La start-up européenne Space Cargo Unlimited lancera la fabrication dans l’espace en 2025

Photo of author

Rédactrice passionnée qui a vécu dans plus de 25 pays toujours à la recherche de la dernière information.

De la science-fiction il y a 10 ans à un projet bien réel appelé NewSpace, qui devrait démarrer à partir de fin 2025. Fondée au Luxembourg en 2014 par Nicolas Gaume et Emmanuel Etcheparre, la startup Space Cargo Unlimited (15 salariés) en comptera environ trois. un véhicule automatisé réutilisable sans astronautes (REV1) par an, qui nous permettra de fabriquer dans l’espace grâce à la robotique, des produits agricoles plus résistants, des médicaments nouveaux et plus efficaces, des alliages plus homogènes (sans problèmes de densité) voire plus. réaliser des expériences très utiles pour les sciences de la vie. Seul l’espace (microgravité, absence de poussière, zéro absolu, etc.) offre ce champ d’expérimentation inédit mais aussi pour la fabrication de produits impossibles sur Terre ou beaucoup plus difficiles à atteindre à ce niveau de performance.

« Space Cargo Unlimited a pour ambition de devenir l’un des principaux acteurs de la révolution NewSpace avec des produits et services de pointe à forte valeur ajoutée, dans des domaines aussi divers que la recherche biologique appliquée en microgravité ou les nouveaux matériaux de fabrication », a-t-il souligné dans le communiqué. . publié jeudi par le président de Space Cargo Unlimited, Nicolas Gaume, serial entrepreneur (huit startups créées).

Pour financer intégralement le développement de REV1, Space Cargo Unlimited (CSU) a pour objectif de lever de nouveaux fonds entre 2023 et 2025 auprès de sociétés de capital-risque comme Eurazeo, Expansion (Charles Beigbeder), Thales Corporate Ventures et des business angels. SCU réalisera un chiffre d’affaires d’un million d’euros en 2022 et a déjà investi 5 millions d’euros dans Research & Développement (R&D) en 2021.

Lisez aussi: Space Cargo apporte son vin de l’espace pour l’édition scientifique

Un marché estimé entre 10 et 20 milliards en 2040

A travers son projet, Space Cargo Unlimited, qui a développé une expérience complète dans la gestion de projets complexes en micropesanteur pour développer des initiatives innovantes et utiles, veut profiter du « grand potentiel de la fabrication spatiale, bien qu’encore inexploité ». déclaration Selon une prévision 2021 de la banque Morgan Stanley, cette nouvelle activité s’élèvera à 10 milliards de dollars d’ici 2040. Interrogé par La Tribune, Nicolas Gaum, qui juge ces prévisions prudentes, ce marché atteindra 20 milliards de dollars d’ici 2035. Il estime que son projet « présage la démocratisation d’un modèle économique en orbite terrestre basse ». Elle se revendique comme le premier opérateur commercial privé en Europe capable de fabriquer dans l’espace. Une performance avec laquelle Nicolas Gaume est étroitement lié, qui veut apporter cette capacité et cette autonomie à l’Europe. « Notre projet a un intérêt décisif pour la propriété intellectuelle », a-t-il expliqué.

« REV1 offre aux fabricants une plate-forme ouverte avec des délais maîtrisés et des coûts prévisibles pour propulser la prochaine révolution industrielle (« Industrie 5.0 »), a expliqué Space Cargo Unlimited dans un communiqué de presse.

L’exploration spatiale est en voie de démocratisation. SCU veut donc profiter de la nouvelle offre low-cost pour entrer dans l’espace. L’objectif : proposer aux clients publics (gouvernements, agences, laboratoires, etc.) et privés (industriels) de Space Cargo Unlimited des prix abordables : « quelques centaines de milliers d’euros pour l’expérience passive, plusieurs millions d’euros pour l’actif (fabrication additive). » dit Nicolas Gaum. Au-delà du « juste prix », le président de la SCU veut aussi offrir à ses clients « fiabilité » et « rigueur » en matière d’accès à l’espace.

Le projet SCU est l’un des nombreux projets privés et publics qui pullulent dans le monde aujourd’hui pour exploiter les atouts de l’espace, ainsi que pour exploiter ses ressources naturelles pour les besoins humains dans l’espace, et plus précisément, sur la Lune à moyen terme. . Axiom Space, par exemple, veut construire une station spatiale commerciale. Et c’est aussi le cas du fameux projet Artemis piloté par la NASA, avec le retour de l’Homme sur la Lune. Et plus précisément dans son domaine, Space Cargo Unlimited a plusieurs projets américains concurrents, dont celui de Varda Space (premier vol prévu en 2023), les chinois et les britanniques (Space Forge), se faisant face.

