Harmony of the Seas : une croisière sur le plus grand paquebot du monde…

Photo of author
Written By Sophie Ledont

Rédactrice passionnée qui a vécu dans plus de 25 pays toujours à la recherche de la dernière information.

Harmony of the Seas a été mis en service fin mai, après livraison des chantiers navals STX France de Saint-Nazaire, et rencontre un grand succès, notamment auprès des clients européens. Jusqu’en octobre, le navire est situé à Barcelone, d’où il propose des croisières d’une semaine vers Palma de Majorque, Marseille, La Spezia, Civitavecchia et Naples. Il partira ensuite pour la Floride, et de Fort Lauderdale il proposera toute l’année des croisières vers les Bahamas et les Caraïbes.

Retour sur la construction d’Harmony of the Seas à Saint-Nazaire (© : STX FRANCE)

Légèrement plus grand que les deux premiers navires de cette série, Oasis of the Seas et Allure of the Seas, mis en service en 2009 et 2010, le nouveau fleuron de la compagnie américaine Royal Caribbean International détient désormais le titre de grand paquebot au monde. Long de 362 mètres pour une largeur de 66 mètres au niveau des superstructures, il affiche une jauge de 227 700 GT. Armé d’un équipage de 2 100 personnes, il peut accueillir jusqu’à 6 360 passagers (5 500 en biplace).

C’est donc un bateau d’exception et quand on est à ses côtés pour la première fois, on ne peut qu’être impressionné par cette gigantesque structure.

Harmonie des mers (© : RCI)

Entre la croisière lecteur annuelle Mer et Marine que nous organisions à bord puis l’inauguration du navire à Barcelone, nous avons pu passer 10 jours sur Harmony of the Seas. De quoi, en vérité, découvrir ce géant sous tous les angles, ou presque, mais aussi mesurer la qualité du service et des prestations tout en appréciant pleinement la vie à bord avec les passagers habituels. Outre les collections de chiffres et de superlatifs qui ont marqué le lancement médiatique d’Harmony of the Seas, nous avons ainsi pu vivre véritablement l’expérience que propose cet étonnant bateau et vous en apporter aujourd’hui le témoignage.

Préparez votre croisière et réservez certaines activités à l’avance

Ce que l’on peut déjà dire, c’est qu’une semaine (et même 10 jours !) est en réalité insuffisante pour découvrir tous les espaces publics, restaurants, animations et autres spectacles, tant ils sont nombreux. Il est donc conseillé de se renseigner sur les activités proposées avant de se lancer, et si possible de les réserver, afin d’en faire le maximum pendant son séjour. C’est notamment le cas des restaurants à thème et des spectacles, qui se remplissent très vite. Il est possible de réserver à l’avance sur le site internet de la compagnie ou à bord à l’aide de tablettes disponibles à divers endroits du navire, notamment les stations iQ. Ces tablettes disposent d’une application personnelle à partir de laquelle vous pouvez accéder à tous les services proposés par le navire, notamment les restaurants, les spectacles et les excursions. L’application téléchargeable sur son mobile et sa tablette permet aux passagers de s’informer et d’effectuer leurs réservations quand ils le souhaitent, avec en prime un agenda personnel pour ne pas oublier un rendez-vous précis.

Station iQ (© : MER ET MARINE – VINCENT GROIZELEAU)

Embarquement en moins de 10 minutes

L’organisation est vraiment le maître mot sur un paquebot d’une telle taille, à bord qui peut transporter jusqu’à 8500 passagers et membres d’équipage. Une bonne gestion des flux est donc une nécessité, et cela commence dès l’embarquement dès le premier jour de croisière. Alors que le personnel de cabine s’affaire toute la matinée à redécorer les 2 747 cabines et suites que viennent de quitter les clients de la croisière précédente, leurs successeurs vont bientôt se précipiter vers le port de Barcelone. Pas moins de deux terminaux sont réservés à l’embarquement et au débarquement d’Harmony of the Seas. Les habitués des voyages en mer savent que ces phases ne sont souvent pas les plus agréables, car elles se caractérisent généralement par de longs temps d’attente. Et avec un navire d’une telle capacité, on ne peut que craindre de longues files d’attente à l’enregistrement. A part ça, rien. Depuis la mise en service de Quantum of the Seas fin 2014, Royal Caribbean International a en effet mis en place un nouveau système pour faciliter l’embarquement. Ainsi, avant le départ, les passagers sont encouragés à remplir les formalités d’embarquement en ligne, y compris les empreintes de carte de crédit pour les paiements et une pièce d’identité numérique avec photo, qui sera utilisée pour la sécurité. Il leur suffit d’imprimer leur Set Sail Pass, qui fait office de carte d’embarquement, que le personnel de l’entreprise scannera dans l’aérogare, en confirmant leur identité sur présentation du pass. Tout en traitant les bagages préalablement étiquetés, le système est incroyablement efficace, au point qu’il ne s’écoule qu’une dizaine de minutes entre le moment où vous arrivez au terminal et le moment où vous franchissez la ligne.

Au terminal croisière de Barcelone (© : MER ET MARINE – VINCENT GROIZELEAU)

Circulation très fluide et pas d’impression de foule

L’autre gros préjugé sur ces paquebots géants, en l’occurrence la peur d’être entassés comme des sardines dans leur caisse, est en train de disparaître rapidement. Ici aussi, les courants sont extrêmement bien maîtrisés, et le navire est si grand que, même avec plus de 6 000 passagers à bord, il n’y a aucune impression de foule. Il faut dire que l’espace disponible est considérable. Le navire, aussi long que trois terrains de football, dispose de quinze ponts et de 66 000 m² à disposition des croisiéristes. Le ratio espace/passager est donc très correct, et sur la plage de la piscine la surface disponible est par ex. extrêmement large. A tel point que même pendant les journées en mer, lorsque les extérieurs sont traditionnellement bondés sur les croisières, il n’y a pas de grande difficulté à trouver des transats disponibles.

