Guerre en Ukraine : l’État incite les distributeurs à rouvrir les contrats commerciaux

Photo of author

Rédactrice passionnée qui a vécu dans plus de 25 pays toujours à la recherche de la dernière information.

Ecrit par Matthieu Barry, publié le 23/03/2022 à 12:25:00

Après la réunion agricole et agroalimentaire consacrée à la crise ukrainienne, les ministères de l’Industrie, de l’Agriculture et de l’Alimentation et des PME ont créé un comité exceptionnel de négociations commerciales pour permettre aux différents maillons de la chaîne de – l’industrie agroalimentaire de rouvrir les discussions sur leurs contrats dans un délai d’un mois.

Le gouvernement appelle les distributeurs à « ne pas se retrancher derrière la justice », invoquant « l’effort de solidarité nécessaire et indispensable » pour « préserver chaque maillon de la chaîne alimentaire ». ©Getty Images

A situation exceptionnelle, comité exceptionnel. Après les impacts de la guerre en Ukraine, un comité exceptionnel a réuni vendredi 18 mars les différents maillons de la chaîne alimentaire – producteurs, transformateurs, distributeurs… « Nous vivons une crise aux impacts très importants, qui, s’ils sont pas les mêmes en termes d’ampleur, sont au moins équivalentes voire supérieures à celles de la première fermeture », a prévenu le cabinet du ministre de l’Agriculture Julien Denormandie.

Ces impacts affectent les approvisionnements, comme le miel, l’huile de tournesol ou le poisson, avec des chocs de prix très importants. « Le blé a pris 36 % depuis le 23 février, le maïs 30 %, le tournesol 46 % et l’essence près de 90 % », citait le cabinet du ministre de l’Agriculture, qui à cette occasion a rappelé qu’« il n’y aura pas de pénurie mais une impact sur le prix » en France.

Impact prix également confirmé par le cabinet du ministre délégué au Tourisme, aux Français de l’étranger, à la Francophonie et aux PME : « La crise russo-ukrainienne a accéléré la tendance inflationniste ». « Ces tensions auront des conséquences sur les relations commerciales », prévient Bercy.

Table des matières

Compréhension et responsabilité

Les ministres de l’Agriculture et de l’Alimentation, de l’Industrie et le ministre délégué chargé des PME ont demandé à chacun d’agir « de manière responsable et transparente », en tenant compte du contexte. « Il faut répercuter les hausses et l’impact de cette crise sur les différents maillons de la chaîne de valeur », a expliqué un membre du cabinet du ministre de l’Agriculture et de l’Alimentation.

Les différents ministères qui ont convoqué distributeurs et fabricants pour la réouverture de contrats, dont certains ont été signés il y a seulement quinze jours à la demande d’entreprises qui allaient être touchées par la crise. « La loi EGAlim prévoit et étend les clauses et outils de renégociation des contrats pour répondre en partie à ce contexte exceptionnel », s’est félicité Bercy.

Cependant, « les clauses de révision automatique des prix ne sont pas toujours pleinement efficaces car certaines ne sont pas conclues ou sont activées tardivement ». Par ailleurs, les ministères appellent à une attention particulière, même lorsque « les critères d’activation ne sont pas remplis, afin qu’ils puissent être exercés ».

Lire aussi Négociations commerciales : la quasi-totalité des PME ont conclu des accords

Ceci pourrez vous intéresser :
Plastic Omnium, au travers de sa division Nouvelles Energies, augmente les prises…

Pas de sanction prévue

En d’autres termes, les distributeurs doivent être ouverts au dialogue même si les conditions législatives contractuelles ne sont pas entièrement remplies. Les ministères obligent, d’une part, les fabricants et fournisseurs à s’engager à fournir, en toute transparence, toutes les garanties pour justifier de la réalité des impacts de la guerre sur leur activité et sur l’augmentation de leurs propres coûts, et sur la d’autre part, les distributeurs à examiner les contrats avec compréhension et responsabilité à la lumière des circonstances. Ils doivent donc faire preuve de « bon sens et de pragmatisme car la situation n’a pas toujours été anticipée dans la conception fine des clauses telles qu’elles figurent dans les contrats ».

