La Chine mise sur la musique pour imposer son soft power

Photo of author
Written By Sophie Ledont

Rédactrice passionnée qui a vécu dans plus de 25 pays toujours à la recherche de la dernière information.

(ETX Daily Up) – La Corée du Sud est devenue un modèle de « soft power » grâce à la K-pop. Sa voisine et rivale, la Chine, espère faire de même avec ses programmes musicaux. Dans cette optique, Tencent Music Entertainment a récemment conclu un partenariat avec Billboard.

Ce partenariat s’appuie sur les technologies de pointe développées par Tencent Music Entertainment (TME) et la capacité de la marque Billboard à promouvoir les artistes chinois dans le monde. Pour atteindre cet objectif, les deux groupes vont prochainement lancer le projet « Chinese Music ».

Bien que les détails de cette décision soient encore rares, les actualités musicales et les classements de Billboard seront disponibles sur diverses plateformes exploitées par la filiale musicale de Tencent. Parmi eux, QQ Music, l’application la plus populaire en Chine, mais aussi Kugou Music, Kuwo Music et WeSing.

« TME fournira un contenu de qualité aux mélomanes et des services professionnels pour l’industrie musicale chinoise. Notre collaboration permettra à la musique chinoise de classe mondiale d’atteindre une base de fans mondiale », a déclaré TC Pan, vice-président de TME. Content Integration Department, dans un communiqué de presse.

Pour Billboard, ce partenariat stratégique avec TME est une opportunité de renforcer sa présence sur le marché asiatique. Le groupe a lancé une édition internationale en mandarin en août, après Billboard Japan et Billboard Korea. Un choix judicieux si l’on considère que la Chine est le sixième pays du marché mondial de la musique, selon l’Organisation internationale de l’industrie audio (IFPI).

Aussi, le projet « Chinese Music » témoigne de la volonté de Tencent d’utiliser la musique comme nouveau levier de croissance, à l’heure où la plus grande entreprise technologique chinoise fait face à quelques difficultés financières. Cependant, il n’a pas attendu cette initiative avec Billboard pour miser sur la quatrième compétence. Le groupe a déjà signé un accord de licence avec Universal Music en 2017. La même année, il a également mis en place un échange minoritaire avec Spotify pour profiter de la croissance de la musique dans le monde.

Tencent Music Entertainment a depuis élargi ses efforts grâce à des partenariats avec Sony Music, Believe, Warner Music et maintenant Billboard. Ce n’est pas le seul. NetEase a signé des accords de licence avec YG Entertainment, Sony Music, TF Entertainment, Believe, Merlin et bien d’autres.

À Lire  Comment réviser ses contrats après des hausses de prix en ces temps agités - Media24

La C-pop peine à s’exporter à l’international

Dans l’ensemble, le marché de la musique se porte bien en Chine. Surtout en voyant comment les autorités luttent contre les voleurs à main armée et toute violation des droits de propriété. Selon le FPI, les Chinois passent en moyenne 22 heures et 9 minutes par semaine à écouter de la musique. Ils n’ont consacré que 17 heures et 7 minutes par semaine à ce travail en 2019. Difficile de les convaincre de mettre la main à la poche, car ils étaient habitués au piratage. Cependant, les choses évoluent rapidement dans l’Empire du Milieu, avec l’accumulation de joueurs et la volonté de Pékin d’exporter les professionnels du divertissement pour concurrencer le soft power des États-Unis.

Dernier obstacle majeur : la musique chinoise s’exporte mal à l’international. Les barrières linguistiques sont pointées du doigt depuis longtemps, bien que l’essor de la K-pop ait montré que les fans ne s’arrêtent pas à cette simple considération. Pour la journaliste Emma Moss, le problème est différent. « Alors que l’industrie musicale coréenne consacre plus d’argent et de ressources pour exporter sa musique à l’étranger, la C-pop a commencé à attirer le goût de la musique chinoise. Le chanteur chinois le plus populaire de la dernière décennie, Jay Chou, est un chanteur de rock alternatif et auteur-compositeur. , dont le style n’a rien à voir avec la synth-pop agressive et hyperactive qui fait des vagues à l’étranger », a-t-elle déclaré. Il a été écrit dans le magazine i-D en 2015.

L’écosystème numérique chinois est également un obstacle pour les artistes locaux qui souhaitent interagir avec leurs fans, qu’ils soient en Europe, en Amérique ou même en Afrique. Certains comme Jay Chou, G.E.M et Jackson Wang ont pourtant réussi à sortir leur épingle du jeu, d’autres comme Jason Zhang multiplient les « features » (« collaborations » en français) pour s’exprimer au-delà des frontières de leur pays natal. Cependant, la C-pop est encore loin d’être aussi populaire que sa cousine sud-coréenne, la K-pop. Selon Tencent Music Entertainment et Billboard, ce n’est qu’une question de temps.

Lire aussi :
Qui peut s’inscrire sur LinkedIn ? Qui peut rejoindre LinkedIn ? Tout…