Les ponts supérieurs (© : MER ET MARINE – VINCENT GROIZELEAU)

Abri de piscine (© : MER ET MARINE – VINCENT GROIZELEAU)

Un navire se divise en différents quartiers

Malgré sa taille, Harmony of the Seas est en fait un bateau très simple, facile à vivre et dont on comprend vite qu’il n’y a vraiment aucune raison de se perdre. Pour faciliter la vie à bord, Harmony of the Seas est en fait divisé en plusieurs quartiers, les « Quartiers », qui concentrent la plupart des activités. La plupart des espaces publics sont ainsi répartis sur les ponts 4 à 6, sur le pont 8 et, extérieurement, sur les ponts 15 et 16. Les étages sont desservis par deux volées de 12 ascenseurs pouvant accueillir chacune une vingtaine de personnes. Ces ascenseurs semi-vitrés donnent sur de spectaculaires verrières d’une quinzaine d’étages et offrent une vue plongeante assez sensationnelle.

La Promenade Royale (© : MER ET MARINE – VINCENT GROIZELEAU)

En effet, tout est impressionnant sur ce navire surdimensionné, clairement conçu pour impressionner ses passagers. Dès qu’ils embarquent, ils font immédiatement une pause à l’intérieur. Car après le contrôle de sécurité à la porte et le passage par l’escalator, la première salle qu’ils découvrent est l’immense Promenade Royale. Une véritable rue commerçante, longue de plus de 130 mètres, qui s’étale sur trois passerelles et deux niveaux (le supérieur en mezzanine) entre les deux ascenseurs. On y trouve la réception, le bureau des excursions, mais aussi des bars, des salons, des restaurants et de nombreux commerces. Un espace étonnant avec sa voiture vintage et sa sculpture mobile géante en forme de tête humaine, surplombé par d’immenses baies vitrées donnant sur Central Park, le jardin paysager extérieur installé au milieu du navire.

La Promenade Royale (© : MER ET MARINE – VINCENT GROIZELEAU)

La Promenade Royale (© : MER ET MARINE – VINCENT GROIZELEAU)

Très prisée, la Royal Promenade dispose d’un Bionic Bar, avec deux robots faisant office de barmans réalisant des cocktails commandés par les passagers. Une technologie pionnière chez Quantum et toujours très performante. Il y a aussi un fantastique bar montant, Rising Tide, où en 15 minutes, vous pourrez prendre un verre tout en montant tranquillement vers Central Park. Pendant les périodes de navigation, Den Kongelige Promenade propose de grands étals où les vendeurs proposent divers produits, dont des bijoux et des montres hors taxes. Une sorte de marché du luxe qui vit aussi au rythme de l’animation, avec, par exemple, en journée le défilé des stars de DreamWorks. Royal Caribbean International a conclu un partenariat avec les studios à l’origine des films d’animation Shrek, Madagascar et Kung Fu Panda. Les enfants peuvent ainsi rencontrer leurs personnages préférés lors du défilé, mais aussi flâner régulièrement dans les différentes salles du navire.

Central Park (© : MER ET MARINE – VINCENT GROIZELEAU)

Central Park : Un jardin naturel en bord de mer

Comme nous l’avons vu, Central Park se trouve au-dessus de la Royal Promenade, un autre quartier d’Harmony of the Seas. Situé sur le pont 8, il s’agit d’un espace unique dans l’industrie des croisières. Les oasis sont en fait si larges que pour la première fois, il était possible sur les paquebots d’aménager des espaces ouverts en leur centre. C’est le cas de ce magnifique parc paysager naturel, abritant plus de 10 000 plantes et arbustes, entretenu par une équipe de jardiniers qui entretiennent les parterres et les murs végétaux le long de la promenade. Très calme en journée, sauf quand l’orchestre qui assure l’ambiance sur les ponts supérieurs est un peu trop bruyant, Central Park est un endroit particulièrement agréable.

Central Park (© : MER ET MARINE – VINCENT GROIZELEAU)

Central Park vu des ponts supérieurs (© : MER ET MARINE – VINCENT GROIZELEAU)

Le jardin est bordé de restaurants, de cafés, d’un excellent bar à vin (vintage) et de quelques boutiques. On peut apprécier la verdure et ce lieu la plupart du temps la quiétude de ce lieu paisible où des enregistrements de chants d’oiseaux (lorsqu’il ne s’agit pas de vrais oiseaux s’installant provisoirement ici entre deux escales) conduisent les passagers à mille lieues de l’ambiance habituelle de une ligne océanique. A Central Park, il est également possible de se restaurer en terrasse matin, midi et soir avec un bar à salade en entrée libre et des restaurants à thèmes payants (voir ci-dessous).

Splashaway Bay (© : MER ET MARINE – VINCENT GROIZELEAU)

Central Park est surplombé, six ponts plus haut, par le pont central de la piscine, d’où l’on a une vue incroyable sur le parc paysager installé au cœur du navire. Version améliorée de son équivalent sur les précédents navires de la série, avec plus d’activités et une décoration plus travaillée, la piscine et la zone sportive sont réparties de part et d’autre de cet espace vertigineux à ciel ouvert, avec une passerelle enjambant le vide, sur laquelle est une scène, où un orchestre caribéen se produit pendant la journée. Au total, il y a quatre grandes piscines dont une réservée aux enfants. Splashaway Bay, nouveauté d’Harmony par rapport à Oasis et Allure, fait fureur avec ses pièces d’eau et son grand seau qui se remplit progressivement avant de basculer et d’arroser généreusement les enfants réunis en contrebas.