A voir aussi :
Quel type d’entreprise créer en 2022 ? Quelle est l’entreprise la plus…

Des cargos spatiaux

Comment Space Cargo Unlimited prévoit-il de faire cela ? Appelé chez un acteur très traditionnel, Thales Alenia Space (TAS), et plus précisément dans le site turinois spécialisé dans la fabrication d’engins spatiaux utilisés pour le transport spatial et l’exploration spatiale. Dans ce cadre, TAS, joint-venture entre Thales (67 %) et Leonardo (33 %), et SCU, ont signé un contrat de coopération pour le développement du REV1, un véhicule cargo polyvalent d’entrée dans l’atmosphère (adaptable selon la mission ). Avec une capacité maximale de 1 000 kg (ou 1 200 litres). Soit un véhicule bien plus imposant que son concurrent américain Varda Space (masse de pression de 650 kg). En particulier, le cargo TAS est certifié dans le cadre du programme européen IXV (Intermediate Experimental Vehicle), dont la conception a été confiée à la société franco-italienne. De cette façon il fabriquera le cargo, SCU concevra l’équipement intérieur du cargo selon le modèle fabless (sans unités de fabrication).

À Lire  Le secteur chinois du e-commerce en difficulté

Après le vol inaugural fin 2025, Space Cargo Unlimited prévoit un autre vol en 2026, suivi de deux vols en 2027/2028. À vitesse de croisière, le SCU prévoit d’exploiter commercialement une flotte de véhicules cargo sans pilote capables de retourner sur Terre. Pourquoi SCU a-t-il choisi TAS ? Car la société franco-italienne « joue le premier rôle dans les systèmes de rentrée en orbite basse », précise Nicolas Gaum. Le premier exemplaire, REV1, dont l’entrée en service est prévue fin 2025, est adaptable sur tout système de lanceur disponible et compatible. Cette souplesse d’utilisation le rendra attractif pour de nouvelles missions, notamment en orbite équatoriale. Il est conçu pour être réutilisé pour un total de 20 missions, sachant que le véhicule et ses charges utiles seront dans l’espace deux à trois mois par mission. La rénovation du cargo spatial sera partagée entre TAS et SCU.

En tant que maître d’œuvre, TAS sera responsable de la conception, de l’ingénierie et du développement du véhicule REV1. Ce programme bénéficiera de l’expérience acquise au sein du programme Space Rider de l’Agence spatiale européenne (ESA), le système européen de transport réutilisable de nouvelle génération pour orbite basse (LEO), qui est en cours de développement dans les travaux de co-mastering de TAS et de l’Italie. . Constructeur de moteurs d’avions. TAS Italia travaille également sur les programmes Axiom et Artemis (NASA). Savoir-faire accumulé en tant que concepteur et fabricant, en plus de Space Rider, plus de 40% du volume habitable de la Station Spatiale Internationale (ISS), Northrop Grumman’s Cygnus supply ship pressurized modules (PCM) (PCM). , et du programme IXV.

Quels objectifs ?

REV1 envisage l’usine flottante de demain voyageant en orbite terrestre basse amarrée à une station (module de service) qui lui fournira la puissance nécessaire à ses missions. Cela réduira les coûts de fonctionnement du projet. Avec ce véhicule pressurisé, Space Cargo Unlimited atteindra son objectif d’exploiter le potentiel de la recherche en microgravité dans l’espace pour des applications commerciales sur Terre grâce à la fabrication en orbite. Ce cargo, qui servira d’usine, sera utilisé pour des missions spécifiques, notamment dans les domaines des biotechnologies, de la pharmacie, de l’agriculture et des nouveaux matériaux, dans le but de définir de nouvelles méthodologies de recherche appliquée ou d’améliorer le futur secteur agroalimentaire. , entre autres.

« REV1 est l’aboutissement de nos programmes spatiaux passés. Maintenant, nous franchissons cette nouvelle étape pour nous engager dans la nouvelle révolution industrielle dans l’espace, au profit de la vie sur Terre », déclare Nicolas Gaum. Mais au-delà de cela, le président de Space Cargo Unlimited souhaite que cette startup ait un impact positif sur les humains sur Terre. Et, entre autres, il y a l’agriculture de demain et la thérapie génique.

Newsletter – Industrie & Services

Du lundi au vendredi, à 13h00, recevez les principales actualités sur

Inscription à la newsletter Industrie & Services

secteurs de l’industrie et des services

Créer un compte

Merci pour votre inscription !

Du lundi au vendredi, les dernières actualités du secteur

Dans votre boîte aux lettres à 13h00.

Dernière étape : Confirmez votre inscription dans le mail que vous venez de recevoir.

Inscription à la newsletter Industrie & Services

Pensez à vérifier vos spams.

A très bientôt sur le site de La Tribune et dans nos newsletters,

Inscription à la newsletter Industrie & Services

Rédaction de La Tribune.

Connexion à mon compte

Tous les jeudis, les dernières nouvelles

Merci pour votre inscription !

Dans votre boîte aux lettres à 09h00.

Vous êtes déjà inscrit !

Voulez-vous vous inscrire à la newsletter?

Réinitialisez votre mot de passe

Du lundi au vendredi, les dernières actualités du secteur

Email envoyé !

Dans votre boîte aux lettres à 13h00.

je n’ai pas encore de compte