La maison d’une famille et son mode de vie alternatif sont menacés en raison d’un manque de permis de construire

Photo of author
Written By Sophie Ledont

Rédactrice passionnée qui a vécu dans plus de 25 pays toujours à la recherche de la dernière information.

Lorsqu’ils ont commencé à construire une maison en terre au milieu d’un terrain vague au nord de Toronto il y a 13 ans, les Murph’Arians avaient un rêve : vivre en autarcie, loin de la ville. Plus d’une décennie plus tard, ce rêve pourrait partir en fumée à cause d’une histoire de permis de construire loin d’être suspectée.

La vie ne s’arrête jamais à la ferme de Misty et Bryce Murph’Ariens. Comme tous les jours, ces deux anciens chefs qui ont décidé d’associer leurs patronymes sont en train de traire la vache et de manger leurs deux petites filles, Sage, huit ans, et Aurore, cinq ans, s’amusent pieds nus avec les poules et les chatons qu’elles ont adopté. vivre dans la maison

En 13 ans, le couple a construit une petite ferme qui leur permet de vivre en quasi-autonomie. Entre les jardins et les enclos des animaux se trouve leur maison : une maison qui ressemble à une maison tout droit sortie d’un conte fantastique, construite de grottes, un ancien matériau de construction fait d’argile, de sable, d’eau et de paille.

Le style [de notre maison] est un mélange de hobbits, de fées et de princesses Disney, explique Bryce Murph’Ariens, debout devant l’escalier central de la maison fait de branches d’arbres tordues.

Sage, huit ans, au milieu de la salle à manger familiale. La maison est chauffée au bois et faite de galets, un matériau composé d’argile, de sable, d’eau et de paille.

Photo : Radio-Canada / Andréane Williams

On se sent vivant, ajoute Misty Murph’Ariens, dont les sculptures recouvrent les murs de la maison.

Du rêve au cauchemar

Du rêve au cauchemar

Pourtant, depuis quatre ans, le couple vit dans la peur de perdre sa maison et son mode de vie.

Lorsqu’ils ont acheté un terrain dans le canton de Southgate, à environ 140 kilomètres au nord-ouest de Toronto, Bryce et Misty Murph’Ariens ont commencé à construire une cabane d’un étage de moins de 10 mètres carrés.

Après vérification auprès des autorités municipales, le couple a décidé de ne pas obtenir de permis de construction, ce qui n’est pas requis pour une structure de cette taille, selon le code du bâtiment de l’Ontario.

Aurore, cinq ans, descend l’escalier central de la maison.

Photo : Radio-Canada / Andréane Williams

Bryce Murph’Ariens prépare à manger pour ses filles Sage et Aurora.

Photo : Radio-Canada / Andréane Williams

La mère de famille se souvient d’avoir reçu la visite du directeur de la construction de l’hôtel de ville, qui, selon elle, était un homme du nom de Doug Kopp, alors qu’il travaillait sur la maison.

Il regarda rapidement et dit : « Non, je ne vois pas de maison ici. Et il est parti, dit-il.

Le problème est qu’au fil des ans la petite maison est devenue une maison à deux étages avec deux chambres, une cuisine, une salle à manger et une salle de bain. Des extensions dont le couple n’a pas obtenu l’autorisation.

En 2018, les responsables de la ville ont de nouveau rendu visite au couple, affirmant qu’ils avaient reçu une plainte. La municipalité demande maintenant à la famille d’obtenir un permis de construire et a entamé une action en justice contre eux.

La maison n’a pas été construite avec des matériaux conventionnels et nous devons nous assurer qu’elle est sécuritaire. S’il s’effondre, nous ne voulons pas en être responsables, déclare Dave Milliner, directeur du comité exécutif du canton de Southgate. Il a ajouté qu’il ne pouvait pas commenter davantage en raison de la procédure judiciaire.

La chambre de Sage et Aurora est au deuxième étage de la maison.

Photo : Radio-Canada / Andréane Williams

La chambre principale est également au deuxième étage.