Abri de piscine (© : MER ET MARINE – VINCENT GROIZELEAU)

(© : MER ET MARINE – VINCENT GROIZELEAU)

Pour les jeunes croisiéristes, mais aussi les adolescents et les adultes, un trio de grands toboggans a également fait son apparition sur le pont de la piscine. Ce sont les Perfect Storm, avec une sélection de Supercell, Typhoon et Cyclone, chacune offrant une bonne glisse et de très bonnes sensations.

La terrasse de la piscine est agrémentée d’innombrables chaises longues et fauteuils, avec l’un des deux seuls espaces fumeurs (l’autre est situé dans le casino) où cigarettes et cigares sont autorisés. On y trouve aussi des bars, ainsi qu’au niveau supérieur, qui encadre les espaces piscine comme une mezzanine géante. Ici aussi, les transats sont particulièrement nombreux, et il faut savoir que même lorsque le bateau est plein, les jours de mer, il est toujours possible de trouver un endroit pour s’allonger, ce qui est souvent un défi sur les bateaux de croisière. Il faut dire que le nombre de transats est impressionnant et qu’ils sont littéralement « clé en main ».

Bain de soleil (© : MER ET MARINE – VINCENT GROIZELEAU)

Le solarium (Deck 16) et la piscine et l’espace sportif (Deck 15) s’ouvrent sur un gigantesque solarium qui s’étend sur trois ponts. Juste avant d’entrer par le pont 15, les passagers de chaque côté du navire ont à leur disposition deux grands bains à remous débordant des superstructures, suspendus à une quarantaine de mètres au-dessus de la mer et offrant une vue incomparable. . Le solarium, quant à lui, est donc impressionnant et conçu pour permettre aux passagers de bénéficier d’un espace de tranquillité, et la plage centrale de la piscine est souvent assez bruyante entre musique et jeux pour enfants. Dans le solarium, il y a de nombreux transats, des cabanons, des fauteuils confortables, des bains à remous ainsi qu’un bar et même un bistro avec un buffet à manger. Une chambre privée est réservée aux suites du niveau supérieur.

Le solarium (© : MER ET MARINE – VINCENT GROIZELEAU)

Jacuzzi suspendu (© : MER ET MARINE – VINCENT GROIZELEAU)

Bien qu’il ait connu une évolution par rapport au premier Oasis, le solarium d’Harmony of the Seas est relativement décevant par rapport à la classe des paquebots Quantum of the Seas, que la compagnie espérait s’inspirer de son nouveau géant. Malheureusement, certains éléments présents dans les solariums de l’autre nouvelle classe de navires Royal Caribbean International, comme les piscines à débordement, n’ont pas été repris. On notera cependant une nouveauté intéressante avec la présence d’une terrasse extérieure et d’une saillie au-dessus du pont, qui offre une vue impressionnante sur l’avant et les flancs du navire. Avec plancher de verre à la fin.

Vue extérieure devant le solarium (© : MER ET MARINE – VINCENT GROIZELEAU)

Grands emplacements et nombreuses activités pour les enfants

Alors que RCI cible principalement une clientèle familiale, sous le solarium se trouve Adventure Ocean, un grand espace spécialement conçu pour les enfants. Cette zone jeunesse est divisée par tranche d’âge, de 3 à 11 ans, avec des salles et des activités dédiées, ainsi que des équipes de professionnels pour surveiller les enfants et encadrer les activités. Des jouets d’éveil pour les plus petits aux consoles de jeux vidéo en passant par un petit théâtre de marionnettes, impossible de s’ennuyer ici. Des activités très variées, festives, mais aussi ludiques et pédagogiques sont proposées, par exemple dans une réplique laboratoire où les enfants apprennent les secrets de la nature et des planètes. Les parents peuvent ainsi profiter de leurs vacances en toute tranquillité, tandis que leur progéniture s’amuse et se fait des amis dans un environnement sécuritaire. Il y a même une crèche pour les bébés.

L’offre jeunesse de l’entreprise s’étend également aux adolescents, qui ont leur propre club, avec, entre autres, une discothèque et une arcade.

Le complexe Aventure Océan pour les enfants (© : MER ET MARINE – VINCENT GROIZELEAU)

Sport et émotion à l’arrière

Ceux-ci sont situés vers l’arrière du navire, où l’ambiance extérieure est complètement différente de celle du pont de la piscine et du solarium. Cette partie est plus réservée aux sportifs, avec un grand terrain multisports, des tables de ping-pong et deux Flowriders, des exercices de surf sous forme de structures inclinées sur lesquelles de l’eau est projetée, permettant de reproduire les sensations de glisse sur une vague. Surfeurs amateurs ou confirmés s’y retrouvent, ainsi que néophytes, aidés par les conseils de professeurs présents sur place tout au long de la journée. La partie arrière d’Harmony of the Seas comprend également un grand mini-golf ainsi qu’un restaurant (gratuit) ouvert dès le matin et des distributeurs de glace toujours pleins.

