Grève SOS médecins à Bordeaux : un syndicat de policiers alerte sur des « dommages collatéraux »

Photo of author

Rédactrice passionnée qui a vécu dans plus de 25 pays toujours à la recherche de la dernière information.

Presque cinq mois déjà que les médecins SOS n’assurent plus les visites à domicile en journée à Bordeaux. Depuis fin septembre, ses professionnels sont en grève, demandant une réévaluation de leurs actions, en vain. En attendant, le syndicat CFDT de l’Alternative Police déplore les répercussions de cette grève sur l’organisation des services de police. Son secrétaire régional, Bruno Vincendon compte sur « l’Agence régionale de santé et la préfecture de Nouvelle-Aquitaine pour trouver une solution d’urgence ».

« En attendant l’enquête n’avance pas » – Bruno Vincendon, secrétaire régional du syndicat CFDT de la Police alternative

Jusqu’à présent, les policiers de l’agglomération de Bordeaux ont contacté le médecin SOS pour assurer des visites médicales avant la garde à vue. Depuis octobre, Bruno Vincendon signale un vrai casse-tête : « Nous bloquons une équipe de trois fonctionnaires, ils doivent emmener le gardien aux urgences pour sa visite médicale, les urgences sont saturées et pendant ce temps-là le l’enquête n’avance pas ».

Même problème pour les certificats de décès, exigés lorsqu’un corps est découvert. Jeudi 17 février, le corps d’une femme a été retrouvé dans la Garonne, le syndicaliste assure qu’il a fallu près de quatre heures et une quarantaine d’appels avant de trouver un médecin : « Chaque jour, il y a des dizaines d’heures perdues, ce n’est plus . acceptable pour nos collègues policiers. »

« Gagner 2 à 4 euros nets par visite » – Docteur Karl Moliexe, porte-parole de SOS médecins à Bordeaux

Le porte-parole de SOS médecin à Bordeaux ne sous-estime pas les difficultés rencontrées par les fonctionnaires et déplore l’effet de « dommages collatéraux » mais affirme qu’ils n’ont pas d’autre choix. Si l’acte pour la police est facturé 57,50 euros, selon le Dr Karl Moliexe, les visites à domicile en journée ne sont plus du tout rentables.

À Lire  Vomissements et diarrhée : que faire ?

« Le prix brut est de 35 euros par visite, il n’est plus estimé depuis plus de quinze ans, précise-t-il. Si l’on considère les versements, le matériel que l’on transporte dans notre véhicule, cela touche à peine les 2 à 4 euros nets. »

Des négociations sont en cours avec l’Agence régionale de santé et à moins qu’un accord ne soit trouvé, le mouvement de grève se poursuivra. Pendant ce temps, à partir de 7 h. jusqu’à minuit, SOS Médecin reçoit des patients en consultation dans ses six cabinets.