La mode se démocratise-t-elle vraiment ?

Photo of author
Written By Sophie Ledont

Rédactrice passionnée qui a vécu dans plus de 25 pays toujours à la recherche de la dernière information.

Il fut un temps où la mode (et les podiums en particulier) était réservée à quelques chanceux. Mais avec l’avènement des réseaux sociaux et la démocratisation du luxe, le style semble être à la portée de plus en plus de personnes. Mais, est-ce vraiment la vérité ?

Alors que la Fashion Show Week est maintenant un événement qui fait son chemin à la télévision aux heures de grande écoute, il n’en a pas toujours été ainsi. Bien que le sujet ait toujours intrigué, il n’a longtemps fait l’objet que de quelques courtes pastilles réservées à la fin du JT. Les notices de collection sont rarement mises à la disposition du public, restant l’apanage des acheteurs professionnels et de la presse. Dans cet univers silencieux réservé à quelques privilégiés, une voix avait tenté de proposer un format différent devant tout le monde, sans se faire entendre : en 1984, Thierry Mugler avait organisé un défilé de mode au Zénith de la Villette à Paris, l’occasion aux passionnés de mode anonymes pour s’offrir une pièce de rêve. Un spectacle devant 6 000 invités (dont 4 000 avaient payé leur billet) qui avait façonné les esprits mais pas forcément émulé. À l’époque, la mode, quand elle fascinait, était encore quelque chose que l’on regardait de loin et qui avait toujours un côté futile.

Il faudra quelques années et l’avènement des mannequins pour que les choses changent. En 1989, MTV lance « House of Style », une émission télévisée centrée sur la vie des mannequins et présentée par Cindy Crawford pendant six ans. Plus tard, en 1994, Robert Altman réalise Prêt-A-Porter, qui se déroule pendant la semaine de la mode et révèle une tranche du monde initialement réservée à une poignée d’initiés. Les années 2000 seront tout aussi riches à cet égard. Lorsque Lauren Weisenberg sort Le Diable s’habille en Prada en 2003, elle offre une nouvelle fois un regard privilégié sur un monde secret… et pas n’importe lequel. L’auteur, ancien assistant d’Anna Wintour, raconte l’histoire d’Andy, rédacteur en chef adjoint d’une bible de style. Le carton est immédiat, international et discuté autant dans les milieux de la mode qu’au lycée. Et avant qu’un film ne voit le jour qui connaîtra un succès tout aussi retentissant, le livre change aussi le paysage littéraire, s’affirmant comme le chef de file des livres de poussins dont les intrigues tournent généralement autour de l’amour et de la garde-robe (de marque) du tournage de leur narrateur. , qui travaille (ou veut) très souvent dans l’industrie de la mode. A la télévision, des émissions comme « American Next Topmodels » permettent désormais de s’identifier aux aspirants tops de demain, tandis que Carrie Bradshaw fait un travail de vulgarisation chez HBO. Dans « Sex and the City » les épisodes se succèdent, les tenues ne sont pas les mêmes et le name drop se passe bien. De Jimmy Choo à Prada en passant par Dior, Fendi et bien sûr Manolo Blahnik, les marques font la queue pour être reconnues et s’inviter dans le salon de chacun. Maintenant qu’il a un nom et une reconnaissance, le luxe devient nouveau mais accessible… et il devient de plus en plus facile à atteindre. Comme Isaac Mizrahi 2002 m Travaillant avec les magasins Target, il a légèrement précédé Karl Lagerfeld et H&M, mais surtout il a donné la direction du Masstige, un mouvement qui consiste à proposer au plus grand nombre un article de créateur à un prix accessible.

Le pic de cette escalade est venu en 2009 avec R.J. Le documentaire de Cutler The September Issue, dans lequel Anna Wintour a ouvert grand les portes aux rédacteurs de Vogue lors de la préparation de l’iconique numéro de septembre. La boucle est bouclée, le mystère n’est plus là, n’importe qui peut prétendre avoir vu les dessous d’une séance photo et savoir ce qu’est un train.

Lisez aussi : L’œil du styliste : à quel point pouvez-vous être détendu au bureau ?