Le pont supérieur arrière (© : MER ET MARINE – VINCENT GROIZELEAU)

Pratique du surf Flowrider (© : MER ET MARINE – VINCENT GROIZELEAU)

Il est également possible de faire un tour en tyrolienne, car l’arrière du navire, comme Central Park surplombé par le pont de la piscine, est également séparé en deux parties avec un grand espace à ciel ouvert au milieu. C’est au-dessus du Boardwalk, situé 10 ponts plus bas, que les passagers, casqués et sanglés comme il se doit, planent au-dessus du vide. Attraction ludique, bien qu’un peu courte, la longueur de la tyrolienne n’est que de 25 mètres.

Tyrolienne (© : MER ET MARINE – VINCENT GROIZELEAU)

Et puis, bien sûr, il y a la grande nouveauté à l’arrière de ce paquebot : l’Ultimate Abyss, un immense toboggan double, le plus haut en mer, qui offre une descente vertigineuse sur 10 ponts. Après avoir pénétré dans la gueule d’un poisson carnivore des profondeurs, les passagers se retrouvent sur un promontoire au sol vitré : les pieds dans le vide, à plus de 45 mètres au dessus du niveau de la mer. La vue est sensationnelle, et la suite ne l’est pas moins. Ultimate Abyss est un toboggan sec que l’on glisse allongé dans une sorte de grande chaussure en toile. La descente est rapide, très rapide même, avec des anneaux de lumière à l’intérieur des tubes d’acier, et à l’arrivée les passagers sont encore émerveillés par les sensations qu’ils viennent d’éprouver.

Le toboggan géant Ultimate Abyss (© : RCI)

Vue de la poupe (© : MER ET MARINE – VINCENT GROIZELEAU)

Abîme Ultime (© : MER ET MARINE – VINCENT GROIZELEAU)

L’Ultimate Abyss mène au Boardwalk, l’un des grands « quartiers » d’Harmony of the Seas, qui peut être atteint beaucoup plus rapidement qu’en prenant les ascenseurs ! C’est l’autre espace extérieur central du navire. Il y a un restaurant de burger, Johnny Rockets, un bar restaurant sud-américain, Sabor Taqueria & Tequila, un vrai Starbuck qui sauvera ceux qui n’aiment pas le café américain servi partout ailleurs, les boutiques ou encore les jeux pour enfants, avec même la présence d’un carrousel, véritable carrousel traditionnel qui sert de centre au Boardwalk. De part et d’autre de celle-ci s’étendent deux impressionnants murs de cabanes aux balcons courbes qui donnent l’impression d’être au milieu d’une ruche géante.

Promenade des Planches (© : MER ET MARINE – VINCENT GROIZELEAU)

Le manège des Planches (© : MER ET MARINE – VINCENT GROIZELEAU)

Spectacles aquatiques dans l’amphithéâtre extérieur

A l’arrière, la promenade s’ouvre sur l’Aquathéâtre, avec surtout deux impressionnants murs d’escalade de plus de 12 mètres de haut, déconseillés aux vacanciers sujets au vertige. En journée, les petites terrasses environnantes sont relativement calmes, et on y trouve des transats et des coins plus intimistes pour profiter de la mer et du soleil.

Aquathéâtre (© : MER ET MARINE – VINCENT GROIZELEAU)

Aquathéâtre (© : MER ET MARINE – VINCENT GROIZELEAU)

Mais revenons à l’Aquatheater, l’une des grandes innovations des paquebots de la classe Oasis. Ce gigantesque amphithéâtre à ciel ouvert compte plusieurs centaines de places assises et à sa base une scène composée de plusieurs éléments amovibles qui, une fois abaissés, laissent place à une profonde piscine. C’est au centre d’un fantastique spectacle aquatique offert aux passagers en soirée. La Fine Line ravira les amateurs de spectacles modernes et conceptuels, avec de belles performances de danseurs et de nageurs, d’excellents éclairages et des plongeons spectaculaires du haut de la superstructure surplombant la piscine.

La ligne fine à l’Aquathéâtre (© : MER ET MARINE – VINCENT GROIZELEAU)

Spectacles de très haut niveau

Les spectacles ont traditionnellement été l’une des grandes forces des croisiéristes américains, avec des spectacles très acclamés et des artistes de grande qualité, en particulier sur Royal Caribbean. Et il y en a aussi pour tous les goûts. Si les performances contemporaines et sophistiquées de l’Aquatheater ne sont pas à votre goût, vous êtes sûr de trouver ce que vous cherchez dans le grand théâtre intérieur du navire. Haute de trois ponts et pouvant accueillir près de 1 400 personnes, cette magnifique salle accueille chaque soir un spectacle de deux représentations, dont des productions célèbres de Broadway. Harmony of the Seas propose deux nouveautés : Columbus, une création d’entreprise originale basée sur l’histoire imaginaire d’un explorateur qui pourrait être un lointain cousin de Christophe Colomb. Un beau spectacle dans une ambiance caribéenne et de l’humour pour plaire à toute la famille.

Le Grand Théâtre (© : MER ET MARINE – VINCENT GROIZELEAU)

Et puis il y a l’événement Grease, une version musicale du célèbre film qui a fait de John Travolta une star mondiale. La troupe de danseurs et de chanteurs est remarquable, tout comme la scénographie. Une belle réussite à ne pas manquer.

Harmony of the Seas, c’est aussi un spectacle sur glace, car le paquebot est équipé d’une patinoire, le Studio B. Le soir, s’y déroule le spectacle de 1887, qui débute cette année-là à Paris et propose un voyage dans le temps et dans différentes dimensions. . Avec encore une fois d’excellents jeux de lumières et d’excellents patineurs qui offrent aux passagers un très bon moment.

