Indépendants : ce qui change la séparation du patrimoine personnel et professionnel

Photo of author
Written By Sophie Ledont

Rédactrice passionnée qui a vécu dans plus de 25 pays toujours à la recherche de la dernière information.

Cadre juridique pour

entrepreneur indépendant

Une frontière floue entre les patrimoines

Une frontière floue entre les patrimoines

changements avec effet immédiat le 14 mai 2022. La loi sur l’activité professionnelle indépendante, publiée au Journal officiel le 15 février 2022, crée un statut unique qui séparera les actifs personnels et professionnels. Au total, 3,6 millions d’indépendants sont concernés.

artisans, commerçants,

micro-entrepreneurs

Indépendants, avocats ou agriculteurs, tous ceux qui dirigent un entrepreneur indépendant recevront automatiquement deux actifs, sans effectuer aucune démarche administrative. Jusque-là, patrimoine professionnel et patrimoine personnel se confondaient. La loi définit désormais la notion de fonds professionnel dans un nouvel article du Code de commerce (L526-22). Il s’agit des biens exclusivement utiles à l’exercice d’une activité professionnelle indépendante et des dettes de cotisations sociales qui naissent de l’exercice de l’activité.

Lire aussi :
Ce que Jacques Leroy, avocat, explique en détail sur la nature juridique…

Seules les nouvelles créances sont concernées

Seules les nouvelles créances sont concernées

La définition de la richesse personnelle est plus complexe. Avant l’entrée en vigueur du statut unique, la résidence principale d’un entrepreneur individuel pouvait être protégée des créanciers professionnels

en cas de faillite

, par la déclaration de non-confiscation. La nouvelle loi étend cette protection. Les établissements bancaires ne pourront plus saisir les biens personnels d’un opérateur particulier, qu’il s’agisse d’un bien immobilier, d’un bien meuble, d’une voiture, de titres pouvant être détenus sur un compte hérité ou encore d’argent déposé sur un compte bancaire personnel », explique avocat Jacques-Henry de Bourmont, associé en droit fiscal chez Jeantet.

Ce principe ne pourrait être remis en cause qu’en cas d’utilisation professionnelle de ce bien mobilier. « La frontière entre les deux héritages est assez floue. En toute logique, une voiture, un ordinateur, un bureau dans une résidence secondaire utilisé dans un cadre professionnel pourraient être saisis par des établissements bancaires », explique Jacques-Henry de Bourmont.

À Lire  Le nouveau régime de l'EI vient d'émerger : exploitez ses atouts !

Qui peut choisir le statut de l’EIRL ?

Qui peut choisir le statut de l'EIRL ?

Cependant, la loi prévoit deux exceptions. Le premier concerne les dettes sociales et fiscales. Ces dettes sont bien des actifs professionnels, sauf en cas de fraude fiscale ou de non-paiement des prestations sociales et des impôts. dans ce cas, les biens personnels de l’entrepreneur peuvent être engagés. « L’administration fiscale et/ou sociale pourra saisir l’ensemble du patrimoine de l’entrepreneur individuel pour récupérer l’impôt sur le revenu, les cotisations sociales et la taxe foncière », explique avocate Laetitia Ternisien, associée en droit social du cabinet Jeantet.

Autre exception : un entrepreneur peut renoncer volontairement à l’exemption de saisie de son domicile et de ses biens personnels, lors de la souscription d’un emprunt auprès d’une banque ou d’un notaire public. « Cela permettra aux indépendants d’offrir plus de garanties aux banques et d’obtenir des montants de prêts plus importants, comme cela peut être le cas dans les entreprises », a déclaré Jacques-Henry de Bourmont.

Qui peut créer une EIRL ?

Ce statut unique est cependant toujours différent du statut de l’entreprise,

Pourquoi ne pas être auto-entrepreneur ?

Pourquoi ne pas être auto-entrepreneur ?

SARL ou SAS

. La création d’une société crée une personne morale juridiquement distincte du dirigeant. La responsabilité individuelle est limitée aux apports en capital. « En société, il est également possible de séparer certains actifs, dont les bâtiments, et ainsi de gérer son niveau de responsabilité. Dans le cas d’un entrepreneur individuel, même s’il dispose de deux actifs, les créanciers pourront toujours saisir tous les actifs professionnels », explique Pascal Rousseau, conseiller fiscal de Cerfrance Poitou-Charentes.

Pourquoi ne pas choisir la Micro-entreprise ?

La différence ne s’arrête pas là. Dans l’entreprise, il est possible d’ouvrir des capitaux pour rechercher des financements, ce qui n’est pas le cas dans les métiers, et ainsi limiter le recours à l’endettement bancaire. Autre grande différence : un manager peut bénéficier du statut de salarié assimilé en SAS. « Dans un entrepreneur individuel, le dirigeant est forcément un travailleur indépendant », conclut Pascal Rousseau.