Idées cadeaux de Noël : notre sélection de livres pour tous les âges

Photo of author

Rédactrice passionnée qui a vécu dans plus de 25 pays toujours à la recherche de la dernière information.

Art de l’estampe : dessine-moi un Japon

Ces deux livres d’art illustrent deux éléments de la tradition japonaise avec des imprimés exquis au format accordéon. Le premier représente la Lune, objet de vénération au Pays du Soleil Levant. Un autre est un voyage sur le Kisokaido, une route alternative au Tokaido qui relie Edo, l’ancien Tokyo, à Kyoto, le long d’un itinéraire de près de 500 kilomètres. Cette route traversait les montagnes et était empruntée tous les deux ans pour le pèlerinage. Ces deux livres, à manier avec précaution, offrent aux ados et aux adultes une belle alternative au manga pour se familiariser avec l’univers graphique japonais.

« La Lune des grands maîtres de l’estampe japonaise » et « Les soixante-neuf stations de Kisokaido » d’Anne Sefrioui. Éditions Hazan, 186 pages, 29,95 euros, et 286 pages, 35 euros.

Voir l’article :
Au fil des ans, Noël est devenu la fête de la consommation…

Pilou se sent pousser des ailes

C’est une histoire de famille inspirée par la matriarche Andrée Chedid. Le poète avait écrit une histoire sur l’acceptation des différences pour les enfants dans les années 1970. Aujourd’hui, son fils, le chanteur Louis Chedid, et deux de ses petits-enfants, M et sa sœur Émilie, le remettent au goût du jour sur un ex-libris. Louis parle, Émilie illustre, tandis que M crée les trois titres originaux.

Pilou a de grandes oreilles, c’est pourquoi on se moque constamment de lui. Elle aimerait que ses cheveux poussent pour cacher ces bosses. Mais au contraire, ils grandissent pour lui permettre de voler plus vite que les oiseaux. Le bouc émissaire sent ses ailes grandir et assume enfin avec fierté la taille de son esgourde.

«  Grandes oreilles toutes oreilles  » d’Andrée Chedid, illustré par Émilie Chedid, narré par Louis Chedid, chanté par M, Wagram Books / Robert Laffont Publications, 22,90 €.

Livre d’or… et de lumière

Gustav Klimt a rapidement acquis une renommée au-delà des frontières de son Autriche natale. « En route ensemble… » nous emmène dans l’univers de ce peintre de la lumière, où s’entremêlent rêves et or, femmes alanguis et amoureuses. Nos bambins pourront découvrir des œuvres créées sous l’influence des impressionnistes français, mettant la nature à l’honneur. Ils voient également un baiser mémorable, qui a depuis été reporté indéfiniment.

« Sur la route avec… Gustav Klimt » de Didier Baraud et Christian Demilly. Ouvrages Hazan Jeunesse, 32 pages, 14,95 euros.

Le monde magique d’Hokusai

Hokusai et le Pays du Soleil Levant, où il est né en 1760, ne font qu’un. Le « vieux fou du dessin », comme il se surnommait, a signé d’innombrables œuvres au cours de ses 70 ans de carrière. Dessins et estampes extrêmement minutieux illustrant la vie quotidienne, « ce monde flottant », ainsi que la nature avec le mont Fuji sacré et la puissance des vagues avec de la mousse suspendue.

« Sur la route avec… Hokusai » de Didier Baraud et Christian Demilly. Ouvrages Hazan Jeunesse, 32 pages, 14,95 euros.

Une plongée dans l’écologie marine

Que se cache-t-il dans les profondeurs de l’océan ? Comment fonctionnent les organismes sous-marins ? Comment la lumière se diffuse-t-elle dans les eaux peu profondes ? Autant de questions résolues dans ce livre qui explique les phénomènes marins avec des schémas détaillés et de riches illustrations de poissons et autres crustacés… Le tout très clairement. Disponible à partir de 9 ans, ce livre sensibilise à l’écologie à travers des pages dédiées aux dangers des océans.

« Sous l’océan » d’Annika Siems et Wolfgang Dreyer. Édition Delachaux et Niestlé, 94 pages, 20 euros.

