Il y a encore de bonnes personnes | La presse

Photo of author

Rédactrice passionnée qui a vécu dans plus de 25 pays toujours à la recherche de la dernière information.

L’histoire de Shawn Burnett est l’histoire d’un jeune de 18 ans qui a perdu l’usage de ses deux jambes après avoir mal atterri en parachutisme.

C’était le 6 juin 2021, à Farnham. Le jour de l’anniversaire de son ami, Shawn allait faire son premier saut en parachute.

Statistiquement, la plongée est sans danger. Bien que, comme l’a dit le père de Shawn, Mike, les jeux impliquent ce fait incontournable : vous devez vous mettre à l’extérieur d’un avion en vol.

Il y avait cinq sauteurs dans l’équipe, dont Dania, 17 ans, la sœur de Shawn. Il était le dernier du groupe à sauter de l’avion. Mike était avec sa petite amie Caroline, la mère des enfants.

Ils regardèrent le ciel, l’avion largua cinq points bleus : Shawn, Dania et leurs trois amis. Un, deux, trois, quatre et cinq parachutes ouverts.

Mike pensa en levant les yeux vers le ciel où flottaient ses deux enfants, « Ouf, ils sont tirés d’affaire maintenant… »

Mais les statistiques sont claires : la plupart des accidents se produisent dans le ciel.

Et ce jour-là, le 6 juin 2021, une belle journée, chaude et humide, ciel sans nuage comme l’avenir peut l’être quand on a 18 ans, juste au moment où le tandem de Shawn et des profs s’est approché du sol, les courants bouleversé l’atterrissage des deux hommes. . Mauvaise réception, atterrissage très difficile.

Après le choc, au sol, Shawn ne sent plus ses jambes. C’était grave, tout le monde le savait à l’époque.

Les premiers mots de Shawn ? « Je suis meilleur que Dania. » »

Une ambulance a emmené Shawn à l’Hôpital général de Montréal. La chirurgie d’urgence n’y a rien changé : il était paralysé, sa colonne vertébrale était touchée.

Vous avez 18 ans, la vie est devant vous. Deux semaines avant le saut, tes parents ont loué ta maison à Laval pour que tu puisses entrer à l’Institut de protection contre les incendies du Québec (IPIQ), dernière étape avant de réaliser ton rêve : devenir pompier.

Tu as 18 ans, la vie est devant toi, tu es une boule d’énergie, sportive, tu manges. La vie est aussi belle que ce jour du 6 juin 2021. Mais c’est cette belle journée qui entraînera des jours, des semaines et des mois brumeux.

À l’Hôpital général de Montréal, sans morphine, Shawn alterne entre sommeil et éveil.

Il s’est réveillé, il a pleuré. Il me regardait, « Maman, ma vie est finie. » Et il s’est endormi en pleurant…

Mike et Caroline s’occupaient de Shawn. Premiers jours, Hôpital général de Montréal, puis Institut de réadaptation Lindsay-Gingras. Chaque jour, ils voyageaient de McMasterville à Montréal.

Hospitalisé, Shawn a lutté contre la rate et a connu les hauts et les bas d’une vie brutalement modifiée. Dans une interview avec lui, il se remémore ces temps-là, le brouillard du passé. Peur aussi. Et désespéré : « Si je pouvais atteindre la fenêtre du 12e étage de l’hôpital, me dit-il, je descendrais en courant… »

L’histoire de Shawn Burnett est donc l’histoire d’un jeune homme de 18 ans dont la vie a été bouleversée.

Mais c’est là que l’histoire de Shawn Burnett devient si belle. C’est là que la lumière commencera à briller.

Alors Shawn est toujours alité, nous sommes en juin 2021. Autour de lui, ses proches ne veulent pas qu’il se décourage. Les gens travaillent pour faire connaître l’histoire de Shawn, pour faire passer des messages d’encouragement.

Son histoire a été partagée par plusieurs personnes, dont Martin Gendron, un ami de la famille qui a été particulièrement mis au défi.

Shawn a commencé à recevoir des dizaines, puis des centaines de messages d’encouragement. Son histoire choquante devient virale. Il y a quelque chose en lui qui lui donne de la force. Le brouillard entoure toujours Shawn et sa famille, mais chaque message d’encouragement agit comme un rayon de soleil pour lui.

Les parents de Shawn sont encore sous le choc. Ils souffrent avec lui – ils souhaitent pouvoir souffrir à sa place – ils pleurent silencieusement les chances qui ne se produiront pas. Caroline et Mike ont du mal à penser « après » : adapter un logement pour un adulte en fauteuil roulant, par exemple.

