Immobile. Les célèbres Maisons Phénix trouveront-elles preneur ?

Photo of author
Written By Sophie Ledont

Rédactrice passionnée qui a vécu dans plus de 25 pays toujours à la recherche de la dernière information.

Il y a quelques jours, le constructeur Geoxia, propriétaire entre autres des Maisons Phénix, a été placé en redressement judiciaire. Les repreneurs avaient jusqu’au 10 juin pour se faire connaître. Retour sur l’histoire de cette marque qui fut le symbole de l’accession à la propriété pour les ménages modestes.

Son ambition est de permettre au plus grand nombre de devenir propriétaires. En 1946, Maisons Phénix révolutionne le marché de l’habitation, en proposant un modèle standardisé de maison individuelle en acier et béton, grâce au procédé mis au point par la Fédération des industries britanniques. A l’époque, la marque entendait faciliter la reconstruction de la France après-guerre avec un concept innovant : une maison rapide et peu coûteuse à construire, avec des éléments produits en usine avant d’être assemblés sur le site choisi.

Dans les années 1960, le temps de fabrication des éléments d’une maison de 80 m2 est divisé par deux. De nombreux Français de la classe moyenne ont ainsi pu accéder à la propriété en achetant l’un des 450 000 pavillons Phénix vendus en 76 ans.

Procédure de redressement judiciaire

Procédure de redressement judiciaire

Mais le succès a fait place à la tourmente. Depuis le 24 mai 2022, l’entreprise de construction et de rénovation de maisons unifamiliales Geoxia (propriétaire des enseignes Maison Phénix, Maison Familiale, Maison Castor, Phénix Évolution et Évolutiv’Habitat) est en redressement judiciaire. Le tribunal de commerce de Nanterre (Hauts-de-Seine) a ouvert un délai d’observation expirant le 24 novembre 2022.

Depuis l’arrêt des paiements le 31 mars, les 1 800 chantiers en cours ont été suspendus ou ralentis, mettant de nombreuses familles en difficulté. L’entreprise espère que la notoriété de ses marques lui permettra d’avoir des offres de reprises. « Les administrateurs judiciaires poursuivent le processus de recherche d’un repreneur engagé depuis plusieurs mois. L’objectif est la vente de l’entreprise d’ici l’été », a précisé dans un communiqué le groupe selon lequel « des intérêts ont déjà été exprimés ». La date de dépôt des offres a été fixée au vendredi 10 juin 2022 à 18 heures.

À Lire  Immobilier. Contrat de construction de maison individuelle : attention aux pratiques abusives

Ceci pourrez vous intéresser :
Si vous avez décidé d’effectuer des réparations majeures dans votre maison ou…

Difficultés liées à la crise sanitaire puis la guerre en Ukraine

Difficultés liées à la crise sanitaire puis la guerre en Ukraine

Qu’est-il arrivé à Geoxia, 1 150 salariés et 252 millions d’euros de chiffre d’affaires en 2021 ? L’appétit des Français pour les pavillons avec jardin n’a pas faibli. Mais ces derniers mois, le secteur de la construction de maisons unifamiliales a dû faire face à une hausse des coûts due à l’entrée en vigueur de nouvelles règles environnementales, à l’augmentation des prix des terrains, à de fortes tensions dans l’approvisionnement en matériaux liées à la guerre en Ukraine qui est également faire grimper les coûts énergétiques…

Alors que de nombreux chantiers se sont retrouvés à l’arrêt pendant la crise sanitaire, Geoxia estime également « ne pas avoir obtenu de prêt garanti par l’Etat alors qu’elle y était éligible ».

Déjà une restructuration en 2009

Déjà une restructuration en 2009

Contrairement à ses concurrents, qui font généralement appel à des sous-traitants pour réaliser les travaux, le modèle de Geoxia – qui dispose de ses propres usines et ouvriers – lui impose des coûts fixes importants. En 2009, celle qui était alors le leader français de la construction de maisons individuelles et employait 3.000 salariés pour 700 millions d’euros de chiffre d’affaires, avait déjà dû se restructurer.

Alourdi par la crise financière de 2008, il avait été vendu par les salariés de l’entreprise qui l’avait repris en 2006 avec un montage basé sur une forte dette, au fonds d’investissement LBO France.