Des gadgets de légende et des super-héros

Quand on vous dit pois sauteurs, sapin de Noël, lunette astronomique, spaghettis, oeufs carrés… Qu’en pensez-vous ? « Gadget Pif » bien sûr ! «  Pif », hebdomadaire fondé par des résistants communistes en 1969, après « Vaillant », a secoué des générations entières (enfants comme parents) qui ont voulu découvrir chaque semaine les objets incroyables qui accompagnaient les histoires de ces héros : Rahan. , Docteur Justice… S’attardant sur l’histoire des gadgets, Rodolphe Massé retrace l’incroyable épopée de ce magazine qui a révolutionné le journalisme jeunesse, passant un peu trop vite, il faut le reconnaître, à l’engagement politique de ses créateurs qui ont quitté leur emploi. suivre la philosophie de cet hebdomadaire. Les fans de Cabot, créé par le républicain espagnol José Cabrero Arnal, se souviennent de bons souvenirs.

« Pif, la grande histoire des gadgets » de Rodolphe Massé. Éditions Huginn et Muninn, collection « Ptit Pop », 232 pages, 19,95 euros.

Toutes les couleurs du monde

Voici un alphabet qui séduira les petits comme les grands. Son auteur, Nicolas Martin, vous invite à (re)découvrir la palette des couleurs à travers les chefs-d’œuvre de la peinture de manière pédagogique et ludique. Une invitation à explorer les couleurs et l’art.

« Coloré » de Nicolas Martin. Publications Hazan Jeunesse, 64 pages, 18 euros. A partir de 3 ans.

LA CRÈME DES LIVRES DE CUISINE

Les bons plants, du pot à la poêle

Avez-vous un balcon ou une fenêtre uniquement pour faire pousser des fruits, des légumes ou des herbes ? Aucun problème. Aaron Bertelsen du jardin anglais de Great Dixter vous guide à chaque étape en détail. Semer, planter, éclaircir, arroser et pailler, drainer, récolter ne sont plus autant de secrets pour vous que vous ne pourrez plus dire que vous n’avez pas la main verte. En prime, vous trouverez des recettes sympas pour améliorer votre butin.

« Cultiver des fruits et légumes en pots » par Aaron Bertelsen. Éditions Phaidon 240 pages, 35 euros.

Voyage en douceur(s)

De la table familiale libanaise, Salma Hage a conservé le sens de la générosité. Les arômes de fleurs d’oranger et de roses s’échappent de ses souvenirs. Ses origines et ses rencontres avec des chefs du Moyen-Orient ont inspiré une collection de desserts où la douceur règne en maître. N’ayez pas peur de vous rendre service en mordant dans le sucre. Initiez-vous à ce kunaf des pâtisseries phares du Moyen-Orient. Confort et voyage sont garantis.

« Desserts du Moyen-Orient » de Salma Hage. Éditions Phaidon, 242 pages, 34,95 €

Toqués du biscuit

Dans « Ma petite biscuiterie » il flotte comme la douce odeur de l’enfance. Croquants, moelleux, fourrés aux fruits, fourrés ou secs, sucrés ou salés se déclinent à l’infini selon la saison, les goûts, l’âge et les préférences. Laissez-vous guider en cuisine : les chefs pâtissiers Christophe Felder et Camille Lesecq vous présentent 190 recettes simples et originales. Des instructions claires et pédagogiques, comme celles déjà présentes dans « Ma Petite Pâtisserie », vous permettront sûrement de réussir avec les cookies.

« Ma Petite Usine à Biscuits » de Christophe Felder et Camille Lesecq. Publications La Martinière, 384 pages, 35 euros.

Un duo qui dépoussière la gastronomie

Les grandes histoires gastronomiques commencent souvent par une rencontre. Le restaurant Septime, ouvert il y a dix ans à Paris, n’échappe pas à cette règle. La complicité de Bertrand Grébaut et Théophile Pourriat a insufflé une touche de modernité à la cuisine, que l’on retrouve jusque dans leurs assiettes.

Depuis, les deux compagnons ont ouvert Cave (vins), Clamato (poissons, fruits de mer) et la ferme D’une île, où la cueillette sauvage et végétale a bousculé les recettes traditionnelles. Le livre est dédié à l’amitié des producteurs, des pêcheurs, à la beauté de leur geste, à l’ingéniosité, à l’harmonie en cuisine, ainsi qu’à l’amour du bien…

« Septime, la cave, Clamato, Sur une île » de Théophile Pourriat et Bertrand Grébaut. Éditions Phaidon, 304 pages, 49,95 €.

