Ils parcourent la France en camping-car pour sensibiliser au sort des personnes âgées

Photo of author
Written By Sophie Ledont

Rédactrice passionnée qui a vécu dans plus de 25 pays toujours à la recherche de la dernière information.

Après avoir voyagé en France en camping-car avec sa grand-mère de 103 ans, elle raconte son histoire et souhaite sensibiliser à la condition de nos personnes âgées.

« Mamie part en vadrouille » est le prénom choisi par Fiona Lauriol en l’honneur de sa grand-mère. A partir du 18 mai 2022, la famille Lauriol sillonnera les villes de France en camping-car pendant un an. Leur objectif : raconter l’histoire de Fiona et de sa grand-mère, « Mamie », et sensibiliser à la condition des personnes âgées.

>> À LIRE AUSSI : Noël : Les Petits Frères des Pauvres et le Coeur de Football de Toulouse main dans la main pour les seniors

 L’histoire d’une famille fâchée

L’histoire « Grandma Goes Free » fait, après tout, partie de relations familiales compliquées. Fiona Lauriol le raconte pour L’Opinion Indépendante. La grand-mère de Fiona est née en 1917 en Italie. Elle est arrivée à Paris à 35 ans en tant qu’immigrée, et comme l’explique sa petite-fille, elle était très sédentaire. Quand Fiona a 15 ans, grand-mère veut marier sa petite-fille au petit-fils de son meilleur ami. Mais la jeune fille refuse et la grand-mère décide alors de fermer la porte à une partie de sa famille pendant quelques années.

De son côté, Fiona a voyagé toute sa vie, même ses parents sont ceux qui lui enseignent. Il ne voit sa grand-mère que très rarement. Mais tout change lorsqu’elle apprend que sa grand-mère de 100 ans n’a plus qu’une semaine à vivre. « Je me suis mis à sa place et je me suis demandé, est-ce que j’aimerais mourir seul loin de tout le monde ou être entouré de ma famille ? Je suis vite allé la chercher ». L’accueil que lui a réservé sa grand-mère l’a marquée, et surtout cette phrase : « Ah, c’est une vilaine vieille qui vient me chercher ».

A voir aussi :
Dans le cadre du projet Erasmus+, sept étudiants et deux professeurs du…

Envie de voyager

Mais malgré cela, Fiona récupère sa grand-mère et la ramène en Vendée avec elle. Pendant six mois, elle décide d’arrêter de prendre les médicaments de sa grand-mère et de l’aider à reprendre des forces. « Elle a perdu 15 kilos », raconte Fiona. Puis un jour il remarque :

Alors Fiona a une idée : lui proposer un voyage en camping-car. « C’était drôle parce qu’elle ne savait pas ce qu’était un camping-car. Puis je lui ai dit que c’était une petite maison sur roues qui pouvait l’emmener où elle voulait. » Du fait des convictions de sa grand-mère, Fiona lui projette alors un itinéraire qu’elle affectionne : Lourdes, la Côte-d’Azur et sa ville natale en Italie. Au début, ses parents pensaient qu’elle était folle, et sa petite-fille parvient à les convaincre de les suivre dans un van aménagé.

« Les voyages sont faits d’imprévus »

Malheureusement, ce premier voyage ne se passe pas selon leurs souhaits. Arrivé à Lourdes, l’aventure se termine brusquement. « Elle est tombée du lit à 2h du matin. Ils ont dû la précipiter aux urgences avec huit points de suture », raconte Fiona. De retour à la maison, la petite-fille pense que sa grand-mère ne sera plus jamais prête à voyager. « Ça y est ! Je me suis reposé, on recommence quand ? », lui ont dit sa grand-mère le lendemain de son retour en Vendée.

Ils ont donc commencé de janvier 2019 jusqu’à fin juin 2020. Pendant tout ce temps, la famille Lauriol a voyagé et découvert l’Espagne et la côte méditerranéenne. « Elle a assisté à sa première semaine sainte, elle a chanté avec des musiciens de rue à Almeria, elle a assisté au tournage d’une série espagnole sur une plage isolée, on a chassé des voleurs de fauteuils roulants, elle a croisé un homme nu sur la plage… » raconte Fiona.