« Chacun doit tout faire pour que les circonstances exceptionnelles que nous vivons soient prises en compte dans les contrats »

Le gouvernement les appelle à ne pas « se retrancher derrière la justice », évoquant « l’effort de solidarité nécessaire et indispensable et un changement de paradigme et de comportement chez certains distributeurs », tout en indiquant qu’il n’est « pas question de pinailler ». Chacun doit faire de son mieux pour que les circonstances exceptionnelles que nous vivons soient prises en compte dans les contrats. Dans le but de « préserver chaque maillon de la chaîne alimentaire, pour que les agriculteurs puissent continuer à exercer leur activité, les industriels continuent à faire tourner leurs usines et à vendre à un prix qui leur permette de continuer à produire et les distributeurs parviennent à préserver la -leur modèle sans donner de carburant. inflation excessive. C’est une équation complexe. »

Cependant, même s’il y a « une très forte pression exercée sur les distributeurs » pour rouvrir les discussions, aucune sanction n’est prévue pour ceux qui ne rouvriraient pas leurs négociations. L’idée est que les distributeurs et les producteurs soient invités à se réunir autour d’une table pour rediscuter selon la situation et revoir le contenu des contrats. Ainsi, lorsqu’il y a de très fortes variations sur les matières premières agricoles, l’énergie, le transport ou l’emballage, les parties ont un mois pour renégocier leurs contrats.

Lire aussi Médiation en entreprise : « Nous nous préparons à une forte hausse dans les mois à venir » (P. Pelouzet)

Charte d’engagement mutuel et moratoire

A l’issue de ce rendez-vous agricole et agroalimentaire exceptionnel consacré à la crise ukrainienne, le ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation a salué le « discours de responsabilité » de tous les maillons de la chaîne, et souligné « l’effort de transparence qu’ils prêt à faire ». Afin de voir comment les négociations avancent à nouveau, des réunions sont prévues tous les jeudis entre les syndicats agricoles, les acteurs de la transformation et les grandes chaînes de distribution, et une note d’engagement mutuel sera transmise aux distributeurs et fournisseurs pour recadrer ces négociations.

Enfin, en termes de pénalités logistiques, toutes les chaînes d’approvisionnement étant perturbées, un moratoire sur les sujets liés à l’Ukraine peut être envisagé. Dans le même temps, « l’Etat a pris ses responsabilités, se défend le cabinet du ministre de l’Agriculture, avec le plan de résilience présenté mercredi pour que les entreprises puissent faire face aux impacts de la guerre ». Cela fait partie de la réponse. »

Lire aussi Guerre en Ukraine : les 10 mesures du plan résilience

Recevez gratuitement des actualités dédiées aux TPE et PME

Qui sont les allier de l’Ukraine ?

Les autres partenaires EOP sont l’Australie, la Finlande, la Géorgie, la Jordanie et la Suède. L’Ukraine renforce également ses capacités et son interopérabilité grâce à sa participation à la Force de réaction de l’OTAN.

Qui va aider l’Ukraine militairement ? Les Etats-Unis ont annoncé vendredi une nouvelle série d’aides militaires à l’Ukraine d’un montant de 270 millions de dollars, comprenant notamment quatre nouveaux systèmes d’artillerie de précision Himars.

Qui sont les alliés de la Russie contre l’Ukraine ?

Syrie, Chine, Venezuela, Iran La Syrie ne devrait pas s’arrêter et soutient le régime russe.

Qui aide la Russie en Ukraine ?

La désinformation et la propagande du Kremlin accompagnent et soutiennent les actions militaires de la Russie en Ukraine, notamment la tentative d’annexion de la Crimée, le soutien aux mouvements séparatistes dans l’est de l’Ukraine et la guerre d’agression dans les salles de classe.

Quels sont les alliés de la Russie en Ukraine ?

Syrie, Chine, Venezuela, Iran La Syrie ne devrait pas s’arrêter et soutient le régime russe. « La Syrie est avec la Russie, convaincue de la justesse de sa position. (…)

Pourquoi l’OTAN soutient l’Ukraine ?

4. Comment l’OTAN et les Alliés aident-ils l’Ukraine ? L’OTAN aide à coordonner la réponse aux demandes d’aide de l’Ukraine et soutient les Alliés dans leurs efforts pour fournir au pays une aide humanitaire et des moyens non létaux.

Pourquoi la Russie ne veut pas de l’OTAN ?

En signant l’Acte fondateur OTAN-Russie, la Russie s’est engagée à s’abstenir de recourir à la menace ou à l’usage de la force contre les pays membres de l’OTAN ou tout autre État. En annexant illégalement et illégitimement la Crimée, qui fait partie du territoire d’un État souverain, elle a trahi cet engagement.