100 recettes exquises du pays Basque

Avec « Basque » vous en avez pour les yeux et les papilles. D’abord, entrer dans la cuisine gourmande et généreuse du chef Pascal Arcé et ses 100 recettes, sublimées par les photographies de Louis Laurent Granddadam. Ce sont de vrais plats simples qui expriment la beauté du terroir. On salive rien qu’en imaginant les odeurs et les goûts réconfortants des pattes de cochon, axoa, chou farci au ttoro… Chaque page est un bonheur, car cette gastronomie est une communion de produits authentiques, les richesses de ce territoire : il y a les trésors du terroir et de la mer, l’odeur des épices, la puissance des fromages, la douceur des cerises d’Itxassou. Rien ne serait possible sans le savoir-faire et la passion des éleveurs et producteurs. « Pays Basque » est plus qu’un livre de cuisine, c’est tout un pays qui s’est réuni ici.

« Le Pays basque, un voyage gastronomique entre mer et montagne », par Pascal Arcé et Pierrick Jégu, photos de Louis Laurent Granddadam. Éditions de la Martinière, 408 pages, 45 euros.

Que de l’amour

C’est un coup de cœur de notre sélection de cadeaux. Pour fêter les 40 ans de Handicap International, la journaliste, auteure et chef lyonnaise Sonia Ezgulian a eu la brillante idée de compiler des recettes réalisées par des bénéficiaires de l’association qui apporte son aide dans plus de 60 pays. Nous savons que la cuisine rassemble les gens au-delà des différences et des préjugés. « Ces recettes partagées sont plus que des cadeaux, elles sont une collection des cuisines les plus pures, les plus fortes et les plus douces. Comme une mosaïque de vie qui défie les tragédies de ce monde, elles touchent nos cœurs », déclare à juste titre dans l’avant-propos le célèbre chef Olivier Roellinger, vous rencontrerez Mary Amir en Afghanistan et ses raviolis aux échalotes, Claudia Banze du Mozambique avec son velouté d’épinards coco et crabe, Javier Yony Loayza avec sa pelle de macho bolivien… Ce livre plein de tendresse a vu le jour grâce au crowdfunding .Pour chaque livre vendu, un euro est reversé à l’association.

« La Cuisine Partagée » de Sonia Ezgulian, avec Grégory Cuilleron, préface d’Olivier Roellinger. Éditions Flammarion, 184 pages, 25 euros.

PLAISIRS INSTANTANÉS

Le grand panorama du portrait

Dans ce livre, le spécialiste de l’art britannique Phillip Prodger, directeur du département de photographie de la National Portrait Gallery de Londres, parle de l’histoire fragmentée du portrait avec sa prétendue subjectivité. En huit chapitres, où il examine ce genre photographique dans une perspective thématique plutôt que chronologique, il évoque les recherches identitaires, le numérique, l’émotion, l’atelier, la recherche anthropologique, la mode, la scène, l’album de famille et la rue. la photographie. 250 photos complètent le texte dans une mise en page élégante et un travail de reprographie soigné. Comment cet art intime est-il devenu une pratique sociale démocratisée à l’ère du selfie ? Passant de pionniers en grands maîtres, de daguerréotypes en mèmes, il donne un début de réponse et signe une œuvre documentée et enrichissante.

« L’autre ego. Une histoire du portrait en photographie » de Phillip Prodger, traduit par Marie Delaby. Éditions texte, 256 pages, 55 euros.

La rue à l’assaut des galeries

Ecrit par deux spécialistes du graffiti de la collection de la créatrice de mode Agnès B., qui a ouvert sa Galerie du Jour au milieu des années 1980, ce livre magnifiquement conçu revient sur quatre décennies d’histoire du street art. Divisé en trois époques – 1984-2000, 2001-2008, 2009-2019 – richement illustré, il retrace l’évolution d’un mouvement qui jouit aujourd’hui d’une pleine citoyenneté.

« 40 ans de graffitis sur nos murs avec Agnès B. » de Karim Boukercha avec Gautier Bischoff. EditionsTextuel, 240 pages, 49 euros.

Depardon : zoom avant sur l’arrière-pays

En 2015, la compagnie pétrolière américaine a planifié le projet « Nant loa », qui a finalement abandonné l’extraction du gaz de schiste dans 280 communes occitanes. Cinq ans plus tard, Raymond Depardon décide de se rendre sur ce territoire. Un véritable portrait de la campagne française qui semble figé dans le temps. Ces photographies en noir et blanc révèlent en grand format des rues, des bistrots, des routes et des places de village. Il n’y a pas âme qui vive ici à l’exception de quelques silhouettes. Les photographies de Depardon sont accompagnées d’un texte analytique de Salomé Berlioux, auteur de deux livres sur la fracture territoriale.