Patinoire du Studio B (© : MER ET MARINE – VINCENT GROIZELEAU)

Casino, concerts, karaoké et pistes de danse

D’autres spectacles, comme les Comedy Shows (pour lesquels il est bien sûr préférable de maîtriser la langue anglaise pour comprendre l’humour) sont proposés en journée et en soirée à bord du navire, qui compte plusieurs orchestres et chanteurs, mais aussi un bon groupe qui se produit chaque soir au Jazz on 4 dans une ambiance plus feutrée et non moins savoureuse.

À Lire  Nouvelle-Calédonie : fin des restrictions sanitaires

Tout au long de la journée lorsque le navire est en mer, et surtout le soir, le casino comme la Promenade Royale et le pont extérieur est un lieu très fréquenté. Cette gigantesque place aux centaines de machines à sous et de tables ravira les amateurs de jeux d’argent, de roulette, de poker et de blackjack. A noter que la moitié du Casino Royale, qui dispose d’un bar au centre, est fumeur.

Le Casino (© : MER ET MARINE – VINCENT GROIZELEAU)

Si les apprentis chanteurs pourront se produire dans le salon karaoké On Air surplombant la Promenade Royale, d’autres préféreront profiter d’un concert et danser dans une ambiance latino au Bolero, à deux pas. Un autre lieu très prisé en soirée est le Dazzle, un très beau bar sur deux niveaux avec une mezzanine et une grande piste de danse. Situé sur les ponts 8 et 9, il se déploie derrière une grande baie vitrée donnant sur le Boardwalk. Il y a de très bons concerts tous les soirs, dont des soirées « rétro » (rock, années 80…) et un morceau très chargé dans une ambiance bon enfant.

Concert au Dazzle en soirée (© : MER ET MARINE – VINCENT GROIZELEAU)

Grand succès nocturne également pour The Attic, la discothèque Harmony of the Seas, qui se situe sur le pont 4 sous la Royal Promenade. Jusqu’aux environs de minuit, la compagnie propose régulièrement le concept de « boîte sans bruit », où les passagers reçoivent des écouteurs grâce auxquels ils peuvent choisir deux ambiances musicales et régler le volume. Un principe à première vue assez individualiste, mais qui s’avère en réalité très amusant et, au final, presque plus cosy qu’une discothèque traditionnelle. Avec le grand avantage que vous n’avez pas besoin de crier pour être entendu par votre voisin ou le barman. En tout cas, ces soirées « casquées » remportent un vif succès et font le plein. À la fin, The Attic devient une boîte de nuit classique avec un DJ et un super son.

Occasionnellement, des soirées disco sont organisées au Studio B, situé juste à côté. La glace de la patinoire est ensuite recouverte d’un enduit et transformée en une grande piste de danse.

Plusieurs activités durant la journée

Les amateurs de patinage pourront profiter de cet espace en journée, où de nombreuses activités sont proposées tout au long du navire durant les heures. Cours de danse, de cuisine ou de cocktails, animations artistiques, concours et loto, conférences sur l’histoire de l’art (il y a une galerie d’art à bord)… Chacun y trouvera son compte, que vous recherchiez des espaces très vivants ou plus des lieux intimes et calmes, comme le salon et la bibliothèque, qui fonctionnent également comme une salle de jeux de cartes.

Le terrain de sport (© : MER ET MARINE – VINCENT GROIZELEAU)

Et puis bien sûr il y a le sport, très présent sur ce navire. Comme nous l’avons vu, diverses activités sont proposées sur les ponts extérieurs, comme des simulateurs de surf, des murs d’escalade ou encore le terrain où se jouent du basket ou du foot toute la journée et des tournois sont également organisés.

Les amateurs de jogging ont une immense piste de course installée sur le pont 5, qui fait tout le tour du navire, avec plus de 600 mètres de course à chaque tour et des machines à eau le long du parcours. Vous pouvez accéder à ce parcours sous l’Aquathéâtre et directement depuis la salle des sports.

Sentier de jogging sur la poupe (© : MER ET MARINE – VINCENT GROIZELEAU)

La salle de fitness (© : MER ET MARINE – VINCENT GROIZELEAU)

Ce n’est pas, comme sur beaucoup de paquebots, en partie haute, mais à l’avant, sur le pont 6. Derrière de larges hublots, des dizaines d’appareils de cardio (tapis roulants, elliptiques, vélos…) sont à la disposition des passagers, ainsi que de nombreux appareils de musculation. Machines. Ces installations sont librement accessibles 18 heures sur 24 (06h00 à 01h00 du soir), des professeurs d’éducation physique proposent également (via des services payants, des programmes de conditionnement physique individualisés (85 $ de l’heure) ainsi que des cours (de 12 à 20 dollars) comme le spinning, le yoga, le pilates ou le RBT (entraînement musculaire intense) Des réveils musculaires (gratuits) sont également proposés très tôt le matin aux passagers, notamment avec des séances sur le pont extérieur.

