Je l’ai testé pour vous… le parachutisme

Photo of author

Rédactrice passionnée qui a vécu dans plus de 25 pays toujours à la recherche de la dernière information.

Le parachutisme est une de ces choses que nous considérons souvent comme une idée folle à distance… Mais Hawley l’a fait !

En 2017 nous sommes motivés ! Venez faire une liste des choses que vous voulez vraiment cette année, et partagez vos progrès et vos aventures. Rendez-vous sur notre Bucket List 2017 !

— Article initialement publié le 7 juin 2014

Parachutisme, saut à l’élastique, nu du haut d’une falaise… Avouons-le, ça ne m’a jamais autant plu que ça. J’aime les manèges à sensations fortes, donc aller à Europa Park est moins cher et il y a toujours une partie de mon corps qui heurte quelque chose par terre. Ou toucher quelque chose qui touche quelque chose qui touche le sol. En gros, quel que soit le nombre d’intermédiaires, c’est l’équivalent du voisin du cousin du beau-frère du facteur dans la version contact physique : distant, mais quand même.

Alors, quand un parent (appelons-le Bob) m’a proposé de m’emmener dans un avion puis de nous jeter dans le vide, je n’ai jamais vraiment pensé à faire quelque chose d’aussi stupide, dangereux et inhabituel. Parce que je suis une personne qui répond « une pinte », « pas un diabolo à la fraise », « non en fait un Coca Zéro », « attends, tu fais des cocktails ? au serveur du bar, j’ai dit oui, puis non, puis oui, puis non, puis oui.

Il faut dire qu’on aurait pu avoir un bon prix, il faisait beau, c’était les vacances et j’avais pas mal bu quand j’ai lâché le décisif « tu sais quoi, oui vas y vazy » (à boire avec modération, tout ça).

Allons-y Alonso !

Après quelques appels téléphoniques, nous avons pu réserver notre grand saut deux jours plus tard. Les sauts pour les débutants se font en tandem, on nous a donc assigné chacun un instructeur, qui nous a rejoint Bob et moi le jour J à l’aéroport d’où notre avion devait partir.

Avant de sauter, l’équipe nous a fait signer un papier disant que nos fantômes ne hanteraient pas l’équipe si jamais nous explosions comme des pastèques sur le sol.

Quant aux problèmes cardiaques, encore faut-il relativiser et ne pas s’empêcher de vivre : j’ai de la tachycardie et j’ai un souffle au cœur, et je suis toujours là pour en parler. Pour les vêtements, même si on saute l’été, on n’oublie pas le pull/sweat. Là-haut, croyez-moi, ça SUCE !

Dan is het tijd voor de technische uitleg: mijn instructeur heeft me ingelicht over de uitrusting en de val, en het was over naar de veelgestelde vragen (want als ik met gecompliceerde apparatuur wordt geconfronteerd, vergeet ik snel waarom ik hier ben en ik wil alles connaître, savoir ).

Sans entrer dans les détails, le moniteur est équipé d’un harnais cuisse-épaule, et moi aussi. C’est lui qui porte le méga sac à dos dans lequel se niche le parachute, ou plutôt le parachute : quand on saute, un tout petit parachute ralentit la chute à une vitesse un peu plus décente : seulement 200 km/h en chute libre (tout est bien). Ensuite, le « vrai » parachute s’ouvre. Si jamais il décide d’être récalcitrant (ça n’arrive presque jamais, c’est juste une sécurité supplémentaire), une puce dans la poche est alertée par les mesures inhabituelles et un parachute de secours s’active pour nous sauver la mise. .

Ce qui nous a rassuré Bob et moi, même si une fois l’avion aperçu, l’impatience m’a fait perdre tout instinct de survie.

LES MEILLEURS EXERCICES POUR TONIFIER LES ABDOMINAUX
Lire aussi :
Il faut beaucoup d’efforts pour obtenir un ventre plat et tonique, mais…

Maman les p’tits avions…

En général, si j’aime bien prendre l’avion, les petits coucous ne sont pas les mêmes. Assis sur un matelas dans l’avion, nos deux instructeurs et nous nous sommes accrochés à un espace de la taille de ma table de cuisine. Grand plaisir en voyant la porte, qui n’en est pas vraiment une : un rideau en plastique peu transparent retenu par des attaches métalliques. Bon, je retiendrai de ne pas me pencher une fois en haut, hein.

Après un vol d’une vingtaine de minutes où j’étais le grand touriste sur la base de « Ooooh c’est joli, regardez on voit l’océan », nous étions à 3500 mètres du sol, visibles derrière le désormais célèbre PREP (pauvre rideau en plastique). Derrière moi, l’instructeur a attaché mon harnais au sien, nous a ligotés et m’a mis des PLEP sur le nez (pauvres lunettes en plastique). J’ai vu de la peur dans les yeux de Bob.

« Qui a le moins peur ?

– Eh bien, je vais bien.

« Et toi Bob? »

— …

– Ensuite, vous sautez en premier.

Jack ! Je tombe !

Si j’ai d’abord été très déconcerté par ce raisonnement, j’ai vite compris la logique : Dès que le PREP s’est levé, le vent glacial est entré dans l’avion aussi vite que j’ai vu disparaître Bob et son moniteur.

La photo était aussi ridicule qu’horrible : ils étaient « JUSTE » tombés d’un avion à trois miles et demi du continent, vous savez, là où les choses touchent d’autres choses et vous êtes toujours en contact avec le sol. L’impatience était retombée comme un soufflé et je n’avais vraiment plus envie de sauter. Si c’était le cas, il mourrait, et ce serait bien triste car Bob je l’aime beaucoup, sauf que même avec mes jambes dans le vide je ne pouvais pas le voir à travers les nuages. Attends, pardon, les jambes dans le vide ?

«Vous devez lâcher les bords de la porte Hawley.

À contrecœur, je lâche les rebords de la porte et la PREP. Sans véritable avertissement, mon moniteur a glissé dans le vide, et à partir de là, mon cerveau s’est éteint.

Adieu, les veaux, les vaches, les cochons et les choses qui touchent les autres et qui vous font toucher le sol quelque part, de loin : une fois qu’on a sauté j’ai regardé partout, le truc Nearest Flat était bien la terre ferme, c’était sacrément loin.

Tous mes organes internes ont monté, mais heureusement pas mon déjeuner (je me demande encore s’il serait resté à la même hauteur que moi toute la chute : cela aurait ruiné ma vision). Avec le vent à 200km/h dans la gueule et les pirouettes, on met du temps à comprendre où est le haut et où est le bas et les joues sont un peu éblouissantes, mais une fois stabilisées, la vue est sublime. Et puis FLOUF, on passe par un nuage, puis un autre.

« ÉTAIT-CE UNE STRATO CUMULUS ? »

– QUEL ?

« OU UN NIMBUS CUMULO ? »

– QUEL ? VOUS SOUHAITEZ REVENIR EN BUS ?

À Lire  Sexisme dans les salles de sport : "J'ai changé ma façon de m'habiller pour la paix"