Est-ce que l’OTAN peut intervenir en Ukraine ?

En outre, les États membres de l’OTAN peuvent aider l’Ukraine sur une base bilatérale. Avant même le début de la guerre, de nombreux pays de l’Alliance avaient envoyé du matériel défensif. Depuis le début du conflit, les annonces d’expéditions et de livraisons se sont multipliées en provenance de nombreux pays membres.

Quel sont les pays qui soutiennent l’Ukraine ?

Les États-Unis sont de loin le premier donateur, avec près de 45 milliards d’euros déjà annoncés à fin janvier 2022, dont 25 milliards d’aide militaire (56 % du total).

Qui aide l’Ukraine militairement ?

Les États-Unis ont annoncé, jeudi 8 septembre, une nouvelle aide militaire de 1,7 milliard de dollars (1,68 milliard d’euros) en faveur de l’Ukraine, répartie entre des livraisons immédiates de matériels, prélevés sur les stocks par l’armée américaine, et des commandes aux industriels de toute l’Europe. États-Unis. Atlantique.

À Lire  Vantage s'associe au HCR dans le cadre de la collecte de fonds mondiale pour les réfugiés où il égale les dons de sa clientèle

Qui est allié à l’Ukraine ?

L’OTAN a renforcé sa présence en mer Noire et intensifié sa coopération maritime avec l’Ukraine et la Géorgie. L’OTAN condamne dans les termes les plus forts la guerre d’agression menée par la Russie contre l’Ukraine. Cette guerre porte gravement atteinte à la sécurité et à la stabilité internationales.

Pourquoi l’Europe soutient l’Ukraine ?

En effet, les réformes rendent l’Ukraine plus résiliente et plus forte ; c’est pourquoi nous avons mobilisé plus de 16 milliards d’EUR depuis 2014 pour soutenir les réformes, faisant de l’Ukraine le plus grand bénéficiaire de l’aide financière de l’UE.

Comment l’Europe aide-t-elle l’Ukraine ? une aide humanitaire de 348 millions d’euros pour l’Ukraine et la Moldavie. aide matérielle à l’Ukraine et à ses pays voisins par le biais du mécanisme de protection civile de l’UE. 20 milliards d’euros pour soutenir les États membres accueillant des réfugiés.

Pourquoi l’Europe défend l’Ukraine ?

L’objectif est de soutenir les populations russes ou pro-russes de ces pays pour garantir leur autonomie politique vis-à-vis des Etats centraux.

Est-ce que la L’Ukraine fait partie de l’Europe ?

Le Conseil européen accorde à l’Ukraine le statut de pays candidat à l’UE. Réunis dans le cadre du Conseil européen du 23 juin 2022, les dirigeants de l’UE ont accordé à l’Ukraine le statut de pays candidat à l’UE.

Pourquoi l’Europe n’intervient pas militairement en Ukraine ?

Pourquoi l’OTAN n’intervient-elle pas dans le conflit ? La « zone d’exclusion aérienne » consiste à interdire tout ou partie du ciel ukrainien de voler pour empêcher les avions russes de bombarder des civils, des infrastructures ou des unités de combat.

Pourquoi soutient On l’Ukraine ?

Toute une société s’est mobilisée pour défendre l’indépendance du pays contre un État prédateur. Poutine s’est donc recentré sur l’est et le sud-est de l’Ukraine avec la volonté de conquérir tout le Donbass et d’établir un lien durable entre ce dernier, la Crimée et toute la côte maritime de l’Ukraine.

Quel pays soutient le plus l’Ukraine ?

Les États-Unis sont de loin le premier donateur, avec près de 45 milliards d’euros déjà annoncés à fin janvier 2022, dont 25 milliards d’aide militaire (56 % du total).

Quel est la cause de la guerre entre Russie et Ukraine ?

La désinformation et la propagande du Kremlin accompagnent et soutiennent les actions militaires de la Russie en Ukraine, notamment la tentative d’annexion de la Crimée, le soutien aux mouvements séparatistes dans l’est de l’Ukraine et la guerre d’agression dans les salles de classe.

Qui dépend du blé russe ?

Comme le montre notre infographie, deux pays africains affichent même une dépendance totale : le Bénin, qui importe du blé 100 % russe, et la Somalie, qui en reçoit 70 % de l’Ukraine et 30 % de la Russie.

