La blockchain, un remède radical au vol de propriété

Photo of author
Written By Sophie Ledont

Rédactrice passionnée qui a vécu dans plus de 25 pays toujours à la recherche de la dernière information.

Il y a quelques semaines, la Banque Populaire (BCP) a émis pour la première fois, avec le soutien de l’Autorité marocaine des marchés de capitaux (AMMC) et de Maroclear, des obligations sur blockchain dans le cadre d’une levée de fonds de 100 millions de dirhams. Une première au Maroc qui semble en annoncer d’autres à venir.

Mais avant toute chose, n’étant pas tous des passionnés du numérique, il est légitime de se poser la question suivante : qu’est-ce que la blockchain et à quoi ça sert ?

Nous essaierons d’y répondre le plus clairement et le plus brièvement possible. Ceux qui voudraient plus de détails, notamment sur le plan technique, peuvent se tourner vers les centaines de vidéos explicatives sur le web.

La blockchain est avant tout une base de données décentralisée, désintermédiée et cryptée.

En plus d’être public et accessible à tous, il garde une trace ou une sorte d’empreinte digitale de toutes les transactions effectuées. Cependant, les personnes derrière ces transactions restent anonymes.

Ce système entièrement informatisé permet d’éviter le recours à un tiers de confiance (banque, notaire, etc.) pour effectuer une transaction (achat, vente, transfert de valeur, etc.).

Ainsi, vous pouvez envoyer une somme de 1000 DH à quelqu’un sans passer par une banque et à vos propres frais, ou acheter ou vendre un bien immobilier sans passer par le notaire. Étant humain, un notaire est corruptible, la blockchain ne l’est pas.

Cette base de données est constituée de blocs contenant plusieurs centaines de transactions enregistrées de manière indélébile et qui s’ajoutent à d’autres blocs, formant ainsi une chaîne de blocs, ou la blockchain.

La puissance de calcul nécessaire à la blockchain est fournie au réseau par les particuliers et les entreprises via des ordinateurs puissants. Ils sont appelés « mineurs ».

Quant à la reine des crypto-monnaies, le Bitcoin est tout simplement un protocole monétaire original utilisant le système de la blockchain.

Mais au-delà du secteur privé, souvent à la pointe des nouvelles technologies, l’État pourrait-il faire bon usage de cette technologie au service des citoyens ?

La réponse est oui. L’un des secteurs d’application qui en aurait le plus besoin est celui du foncier. Car la mafia au sens littéral, celle du braquage immobilier, se déploie de manière alléchante dans différentes strates (administration, justice, notaires, élus locaux, etc.).

On se souvient tous de la lettre envoyée par Sa Majesté le Roi en 2016 au ministre de la Justice de l’époque, Mustapha Ramid, appelant les autorités à prendre les mesures nécessaires pour endiguer ce fléau, celui du vol de biens.

Depuis, beaucoup de choses ont été faites formellement : une commission interministérielle, des réflexions sur la réforme des textes de loi, etc.

Mais sur le terrain, les citoyens victimes de ces méfaits, dont de nombreux MRE qui constituent des proies faciles, continuent de souffrir en silence. Les dossiers de plaintes s’accumulent et l’impunité semble encore avoir de beaux jours devant elle.

De plus, il me semble utile de rappeler que l’article 2 de la loi 39/8 constitue le meilleur allié de cette mafia. Celle-ci limite la recevabilité d’une plainte en cas de vol de votre bien à quatre ans. Ainsi, si par malheur vous considérez que votre propriété acquise à la sueur de votre front est éternelle, vous vous trompez gravement.

Le droit de propriété, considéré comme sacré dans une économie de marché, devient un objet d’inquiétude constante, celle des citoyens devant vérifier systématiquement tous les quatre ans si leur maison est toujours la leur, payant à chaque fois 100 DH pour le savoir. De nombreuses victimes, même s’étant rendu compte il y a quatre ans que leurs biens avaient été volés, ont encore des difficultés à faire valoir et à recouvrer leurs droits.

À Lire  Statut juridique d'une entreprise : Différents types et conseils pour les élections

Mais qu’est-ce que la blockchain dans tout ça ?

Eh bien, cela pourrait résoudre le problème à la racine. Car ces crimes ne peuvent exister sans la défaillance du tiers de confiance. Car pour piller des biens il faut absolument des notaires, des fonctionnaires, des juges, des fonctionnaires et des élus locaux corrompus, qui peuvent alors tout faire pour bloquer ou saboter une éventuelle enquête.

Le processus d’utilisation de la technologie blockchain pour les actifs réels, dans ce cas l’immobilier, est appelé « tokénisation ».

Cela permet de transférer la propriété d’un bien immobilier sur la blockchain, et de garder toutes les différentes transactions qui s’y rapportent incorruptibles.

Un bien peut, par exemple, être tokenisé de manière indivise, c’est-à-dire qu’un token exprime la propriété de l’ensemble du bien, car il peut être divisé en plusieurs tokens, donnant lieu à une propriété collective. Cette dernière possibilité pourrait être extrêmement intéressante pour le secteur immobilier car elle augmente la liquidité de ce marché, notamment pour le développement de projets à revenus locatifs.

Par exemple, si un appartement coûte 1 million de DH et que son bien est tokenisé en 100 actions, c’est à dire. jetons de 10 000 DH, je peux, avec seulement 20 000 DH, devenir actionnaire de cette propriété en achetant deux jetons. Ensuite, l’agence immobilière qui gérera ce bien versera les parts correspondantes à chaque détenteur de jeton à la fin de chaque mois, après déduction des frais de gestion et d’entretien du bien.

Pour le dire plus simplement, la tokenisation permet de transformer n’importe quel bien immobilier en une société à plusieurs actionnaires, en épargnant les actes notariés et les procédures interminables et coûteuses qui prévalent actuellement.

Mais le plus important ici est que grâce à la technologie blockchain, votre bien immobilier est protégé en permanence. Parce que tous les membres du réseau ont la preuve que votre bien vous appartient.

De ce point de vue, cette technologie, qui existe déjà en germe aux Etats-Unis, prend la forme d’un cadastre ou cadastre incorruptible, décentralisé et désintermédié. Ce qui a éteint les foules mentionnées ci-dessus.

Mais il y a le problème fiscal. Car, comme nous l’évoquions précédemment, la blockchain enregistre en fait toutes les transactions effectuées, mais elle préserve l’anonymat des membres du réseau. L’Etat ne pourra donc pas savoir qui a vendu à qui, et qui doit quoi au Trésor.

La solution réside dans la nécessité d’une nouvelle législation qui pourrait imposer le fait que la tokenisation des biens immobiliers divisibles ou indivisibles doit se faire numériquement, via des plateformes numériques fournies par l’État, pour pouvoir collecter toutes les informations sur les acquéreurs. des jetons, ainsi que de la valeur et de la nature de la transaction. Mais étant garanti par le système blockchain, aucun officiel ne pourra corrompre cet enregistrement.

Pour conclure, nous dirons qu’en attendant de pouvoir miser sur la bonté de la nature humaine pour lutter contre la corruption, la technologie est là pour compenser votre faillite morale.