« Communes » de Raymond Depardon. Fondation Cartier pour l’art contemporain, 128 pages, 45 euros.

Stupéfiante entomofaune

Désireux de s’affranchir de la description binaire qui les divise entre ravageurs et pollinisateurs, « Insectes Fantastiques », divisé en cinq chapitres, montre de nombreuses espèces. Des descriptions distillées par des entomologistes passionnés mettent en évidence des traits individuels, comme ce titan, un coléoptère d’une envergure supérieure à celle d’un moineau, que l’on peut voir en Guyane. Que dire des fulgors, dont la taille de la tête rivalise parfois avec celle du corps et peut faire penser à un reptile. Outre l’appel passionnant à comprendre ces créatures, les articles racontent pour chacun l’histoire de leur découverte, rendant hommage aux scientifiques qui ont permis de faire avancer les connaissances. Sans cacher vos limites. C’est le cas, par exemple, du record de vitesse de vol, dont la complexité de la collecte des données suggère que l’espèce est plus rapide que le détenteur officiel, le grillon du désert.

« Les Insectes Fantastiques » de Denis Richard et Pierre-Olivier Maquart. Édition Delachaux et Niestlé, 242 pages, 32 euros.

Dans les plumes

Oeuvre luxueuse qui prétend célébrer la beauté des oiseaux et la magie qu’ils évoquent, « Oiseaux » confronte leurs représentations artistiques, scientifiques ou symboliques. Toutes les reproductions sélectionnées occupent une page, créant l’effet de contrastes ou de correspondances parfois inattendues. Il faut dire qu’en réunissant dans un même livre les visions de dizaines d’artistes comme Frida Kahlo, Alfred Hitchcock, Banksy ou Rosa Bonheur et les visions d’anonymes avec un texte qui explique, décrypte ou contextualise, le projet a quelque chose pour surprendre et attirer. « Birds » scientifique et fascinant est le cadeau parfait pour tous les amoureux des mammifères volants. Ou du moins ailé.

« Oiseaux. Exploration du monde ailé », collectif.Éditions Phaidon, 352 pages, 49,95 euros.

New York hors du temps

La monographie publiée au Japon pour l’exposition consacrée au photographe Saul Leiter est accompagnée de citations de l’artiste. « Forever Saul Leiter » dépeint New York d’une autre époque en images. Avec ses photographies aériennes, qui visent à capter des moments de vie et d’intimité, Leiter plonge le lecteur dans un environnement vivant, réel, non esthétique.

« Pour toujours Saül Leiter ». Éditions texte, 308 pages, 35 euros.

TRAITS ENGAGÉS

Diglee s’empare des poétesses

Maureen Wingrove alias Diglee est une auteure de bandes dessinées et de romans. Elle est aussi passionnée de poésie et féministe.

Dans cette anthologie unique, divisée en chapitres thématiques, elle vous invite à découvrir les vers de 50 poétesses des XIXe, XXe et XXIe siècles, présentés dans une mini-biographie illustrée de ses propres dessins.

« I Am Fire » de Diglee, traduit par Clémentine Beauvais. Editions La ville brûle, 336 pages, 29 euros.

Le Chili de mon enfance

La frivolité de Rosalinda a été brisée en septembre 1973. Une fillette de 10 ans qui avait fait de l’endroit un refuge pour ses jeux et ses rêves a ensuite vu son beau Chili tomber sous contrôle militaire après un coup d’État. Peur, angoisse, exil en France et refuge au théâtre… L’emprisonnement a fait ressurgir des souvenirs tendres et déchirants. L’histoire autobiographique de l’actrice Marcela Paz Obregon est un puzzle de mémoire réalisé par Patrick Bonjour et ses illustrations débordantes de sensibilité. En touchant.

« Ma place » de Marcela Paz Obregon et Patrick Bonjour. Éditions Silk Road, 96 pages, 26 euros.

Vie de Madeleine Riffaud, en attendant les livres d’histoire… la BD !