Quels pays importent du blé ukrainien ? Si la majorité des pays sont tournés vers la Russie, qui approvisionne le continent à hauteur de 32% (contre 12% pour l’Ukraine), la Tunisie, la Libye et la Mauritanie sont pour la plupart fortement dépendantes des céréales ukrainiennes (30 à 50% de leurs importations) .

Est-ce que la France importe du blé de Russie ?

Pétrole, gaz, mais aussi blé… La France dépend en partie de la Russie, mais c’est aussi le premier employeur étranger dans ce pays. Les sanctions imposées à la Russie, après l’invasion de l’Ukraine, pourraient également peser sur le commerce.

Est-ce que la France importe du blé russe ?

Ukraine et Russie Au 3 avril 2022, 404 162 tonnes sont entrées dans l’UE en provenance de la Fédération, ce qui correspond à 20,9 % des importations européennes de blé.

Qui fournit le blé à la France ?

Pour la Russie et l’Ukraine, qui comptent parmi les plus gros exportateurs de blé, le principal pays acheteur est, de loin, l’Égypte. La Chine est principalement approvisionnée par le Canada, les États-Unis et la France.

Qui importe le blé russe ?

Le principal acheteur de céréales russes reste l’Égypte avec 13 à 14 millions de tonnes de céréales par an, mais beaucoup de céréales vont également vers la Turquie (entre 6 et 8 millions de tonnes par an) ou l’Algérie (pour 2021-2022, 10 % de le blé acheté par l’Algérie est d’origine russe).

Qui achète le blé ukrainien ?

Parmi les pays les plus dépendants des céréales d’Ukraine ou de Russie, la Somalie et le Pakistan, qui importent plus de 80 % des céréales d’Ukraine. Le Liban importe plus de 60% de son blé. En Afrique, la Tunisie, l’Algérie et la Libye produisent à plus de 40 % du blé d’Ukraine.

Quel est le plus grand exportateur de blé dans le monde ?

La Russie était le plus grand exportateur de blé au monde en 2021/2022. Elle a exporté 33 millions de tonnes. L’Union européenne, avec 30 millions de tonnes, était le deuxième exportateur mondial, juste devant l’Australie. En quatrième position, les États-Unis.

Qui achète le blé ukrainien ?

Parmi les pays les plus dépendants des céréales d’Ukraine ou de Russie, la Somalie et le Pakistan, qui importent plus de 80 % des céréales d’Ukraine. Le Liban importe plus de 60 % de son blé. En Afrique, la Tunisie, l’Algérie et la Libye produisent à plus de 40 % du blé d’Ukraine.

Où est exporté le blé ukrainien ?

Le Liban importe plus de 60 % de son blé. En Afrique, la Tunisie, l’Algérie et la Libye produisent à plus de 40 % du blé d’Ukraine.

Quel est le plus grand exportateur de blé dans le monde ?

La Russie était le plus grand exportateur de blé au monde en 2021/2022. Elle a exporté 33 millions de tonnes. L’Union européenne, avec 30 millions de tonnes, était le deuxième exportateur mondial, juste devant l’Australie. En quatrième position, les États-Unis.

Quelle sont les causes de la guerre en Ukraine ?

Résumé : le conflit qui engloutit l’Ukraine depuis le 21 février 2022, date de l’annonce de l’entrée des troupes russes dans le Donbass, trouve son origine dans la recomposition politique interne de l’Ukraine, mais aussi dans les représentations qu’il nourrit de la Russie et de son président Vladimir Poutine à lui.

Quelles sont les causes et les conséquences de la guerre en Ukraine ? La principale conséquence de la guerre en Ukraine est la perte de vies humaines et la crise humanitaire liée à la multitude de personnes assiégées et déplacées. Cependant, elle est également lourde de conséquences économiques multiples.

Quel est la cause de la guerre entre Russie et Ukraine ?

La désinformation et la propagande du Kremlin accompagnent et soutiennent les actions militaires de la Russie en Ukraine, notamment la tentative d’annexion de la Crimée, le soutien aux mouvements séparatistes dans l’est de l’Ukraine et la guerre d’agression dans les salles de classe.

Qu’est-ce qui a provoqué la guerre en Ukraine ?

Les huit premières années du conflit comprenaient l’annexion de la Crimée par la Russie (2014) et la guerre du Donbass (depuis 2014) entre l’Ukraine et les séparatistes soutenus par la Russie, ainsi que des incidents navals, une cyberguerre et des tensions politiques.