Une révolution digitale

Une révolution digitale

Parallèlement, l’émergence des réseaux sociaux comme Twitter renforce encore le sentiment de proximité entre les marques et le public. Les designers s’expriment directement grâce à la plateforme qui leur est offerte de manière simple et peu compliquée. Libérés des contraintes des magazines de mode (le nombre de pages de chaque numéro est somme toute limité et favorise généralement les créateurs qui font l’actualité) et dotés d’un forum annuel (plutôt que réduit au temps des défilés), beaucoup d’entre eux parlent aborder divers sujets et donner un aperçu de leur vie quotidienne. La star de l’époque @OscarPRGirl a révolutionné le genre et a révélé les inconvénients de la maison Oscar de la Renta avant tout le monde. Coucous à la douane, préparatifs d’un shooting ou d’un défilé de mode, approvisionnement en matériel… tout y passe et la mode entre dans l’ère du réel. Loin de son image ultra maîtrisée, il laisse progressivement les attachés de presse gérer uniquement les communications les plus officielles, tandis que les graphistes eux-mêmes ou les équipes internes s’occupent du reste. L’avènement d’Instagram quelques années plus tard ne fera que renforcer ce sentiment (on ne se contente plus de dire, on montre), tout en brouillant les frontières entre communication officielle et blogueurs.

Car en même temps un nouveau type de communicateur est apparu. Présentant ses OOTD (lire : tenue du jour, sa tenue du jour) sur les réseaux, la blogueuse est vénérée par les marques pour sa capacité à offrir aux consommateurs une nouvelle perspective. Tantôt invitée, tantôt payée, mais toujours bien habillée, elle fait office de fille d’à côté, testant les vêtements sur les podiums IRL. Elle décrypte les tendances, résume les défilés, donne son avis sur les derniers potins mode, elle semble plus libre que les rédactrices de mode et plus informée qu’une simple internaute. La profession fait des émules et bien que beaucoup soient appelés et peu élus, n’importe qui possédant un téléphone portable et un compte Instagram peut désormais s’exprimer et devenir un acteur de ce qui était initialement une industrie fermée. .

À Lire  Moto-homes et voitures de loisirs : pensez à l'occasion !

Dans le même temps, des magazines commencent aussi à mettre en place des sites internet où ils publieront prochainement toutes les photos des défilés, ce qui est inédit. Libérés de la contrainte perpétuelle de l’espace alloué à chaque annonceur et de la hiérarchie de l’information, les titres de presse sont une fenêtre ouverte sur l’actualité du secteur. Toutes les nouvelles. Au milieu des années 2010, l’information bat des records et toutes les actions des maisons et des créateurs sont décortiquées. Certains comprennent avant les autres la possibilité de prendre en main le récit qui leur est offert. Aux États-Unis, Marc Jacobs devient une star d’Instagram, tandis qu’en France, Olivier Rousteing est devenu le premier à franchir le cap du million d’abonnés sur Instagram en 2018.

Plus récemment, c’est le Metaverse qui a de nouveau fait tomber certaines barrières. En présentant des défilés et des vêtements dans cet univers numérique, les marques ont tendance à toucher un public plus large (et plus connecté), où chaque avatar peut s’habiller comme il le souhaite et apprendre virtuellement les dernières tendances.

Mieux vendre les croisières Ponant : les conseils de 3 agents de voyages
Lire aussi :
Pour accompagner la croissance de sa flotte, la compagnie de croisière parie…