Accueil Spa (© : MER ET MARINE – VINCENT GROIZELEAU)

La salle de fitness est attenante au Vitality at Sea Spa. Ce centre de bien-être, agrémenté d’un salon de beauté avec coiffeur, coiffeur, manucure et pédicure, ainsi que d’une tisanerie, est réparti sur deux niveaux (ponts 5 et 6). Une grande salle offrant plusieurs soins du corps et du visage (au moins 149$ pour un bon massage de 50 minutes), avec plusieurs cabines et une suite pour couple avec salle de massage privée et bain thermal (à 349$ 75 minutes incluant un massage suédois pour chacun) . Il est conseillé de faire l’expérience du Vitality at Sea Spa le jour de l’embarquement où les visites sont organisées par les nouveaux passagers. Ces « Spa tours » se transforment néanmoins en une cascade de mini-présentations sur les soins proposés, où des groupes de passagers passent quelques minutes successivement avec le spécialiste du blanchiment des dents, celui chargé de lutter contre la cellulite, la reine de la bataille les rides, le magicien, qui fait disparaître les mâchoires… Images à l’appui et discours persuasifs, avec les spécialistes du Spa, c’est la poursuite des imperfections corporelles que nous proposons de corriger, moyennant des soins relativement coûteux. Force est de constater que la visite se transforme en véritable speed dating commercial. Mais si les soins prodigués et les produits proposés sont reconnus pour leur qualité, cette façon d’inciter à la consommation perturbe une partie de l’attrait relaxant et anti-stress de ce lieu.

La partie « bains thermaux » est une déception, d’autant plus que le Solarium n’a pas bénéficié des belles améliorations mises en place sur les vaisseaux de la classe Quantum. Nous espérions que Royal Caribbean ferait enfin un effort au spa et se mettrait à égalité avec la concurrence. Ce n’est pas comme ça. Pas de grand espace thermal lumineux avec piscine, plusieurs types de hammams et saunas, bassins d’eau glacée ou chambres à neige. Sur l’Harmony, comme sur ses aînés, les passagers n’ont qu’un petit espace à leur disposition, avec une demi-douzaine de fauteuils chauffants, un sauna et un hammam. Le tout clos, sans ouverture sur la mer et une ambiance finalement relativement sombre, pour ne pas dire un peu angoissante, qui n’incite évidemment pas à des séjours de longue durée dans ces mini-bains thermaux. D’autant que leur accès est payant et relativement cher (le pass individuel coûte plus de 100 dollars la semaine).

Heureusement, c’est l’un des rares points négatifs du bateau, même s’il est important pour les croisiéristes qui apprécient ce type d’équipement.

Teppanyaki au restaurant japonais (© : RCI)

Une restauration de qualité pour un vrai voyage culinaire

Côté gastronomie, le choix est embarrassant à bord avec un total d’une vingtaine de formules de restauration. Et là, Royal Caribbean figure qualitativement parmi les meilleures entreprises du marché. Sur les 2 100 membres d’équipage, la moitié travaille dans la restauration et les bars, dont 250 dans les différentes cuisines qui approvisionnent les restaurants. Ceux-ci serviront quotidiennement près de 20 000 repas avec plus de 200 plats différents chaque jour, nécessitant un approvisionnement colossal. Par exemple, les chefs préparent 4,4 tonnes de poulet, 6,8 tonnes de bœuf, 5 000 douzaines d’œufs, 9 tonnes de pommes de terre, 5,7 tonnes de farine, 2,4 tonnes de bacon, 1,1 tonne de saumon ou encore ferment une tonne de queues de homard chaque semaine. . Les boulangers et les pâtissiers sont également très demandés, avec 40 types de pain frais et une centaine de gâteaux différents à produire chaque jour.

La salle à manger principale (© : MER ET MARINE – VINCENT GROIZELEAU)

Le navire dispose d’une salle à manger principale monumentale répartie sur trois étages, chacun avec son nom et ses éléments décoratifs, comme autant de restaurants différents : American Icon Grill (Pont 3), The Grande (Pont 4) et Silk (Pont 5). Contrairement aux paquebots de classe Quantum, ils ne proposent pas de menu spécifique, mais le menu ici est le même pour les trois étages. Seule l’humeur change. Deux services sont proposés en soirée, le premier à 18h30 et le second à 21h00. Ils correspondent aux horaires des représentations. Les passagers du premier parcours peuvent se rendre aux spectacles après le dîner, tandis que les passagers du second parcours sont invités à y aller avant. Attention aux horaires, les majordomes sont assez pointilleux, notamment en second service où nous avons vu des clients se voir refuser l’entrée en salle 15 minutes après l’heure. Pour les vacanciers qui n’aiment pas les horaires imposés, l’option My Time (à demander de préférence avant la croisière) permet de venir manger quand on veut entre 18h00 et 21h30. La carte du menu, qui contient chaque jour de nouveaux plats et l’exigence de l’entreprise, est variée, et bien que le choix soit un peu moins important que dans d’autres entreprises, la qualité des plats proposés, qui ne se rencontrent pas toujours ailleurs, est perceptible .

La soierie (© : MER ET MARINE – VINCENT GROIZELEAU)

La grande salle à manger, qui est également ouverte pour le petit-déjeuner et le déjeuner pour les passagers qui préfèrent le service à table, est gratuite, tout comme le Windjammer Café. Cet impressionnant self-service, installé au pont 16 dans l’immense structure panoramique qui encadre les cheminées, offre une vue imprenable sur les ponts extérieurs et la mer. Il est divisé en différents buffets et stands avec viande, poisson, légumes, sauce, pâtes , pizzas, salades, desserts… La sélection est variée, avec des recettes différentes chaque jour. Comme la salle à manger principale, Windjammer est ouvert matin, midi et soir, mais ferme relativement tôt le soir (21h30). Faites donc attention si vous choisissez un spectacle tardif et que vous souhaitez manger après. Car après cette heure vous n’aurez plus que des snacks à disposition, comme la pizzeria de Den Kongelige Promenade, ou Sabor (23h) si vous y avez réservé une table à l’avance. Sans oublier, bien sûr, le room service, disponible 24h/24, mais payant la nuit.

