence 15, afin de ne pas surcharger inutilement les équipes.

En cas d’urgence médicale, appelez le 15, le numéro désigné.

Cet article vous a-t-il été utile ? A noter que vous pouvez suivre La Gazette de la Manche dans la rubrique Mon actualité. En un clic, après inscription, vous verrez toutes les actualités de vos villes et marques préférées.