Infirmière principale en exercice : leur activité est appréciée !

Photo of author
Written By Sophie Ledont

Rédactrice passionnée qui a vécu dans plus de 25 pays toujours à la recherche de la dernière information.

Un avenant favorise l’activité des infirmières en pratique avancée, qui ont élargi leurs compétences pour le traitement de certaines pathologies chroniques. Un signal positif au vu des besoins croissants, notamment dans les déserts médicaux.

Handicap.fr est gratuit, aidez-nous à le maintenir. Soutenez-nous !

Des infirmiers hypercompétents pour faire face à la pénurie de médecins et assurer le suivi des patients, telle est l’ambition du métier d’infirmier de pratique avancée (IPA) qui a vu le jour en 2018 (article en lien ci-dessous). Nouvelle étape le 27 juillet 2022 avec la signature* de l’avenant n°9 à la Convention Nationale des Infirmiers Libéraux qui vise à « favoriser la libre pratique des infirmiers en pratique avancée ». Il entrera en vigueur le lendemain de sa publication au Journal officiel, prévue fin septembre/début octobre 2022.

Des évolutions significatives

Des évolutions significatives

Cet amendement propose une « modification significative du modèle de rémunération des AIP pour favoriser l’adoption de ce nouveau métier en ville et contribuer à améliorer l’offre de soins dans les quartiers », selon l’Assurance maladie. Cet accord augmente ainsi de plus de 20% les forfaits de soins existants pour les patients confiés par le médecin pour un suivi régulier et permet désormais une prise en charge ponctuelle des nouveaux patients, à la demande du professionnel de santé. Les forfaits sont également déterminés en fonction du type de patient. Par ailleurs, l’accompagnement avant le démarrage de l’activité en tant que libéral est également étendu à tous les IAP ; son montant a été majoré (porté à 40 000 euros) en cas de placement en zone à sous-densité médicale. Enfin, la convention prévoit une aide mensuelle qui sera versée au tuteur IPA lorsqu’il reçoit un stagiaire infirmier en pratique avancée.

Lire aussi :
Scénarios du marché de l’assurance maladie commerciale et brève analyse avec taille,…

Réactions diverses

Réactions diverses

Le Sniil (Syndicat national des infirmiers libéraux), après des « démarrages difficiles », y voit « des signaux positifs » avec « la reconnaissance d’une pratique avancée ». Convergence Infirmière exprime son « entière satisfaction », tandis que l’UNIPA (Syndicat National des Infirmiers en Pratique Avancée) note quelques progrès, mais regrette « un manque de courage » et regrette que ces mesures « en demi-teinte » ne permettent pas une mise en oeuvre complète déployant et perpétuer pleinement le modèle de pratique avancée dans un contexte de manque d’accès aux soins et de demande croissante des usagers de la santé. La situation des API sera réévaluée dans dix-huit mois afin d’ajuster les pièces si nécessaire.

À Lire  Financer ses études : comment fonctionne le prêt étudiant ?

L’infirmier en pratique avancée, c’est quoi ?

L'infirmier en pratique avancée, c'est quoi ?

Destinée à répondre aux défis qui pèsent sur notre système de santé (vieillissement de la population, augmentation du nombre de malades chroniques, services ambulatoires, etc.), notamment en ville, l’IPA participe à la prise en charge globale des patients atteints de certaines maladies chroniques dont le suivi lui a été confié par un médecin. Il a élargi ses compétences par rapport à celle de l’infirmier. Il permet ainsi d’accompagner les médecins dans la prise en charge des patients atteints de pathologies ciblées et d’améliorer l’accès aux soins, notamment dans les déserts médicaux.

D’autres mesures pour les infirmiers libéraux

D'autres mesures pour les infirmiers libéraux

Parallèlement, l’amendement 9 permet aux infirmiers d’utiliser les télésoins (en améliorant notamment le suivi à distance des pansements) et de solliciter une télé-expertise auprès d’un professionnel de santé. De Sniil regrette toutefois que les décrets ne permettent pas une expertise à distance entre pairs ou entre professionnels non médicaux, mais « seulement une expertise par un médecin spécialiste sur une question bien définie ou le dévoilement d’une situation complexe ». Enfin, les opérations de vaccination sont également revalorisées, avec un régime plus favorable (facturation au taux plein et entre autres opérations) lorsqu’elles sont réalisées à domicile.

* Par l’Union Nationale des Caisses d’Assurance Maladie (UNCAM) et l’ensemble des syndicats représentatifs de la profession, la Fédération Nationale des Infirmiers (FNI), le Syndicat National des Infirmiers et Infirmiers Libéraux (SNIIL) et Convergence înfiere (THIS)

« Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © Handicap.fr. Toutes les informations présentées sur cette page sont protégées par les droits de propriété intellectuelle de Handicap.fr. En conséquence, aucune de ces informations ne peut être reproduite sans autorisation préalable. Cet article a été rédigé par Emmanuelle Dal « Secco, journaliste Handicap.fr »

Thèmes :

Handicap.fr est gratuit, aidez-nous à le maintenir. Soutenez-nous !

Handicap.fr vous propose aussi…