Le Café Windjammer (© : MER ET MARINE – VINCENT GROIZELEAU)

Au buffet (© : MER ET MARINE – VINCENT GROIZELEAU)

L’offre culinaire sur Harmony of the Seas est complétée par de nombreux restaurants à thème, tous payants et à réserver, parfois très tôt, car les places sont limitées et de nombreux passagers veulent les essayer.

C’est notamment le cas de Wonderland, une nouveauté introduite sur le Quantum et retrouvée pour la première fois sur la classe Oasis. Installé au-dessus du Dazzle, également sur deux étages derrière une baie vitrée donnant sur le Boardwalk, ce restaurant très original propose une aventure dans le monde de la cuisine moléculaire. Une excellente expérience, solide et permettant de découvrir d’autres modes de cuisson et d’étonnantes associations de saveurs.

Le bar du restaurant Wonderland (© : MER ET MARINE – VINCENT GROIZELEAU)

Plat au Pays des Merveilles (© : MER ET MARINE – VINCENT GROIZELEAU)

Les amateurs de viande et de fruits de mer choisiront le Chops Grill, un steakhouse américain haut de gamme situé en face du 150 Central Park, le restaurant gastronomique du navire, qui propose jusqu’à cinq plats dans une ambiance feutrée. Toujours dans le parc paysager, Jamie’s Italian, qui reprend le concept de cuisine italienne du chef britannique Jamie Oliver, entre excellentes assiettes de charcuterie, plats traditionnels et recettes revisitées.

Le Chops Grill surplombe Central Park (© : MER ET MARINE – VINCENT GROIZELEAU)

150 Central Park (© : MER ET MARINE – VINCENT GROIZELEAU)

Pour les passagers qui aiment la cuisine asiatique, chez Izumi Hibachi & Les sushis ont laissé faire. Le restaurant est séparé en deux, avec d’un côté un espace à la carte avec un large et très bon choix de sushis, sashimis, makis et autres spécialités japonaises, et de l’autre un teppanyaki où les chefs cuisinent et le spectacle est grand . assiettes autour desquelles s’assoient les convives.

Les chefs d’Izumi Hibachi & Sushi (© : MER ET MARINE – VINCENT GROIZELEAU)

Parmi les différentes formules de restauration, comme nous l’avons vu, sur le Boardwalk, Sabor Taqueria & Tequila Bar, sorte de grande cantine mexicaine à l’ambiance latino, où l’on peut déguster, entre autres, tacos, enchiladas et guacamole réalisés en direct devant les passagers.

Également sur le Boardwalk se trouve Johnny Rocket, un autre niveau de restaurant, cette fois pour les amateurs de gros burgers américains qui sont aussi bons qu’ils peuvent rendre fou un régime !

L’ensemble de la suite dans la couronne autour des cheminées (© : MER ET MARINE – VINCENT GROIZELEAU)

Enfin, les passagers séjournant dans les suites disposent de leur propre restaurant privé, le Coastal Kitchen. Proposant un mélange de cuisine californienne et méditerranéenne, ce restaurant, inclus dans le prix de la croisière, est installé sur le pont 17, au-dessus du Windjammer Café, dans la partie supérieure de la grande couronne de verre qui encadre les cheminées. C’est également là que se trouvent la plupart des suites, dont de splendides appartements en duplex, d’autres avec plusieurs chambres et de grandes terrasses, certaines équipées de jacuzzis.

Suite en duplex (© : MER ET MARINE – VINCENT GROIZELEAU)

Au total, le navire compte 2 747 cabines et suites, de l’aménagement intérieur de 14 m² à la gigantesque Royal Loft Suite, 141 m² avec une terrasse de 78 m². Entre les deux, de nombreuses catégories sont disponibles.

Cabines confortables et fonctionnelles

De manière générale, les cabines sont élégantes, confortables et très bien équipées, avec salle de bain (douche ou baignoire, voire jacuzzi), lit simple ou double, lits d’appoint pour les cabines destinées aux familles dont certaines communiquent, minibar, TV avec accès à plusieurs chaînes internationales, services de table et de location de films.

Certaines cabines intérieures disposent d’un balcon virtuel, constitué d’un grand écran numérique sur toute la hauteur de la pièce, qui reproduit une vue de l’extérieur. Il convient également de noter que, de manière générale, le fait qu’Harmony of the Seas soit légèrement plus large que ses prédécesseurs a permis de concevoir des cabines légèrement plus grandes, ce qui améliore l’espace et donc le confort. Les cabines vue mer font pour la plupart 17 m².

Balcon d’un chalet (© : MER ET MARINE – VINCENT GROIZELEAU)

L’expérience de la cabine avec vue sur la promenade et Central Park

En général, l’une des grandes questions que les passagers se posent à propos des cabines Oasis sont celles qui font face à l’intérieur du navire, c’est-à-dire. Promenade et Central Park. L’architecture originale de ces navires, avec leurs centrales à ciel ouvert, a en effet permis d’augmenter significativement la part des hébergements de plein air. Sur ces deux parties, les cabines disposent d’un balcon, ce qui vaut mieux qu’une cloison aveugle et l’absence de vue sur l’extérieur. Cependant, il faut reconnaître que les passagers peuvent avoir l’impression d’être un peu les uns sur les autres, et que c’est loin d’être idéal en termes d’intimité. Surtout sur le Boardwalk, le vis-à-vis est très important et relativement proche, sans oublier les passagers profitant de la vue depuis les ponts supérieurs, ce qui vaut également pour les cabines donnant sur Central Park. Et bien sûr, le niveau sonore est logiquement plus élevé que sur les bords du paquebot, où les cabines avec balcons donnant sur la mer restent une valeur sûre.