À Lire  EN IMAGES, EN IMAGES. Découvrez le camp d'été sur l'île de loisirs de Cergy-Pontoise

Lors du premier accouchement, deux femmes se retrouvent incarcérées dans un camp de réfugiés pandémiques au Belux près de Valence, « pour deux longs mois ». Ils rentrent ensuite en France en juin. « Elle a décidé de faire de tous les pays un « c’est-à-dire » comme l’Italie, la Roumanie ou la Russie », s’amuse la jeune femme.

Le voyage s’arrête

Les voici de nouveau sur les routes. Mais deux jours plus tard, la santé de la grand-mère se détériore. « Quand elle s’est réveillée, elle n’avait plus de force. J’ai donc appelé le SAMU et ils l’ont mise sous ventilateur. Pour moi, ma grand-mère est une battante et je ne voulais pas entendre ce qu’ils me disaient », raconte Fiona. avec émotion.

En pleine pandémie, elle ne pouvait pas rester avec sa grand-mère à l’hôpital. Le lendemain, sa grand-mère l’accueille avec « Baiser, baiser, baiser, baiser ». Le lien s’est renforcé entre les deux femmes, « ça ne vous dit rien, mais cette réaction a été très forte pour moi », explique la jeune femme. Mais pour la grand-mère, le voyage est terminé. « Elle est décédée dans son sommeil avec un grand sourire et des yeux brillants le 29 juin 2020 à l’âge de 103 ans, trois mois et trois jours », raconte Fiona.

Un livre et une histoire qui parlent aux gens

En disant au revoir à sa grand-mère, la jeune femme promet de raconter son histoire. Elle a ensuite pris le temps d’écrire un carnet de notes de voyage. « 101 ans, grand-mère se libère », après le « buzz » de son histoire, s’est déjà vendu à plus de 15 000 exemplaires. Le succès du livre est tel qu’une adaptation cinématographique est en cours de discussion. A savoir qu’il a été traduit en italien, et il sera probablement traduit en allemand, portugais, espagnol…

L’histoire était si grande que certaines personnes sont venues interroger la famille Lauriol sur la condition des personnes âgées. Un mot qui ne plaît pas à la famille. Fiona a inventé un mot nouveau et passionnant : arthrolescents. « C’est un mélange d’arthrose des personnes âgées et d’adolescence car elles ont certains traits qui se rapprochent des attitudes des adolescents », plaisante Fiona.

Un tour de France en camping-car

C’est alors qu’est né le projet de faire le tour de France avec ses parents en camping-car. Objectif : « Alerter sur l’isolement de nos aînés et changer le regard des gens sur le monde de la vieillesse ». Après un an de réunion dans les villes de France, la famille Lauriol est attendue à l’Assemblée nationale à la mi-juin pour présenter un rapport et porter les idées locales au niveau national.

« Je fais tout avec mes fonds propres car je veux montrer au pays que quand on veut redonner de l’humanité à notre société, ce n’est pas une question d’argent », explique Fiona. Ainsi à partir du 18 mai 2022, Fiona est sur les routes de France avec « petit papa et maman ». Puis ils vont à la rencontre des institutions et des collectivités. Comme dans le Tarn-et-Garonne, où la famille retrouvera les Montalbanais ce vendredi 20 janvier. Le rendez-vous est donné sur Mémo à 17h.

Un passage vers la Haute-Garonne est également prévu. Le camping-car atterrira à Frouzins, au sud de Toulouse, à partir du 28 janvier 2023. Au cours des jours suivants, la famille rencontrera des institutions comme la résidence Les bastides de Lardenne à Toulouse le 30 janvier à partir de 15 heures. Les dates sont les suivantes :

D’autres dates pourraient être ajoutées car la famille attend les réponses des différentes administrations. Ainsi qu’à Gaillac, dans le Tarn, où la nomination devrait être annoncée dans les prochains mois.

>> LIRE AUSSI : Une association à Toulouse veut rapprocher étudiants et personnes âgées