C’est l’histoire d’une jeune femme aujourd’hui presque centenaire qui refuse toujours de se laisser compter. L’ex-journaliste de l’Humanité Madeleine Riffaud en a vu d’autres, et quand le scénariste Jean-David Morvan lui propose de retracer l’existence de la BD, le nonagénaire l’envoie faire un petit tour… Avant d’être convaincu. Madeleine Riffaud est définitivement un personnage de roman. Mais il ne veut pas se montrer. L’insistance de Raymond Aubrac l’avait déjà obligé à accepter d’admettre ses activités dans la résistance. Dans ce premier volet de la trilogie, Madeleine raconte son enfance dans une région encore meurtrie par la Première Guerre mondiale. Puis la catastrophe frappe. Dès l’âge de 16 ans, un adolescent entre dans la lutte contre l’occupant nazi dans une histoire qui s’autorise des allers-retours avec le présent. Le dessin révèle le trait exact de Dominique Bertail dans un sublime bicolore. Une importante œuvre commémorative qui vient de remporter le prix René-Goscinny.

« Madeleine résistante. Tome 1. La Rose dégoupillée », par Jean-David Morvan, Dominique Bertail et Madeleine Riffaud. Publications Dupuis, col. « Air libre », 128 pages, 23,50 euros.

Charlie et ses drôles de dames

« Charlie Hebdo libère les femmes. Un titre qui ressemble à un slogan publicitaire pour un journal pas vraiment connu pour son féminisme. Et pourtant le canard satirique s’est attaché très tôt à cette question. C’est ce que tente cet ouvrage passionnant, découpé en chapitres thématiques. Les textes et dessins rappellent depuis un demi-siècle l’importance du droit à l’avortement, aux contraceptifs, au couple ou à la religion (et autres).

« Charlie Hebdo libère les femmes ». Éditions Les Échappés, 328 pages, 39 €.

AU PANTHÉON DU ROCK

Dans l’intimité des Beatles : le trésor retrouvé

« Get Back » est le nom du projet pour lequel les Beatles retournent en studio à Londres en janvier 1969. Mais les enregistrements sont abandonnés pour se retrouver un peu plus tard, sur leur dernier album, Abbey Road. Aujourd’hui, c’est un livre composé de textes et de superbes images. Outre une introduction passionnante qui nous replonge dans le contexte d’une époque d’une richesse musicale, artistique et sociale sans pareille, ce sont justement les dialogues enregistrés et retranscrits entre les Fab Four qui nous dévoilent l’union encore quasi sacrée de ces quatre créateurs. de génie. . Non, ils ne sont pas encore en instance de divorce, mais dans une phase de création où l’humour et les questions nous offrent cette incroyable opportunité de participer à leurs sessions d’enregistrement cinquante ans plus tard. Qu’est-ce que c’est bon de jouer avec des petites souris !

« Les Beatles : Reviens ». Éditions Seghers, 238 pages, 39,90 euros.

L’Amy prodigieuse

Sa carrière fut immense, durant moins de dix ans. L’étoile montante du jazz Amy Winehouse, décédée en 2011 à l’âge de 27 ans, a encore célébré la planète pop avec son ton de stentor de pierre, sa personnalité et ses looks extraordinaires. Elle sort au grand public sur son deuxième album, Back to Black, dont le titre accrocheur est Rehab, l’un des meilleurs de la décennie. Il évoquait sans filtre ses addictions et ses épreuves sentimentales.

Dans ce livre hommage, écrit sous la direction de ses amies la styliste Naomi Parry, des amis proches témoignent. Mais surtout, les belles photographies qui évoquent son charisme pictural et son attitude punk dans un magnifique modèle font de ce très beau livre une réussite.

« Amy Winehouse, Flash Black », édité par Naomi Parry. Éditions de La Martinière, 288 pages, 34,90 €.

Sur la route de Monsieur Eddy

Eddy était bon, a toujours été bon, est toujours bon. Probablement le seul vrai rocker des années 1960 à nos jours. Ce livre, De Belleville à Nashville, couvre toute la carrière d’Eddy Mitchell. Rien n’est mis de côté. De Golf-Drouot en chaussettes noires à l’Olympia en passant par Bercy, ses enregistrements à Muscle Shoals ou en Californie, sa passion pour la country et le cinéma, Claude Moine s’affiche pour notre plus grand plaisir. Un vrai livre pour les fans de toujours.

« Eddy Mitchell, De Belleville à Nashville » de Jean-Pierre Brieu. Éditions Robert Laffont, 239 pages, 39 euros.

Chanson, rock, rap, jazz… Découvrez tous nos articles dans notre rubrique musique !

La sélection a été faite par : Valentin Bordenave, Cathy Dos Santos, Michaël Mélinard et Éric Serres.

À Lire  Comment faire des économies à Noël ?