Vue depuis le balcon d’une cabane donnant sur Central Park (© : MER ET MARINE – VINCENT GROIZELEAU)

Vue depuis le balcon d’une cabane donnant sur la promenade (© : MER ET MARINE – VINCENT GROIZELEAU)

Pour accéder aux cabines, les passagers disposent de la traditionnelle carte magnétique, qui fait également office de moyen de paiement individuel à bord, et qui sert également d’identification à l’embarquement et au débarquement. Il est également possible de remplacer cette carte par un bracelet équipé d’une puce offrant les mêmes fonctions. Très pratique, ce bracelet est payant (une dizaine d’euros).

Une connexion Internet remarquablement forte

Harmony of the Seas est hautement connecté et est équipé du système Voom, qui offre l’internet le plus rapide en mer. Le Wifi (payant) est disponible sur tout le navire et permet de rester en contact avec le pays, de regarder des films en streaming, de participer à des visioconférences pour les passagers qui ont une urgence au travail ou tout simplement de partager ses vacances en direct sur les réseaux sociaux. Une fonctionnalité très appréciée des jeunes passagers, qui peuvent ainsi rester scotchés à leur téléphone portable, même en pleine mer.

Il convient de noter qu’il existe également des postes informatiques permanents dans la bibliothèque, avec une imprimante qui, par ex. permet d’éditer les billets d’avion avant le départ.

Harmonie des mers (© : RCI)

Dans l’ensemble, le bilan des 10 jours passés à bord est très positif. L’Harmony of the Seas est un bateau à couper le souffle qui offre une multitude d’activités. La qualité de la nourriture, du service et des divertissements est très élevée, avec un personnel très professionnel, amical et serviable. C’est typiquement le cas des croisiéristes américains où, comme aux États-Unis, la notion de service est très élevée.

Comme nous l’avons vu, le plus grand paquebot du monde, malgré sa taille, est facile à vivre et très confortable. Grâce à sa masse, mais aussi à la présence d’ailettes stabilisatrices, ses mouvements sont la plupart du temps imperceptibles, tout comme les vibrations plus facilement ressenties sur les plus petits navires. De même, et c’est assez surprenant, la structure fonctionne en silence, surtout la nuit, lorsque le traditionnel grincement de la coque ne se fait pas entendre.

Une belle évolution, mais pas de révolution

Comparé à l’Oasis et à l’Allure, sur lesquels nous vous avions déjà embarqué, le nouveau vaisseau amiral de Royal Caribbean International est une évolution majeure. Sur le plan technique, les améliorations apportées par les chantiers navals de Saint-Nazaire sont importantes, mais assez invisibles pour les passagers. Côté parties communes, on assiste finalement à des évolutions assez importantes du décor et de certains espaces, avec de nouveaux bars, lounges et restaurants. Mais force est de reconnaître que si Harmony of the Seas est une évolution de ses aînés, il ne représente en rien une révolution pour les passagers qui connaissent les deux premiers navires. Si la plupart des nouveautés sont issues des innovations lancées avec la classe Quantum, seuls les toboggans, et plus précisément l’Ultimate Abyss, sont pour l’instant une toute nouvelle attraction.

Des prix raisonnablement élevés pour un produit de qualité

Concernant les prix, ils sont assez élevés par rapport à ce que proposent les compagnies européennes. RCI a pour politique de ne pas écouler ses croisières afin de maintenir un haut niveau de qualité qui a fait sa réputation. Le prix du tour est donc plus cher, mais il faut rappeler qu’il comprend de nombreuses activités gratuites, comme des spectacles de haut niveau et tout le matériel fourni (stage de surf, tyrolienne, toboggans, patinoire, salle de sport).

Hormis les formules de restauration libre, cependant, la facture peut vite grimper, d’autant que l’écart entre l’euro et le dollar (monnaie de bord) est actuellement très faible. Dans les restaurants à thème, avec une bouteille de vin, un couple se débrouillera facilement entre 150 et 200 dollars. Aussi, n’oubliez pas qu’un pourboire de 18% s’ajoute au prix des boissons indiquées sur les cartes, ce qui, par exemple, vous emmène un verre de vin au restaurant ou un cocktail dans un bar environ 14 jours.

Comme pour tous les navires Royal Caribbean, la langue officielle à bord du Harmony of the Seas est l’anglais. Cependant, l’effort est effectué dans d’autres langues en fonction des nationalités les plus présentes à bord. Par exemple, vous pouvez demander le journal de bord en français et dans les restaurants les menus traduits. Des services interactifs (bornes, cabine TV) proposent également le français. A la réception ou au bureau des excursions, il y a aussi du personnel multilingue en plus d’une hôtesse internationale. Le seul bémol lorsque nous étions à bord était que le système d’agenda et de réservation d’activités sur mobile ou aux iQ Stations n’était disponible qu’en anglais.

Une expérience à vivre au moins une fois

Au final donc, il ne faut pas avoir peur de la taille de ce navire, sauf bien sûr si vous êtes adepte des petits bateaux intimistes. Mais si vous aimez les gros paquebots modernes, il faut tenter l’aventure. L’Harmony of the Seas, de par sa taille, offre en effet des caractéristiques et des services uniques, et si ce navire est conçu comme un grand club de vacances pour toute la famille, le niveau de prix pratiqué et donc le maintien d’une haute qualité de produit l’empêchent de devenir un camping flottant.

En tout cas, c’est une expérience à vivre au moins une fois.