Quel est le problème entre la Russie et l’Ukraine ?

La crise entre la Russie et l’Ukraine a pris une tournure importante jeudi 24 février 2022 avec la déclaration du président russe Vladimir Poutine, les premiers attentats à la bombe et l’entrée sur le sol ukrainien des forces armées russes de l’est, du sud en passant par la Crimée et du nord. par la Biélorussie, alliée de Moscou.

Pourquoi Poutine veut faire la guerre à l’Ukraine ?

« Vladimir Poutine veut faire le lien entre la Crimée et les territoires conquis autour de la Crimée. » (…), détaille Emmanuel Dupuy, président de l’Institut Perspective et Sécurité en Europe (IPSE). « Il va petit à petit grignoter le territoire pour arriver à une sorte de cohérence géographique », ajoute-t-il.

Pourquoi la Russie déclare la guerre à l’Ukraine ?

L’Ukraine accuse la Russie de frapper une autre centrale nucléaire dans le sud du pays. L’armée de Vladimir Poutine aurait bombardé le site de Pivdennoukrainsk, la deuxième plus grande centrale électrique d’Ukraine. Une « explosion puissante » se produirait à quelques centaines de mètres des réacteurs.

C’est quoi le problème entre la Russie et l’Ukraine ?

Cette entrée en guerre est le résultat de longs mois de tension entre les deux pays, la Russie n’accepte pas le rapprochement de l’Ukraine avec les démocraties occidentales et encore moins sa volonté de rejoindre l’OTAN, un point inacceptable pour Vladimir Poutine qui y voit une menace jusqu’à ses frontières. .

Quelles sont les conséquences économiques de la guerre entre la Russie et l’Ukraine ?

Si la guerre dure plus d’un an, le PIB français devrait baisser de 1 à 2 %, et avec une hausse du chômage de 1,5 %. « On peut absorber ce choc », assure Xavier Ragot, surtout compte tenu de la croissance attendue en 2022 du fait de la réduction de la pandémie de Covid.

Quel est l’impact de la guerre sur l’économie ? La hausse de l’inflation inquiète Le Soir : « L’inflation dévore le pouvoir d’achat d’une part… et d’autre part, elle nuit à la compétitivité des entreprises. Avec le résultat potentiel, à terme, d’un ralentissement de l’économie et de pertes d’emplois.

Quelles sont les conséquences de la crise Russo-ukrainienne ?

La Banque africaine de développement se prépare donc à un fort impact de la guerre en Ukraine qui pourrait se traduire par une pénurie de vivres équivalente à 30 millions de tonnes et un déficit de 2 millions de tonnes dans l’approvisionnement en engrais.

Comment la guerre en Ukraine va affecter l’économie russe ?

Le PIB russe et ukrainien est en baisse. Selon le Fonds monétaire international (FMI), le produit intérieur brut de la Russie devrait baisser de 8,5 % d’ici la fin de 2022. Dans le même temps, la richesse nationale de l’Ukraine devrait s’effondrer de 35 %, selon le même organisme mondial.

Quelles conséquences économiques de la guerre en Ukraine pour l’Europe ?

La croissance de la zone euro n’a atteint que 0,2% au premier trimestre, plombée par le retour de l’inflation, elle-même aggravée par le conflit en Ukraine.

Comment la guerre en Ukraine va affecter l’économie russe ?

Le PIB russe et ukrainien est en baisse. Selon le Fonds monétaire international (FMI), le produit intérieur brut de la Russie devrait baisser de 8,5 % d’ici la fin de 2022. Dans le même temps, la richesse nationale de l’Ukraine devrait s’effondrer de 35 %, selon le même organisme mondial.

Quelles sont les conséquences de la guerre Ukraine Russie ?

La guerre entre la Russie et l’Ukraine constitue un choc humanitaire et économique majeur. L’invasion de l’Ukraine par la Russie constitue une crise humanitaire majeure touchant des millions de personnes et un grave choc économique d’une durée et d’une ampleur incertaines.

Quel impact sur l’économie russe ?

Les échanges commerciaux de la Russie (en glissement annuel) On estime qu’en 2022, les importations de la Russie chuteront de 35,2 % (par rapport à 2021), tandis que les exportations chuteront de 30,9 % (par rapport à 2021). Source des données : Banque mondiale.