Photo : Radio-Canada / Andréane Williams

Les Muprh’Arians, en particulier ceux qui vivent de l’agriculture à plein temps, disent qu’ils ne peuvent pas se permettre un permis qui peut coûter des milliers de dollars.

À Lire  Frais de notaire - calcul et estimation

Ils disent avoir tenté de collaborer avec les autorités de cantonnement pour trouver une solution, sans succès. Le couple ne comprend pas non plus pourquoi le conseil est intervenu après neuf ans, alors que leur famille et leur mode de vie sont bien connus de la communauté.

Au début, nous nous demandions si ce que nous faisions était bien. Mais au fil des ans, en faisant du bénévolat dans la communauté, en faisant des présentations [sur notre mode de vie] – nous avons joué une pièce de théâtre avec le maire et il est venu chez nous – nous nous sommes dit que ce que nous faisions était acceptable, a expliqué Misty Murph. ‘Ariens.

La famille cultive une grande partie de la nourriture qu’elle mange.

Photo : Radio-Canada / Andréane Williams

Diverses sculptures, comme celle de la salle de bain, recouvrent les murs de la maison. La famille utilise des toilettes à compost.

Photo : Radio-Canada / Andréane Williams

La famille a également créé un site Internet (Nouvelle fenêtre) (en anglais) où ils décrivent leur mode de vie.

Des documents du canton de Southgate obtenus grâce à une demande d’accès à l’information par les Murph’Ariens, mais non vérifiés par Radio-Canada, suggèrent que le canton savait que leur maison existait avant 2018, mais l’a fait. n’interviens pas

Un document de 2015 relatif au canton de Southgate et obtenu par les Murph’Arians via une demande d’accès à l’information mentionne la présence d’une « maison en terre non inspectée ». Le document est une impression de la page d’accueil du site de la famille Murph’Ariens.

Photo: Fourni par Bryce Murph’Ariens

Un document obtenu grâce à une demande d’accès à l’information faite par les Murph’Arians et adressé à un homme du nom de Doug soulève des doutes sur la présence de structures sur les terres des Murph’Arians.

Photo: Fourni par Bryce Murph’Ariens

Sur le même sujet :
« Terminer la production nécessaire » Contacté par Batiactu le 28 juin, le ministère…

Le canton dans son droit?

Selon le procureur de la ville, John Mascarin, les Murph’Ariens devraient obtenir un permis de construire avant que les travaux d’agrandissement de la maison puissent commencer.

Peut-être que la structure ne nécessitait pas initialement un permis en vertu des exigences du code du bâtiment, mais lorsque vous trouvez une structure qui nécessite un permis en raison de sa taille, le directeur général et l’inspecteur en bâtiment du bâtiment devront vérifier qu’un permis a été obtenu pour s’assurer c’est le bâtiment. bien sûr, expliqua-t-il.

Il a ajouté que la municipalité peut décider de supprimer ou de réduire les frais de demande de permis pour alléger le fardeau financier de la famille.

L’avocat affirme cependant que les Murph’Ariens pourraient obtenir gain de cause s’ils pouvaient prouver que la mairie était au courant de leur maison et leur a permis de continuer à l’occuper et à l’ « agrandir ».

Se battre pour son mode de vie

Se battre pour son mode de vie

Quatre ans après le début des poursuites judiciaires, les Murph’Arians disent attendre le début de l’enquête préliminaire du procès.

S’ils perdent, ils craignent de devoir payer les frais juridiques du conseil en plus des frais de permis de construire.

« Si les choses ne se terminent pas bien avec la municipalité, nous pourrions tout perdre. »

La famille Murph’Ariens possède plusieurs animaux sur sa ferme.

Photo : Radio-Canada / Andréane Williams

Sa femme, Misty Murph’Ariens a toutefois ajouté que sa famille n’hésiterait pas à reconstruire une maison similaire si la leur était détruite.

Nous serions capables de relever ce défi, mais ce serait très difficile, car toute notre vie tourne autour de cette propriété. C’est un gros test pour voir si notre mode de vie est permis, dit-il.