Des barrières toujours présentes

Des barrières toujours présentes

Cependant, si la communication est beaucoup plus fluide aujourd’hui, l’idée que la mode soit accessible à tous en temps réel (et dans le monde réel) risque de ne plus convenir demain. En 2016, Virgil Abloh a invité le monde entier au défilé Off-White House et a publié le lieu et l’adresse du défilé sur son compte Instagram. Si l’initiative était louable, elle a été ralentie par les services de sécurité du lieu, qui ont dû refuser l’entrée à un grand nombre de visiteurs car la capacité maximale était rapidement atteinte. De son côté, Kanye West se montre plus pragmatique cette même année lorsqu’il décide de présenter sa troisième collection pour Yeezy en même temps que son dernier album lors d’une messe organisée au Madison Square Garden (New York). La différence ? Frais d’entrée et nombre de billets limité. Un écho au projet de Thierry Mugler, qui trouve également les faveurs du Balmain Festival, également organisé par la maison parisienne depuis quelques années. Au programme : un défilé, un concert et des billets vendus en un rien de temps. Et le mouvement ne semble pas vouloir s’arrêter. La marque Diesel, à son tour, a annoncé la semaine dernière qu’elle préparait un « show de la démocratie » qui devrait être ouvert au plus grand nombre en septembre. Va-t-il tenir toutes ses promesses ?

Car au-delà des questions d’inclusivité reste l’exclusivité. La rareté est l’essence même du luxe, et le rendre accessible à tous revient à le dévaloriser. Une subtilité que les marques semblent avoir comprise, qui réservent plus que jamais un traitement de faveur à leurs plus gros clients. Invitations à des ventes ultra-privées, défilés croisières ou événements extraordinaires, tout est permis. Récemment, Dior avait en effet investi dans une péniche qu’elle avait transformée en spa pour offrir à ses clients le bénéfice d’une croisière relaxante sur la Seine, tandis que Chanel annonçait la future implantation de boutiques réservées à ses « top clients » aux alentours pour vous garantir un expérience d’achat optimale à tout moment. De son côté, Balenciaga a ouvert la semaine dernière une boutique à Paris dédiée à ses clientes couture. Ou comment faire encore monter les enchères.

Contactez directement les représentants de la marque que vous ciblez pour être invité au salon. Cible principalement les jeunes créateurs de mode qui ont besoin de visibilité. Comme les influenceurs mode, si votre projet est original et bien structuré, vous devriez être invité.

Comment faire un fond d’écran qui défilé ?

Comment faire un fond d'écran qui défilé ?

Un diaporama en fond d’écran Android

  • Téléchargez l’application de diaporama. …
  • Créez votre diaporama. …
  • Choisissez une image parmi une large gamme de celles disponibles.
  • Configurez le diaporama. …
  • Vous pouvez ensuite spécifier les paramètres selon lesquels l’image de fond doit changer dans l’onglet « Modifier ».

Comment faire défiler un diaporama en arrière-plan ? Cliquez avec le bouton droit sur un emplacement vide du bureau et choisissez Personnaliser. Cliquez sur Arrière-plan du bureau. Survolez les images que vous souhaitez faire défiler en arrière-plan et cochez leurs cases pour les sélectionner tout en maintenant la touche Ctrl enfoncée.

Qui peut participer à la Fashion Week ?

Qui peut participer à la Fashion Week ?

Tout le monde sait que les personnes invitées à la Fashion Week sont principalement des célébrités, des sportifs, des amis de la maison de couture ou du créateur, des influenceurs de la presse ou de la mode (et plus encore).

Comment devenir un mannequin de la semaine de la mode Pour postuler, il vous suffit de postuler sur le site d’une agence spécialisée dans les mannequins de défilés. Il existe également des concours de modélisme qui peuvent servir de tremplin aux nouveaux arrivants.

Qui sont ceux qui participent à la Fashion Week ?

Comment participer aux défilés de la Fashion Week ? Il y a donc des journalistes de la grande presse mode internationale, des acheteurs, quelques influenceurs mode et des célébrités.

Qui organise un défilé de mode ?

Qui organise un défilé de mode ?

Prest’Agency, agence événementielle parisienne, organise de nombreux défilés de mode pour des créateurs, des marques, des enseignes ou des centres commerciaux.

Qui organise les défilés ? scénographe. Il ne suffit pas de faire appel à quelques mannequins et professionnels du textile pour organiser un défilé de mode ! Comme pour une pièce de théâtre ou une exposition, la mise en scène joue un rôle très important dans la mode.

Pourquoi organiser un défilé ?

Pourquoi organiser un défilé de mode ? Avec un défilé de mode, vous pouvez présenter votre marque, votre collection ou vos nouveautés de manière événementielle. C’est aussi l’occasion de promouvoir votre travail et de socialiser.