Mike : « Je n’ai jamais eu la même douleur. J’étais recroquevillé dans un coin, à pleurer. »

La vague d’amour numérique devient de plus en plus grande. Des milliers de messages ont commencé à inonder le message Facebook de Shawn : « Je suis content de ne pas être seul », a-t-il déclaré, un an plus tard.

Un ami de la famille a lancé une campagne de financement pour couvrir les frais de cette nouvelle vie adaptée. Car s’adapter à un foyer pour personne handicapée est difficile. Et c’est cher.

Mais là, le feu a déclenché, si vous voulez, un des mystères de la nature humaine : des entrepreneurs en construction sont venus à la maison Laberge-Burnett, des plombiers, des électriciens, des bétonniers. Des dizaines de personnes se sont rassemblées pour préparer l’adaptation de la maison, le retour de Shawn, le début de sa nouvelle vie en donnant du temps, des biens et de l’argent. Ça venait de partout.

Mike : « De juillet à décembre, la chaîne conjointe a été incroyable. Nous savons que nous avons de la chance. Nous… »

« … nous savons que tout le monde n’a pas cette chance. »

Cette vague de solidarité a été déclenchée par Mike Burnett. Il sentait qu’il le vivait : avait-il, avant, le souffle généreux des autres, avant l’accident de Shawn ? « Je me demande si, en dehors de ma famille, j’ai donné assez aux autres. Probablement pas. Je suis désolé de ne pas avoir pris le temps. Les gens qui nous ont aidés sont allés au-delà de leurs besoins… »

Un autre chat griffe la gorge du père de famille.

La gentillesse des gens… Je n’arrive pas à y croire.

J’ai parcouru les mots de Mike en silence à la recherche d’un slogan pour correspondre à l’unité décrite par Shawn, Caroline et Mike…

Coudonc, c’est quoi encore cette expression ? Mike m’a battu quand il a dit : « Il y a encore beaucoup de bonnes personnes là-bas.

En cure de désintoxication, Shawn a eu du mal, mais il a également été submergé de messages d’encouragement, des milliers de messages d’encouragement d’inconnus qui ont été touchés par son histoire. Parmi eux, des personnes handicapées, comme Shawn, ont écrit : Vous adorez le hockey. Connaissez-vous le jeu de hockey?

C’est du hockey, de la luge. On joue assis, en poussant des bâtons ensemble.

Le reste, eh bien, c’est du hockey…

Eh bien, moins d’un an après son accident, Shawn est devenu l’un des meilleurs joueurs de hockey : il fait partie de l’équipe de hockey du Québec, qui a remporté le championnat canadien en juin. Shawn a trouvé le para-hockey une passion, et ses parents ont trouvé une communauté de soutien.

La bonne nouvelle : Shawn a été invité au camp de sélection d’Équipe Canada, qui aura lieu dans deux semaines à Calgary.

Les parents de Shawn ont mille remerciements à offrir. Ils m’ont demandé d’énumérer quelques choses, s’excusant s’ils avaient oublié des noms.

Leur famille élargie, leurs amis, Sarah-Eve (amie de Shawn), les Habitations Raymond Guay & Ses partenaires et fournisseurs, André Joseph et Martin Lepage ainsi que les conseils de compétition organisés par ces deux joueurs, Luc Meloche et Cantine La Fringale, les donateurs GoFundMe, les voisins, les collègues, le milieu du hockey et les pompiers s’éteignent…

Caroline observe : « Il faut un village pour s’occuper d’un enfant. »

Et Shawn, le vrai et vrai villageois a répondu. Facebook n’est pas seulement moche.

Le matin de notre entretien, Shawn changeait lui-même l’échappement de sa voiture, avec l’aide de son père, qui déplaçait la brouette que Shawn avait sous la voiture.

Mais mettez le mot entre guillemets. Disons que Shawn est « bon ».

« C’est toujours cr… de m…, ce à quoi il a affaire », a déclaré Mike Burnett. Ça change la vie. »

Après l’interview, nous marchions tous vers le parking, et je pensais que cette vie est poussée par le vent. Peu importe, dans la vie, parfois. En regardant Shawn rouler courageusement devant nous, le dos bien droit, j’ai pensé à cette chanson de John Lennon, celle sur la vie qui ne marche pas toujours avec nos projets…

Avant de prendre la route

Tiens ma main

La vie est ce qui vous arrive lorsque vous êtes occupé à faire d’autres projets

J’ai salué Shawn, Mike et Caroline en me demandant : bonjour, quel est le nom de cette chanson où Lennon évoque cette femelle chien de vie qui met parfois les pieds dans nos réalités ?

À Lire  Qui est ce Suédois de 100 ans qui a battu le record du monde de parachutisme ?